The Miseducation of Lauryn Hill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
The Miseducation of Lauryn Hill

Album de Lauryn Hill
Sortie
Enregistré 1997-1998
Durée 77:39
Genre Hip-hop, RnB, neo soul
Producteur Lauryn Hill, Vada Nobles
Label Ruffhouse, Columbia
Critique

Albums de Lauryn Hill

The Miseducation of Lauryn Hill est le premier et le seul album studio de Lauryn Hill sorti le sur le label Ruffhouse. L'album fut nommé dix fois aux Grammy Awards en 1999 et gagna cinq prix, dont celui du meilleur album de l'année. En date de 2008, l'album s'est vendu à plus de 18 millions de copies à travers le monde.

Création de l'album[modifier | modifier le code]

En 1997, après sa séparation avec son groupe Fugees, Hill commença la production d'un album qui allait devenir, à terme, The Miseducation of Lauryn Hill. Le titre fut partiellement inspiré par The Education of Sonny Carson, une nouvelle autobiographique et un film au sujet d'un jeune afro-américain troublé[2].

Les collaborations[modifier | modifier le code]

L'album inclut différentes collaborations avec le chanteur de neo soul D'Angelo sur le titre Nothing Even Matters, avec le guitariste Carlos Santana sur Zion, avec la chanteuse de RnB Mary J. Blige sur I Used to Love Him ; mais aussi avec des artistes moins connus à l'époque, comme John Legend jouant du piano sur le titre Everything is Everything. Les chansons de cet album furent dans la majorité écrites dans le studio Attic à South Orange dans le New Jersey et furent enregistrées dans les studios Chung King en Jamaïque[3],[4]. Initialement, Wyclef Jean ne soutenait pas Hill dans l'enregistrement de son album solo mais proposa son aide à la production. Hill refusa[5].

La plupart des chansons de cet album traitent de ses frustrations avec les Fugees[3]. I Used to Love Him traite de la rupture artistique entre Hill et Wyclef Jean[3]. To Zion parle de sa décision d'avoir son premier enfant, même si beaucoup à ce moment-là l'encourageaient à avorter pour ne pas gêner sa carrière florissante[6].

The Miseducation of Lauryn Hill contient beaucoup d'interlude de son professeur parlant de différents sujets à une classe d'enfant. En fait, le « professeur » est joué par Ras Baraka (un poète, éducateur et politicien parlant à un groupe d'enfants dans le salon de la maison de Hill, dans le New Jersey)[2] La chanteuse demanda à Baraka de parler aux enfants du concept de l'amour et d'improviser un débat sur ce sujet[2].

Bien que cet album fut largement un travail collaboratif entre Hill et un groupe de musiciens connus sous le nom de New Ark (Vada Nobles, Rasheem Pugh, Tejumold and Johari Newton), il y eut "une pression du label pour faire le truc de Prince, c'est-à-dire que toutes les chansons soient créditées par un 'écrit et produit par' de l'artiste avec une brève mention d'une aide extérieure[7],[5] .

Alors qu'elle était en train d'enregistrer son album, on demanda à Hill de fournir des contrats ou des documents légaux aux musiciens mais elle répondit : « Nous nous aimons tous. Ceci n'a rien à voir avec des contrats. Ceci est quelque chose de béni »[5]. Hill, ses managers et son label de musique furent poursuivis en justice en 1998 par New Ark, déclarant qu'ils avaient coécrit et coproduit 13 des 14 titres de l'album[8] Les poursuites furent abandonnées au profit d'un règlement à l'amiable, pour un montant de 5 millions de dollars[9].

Succès de l'album[modifier | modifier le code]

En 1998, The Miseducation of Lauryn Hill sortit et fut un succès tant commercial qu'auprès des critiques. L'album se vendit à 423 000 copies lors de sa première semaine et atteint le haut du classement d'album Billboard 200 durant 4 semaines et entra dans le classement Billboard des albums RnB durant 6 semaines.

Le premier single extrait de l'album fut Lost Ones (classé 27e aux États-Unis) et sortit au printemps 1998. Le second fut Doo Wop (That Thing), qui atteint la première place des classements Billboard. D'autres singles sortirent en support de l'album, comme Ex-Factor (classé 21e aux États-Unis), Everything Is Everything (classé 35e aux États-Unis), et To Zion.

