The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada
Façade d'un bâtiment en briques rouges
Le manège militaire Minto (en) à Winnipeg au Manitoba

Création
Dissolution Toujours actif
Pays Drapeau du Canada Canada
Allégeance Forces armées canadiennes
Branche Armée canadienne
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie légère
Fait partie de 38e Groupe-brigade du Canada
Garnison Winnipeg (Drapeau du Manitoba Manitoba)
Devise Ullamh (gd) (« Prêt »)
Marche The Piobaireachd of Donald Dhu et March of the Cameron Men
Colonel en chef Son Altesse Royales le prince Philip le duc d'Édimbourg
Colonel du régiment Lieutenant-colonel S.P. Moran
Emblème The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada.jpg

The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (Camerons of C), littéralement « Les Highlanders de Cameron de la Reine du Canada », sont un régiment d'infanterie de la Première réserve de l'Armée canadienne. Il fait partie du 38e Groupe-brigade du Canada au sein de la 3e Division du Canada et est stationné à Winnipeg au Manitoba. Il s'agit du plus ancien régiment écossais de l'Ouest canadien.

L'unité a été créée en 1910 sous le nom de « The 79th Highlanders of Canada », littéralement « Les 79e Highlanders du Canada ». En 1920, elle devint « The Cameron Highlanders of Canada  » avant d'adopter son nom actuel trois ans plus tard.

En plus de leur propre histoire, The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada perpétuent l'héritage de trois bataillons du Corps expéditionnaire canadien (CEC) de la Première Guerre mondiale : les 43e, 174e et 179e Bataillon "outre-mer", CEC. Un membre du 43e Bataillon (Cameron Highlanders of Canada), CEC, le lieutenant Robert Shankland, a été décoré de la croix de Victoria, la plus haute récompense des forces du Commonwealth, pour ses actions au cours de la bataille de Passchendaele.

Les soldats des Cameron Highlanders of Canada ont combattu lors de la Première Guerre mondiale, principalement au sein du 16e (en) et du 43e Bataillon, CEC. Lors de la Seconde Guerre mondiale, le régiment a mobilisé un bataillon qui servit sur le front de l'Ouest en Europe. Plus récemment, des membres du régiment se sont portés volontaires pour des opérations de maintien de la paix et pour la guerre d'Afghanistan.

Rôle et organisation[modifier | modifier le code]

Un carré vert
Insigne distinctif de la 3e Division du Canada

The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada est un régiment d'infanterie d'un seul bataillon comprenant une compagnie de quartier général et une compagnie de fusilier. La compagnie de quartier général comprend un corps de cornemuse, un magasin et un musée régimentaire. Le régiment fait partie du 38e Groupe-brigade du Canada, un groupe-brigade de la Première réserve de l'Armée canadienne qui fait elle-même partie de la 3e Division du Canada. Son quartier général se situe à Winnipeg au Manitoba. Le commandant actuel du régiment est le lieutenant-colonel S.P. Moran. Depuis 2005, The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada forment, avec The Royal Winnipeg Rifles, un groupement tactique d'infanterie au sein de leur groupe-brigade[1].

Tout comme c'est le cas pour les autres unités de la Première réserve de l'Armée canadienne, le rôle du Royal Regiment of Canada est de former des soldats à temps partiel afin de servir de renfort lors des opérations des Forces armées canadiennes ainsi que d'être prêts pour le service actif pour appuyer les autorités civiles lors de catastrophes naturelles dans la région locale[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lignée des Queen's Own Cameron Highlanders of Canada[2]
Nom Date
The 79th Highlanders of Canada
The 79th Cameron Highlanders of Canada
The Cameron Highlanders of Canada
The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada
The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (Motor)
The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada

Origines et création[modifier | modifier le code]

L'unité a officiellement été créée le à Winnipeg au Manitoba en tant que « The 79th Highlanders of Canada ». Le , elle reçu son premier drapeau régimentaire de la part de D.C. Cameron, la femme du lieutenant-colonel honoraire du régiment. Le suivant, elle fut renommée en « The 79th Cameron Highlanders of Canada ». Le , 11 soldats du régiment participèrent au couronnement du roi George V[2],[3].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le , dans la foulée de la Première Guerre mondiale, des détachement du régiment furent mobilisés pour le service actif afin d'assurer la protection locale[2].

