The Legend of Zelda: Link's Awakening (remake)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le remake sorti en 2019. Pour le jeu original sorti en 1993, voir The Legend of Zelda: Link's Awakening.

The Legend of Zelda
Link's Awakening
The Legend of Zelda: Link's Awakening est écrit en lettres blanches sur fond noir.
Logo du jeu.

Éditeur Nintendo
Développeur Nintendo EPD
Grezzo

Date de sortie
Franchise The Legend of Zelda
Genre Jeu d'action-aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Nintendo Switch

Évaluation CERO : B ?
ESRB : E ?
PEGI : 7 ?

The Legend of Zelda: Link's Awakening est un jeu d'action-aventure développé par Grezzo et édité par Nintendo, sorti le sur Nintendo Switch. Il s'agit d'un remake du jeu éponyme sorti en 1993 sur Game Boy. Le jeu conserve sa caméra en vue de dessus et ses mécaniques de jeu, tout en subissant une refonte graphique, inspirée de jouets.

Trame[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Chronologie de la série The Legend of Zelda
La tradition divine et le Héros du Temps
Défaite Victoire
Le déclin d’Hyrule Le monde de l’ombre Le nouveau monde

The Legend of Zelda: Link's Awakening est un remake du jeu du même nom sorti en 1993 sur Game Boy[2]. Il se déroule ainsi dans le même univers que le jeu original, l'île de Cocolint, qui n'est pas située dans le royaume d'Hyrule. Le joueur y rencontre ainsi des personnages différents des autres jeux[3].

Le jeu se situe chronologiquement dans la temporalité où Link a été incapable de vaincre Ganon, et se place en suite directe de The Legend of Zelda: A Link to the Past. Les événements qui surviennent dans ce jeu se situent avant ceux racontés dans The Legend of Zelda: Oracle of Seasons et Oracle of Ages[a 1].

Univers[modifier | modifier le code]

Les événements du jeu se déroulent exclusivement sur l'île Cocolint, une île reculée et loin d'Hyrule, peuplée d'habitants amateurs de musique et ignorant tout du monde extérieur[a 2]. Il s'agit d'une île verdoyante et luxuriante, cernée par les océans qui l’entourent, caractérisée par l’œuf géant posé sur sa plus haute montagne[a 3],[4]. En plus des humains, on retrouve sur cette île des Zora, ainsi qu'un village peuplé d'animaux[a 4],[a 5].

Dans cet opus, Link doit chercher à réveiller un poisson-rêve enfermé dans l’œuf surplombant l'île à l'aide d'instruments de musique, pour le sortir du cauchemar dans lequel il est plongé. La princesse Zelda est ainsi absente de ce jeu[5].

Personnages[modifier | modifier le code]

Homme déguisé, portant une tunique verte, de longues oreilles, des cheveux blonds et une épée.
Cosplay de Link, le héros du jeu.

Le joueur incarne Link, qui reprend ses caractéristiques physiques principales des différents opus. Son design inaugure ici un nouveau style graphique, s'inspirant du plastique et de la plasticine, proche du jouet[6], se démarquant ainsi du style plus cartoon présent dans The Legend of Zelda: The Wind Waker ou The Legend of Zelda: A Link Between Worlds, ou du style réaliste présent dans The Legend of Zelda: Twilight Princess[7]. Il garde néanmoins des caractéristiques communes à ses incarnations précédentes, inspiré d'un elfe et reprenant les traits de Peter Pan, ainsi que la couleur verte de sa tunique[8],[a 6]. Étant la suite directe de The Legend of Zelda: A Link to the Past, Link est le même héros que dans ce jeu, un descendant des chevaliers royaux d'Hyrule. Suite à son triomphe contre Ganon dans l'opus précédent, il décide de prendre la mer pour s'entraîner, avant qu'une tempête ne lui fasse faire naufrage sur l'île Cocolint[a 7],[9].

Parmi les personnages secondaires que le joueur croise dans le jeu, on retrouve Marine, une jeune fille qui vient à son secours après son naufrage[10], et qui partage une maison sur la plage avec Tarkin, son père[a 3]. Link est également aidé dans son aventure par un hibou, qui lui donne des conseils dans son aventure[a 3],[11],[12].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des jeux de la franchise, The Legend of Zelda: Link's Awakening est un jeu d'action-aventure centré sur l'exploration, la résolution d'énigmes et le combat[13], se déroulant dans un univers médiéval-fantastique et utilisant une vue de dessus[6],[14]. Le jeu alterne entre phase d'exploration du monde ouvert qu'est l'île de Cocolint et phase d'exploration de donjons, dans lequel le joueur doit combattre des boss et résoudre des énigmes[13].

