The Joshua Tree

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir The Joshua Tree (homonymie).
The Joshua Tree
Album de U2
Sortie
Enregistré

Janvier 1986 à janvier 1987 en Irlande.
Drapeau de l'Irlande

Durée 50:11
Genre Rock
Producteur Daniel Lanois et Brian Eno
Label Island Records

Albums de U2

Singles

The Joshua Tree est le cinquième album studio du groupe de rock irlandais U2 sorti le sur le label Island Records. Il est produit par Daniel Lanois et Brian Eno, enregistré par Flood, Dave Meegan et Pat McCarthy et enfin mixé par Steve Lillywhite, Mark Wallis et Mark Kettle.

De genre rock et influencé par le blues, le folk et le gospel, The Joshua Tree est l' « album américain » de U2[1]. Il se compose de 11 chansons de 50 minutes environ. Le disque est en partie un reportage sur le délabrement industriel, politique et moral des Etats-Unis[2]. Il a été conçu dans différents studios dublinois ou lieux irlandais entre janvier 1986 et janvier 1987 : aux STS Studios, à Danesmoate House, à Melbeach et aux Windmill Lane Studios.

C'est l'album de la consécration internationale pour U2[3]. Plébiscité par la critique dès sa sortie, The Joshua Tree se classe no 1 dans 23 pays au monde, avec en prime les honneurs de la couverture de Time Magazine pour le groupe[4]. Ce succès est dû principalement à ses trois tubes planétaires : Where the Streets Have No Name, I Still Haven't Found What I'm Looking For et With or Without You. Le groupe se lance ensuite dans une tournée mondiale intitulée le Joshua Tree World Tour d'avril à décembre 1987. Grâce à ce disque, U2 obtient les deux premiers Grammy Awards de sa carrière dont celui de l'album de l'année le 2 mars 1988.

Considéré comme un des succès musicaux majeurs des années 1980, l'opus figure aussi dans plusieurs listes des meilleurs albums de l'histoire. En 2003, le magazine Rolling Stone classe le disque à la 27e place dans ses 500 meilleurs albums de tous les temps[5]. Réédité le 3 décembre 2007 pour son 20e anniversaire, The Joshua Tree s'est vendu depuis sa publication entre 25 et 28 millions de copies à travers le monde[6],[7],[8].

Du 12 mai au 21 octobre 2017, U2 célèbre les 30 ans de son album culte, en interprétant pour la première fois toutes ses chansons, à l'occasion d' une mini tournée en stades, sur les routes d’Amérique et d’Europe[9]. Une nouvelle réédition mondiale de The Joshua Tree sort au même moment en plusieurs formats.

Premiers enregistrements[modifier | modifier le code]

Dix mois de tournée ont épuisé U2, qui a été de tous les festivals et a présenté une performance remarquée au Live Aid organisé par Bob Geldof le à Londres[10]. La fameuse scène, où Bono se jette dans le public pour aider une jeune fille pressée par la foule, puis danse avec elle, a fait le tour du monde. Pourtant, le chanteur de U2 culpabilise d'avoir attiré l'attention des médias sur lui[11]. Il erre plusieurs jours au volant de sa voiture du côté de Wexford en Irlande[12].

En septembre 1985, Bono et sa femme Alison partent un mois en tant que bénévoles dans un camp de réfugiés en Éthiopie. Là-bas, ils sont très touchés et affectés par la pauvreté de la population[13]. La star de U2 confiera plus tard que les éléments de The Joshua Tree (l'approche assez lyrique, les grandes questions, l'idée générale), germaient en lui, à son retour d'Afrique.

Puis Bono se rend à New York, où il rencontre les Rolling Stones en plein enregistrement de leur album Dirty Work avec Steve Lillywhite[14], le producteur des trois premiers disques de U2. Keith Richards, le guitariste des Stones, lui fait découvrir le blues (de Robert Johnson, John Lee Hooker ou Muddy Waters)[15], qui sera une des influences de The Joshua Tree. Bono en profite pour écrire avec « Keef » et Ron Wood , la chanson blues Silver and Gold. Elle est destinée à l'album Sun City, un projet de Steve Van Zandt pour lutter contre l'apartheid en Afrique du Sud[16].