Les unités de la Milice canadienne ne furent pas déployées outre-mer en tant que telles lors de la Première Guerre mondiale, mais servaient à fournir des soldats pours les bataillons du Corps expéditionnaire canadien (CEC). C'est ainsi qu'une compagnie de sept officiers et 250 soldats des Cameron Highlanders of Canada furent mobilisés au camp Valcartier au Québec pour former, avec d'autres régiments écossais, le 16e Bataillon (Canadian Scottish), CEC (en) qui s'embarqua pour l'Angleterre le . Par la suite, les Cameron Highlanders of Canada mobilisèrent une compagnie de 10 officiers et 250 soldats pour faire partie du 27e Bataillon (City of Winnipeg), CEC. Le régiment fournit également le commandant adjoint et la section des transmissions de ce bataillon. Celui-ci combattit en France et en Belgique au sein de la 6e Brigade d'infanterie canadienne de la 2e Division canadienne. Cependant, au fil des pertes et puisque le bataillon ne reçut aucun renfort du régiment, la compagnie formée par les Cameron Highlanders of Canada perdit son identité régimentaire avec le temps[4].

Cérémonie de présentation du drapeau consacré au 43e Bataillon, CEC par le général Sir Arthur Currie

Le premier bataillon complet formé par The 79th Cameron Highlanders of Canada fut le 43e Bataillon (Cameron Highlanders of Canada), CEC créé le . Celui-ci s'entraîna d'abord à Winnipeg avant de s'embarquer, à Montréal, le , pour l'Angleterre avec un effectif total de 39 officiers et 1 020 soldats. En Europe, le bataillon a d'abord fournit deux contingents de renforts au 16e Bataillon avant d'être lui-même renforcé de soldats provenant du régiment au Canada pour revenir à son effectif de bataille et être déployé sur le front au sein de la 9e Brigade d'infanterie canadienne de la 3e Division canadienne[4].

Le , le régiment est renommé en « The Cameron Highlanders of Canada », puis, le , il reçoit la désignation royale et est renommé en son nom actuel, « The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada »[2],[5].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Un véhicule militaire canadien abandonné sur la plage suite au raid de Dieppe le

Le , lors de la Seconde Guerre mondiale, The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada mobilisèrent un bataillon pour l'Armée active. Le , celui-ci reçut la désignation de 1er Bataillon tandis que le bataillon de réserve devint le 2e Bataillon. Le suivant, le 1er Bataillon s'embarqua pour la Grande-Bretagne. Il prit part à sa première bataille le en faisant partie des troupes canadiennes qui participèrent au raid de Dieppe. Plus précisément, il débarqua à Pourville à l'ouest de Dieppe en appui au South Saskatchewan Regiment (en). Les Cameron Highlanders of Canada ont perdu 76 soldats au cours de cette opération[5].

Le suivant, il débarqua en Normandie en tant que composante de la 6e Brigade d'infanterie canadienne de la 2e Division d'infanterie canadienne. Il combattit sur le front de l'Ouest jusqu'à la fin du conflit et participa notamment aux opérations Atlantic, Spring et Totalize pour la prise de Falaise. Le 1er Bataillon fut dissous le et The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada redevinrent un régiment d'un seul bataillon de réserve[2],[5].

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Des membres des Queen's Own Cameron Highlanders of Canada se sont portés volontaires pour servir lors d'opérations de maintien de la paix telles qu'en Bosnie. Des soldats du régiment ont également servi lors de la guerre d'Afghanistan[6].