Contrairement aux autres opus de la saga principale, Link's Awakening propose au joueur plusieurs phases de défilement horizontal ou de plateformes[4], issues du jeu original et n'ayant pas fait de retour dans les autres jeux de la saga[15]. Il met également en scène des références à l'univers de Super Mario Bros.[5], comme des Goombas, des ennemis récurrents de cette franchise[4].

Comme dans de nombreux opus de la franchise, le joueur rencontre des poules dans son aventure, qui lui permettent d'atteindre des endroits inaccessibles mais qui sont également des ennemis du joueur si elles sont attaquées[4].

Développement[modifier | modifier le code]

Console portable à l'écran noir et aux manettes rouges et bleues.
Nintendo Switch, console sur laquelle est développé le remake de Link's Awakening.

The Legend of Zelda: Link's Awakening est un remake du jeu du même nom sorti en 1993 sur Game Boy[16], qui avait d'ailleurs déjà été remastérisé pour la Game Boy Color en 1998 sous le nom de The Legend of Zelda: Link's Awakening DX[6],[4]. Dans le jeu original, les graphismes sont en deux dimensions et utilisent la technique du flip-screen : la carte est divisée en de nombreux rectangles correspondant chacun à la taille exacte de l'écran. Le jeu affiche un seul écran fixe, dans lequel le joueur peut déplacer le personnage librement. Lorsque le personnage atteint n'importe lequel des côtés de l'écran, un effet de transition fait disparaître l'écran en cours et affiche la partie adjacente de la carte, offrant de nouveaux graphismes, lieux et ennemis[17]. Le remake utilise lui une résolution écran large sur l'écran de la Nintendo Switch[13], ainsi que des graphismes en trois dimensions[4].

C'est le studio japonais Grezzo, déjà responsable du portage sur la Nintendo 3DS des opus Nintendo 64 The Legend of Zelda: Ocarina of Time et The Legend of Zelda: Majora's Mask ou de la réalisation d'un autre opus 3DS, The Legend of Zelda: Tri Force Heroes, qui est chargé de développer ce remake[18].

Le jeu adopte une nouvelle direction artistique, qualifiée de « rétro-moderne » par le site spécialisé Engadget[19], qui se distingue des autres styles graphiques de la série[7]. L'utilisation de modèles graphiques semblant avoir été fait avec de la pâte à modeler, rappelant les jouets, se distingue des design utilisés le plus souvent dans les jeux Zelda en vue de dessus, inspirés de The Legend of Zelda: The Wind Waker, The Legend of Zelda: Four Swords Adventures ou The Legend of Zelda: A Link Between Worlds[7], mais également du style graphique ayant inspiré le jeu original, celui de The Legend of Zelda: A Link to the Past[20],[6].

Commercialisation[modifier | modifier le code]

The Legend of Zelda: Link's Awakening est annoncé lors d'un Nintendo Direct par l'intermédiaire d'une bande-annonce le [21]. Un court métrage au style manga représentant le naufrage de Link sur l'île Cocolint est également publié[4],[22]. Publié par Nintendo, le jeu est annoncé pour sortir dans le courant de l'année 2019 en version physique sous forme de cartouches[23]. Lors de l'E3 2019, une édition limitée comprenant le jeu, un artbook de 120 pages et un emballage métallique à l'effigie de la Game Boy originale est annoncée[24]. Un amiibo représentant Link dans le nouveau style graphique utilisé pour ce jeu est également commercialisé[25].

Une version de démonstration est testée en preview lors de la Japan Expo 2019 à Paris[26].