Durant cet automne 1985, le guitariste du groupe The Edge se lance dans la musique de film. Il compose et joue avec le chanteur Michael Brook, la musique de Captive, le long métrage de Paul Mayersberg et fait la rencontre d'une étoile montante de la pop, la jeune Sinéad O'Connor avec qui il coécrit pour ce film le titre Héroïne.

En novembre de la même année, U2 se décide à plancher sur un nouvel album. Le projet initial du groupe est de travailler seul pendant quelques mois, puis de faire venir Brian Eno et Daniel Lanois, les producteurs de leur précédent disque The Unforgettable Fire. Les premières séances studios débutent dans un hôtel particulier appelé Danesmoate House (qui deviendra ensuite une des propriétés du bassiste Adam Clayton), situé à Rathfarnham, avec déjà de grandes avancées sur With or Without You[17] et I Still Haven't Found What I'm Looking For.

Daniel Lanois se souvient des lieux : « C'était vraiment très chouette comme configuration. Il y avait ce très grand salon/cette salle de dessins, quel que soit le nom qu'on puisse lui donner, c'était une grande salle rectangulaire avec un grand plafond et du plancher en bois. C'était bruyant, mais bruyant dans le bon sens, très dense, très musical. À mon sens, c'était la salle la plus rock & roll du coin. Le château Slane était une idée amusante et tout mais c'était un endroit énorme. Danesmoate sonnait mieux que le château. C'était le meilleur endroit pour toutes nos expériences et pourtant nous avions déjà testé de très nombreux endroits auparavant. »[18]

Néanmoins, les musiciens vont prendre ensuite leur temps à cause d'investissements musicaux divers[19]. Ainsi en janvier 1986, Bono prête sa voix sur la chanson In a Lifetime du groupe Clannad issu de l'album Macalla. La chanteuse du groupe Moya Brennan, est ravie de pouvoir compter sur la collaboration d'une star du rock aussi prestigieuse[20] . Le 17 mai, U2 donne son seul concert européen de l'année lors du festival Self Aid qui se déroule au RDS Arena de Dublin[21].

En juin, U2 participe au côté de Sting, Peter Gabriel, Joan Baez ou Lou Reed pour les plus connus aux six concerts américains[22] de la tournée Amnesty International Conspiracy of Hope, qui rapporte quatre millions de dollars à l'ONG. Le groupe interprète lors de ces différents shows, des morceaux de son répertoire ainsi que des reprises d'Eddie Cochran, Bob Dylan ou les Beatles[16]. Adam Clayton dira plus tard que le discours d'Amnesty International, les gens qu'ils ont rencontrés à cette occasion, et ce qui se passait dans l'Amérique de Reagan, les ont également influencés pour la conception du disque[23].

Suite et fin de l'enregistrement de The Joshua Tree[modifier | modifier le code]

Le , U2 reprend son travail sur l'album. L'objectif du groupe est de créer une musique novatrice, en réaction aux expérimentations ambient du précédent disque, qui puise sa force dans les racines du rock : en somme un retour aux sources[24]. Suite à des discussions avec Brian Eno, U2 eu aussi l'idée de faire un disque cinématographique, où chaque chanson serait liée à un endroit précis[25].

De son côté, Bono va s'évertuer durant ces séances d'enregistrement à écrire des paroles mieux construites et plus profondes que les autres albums de U2. Il racontera plus tard : « Pour The Joshua Tree, j'ai eu le sentiment qu'il était temps d'écrire de véritables paroles, qui voulaient dire quelque chose, tirées de mon expérience [...] »[26]. C'est ainsi que certains textes poignants de Bono comme Red Hill Mining Town ou Bullet The Blue Sky, relateront les échecs et les hontes de la société américaine et plus généralement du désarroi du monde occidental dont l'Amérique est le coeur[27].

La finition du disque a lieu principalement aux Studios Windmill Lane à Dublin entre août 1986 et janvier 1987[28]. Le groupe conserve Brian Eno et Daniel Lanois à la production tandis que le mixage est l’œuvre de Mark Wallis, Mark Kettle et Steve Lillywhite. Ce dernier rappelé au dernier moment sur quatre chansons (Where the Streets Have No Name, With or Without You, Bullet the Blue Sky et Red Hill Mining Town)[29], apportera une dimension plus énergique au contexte final afin de rendre l'album un peu plus direct[30]. Selon Daniel Lanois, la plupart du mixage de l'album a été fait à Melbeach, la maison récemment rénovée de The Edge dans le sud de Dublin[31].

