The Lighthouse (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
The Lighthouse
Réalisation Robert Eggers
Scénario Robert Eggers
Max Eggers
Acteurs principaux
Sociétés de production A24 Films
New Regency
RT Features
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
Genre Horreur
Durée 110 minutes
Sortie 2019


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Lighthouse, ou Le phare au Québec, est un film d'horreur américano-canadien réalisé par Robert Eggers, sorti en 2019.

Le film fait la couverture de La Septième Obsession [1] et reçoit des critiques plutôt élogieuses[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans le dernier tiers du XIXe siècle aux États-Unis, deux gardiens de phare viennent relever l'équipe précédente sur un îlot éloigné des terres, au large de la Nouvelle-Angleterre. Ils doivent y rester quatre semaines mais la tempête empêchera le bateau de venir les chercher. Le chef de phare est très autoritaire et se réserve l'accès à la lampe du phare, où il cache peut-être un secret que son assistant voudrait connaître. Celui-ci effectue sa première mission et découvre le métier, mais le chef le cantonne aux plus basses besognes. Il a cependant lui aussi un secret et pourrait ne pas être celui qu'il prétend. Il est en outre en proie à des cauchemars et à des hallucinations, et est hanté par ses visions, en particulier celle d'une sirène.

Leur relation se détériore progressivement entre rapports hiérarchiques tendus, beuveries joyeuses, bagarres violentes, imprécations et confidences, sur un îlot bientôt battu par la tempête.

Esthétique[modifier | modifier le code]

Le film repose sur un double parti-pris esthétique : l'utilisation du noir et blanc, et celle d'un format variable selon les scènes voire au sein d'une même scène, passant du rectangle au carré.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[3]

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale du film est entièrement signée Mark Korven, elle sort le sous le label Milan.

The Lighthouse (film)

Bande originale de Mark Korven
Sortie 18 octobre 2019
Durée 36:24
Label Milan

Bandes originales par Mark Korven

Liste des titres
No Titre Durée
1. Arrival 1:49
2. Sonovabitch 3:32
3. Cistern / Old on Lens 2:41
4. Swab Dog Swab / Seagull / Winslow's Story 3:22
5. Curse Your Name / Dirty Weather 3:48
6. Murder / Mermaid / Heavy Labour 2:38
7. Stranded 2:18
8. The Sea King's Fury 2:59
9. Mermaid Lust / Stabbing the Charm 2:35
10. Why'd Ya Spill Yer Beans? 2:34
11. Filthy Dog 3:21
12. The Light Belongs to Me 1:13
13. Into the Light 3:32

Sortie[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

The Lighthouse
Score cumulé
SiteNote
Allociné3.7 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Libération4.0 étoiles sur 5[4]
CinéSéries4.0 étoiles sur 5[5]
Première3.0 étoiles sur 5[6]

En France, le site Allociné recense une moyenne des notes des critiques de presse de 3,6/5[7].

Libération est conquis par le film : « En surrégime permanent, le récit empile les morceaux de bravoure et les soliloques avinés, trouvant dans ces enflures la matière même de sa monstrueuse beauté. »[8]

CinéSéries a adoré le film et dit que « "The Lighthouse" est un choc sonore et visuel absolument captivant, qui a le mérite de ne jamais donner le mal de mer. »[9]

Première a beaucoup apprécié le film : « Mythologie grecque, histoires de fantômes et autres légendes de la mer... Eggers évite le gloubi-boulga en délivrant une œuvre à son image : radicale, sombre, jusqu’au-boutiste. Et s’impose comme l’un des cinéastes les plus iconoclastes (et weirdo) de notre époque. »[10]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Sélection[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « The Lighthouse, la divine tragédie », La Septième Obsession,‎ , Couverture
  2. « The Lighthouse - critiques presse », sur Allociné
  3. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage Québec (consulté le 22 décembre 2019).
  4. « «THE LIGHTHOUSE», EMBRUNS DE FOLIE », liberation.fr
  5. « The Lighthouse : carrément fou », cineserie.com
  6. « The Lighthouse », premiere.fr
  7. « "The Lighthouse" critiques presse », sur Allociné (consulté le 21 décembre 2019).
  8. « «The Lighthouse», embruns de folie », sur Libération.fr, (consulté le 13 janvier 2020)
  9. « Critique de The Lighthouse (Film, 2016) », sur CinéSéries, (consulté le 13 janvier 2020)
  10. « The Lighthouse », sur Premiere.fr (consulté le 13 janvier 2020)
  11. « Festival de Deauville. Le film « Bull », d’Annie Silverstein, primé trois fois », sur Ouest France, (consulté le 14 septembre 2019).
  12. franceinfo Culture avec agences, « 51e Quinzaine des Réalisateurs à Cannes: des films d'auteur et de genre côte à côte », francetvinfo.fr,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]