Accueil[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques
  1. Yamamori et Sakai 2018, Traditions & History, p. 10.
  2. Yamamori et Sakai 2018, Koholint Island: The Dream of the Wind Fish, p. 38.
  3. a b et c Aonuma 2013, Voyage au cœur d'un rêve éphémère, p. 102-103.
  4. Yamamori et Sakai 2018, The Zora: Protectors of the Water, p. 48.
  5. Yamamori et Sakai 2018, The Legend of Zelda: Link's Awakening : Character Relationships, p. 233.
  6. Bonnet 2015, p. 92.
  7. Yamamori et Sakai 2018, Link, the Chosen Hero, p. 19.
Autres références
  1. Clementoss, « E3 2019 : le remake de The Legend of Zelda : Link's Awakening arrive en septembre », sur Jeuxvideo.com, .
  2. (en) Kevin Knezevic, « Zelda: Link's Awakening -- Nintendo Remaking Classic Game Boy Title For Switch : Wake up, Link ! », sur Gamespot, (consulté le 27 mars 2019)
  3. (en) Jordan Devore, « Zelda: Link's Awakening is back with an oh-so-adorable remake for Switch », sur Destructoid, (consulté le 25 mars 2019)
  4. a b c d e f et g Annabelle Georges, « Vingt-six ans après sa sortie, Link's Awakening bientôt adapté sur Nintendo Switch », sur Le Figaro, (consulté le 28 mars 2019)
  5. a et b Christophe Goudaillier, « Jeux vidéo : le Zelda sorti sur Game Boy arrive sur Switch dans une version remaniée », sur Le Parisien, (consulté le 28 mars 2019)
  6. a b c et d (en) Micheal McWhertor, « The Legend of Zelda: Link’s Awakening remake coming to Nintendo Switch : Revisit Link’s classic Game Boy adventure », sur Polygon, (consulté le 26 mars 2019)
  7. a b et c (en) Tom Marks, « Every Art Style Zelda Games Have Ever Had : The Legend of Zelda games have had around 13 distinct art styles across its main series. », sur IGN, (consulté le 26 mars 2019)
  8. William Andureau, « Miyamoto, la Wii U et le secret de la Triforce », sur Gamekult, (consulté le 1er mars 2019).
  9. (en) Rory Young, « The Legend of Zelda: Link’s Awakening Remake Announced for Nintendo Switch », sur Game Rant, (consulté le 26 mars 2019)
  10. « The Legend of Zelda : Link's Awakening - 26 ans plus tard, un remake annoncé sur Nintendo Switch », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 28 mars 2019)
  11. « Zelda : Link's Awakening - Une vidéo comparative entre l'original et le remake », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 28 mars 2019)
  12. Maximilien Cagnard, « Zelda Link's Awakening : des images du jeu, une DA qui divise ? », sur JeuxActu, (consulté le 28 mars 2019)
  13. a b et c (en) Brian Altano, « 6 Questions We Have About The Legend Of Zelda: Link's Awakening Remake », sur IGN, (consulté le 26 mars 2019)
  14. Vincent de Lavaissière, « Un remake de The Legend of Zelda: Link's Awakening annoncé sur Nintendo Switch : De retour sur une console portable. », sur IGN, (consulté le 26 mars 2019)
  15. (en) Sean Buckley, « Legend of Zelda: Link's Awakening remake announced for Nintendo Switch : The first portable Zelda game is coming to Nintendo’s latest handheld. », sur CNET, (consulté le 26 mars 2019)
  16. (en) Chaim Gartenberg, « The Legend of Zelda: Link’s Awakening is getting a 3D Switch remake : Coming late in 2019 », sur The Verge, (consulté le 27 mars 2019)
  17. (en) Tony Mott, « Super Game Boy », Super Play, no 23,‎ , p. 63.
  18. « The Legend of Zelda : Link's Awakening est développé par Grezzo (Majora's Mask 3D, Ocarina of Time 3D...) », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 19 juin 2019)
  19. (en) Nathan Ingraham, « The Link's Awakening remake could be the start of something special : Nintendo has a huge library of under-the-radar games that need to be played. », sur Engadget, (consulté le 28 mars 2019)
  20. (en) Nadia Oxford, « Why Didn't The Legend of Zelda: Link's Awakening Switch Remake Follow in the Footsteps of A Link Between Worlds? : The Link's Awakening remake doesn't appear to be an overhaul like a Link Between Worlds, but does that matter? », sur USGamer, (consulté le 28 mars 2019)
  21. (en) Bryant Francis, « Mario Maker 2 and a Link's Awakening remake drive today's Nintendo Direct », sur Gamasutra, (consulté le 25 mars 2019)
  22. Laurely Birba, « Zelda Link's Awakening : Nintendo annonce le remake sur Switch », sur JeuxActu, (consulté le 29 mars 2019)
  23. (en) Gavin Lane, « Talking Point: Is The Remake Of Zelda: Link’s Awakening Worth $60? : And more importantly, will it still work with the Game Boy Printer? », sur Nintendo Life, (consulté le 25 mars 2019)
  24. Gianni Molinaro, « E3 2019 : Zelda Link's Awakening dévoile sa superbe édition limitée », sur Gameblog, (consulté le 11 juin 2019)
  25. (en) Julia Lee, « There’s going to be an adorable Link’s Awakening amiibo », sur Polygon, (consulté le 11 juin 2019)
  26. Epyon, « Preview The Legend of Zelda : Link's Awakening - une relecture moderne très soignée sur Switch », sur Jeuxvideo.com, .

Bibliographie[modifier | modifier le code]