On constate aussi la présence d'un certain Mark Ellis alias Flood pour l'enregistrement de l'album aux côtés de Dave Meegan et Pat McCarthy. C'est le début d'une étroite collaboration entre le jeune producteur Anglais et U2 qui se poursuivra dans les années 1990[32]. Flood racontera plus tard : « Je n'ai jamais travaillé comme çà avant The Joshua Tree. Ce fut une première à tous point de vue. La démarche était complètement différente. D'abord, on n'a pas travaillé en studio. Le type de sons qu'ils voulaient pour cet album n'avait rien à voir avec ce que l'on m'avait demandé avant. Ils voulaient des sons très ouverts, d'ambiance, imprégnés de notre espace, de notre environnement. Cela ne ressemblait pas aux requêtes habituelles »[23].

En décembre 1986, alors que le disque est en voie d'achèvement, U2 s'envole pour les États-Unis. Après un court passage à Los Angeles et aux environs de San Francisco, le groupe met le cap sur le désert Mojave avec Anton Corbijn, Steve Averill (en) et d'autres personnes pour une semaine de séances photos (notamment celles avec l'arbre de Josué), qui illustreront par la suite le livret de l'album. « On est restés dans le désert pendant plusieurs jours à dormir dans des motels miteux avec Anton qui prenait des photos. Les journées ont été longues » dit Adam Clayton[33].

Une dernière série d'enregistrements eu lieu en janvier 1987 afin d'avoir des faces-B supplémentaires pour les prochains singles.

Décrit par Bono, comme « le plus littéraire de nos albums »[34], The Joshua Tree sort finalement dans le monde entier le . Il est dédié au technicien néo-zélandais de U2 Greg Carroll, qui a perdu la vie lors d'un accident de moto le 3 juillet 1986[35]. C'est une disparition douloureuse pour le groupe et particulièrement pour Bono, qui avait lié beaucoup d’amitié avec lui depuis leur rencontre à Auckland pendant le The Unforgettable Tour en 1984. Au dos de la pochette du disque, on peut lire : « To The Memory of Greg Carroll 1960-1986 ».

L'album[modifier | modifier le code]

« Je me souviens de la sortie de The Joshua Tree, se rappelle l'artiste Elvis Costello. On était à Londres et ils ont annoncé la mise en vente pour minuit. Je trouvais çà fou d'acheter un disque la veille de sa sortie. J'aurais tellement aimé que çà existe à mon époque... On est allé faire la queue à Kensington Tower, avec les fans de U2, c'était fantastique ! On a acheté le disque et on l'a écouté toute la nuit. Vraiment extraordinaire »[36].

The Joshua Tree est composé de 11 titres d'une durée de 50 minutes et 11 secondes. De genre rock, il est produit principalement par Daniel Lanois et Brian Eno. À l'origine, U2 avait pensé sortir un double album tellement ils avaient enregistré de chansons. Finalement, de nombreux morceaux comme Spanish Eyes, Walk To The Water, Luminous Times, Sweetest Thing, Race Against Time ou Deep in The Heart se retrouveront en face-B des singles[37].

Le titre du disque fait référence à un grand yucca[38] de 10 m de haut qui pousse dans la Vallée de la Mort en Californie, mais aussi au nom d'un parc national de cette région[39]. Selon Bono, la maison de disque n’était pas fan du titre. Dans une interview au magazine Rolling Stone, il déclare : « Vous avez des gens du milieu qui vous disent : " Aussi fort que les Beatles ". C’est quoi le nom de leur album ? The Joshua Tree. Ah ouais d’accord. Ca ne vaut pas " Nés dans le Joshua Tree " ou " Le côté obscur du Joshua Tree ". Ca va vendre trois copies. »[40]

The Joshua Tree est un album sombre inspiré par les périples américains du groupe et l'exploration des racines folk et blues[41]. Les textes de Bono, beaux et prégnants, évoquent une quête d'identité désespérée. D'après ce dernier, « The Joshua Tree n'est pas irlandais comme on l'entend à priori. Mais en filigrane, de manière plus subtile, il est très Irlandais. La douleur et la mélancolie de cet album sont typiquement irlandaises »[23].