Aux Grammy Awards de 1999, Hill fut nommée dix fois, devenant par la même la première artiste féminine à être nommée 10 fois la même année. Hill remporta 5 Grammys dont celui du Meilleur Album de l'Année (battant Madonna avec son titre Ray Of Light), celui du Meilleur Album RnB, celui de la Meilleure Chanson RnB, celui de la Meilleure Performance Vocable Féminine de RnB et celui du Meilleure Nouvel Artiste. Lauryn Hill décrocha ainsi un nouveau record dans l'industrie de la Musique, en devenant la première femme à obtenir 5 Grammys en une seule nuit. Entre 1998 et 1999, Hill gagna 25 millions de dollars entre les ventes de son album et sa tournée[5].

Hill devint une icône médiatique nationale, des magazines allant du Time à l'Esquire et aux magazines pour adolescents la mettant en couverture. À la fin de l'année, alors que son album faisait partie des favoris parmi les majors de la Musique, on lui attribua la popularisation de la musique Hip-hop auprès du grand public.

À la fin des années 1990, Hill fut reconnue par certains comme une humanitariste. En 1996, elle reçut un Essence Award de la part du magazine Essense pour son travail qui permit la création du projet "Réfugié" (Refugee Project), organisme qui propose des camps de deux semaines pour les jeunes à risque ; mais aussi le support d'autres projets au Kenya et en Ouganda aussi bien que l'organisation d'un concert de rap à Harlem pour promouvoir l'inscription sur les listes électorales. En 1999, Hill reçut 3 récompenses au Annual NAACP Image Awards.

En 1999, le magazine Ebony la classa parmi les "100 femmes noires les plus influentes". Elle fut nommée par le membre du Congrès américain Jesse Jackson, Jr. et d'autres parmi les "10 Pour Demain" dans l'ouvrage EBONY 2000: Spécial Millennium Issue.

En 2003, VH1 nomma cet album le 37e meilleur album de tous les temps. En 2003, l'album fut classé à la 312e place de la liste du magazine Billboard des 500 plus grands albums de tous les temps. Chris Rock le classe à la 23e place de son classement 2005 des « 25 Meilleurs Albums Hip-hop de Tous les Temps »[10].

En 2008, Entertainment Weekly classa The Miseducation of Lauryn Hill à la seconde place des meilleurs albums des 25 dernières années.

Liste des pistes[modifier | modifier le code]

No TitreAuteurSamples et interpolations Durée
1. IntroLauryn Hill 0:47
2. Lost OnesLauryn HillSample Super Hoe de Boogie Down Productions
Interpole Bam Bam de Sister Nancy
5:33
3. Ex-FactorLauryn HillSample Can It Be All So Simple du Wu-Tang Clan 5:26
4. To Zion
(featuring Carlos Santana)
Lauryn Hill 6:09
5. Doo Wop (That Thing)Lauryn Hill 5:20
6. SuperstarLauryn HillInterpole Light My Fire des Doors 4:57
7. Final HourLauryn Hill 4:16
8. When It Hurts So BadLauryn Hill 5:42
9. I Used To Love Him
(featuring Mary J. Blige)
Lauryn HillSample Ice Cream de Raekwon 5:39
10. Forgive Them FatherLauryn Hill, Julian MarleySample Concrete Jungle de Bob Marley 5:15
11. Every Ghetto, Every CityLauryn HillInterpole Heaven and Hell Is on Earth de 20th Century Steel Band 5:14
12. Nothing Even Matters
(featuring D'Angelo)
Lauryn Hill, D'Angelo 5:50
13. Everything Is EverythingLauryn Hill 4:53
14. The Miseducation of Lauryn HillLauryn Hill 4:17
69:18
Titres bonus
No TitreAuteurSamples et interpolations Durée
15. Can't Take My Eyes Off YouLauryn HillReprise de la chanson de Frankie Valli 3:41
16. Tell HimLauryn Hill 4:40
77:39

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

Classements[modifier | modifier le code]

Album[modifier | modifier le code]

Année Classement Meilleure
position
1998 The Billboard 200 1
Top Canadian Albums 1
Top R&B/Hip-Hop Albums 1
2007 Top Rap Albums 12

Singles[modifier | modifier le code]