Commandants[modifier | modifier le code]

Liste des commandants des Queen's Own Cameron Highlanders of Canada[7]
Nom Années
Lieutenant-colonel R.M. Thomson
(tué au combat aux hauteurs de l'Ancre le )
1910 à 1913
Lieutenant-colonel J.A. Cantlie 1913 à 1920
Lieutenant-colonel H.F. Osler 1920
Lieutenant-colonel J.C. Gillespie, VD 1920 à 1922
Lieutenant-colonel J.D. Sinclair, VD 1922 à 1925
Lieutenant-colonel W.A. Hossie, VD 1925 à 1927
Lieutenant-colonel D.S. Mackay, OBE, VD 1928 à 1934
Lieutenant-colonel R. Hunter Young 1934 à 1938
Lieutenant-colonel H. MacKenzie, ED 1938 à 1941
Lieutenant-colonel G.F. Dudley, MC, MM, VD 1941 à 1942
Lieutenant-colonel A.C. Gostling
(tué au combat à Dieppe le )
1942
Lieutenant-colonel D.G. Cunningham, DSO 1942 à 1943
Lieutenant-colonel A.T. Law, DSO 1943 à 1944
Lieutenant-colonel N.H. Ross, DSO, ED
(blessé au combat à Saint-André-sur-Orne le )
1944
Lieutenant-colonel J. Runcie, MC
(blessé au combat à Fontenay-le-Marmion le )
1944
Lieutenant-colonel C.W. Ferguson
(tué au combat à Fontenay-le-Marmion le )
1944
Lieutenant-colonel A.S. Gregory, DSO
(blessé au combat à La Chenaie-Moulineaux le )
1944
Lieutenant-colonel E.P. Thompson, DSO
(tué au combat à la crête de Calcar le )
1944 à 1945
Lieutenant-colonel A.A. Kennedy, DSO, ED 1945
Lieutenant-colonel R.L. Rutherford 1945
Lieutenant-colonel J.M. Creighton
(2e Bataillon)
1940 à 1946
Lieutenant-colonel R.S. Robertson, MC 1946 à 1949
Lieutenant-colonel D.J. Gillespie, CD 1949 à 1957
Lieutenant-colonel J.A.D. Graham, CD 1957 à 1960
Lieutenant-colonel H. Comack, CD 1961 à 1964
Lieutenant-colonel D. Ludlow, CD 1965 à 1969
Lieutenant-colonel B.D. Macpherson, CD 1969 à 1970
Lieutenant-colonel G.W.F. Carsted, CD 1970 à 1973
Lieutenant-colonel R.W. Churchward, CD 1974 à 1976
Lieutenant-colonel A.S. Will, CD 1977 à 1980
Lieutenant-colonel A.D. Sutton, CD 1981 à 1984
Lieutenant-colonel A.S. Will, CD 1984 à 1987
Lieutenant-colonel N.D. Laird, CD 1987 à 1989
Lieutenant-colonel J.A.K. McCuaig, CD 1989 à 1992
Lieutenant-colonel S.B. Anema, CD 1992 à 1996
Lieutenant-colonel D.E. Steenson, CD 1996 à 1998
Lieutenant-colonel B. Hasiuk, CD 1998 à 2002
Lieutenant-colonel P.M. Walsh, CD 2002 à 2005
Lieutenant-colonel C.W. Buchanan, CD 2005 à 2008
Lieutenant-colonel T.E. McManus, CD 2008
Lieutenant-colonel B.W. Takeuchi, CD 2008 à 2012
Lieutenant-colonel S. Wut, CD 2012 à...
Lieutenant-colonel S.P. Moran, CD ...

Perpétuations[modifier | modifier le code]

Rectangle gris surmonté d'un cercle bleu
Insigne distinctif du 43e Bataillon (Cameron Highlanders of Canada), CEC
Un peloton du 43e Bataillon (Cameron Highlanders of Canada), CEC) à Winnipeg le
Portrait du lieutenant Robert Shankland, membre du 43e Bataillon (Cameron Highlanders of Canada), CEC récipiendaire de la croix de Victoria

En plus de sa propre histoire, The Royal Regiment of Canada perpétue l'histoire de six bataillons du Corps expéditionnaire canadien (CEC) de la Première Guerre mondiale : les 43e, 174e et 179e Bataillon "outre-mer", CEC[2]. La majorité des soldats de ces trois bataillons provenaient des Cameron Highlanders of Canada[4].