Mais c'est bien la musique de U2 qui sonne, dans cet album, comme riche, fascinante, compacte[42]. L'opus s'ouvre sur ce que l'on peut appeler la Sainte-Trinité des Irlandais, trois morceaux au romantisme imparable pour autant de tubes[43] : l'épique Where the Streets Have No Name, le gospel I Still Haven't Found What I'm Looking For décrit par The Edge comme un moment de créativité géniale[44] et la chanson d'amour pop rock With or Without You[45]. Ces deux derniers morceaux sont encore aujourd'hui les seuls 45 tours de U2 à s'être classés no 1 aux États-Unis.

Where the Streets Have No Name lance donc l’album au travers d’une longue introduction d'une minute trente à l’orgue et à la guitare. Cette chanson a été écrite par Bono après son voyage initiatique en Éthiopie où il a œuvré avec son épouse Alison pour une organisation humanitaire. Plusieurs semaines de travail ont été nécessaires pour composer la chanson, qui a failli rendre Brian Eno fou, à tel point qu'il voulait effacer la bande et tout recommencer[46]. Pour Adam Clayton, elle annonce déjà la techno, car certains rythmes ainsi que le tempo font assez dance[23]. Interviewé en 1987 par Propaganda, le magazine officiel des fans de U2, Bono expliquera que le titre fait notamment référence à la situation sociale de Belfast à l'époque : « On m'a raconté un jour une histoire intéressante sur Belfast. Si on connait le nom de la rue dans laquelle quelqu'un habite, on peut non seulement dire de quelle religion il est mais également comment il gagne sa vie, tout cela en regardant de quelle côté de la route il vit, parce que plus on est placé haut sur la vallée, plus chères sont les maisons. Vous pouvez donc pratiquement savoir combien gagnent les gens en ayant juste le nom de la rue où ils habitent et de quel côté de la rue ils logent. Ça m'a véritablement interpellé, et alors je me suis mis à écrire une chanson à propos d'un endroit où les rues n'auraient pas de nom... »[18] Plus qu’un titre, Where the Streets Have No Name est un hymne à la paix, un acte de ralliement pour les fans du groupe. Troisième single de The Joshua Tree, U2 l'interprète le 27 mars 1987 pour le clip vidéo, sur un toit d'un magasin de spiritueux à Los Angeles, provoquant un bel attroupement[47].

Second 45 tours de l'album, I Still Haven't Found What I'm Looking For relate une prière de quelqu'un exprimant un manque. Tout en proclamant sa foi, Bono déclare aussi son insatisfaction : « Je n’ai toujours pas trouvé ce que je cherche ». La star de U2 énumère ses tentatives pour atteindre l’objet de sa quête. Il n’a pas été comblé par les lèvres douces des femmes, pas plus qu’il n’a trouvé la paix en « serrant la main du diable ». Même les expériences spirituelles ne l’ont pas satisfait : « J’ai parlé la langue des anges ». Il a gravi les montagnes, il a couru, rampé et escaladé les remparts des villes dans un but précis, «...rien que pour être avec toi »[48]. Côté musical, I Still Haven't Found What I'm Looking For est une sorte de gospel, musique que Bono, Daniel Lanois et Brian Eno ont beaucoup écouté. Le leader de U2 chante comme s'il jouait sa vie sur ce morceau[49]. « Bono a été fantastique. Il pousse sa voix à fond. C'est fascinant de voir quelqu'un se dépasser » dit Daniel Lanois[23]. Cette chanson est un parfait exemple des sessions difficiles de The Joshua Tree. Intitulé au départ Under The Weather, elle débute comme souvent chez U2 par une jam. « Elle sonnait un peu comme Eye of the Tiger, joué par un groupe de reggae » dit The Edge. « Elle a ce beat étonnant », dit de son côté Daniel Lanois. « Je me souviens avoir murmuré une mélodie très classique à l'oreille de Bono. » Il m'a alors dit : «  c'est çà ! n'en chante pas davantage ! Il est sorti de la pièce et a écrit la mélodie telle que nous la connaissons »[50]. En 2010, le magazine américain Rolling Stone classe la chanson 93e sur sa liste des 500 plus grandes chansons de tous les temps[51].