Single Meilleure
position
Hot R&B/Hip-Hop
Singles & Tracks
Hot Rap
Singles
Latin Pop
Airplay
Latin Tropical/
Salsa Airplay
Rhythmic
Top 40
The Billboard
Hot 100
Top 40
Mainstream
Top 40
Tracks
Doo Wop (That Thing) 2 1 20 20 1 1 29 12
Can't Take My Eyes Off Of You 45 2
Everything Is Everything 14 18 35
Ex-Factor 7 9 21
To Zion 77
Nothing Even Matters 25

Certifications[modifier | modifier le code]

Pays Certification Ventes
Drapeau de l'Australie Australie (ARIA) Disque de platine Platine[11] 70 000
Drapeau de l'Autriche Autriche (IFPI Autriche) Disque d'or Or[12] 25 000
Drapeau de la Belgique Belgique (BEA) Disque d'or Or[13] 10 000
Drapeau du Canada Canada (Music Canada) Disque de platine 7 × Platine[14] 700 000
Drapeau des États-Unis États-Unis (RIAA) Disque de platine 8 × Platine[15] 8 000 000
Drapeau de la France France (SNEP) Disque d'or 2 × Or[16] 200 000
Drapeau du Japon Japon (RIAJ) Disque de diamant Diamant[17] 1 000 000
Drapeau de la Norvège Norvège (IFPI Norvège) Disque de platine Platine[18] 50 000
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RMNZ) Disque de platine 3 × Platine[19] 45 000
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (NVPI) Disque de platine Platine[20] 100 000
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (BPI) Disque de platine 3 × Platine[21] 900 000
Drapeau de la Suède Suède (GLF) Disque d'or Or[22] 40 000
Drapeau de la Suisse Suisse (IFPI Suisse) Disque de platine Platine[23] 50 000
Monde Monde 18 000 000

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) XXL, « Retrospective: XXL Albums », XXL Magazine, December 2007 issue,‎
  2. a b et c (en) Article du magazine Rolling Stone : "Inside "The Miseducation of Lauryn Hill: page 7."
  3. a b et c (en) Article du magazine Rolling Stone : "Inside "The Miseducation of Lauryn Hill: page 3."
  4. (en) Article du magazine Rolling Stone : "Inside "The Miseducation of Lauryn Hill: page 5."
  5. a b c et d (en) Article du magazine Rolling Stone : "The Mystery of Lauryn Hill".
  6. (en) Article du magazine Rolling Stone : "Inside "The Miseducation of Lauryn Hill: page 4."
  7. (en) Article du magazine Rolling Stone : "Inside "The Miseducation of Lauryn Hill: page 8."
  8. (en) L'imbroglio juridique de ‘Miseducation’
  9. (en) Article du magazine Rolling Stone : "Inside "The Miseducation of Lauryn Hill: page 1."
  10. (en) Liste des 25 Meilleurs Albums Hip-hop de Tous les Temps de Chris Rock
  11. (en)« Certification - ARIA », sur Australian Recording Industry Association (consulté le 5 janvier 2019)
  12. (de)« Certification - IFPI Austria », sur International Federation of the Phonographic Industry Austria (consulté le 5 janvier 2019)
  13. (be)« Certification - BEA », sur Belgian Entertainment Association (consulté le 5 janvier 2019)
  14. (en)« Certification - Music Canada », sur Music Canada (consulté le 5 janvier 2019)
  15. (en)« Certification - RIAA », sur Recording Industry Association of America (consulté le 5 janvier 2019)
  16. (fr)« Certification - SNEP », sur Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 5 janvier 2019)
  17. (ja)« Certification - RIAJ », sur Recording Industry Association of Japan (consulté le 5 janvier 2019)
  18. (no)« Certification - IFPI Norway », sur International Federation of the Phonographic Industry Norway (consulté le 5 janvier 2019)
  19. (en)« Certification - RMNZ », sur Recorded Music NZ (consulté le 5 janvier 2019)
  20. (nl)« Certification - NVPI », sur Nederlandse Vereniging van Producenten en Importeurs van beeld- en geluidsdragers (consulté le 5 janvier 2019)
  21. (en)« Certification - BPI », sur British Phonographic Industry (consulté le 5 janvier 2019)
  22. (sw)« Certification - GLF », sur Grammofonleverantörernas förening (consulté le 5 janvier 2019)
  23. (sw)« Certification - IFPI Suisse », sur IFPI (consulté le 5 janvier 2019)