Le 43e Bataillon (Cameron Highlanders of Canada), CEC a été créé le et recruta à Winnipeg au Manitoba. Le , il s'embarqua pour la Grande-Bretagne à Montréal au Québec avec un effectif de 40 officiers et 998 soldats. Le , il débarqua en France où il combattit au sein de la 9e Brigade d'infanterie canadienne de la 3e Division canadienne jusqu'à la fin du conflit. Il fut démobilisé le et officiellement dissous le [2],[8]. Un membre du 43e Bataillon a été décoré de la croix de Victoria, la plus haute récompense des forces du Commonwealth, le lieutenant Robert Shankland, pour ses actions au cours de la bataille de Passchendaele le [9].

Liste des commandants du 43e Bataillon (Cameron Highlanders of Canada) du Corps expéditionnaire canadien[7]
Nom Années
Lieutenant-colonel R.M. Thomson
(tué au combat aux hauteurs de l'Ancre le )
1914 à 1916
Lieutenant-colonel W. Grassie, DSO 1916 à 1917
Lieutenant-colonel W.K. Chandler, DSO 1917
Lieutenant-colonel H.M. Urquhart, DSO, MC 1917 à 1918
Lieutenant-colonel W.K. Chandler, DSO 1917 à 1918

De leurs côtés, les 174e et 179e Bataillon d'infanterie "outre-mer", CEC furent créés le . Le 179e s'embarqua pour la Grande-Bretagne le de la même année tandis que le 174e le fit le . Leur personnel servit de renforts aux troupes canadiennes au front. Le 179e fut dissous le tandis que le 174e le fut le de la même année[2].

Liste des commandants du 174e et 179e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien[7]
174e Bataillon 179e Bataillon
Nom Années Nom Années
Lieutenant-colonel J.A. Cantlie 1916 Lieutenant-colonel J.A. Cantlie 1916
Lieutenant-colonel H.F. Osler 1917 Lieutenant-colonel J.Y. Reid 1916 à 1917

Honneurs de bataille[modifier | modifier le code]

Le drapeau consacré régimentaire des Queen's Own Cameron Highlanders of Canada affichant 20 des 38 honneurs de bataille du régiment
Photographie en noir et blanc de véhicules militaires amphibies embarquant sur l'eau
Des véhicules amphibies transportant les troupes de la 1re Armée canadienne pendant la bataille de l'Escaut en Belgique en septembre 1944 lors de la Seconde Guerre mondiale
Article détaillé : Honneur de bataille.

Les honneurs de bataille sont le droit donné par la Couronne au régiment d'apposer sur ses couleurs les noms des batailles ou des conflits dans lesquels il s'est illustré. Au cours de son histoire, The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada ont reçu un total de 38 honneurs de bataille[2],[10],[11].

Honneurs de bataille des Queen's Own Cameron Highlanders of Canada[2],[10]
Première Guerre mondiale
Ypres, 1915, '17 Festubert, 1915
Mont Sorrel Somme, 1916
Flers-Courcelette Crête d'Ancre
Arras, 1917, '18 Vimy, 1917
Côte 70 Passchendaele
Amiens Scarpe, 1918 (en)
Drocourt-Quéant (en) Ligne Hindenburg
Canal du Nord Cambrai, 1918
Poursuite vers Mons France et Flandres, 1915-18
Seconde Guerre mondiale
Dieppe Crête de Bourguébus
Saint-André-sur-Orne Crête de Verrières-Tilly-la-Campagne
Falaise Route de Falaise
La Laison Forêt de la Londe
Dunkerque, 1944 L'Escaut
Woensdrecht Beveland-Sud
La Rhénanie La Hochwald
Xanten Le Rhin
Groningue Oldinburg
Nord-Ouest de l'Europe, 1942, 1944-1945
Guerre d'Afghanistan[11]
Afghanistan