Inspiré par l'écoute attentive de l'album Climate of Hunter de Scott Walker, With or Without You est le premier single de l'album qui permet à U2 d'acquérir un autre statut aux États-Unis[52]. C'est l'un des morceaux les plus célèbres du groupe irlandais avec One, Sunday Bloody Sunday ou New Year's Day. Comme le dit Bono : « C'est une chanson qui ne parle pas seulement des relations dans le couple, mais des relations humaines en général, et de mes relations avec les autres membres du groupe. Vous savez, parfois, à force de trop vivre les uns sur les autres, et même si l’on s’aime beaucoup, je me sens trop exposé, loin de mon intimité d’homme, de mari, de père de famille ». Côté musique, c'est par hasard, que le groupe trouve l'arrangement parfait qui fera de With or Without You un tube. Alors que Bono écoute la version instrumentale de la chanson, il entend en fond les effets de note maintenue de The Edge qui travaille sur un prototype de Infinite Guitar dans la pièce d'à côté. Une fois le morceau d'Infinite Guitar mis au point par The Edge, l'enregistrement de With Or Without You se fait très rapidement. C'est une fierté pour le groupe de réussir cette chanson alors qu'il est à court d'idées au début de l'enregistrement de The Joshua Tree[53]. Avec cette ballade rock qui donne des frissons et où se mêle des sentiments comme l’amour, la souffrance, le désespoir, U2 signe un chef-d’œuvre musical[54]. En 2010, With or Without You a été classée par le magazine Rolling Stone à la 132e place sur sa liste des 500 plus grandes chansons de tous les temps[55].

Puis, l'ambiance s'assombrit avec l'inquiétant Bullet the Blue Sky où la guitare de The Edge se répand en larsens menaçants. Le riff d'intro de la chanson rappelle le morceau Stranglehold de Ted Nugent[56]. Pour le chroniqueur du Guardian et d'Uncut Andrew Mueller, c'est « une chanson de rock incroyable, approximation furieuse de Public Image Ltd à ses débuts joué par Jimi Hendrix. »[57] Les paroles de la chanson critiquent à la fois les activités américaines au Salvador sous la présidence de Ronald Reagan et les fondamentalistes religieux comme les Télévangélistes qui se développent dangereusement aux États-Unis[58]. En 2003, ce titre sera repris par le groupe de métal Sepultura sur son album Roorback. Hormis lors du U2 360° Tour, cette chanson est constamment interprétée par le groupe dans ses différentes tournées depuis 1987.

Inspiré du Walk on the Wild Side de Lou Reed, Running to Stand Still, raconte les ravages de l'héroïne dans le quartier dublinois de Ballymun où Bono a grandi[59]. C'est une chanson imprégnée de tendresse et de compassion pour les victimes de la drogue. Le morceau s'impose comme une sorte de suite au titre Bad de l’album précédent et qui traite du même sujet. Bono s'y affirme définitivement comme un « vrai » chanteur. Il ne « crie » plus comme sur Sunday Bloody Sunday, The Refugee ou Pride (In the Name of Love). Sa voix se fait plus soul et, accompagnée d'un seul piano au début de la chanson et d'une guitare slide dépouillée. Le leader de U2 clôture le morceau à l’harmonica. C'est l'une des créations les plus abouties du groupe, un titre stimulant de poésie pop qui résonne encore d'une vérité lyrique[60]. L'écrivain et journaliste Irlandais Niall Stokes (en) considère Running to Stand Still comme l'un des morceaux les plus importants de The Joshua Tree.