Traditions et patrimoine[modifier | modifier le code]

Drapeau de camp des Queen's Own Cameron Highlanders of Canada
Son Altesse Royale le prince Philip le duc d'Édimbourg, colonel en chef des Queen's Own Cameron Highlanders of Canada

L'uniforme, les traditions et les symboles des Queen's Own Cameron Highlanders of Canada sont basés sur ceux des highlanders écossais[12]. Il s'agit des éléments essentiels à l'identité régimentaire. Le symbole le plus important est l'insigne du régiment qui est composé de la figure de saint André tenant sa croix d'argent debout sur un monticule de sinople avec le tout environné de chardons mouvant à partir de quatre listels d'or portant le nom du régiment en lettre majuscules de sinople. La figure et la croix de saint André ainsi que les chardons sont des symboles de l'Écosse souvent utilisés par les unités « highlanders »[2].

Lorsque, le , le régiment a reçu le titre royal de « Queen's Own », il a été décidé de changer l'insigne régimentaire pour utiliser la figure de saint André en s'inspirant de l'insigne porté par les Queen's Own Cameron Highlanders de la British Army auquel le régiment était affilié depuis 1911. Suite à trois amalgamations en 1961, en 1994 et en 2006, ces derniers sont devenus le 4e bataillon du Royal Regiment of Scotland auquel le jumelage a été transféré. De plus, The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada sont également affiliés avec The Cameron Highlanders of Ottawa depuis 1923[2],[13]. Le nouvel insigne de coiffure a été autorisé officiellement le et a été reçu par le régiment le , mais n'a commencé à être porté qu'à la fin des années 1930[14].

De plus, les soldats des Queen's Own Cameron Highlanders of Canada portent le tartan de Cameron of Erracht qui a été créé en 1793 lorsque le 79th Regiment of Foot (Cameronian Volunteers), qui est devenu plus tard les Queen's Own Cameron Highlanders, de la British Army]a été levé. Un autre élément important de l'uniforme des soldats des Queen's Own Cameron Highlanders of Canada est la plume (hackle) bleu royal. Ceux-ci la portent depuis leur arrivée en Angleterre au début de la Seconde Guerre mondiale et l'ont repris des Queen's Own Cameron Highlanders de la British Army auxquels ils étaient affiliés. Bien qu'ils l'aient porté tout au long de la guerre, la plume bleu royal ne fut officiellement approuvée par le roi George VI qu'en 1945[15].

Un autre facette importante de l'identité d'un régiment est les marches régimentaires. The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada en ont deux : The Piobaireachd of Donald Dhu et March of the Cameron Men. Chacune des compagnies a également une marche : Blue Bonnets Over the Border pour la compagnie A, A Hundred Pipers pour la compagnie B, Glendaruel Highlanders pour la compagnie C, Bonnie Dundee pour la compagnie D, The Muckin’ O’ Geordie’s Byre pour la compagnie de quartier-général et d'appui ainsi que Queen Elizabeth pour la compagnie d'administration[16]. De plus, la devise du régiment est « Ullamh » qui signifie « Prêt » en gaélique écossais[2].

Outre sa structure opérationnelle, le régiment possède une gouvernance cérémonielle. La position la plus importante de cette gouvernance est celle de colonel en chef. Historiquement, le colonel en chef d'un régiment était son mécène, souvent royal. Le colonel en chef des Queen's Own Cameron Highlanders of Canada est Son Altesse Royale le prince Philip le duc d'Édimbourg[2].

Les traditions observées par le régiment incluent la célébration d'un souper le samedi le plus près de l'anniversaire de Robbie Burns le , une parade en église dans la chapelle régimentaire qui est une église presbytérienne de Winnipeg le premier dimanche de février en commémoration de la levée du régiment le ainsi qu'une partie de hockey sur glace opposant les soldats juniors aux officiers et sous-officiers seniors tenu le jour de parade le plus près de la Saint-Valentin depuis 1996. Lorsqu'un toast est porté lors d'un dîner régimentaire par exemple, le cornemuseur-major le porte en disant « Slainte agus sonas de reiligh an regiment, agus du na cardan acha » et le commandant répond « Slainte du piobar ». De plus, la tradition veut que tous les dîners régimentaires commencent à 19h10 pour commémorer la levée du régiment en 1910[15].

Depuis, 1991, le manège militaire Minto (en), contruit de 1914 à 1915 à Winnipeg au Manitoba, où s'entraînent les Camerons of C, est reconnu comme un lieu historique national du Canada[17].

Cadets[modifier | modifier le code]

Le Winnipeg Highland Cadets Corps a été créé le et a été relié aux Cameron Highlanders of Canada depuis sa formation puisque le premier commandant était un membre du régiment. En mars 1914, le corps de cadets a officiellement été affilié au régiment. En décembre 1930, le corps de cadets a changé son nom pour « The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada Cadet Battalion » et a adopté l'uniforme du régiment incluant son insigne, sa plume bleu royal et son glengarry bleu foncé[18].

Ordre de préséance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Queen's Own Cameron Highlanders of Canada », sur Armée canadienne (consulté le 4 décembre 2017).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada », sur Direction Histoire et patrimoine de la Défense nationale et les Forces armée canadiennes (consulté le 4 décembre 2017).
  3. (en) « A Highland Regiment for Winnipeg 1910-1914 », sur The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (consulté le 5 décembre 2017).
  4. a, b et c (en) « The Great War, 1914-1918 », sur The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (consulté le 5 décembre 2017).
  5. a, b et c « The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada », sur Anciens Combattants Canada (consulté le 6 décembre 2017).
  6. (en) « Post War », sur The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (consulté le 4 décembre 2017).
  7. a, b et c (en) « Commanding Officers », sur The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (consulté le 7 décembre 2017).
  8. « 43rd Canadian Infantry Battalion », sur Bibliothèque et Archives Canada (consulté le 7 décembre 2017).
  9. (en) John F. Meek, Over the Top! The Canadian Infantry in the First World War, Orangeville (Ontario), John F. Meek, (ISBN 0906158109).
  10. a et b (en) « Battle Honours », sur The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (consulté le 5 décembre 2017).
  11. a et b (en) « Canadian Army Units Receiving the Battle Honour "Afghanistan" », sur The Regimental Rogue (consulté le 29 avril 2017).
  12. (en) « Uniform & Insignia », sur The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (consulté le 7 décembre 2017).
  13. (en) « Regimental Appointments », sur The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (consulté le 5 décembre 2017).
  14. (en) « Accoutrements », sur The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (consulté le 7 décembre 2017).
  15. a et b (en) « Regimental Traditions », sur The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (consulté le 5 décembre 2017).
  16. (en) « Pipes and Drums », sur The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (consulté le 7 décembre 2017).
  17. « Manège militaire Minto », sur Lieux patrimoniaux du Canada (consulté le 7 décembre 2017).
  18. (en) « Cadets », sur The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada (consulté le 5 décembre 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Grant Charles Alexander Tyler, The lion rampant: a pictorial history of the Queen's Own Cameron Highlanders of Canada, 1910-1985, Winnipeg (Manitoba), Queen's Own Cameron Highlanders of Canada, .
  • (en) J.D. Sinclair, The Queen's Own Cameron Highlanders of Canada: twenty-fifth anniversary souvenir, Winnipeg (Manitoba), Cameron Highlanders Association, .
  • (en) Paul P. Hutchison (colonel), The 73rd Battalion: Royal Highlanders of Canada, 1915-1917 - The Official History of the 73rd Battalion, CEF, (ISBN 978-0-9782507-2-0).
  • (en) Roy Stubbs, Men in khaki: four regiments of Manitoba, Toronto (Ontario), Ryerson Press, .

Liens externes[modifier | modifier le code]