La chanson Red Hill Mining Town tire son origine de la lecture par Bono de l’ouvrage Red Hill : A Mining Community écrit par Tony Parker[61]. Elle parle de la grève des mineurs de 1984-1985 et, plus généralement, de la mort des communautés minières britanniques sous Margaret Thatcher. Il était prévu que le morceau sorte en single. En effet, le réalisateur Neil Jordan réalisa le clip vidéo. Mais U2 ne fut pas satisfait du résultat et le projet fut discrètement retiré. Néanmoins, on peut aujourd'hui visionner le clip vidéo sur YouTube de ce qui aurait dû être le second 45 tours de l'album. Pour les 30 ans de la sortie de The Joshua Tree en 2017, une nouvelle version de la chanson sort en vinyle, produit par Steve Lillywhite [62]. Elle a enfin été interprétée pour la première fois en concert, à Vancouver le 12 mai 2017.

In God's Country au tempo rapide d'après The Edge, peut rappeler un peu les envolées lyriques des débuts du groupe. Même si la chanson est dédiée à la Statue de la Liberté, Bono exprime dans le texte son malaise face au rêve américain[63]. Ce morceau a été difficile à finaliser alors que musicalement parlant il semble simple. Un riff et un rythme à la batterie rapides auxquels la voix s’adapte[64]. Ce 4e single de l'album est sorti uniquement aux États-Unis et au Canada.

Le Blues rock Trip Through Your Wires aux allures de Far-West, voit Bono interpréter quelques passages à l'harmonica. En 1986, une première version de cette chanson, contenant des paroles différentes a été réalisée sur la chaine irlandaise RTÉ. Elle a été ensuite retravaillée pour les besoins de l'album. Dans le texte, il est question d'une expérience sexuelle peu conventionnelle et des sentiments de confusion et de culpabilité qui vont avec[65].

One Tree Hill est une chanson écrite en hommage au jeune Maori, Greg Carroll, le roadie de Bono, décédé tragiquement lors d'un accident de moto sous une pluie battante à Dublin en juillet 1986[66]. Le morceau est également dédié à l'opposant Victor Jara, chanteur et écrivain engagé chilien, torturé puis tué par le régime de Pinochet. Dans cette chanson qui tire son nom d'un volcan d'Auckland en Nouvelle-Zélande[67], The Edge compose un son propre à U2 avec l’utilisation d’un synthétiseur présent du début à la fin donnant un effet d’apesanteur. One Tree Hill a accédé à la 1re place à sa sortie en Nouvelle-Zélande en 1988.

Exit est un morceau à part, à la structure anarchique, et annonce sans le savoir les expérimentations des années 1990. Les paroles de la chanson décrivent l'esprit d'un tueur en série. Elles ont été inspirées à Bono après la lecture de deux romans : Le Chant du bourreau de Norman Mailer sorti en 1979 et De sang-froid de Truman Capote publié en 1966. Un Américain accusé du meurtre de l'actrice Rebecca Schaeffer en 1989, déclara pour sa défense qu'il avait été inspiré par l'écoute d'Exit[68]. Depuis ce drame, U2 a pris son temps avant de la rejouer sur scène. Il l'interprète à nouveau le 12 mai 2017, lors du concert de Vancouver qui lance la tournée des 30 ans de The Joshua Tree[69]. Le groupe américain de thrash métal Anthrax a repris Exit en 2003.

En clôture du disque, Mothers of the Disappeared est une chanson sombre qui parle des mères de disparus politiques dans les pays d'Amérique du Sud, soumis à la dictature militaire[70]. Ce morceau a été inspiré à Bono lors de son passage au Nicaragua et au Salvador en juillet 1986[71]. C'est un titre instrumental caractérisé par la présence de chœurs mais avec peu de paroles. C'est Brian Eno qui a trouvé cette boucle à la batterie au début du titre et qui donne ce côté sombre. Rarement jouée durant le Joshua Tree Tour, Mothers of the Disappeared a été réinterprétée lors d'un émouvant concert à Buenos Aires en 1998 lors du PopMart Tour. Bono a fait monter sur scène les mères des disparus de la dictature de Videla en Argentine en 1976, pour dire le nom de leurs enfants.

Pochette[modifier | modifier le code]

l'arbre de Josué ayant servi pour la couverture de l'album.

Conçu par le designer Steve Averill, The Joshua Tree est le dernier des albums en vinyle qu'Island envoie aux critiques en service de presse[72]. Aujourd'hui, il existe deux couvertures presque identiques de ce disque. La plus célèbre montre du côté gauche les 4 Irlandais et à droite le désert de Mojave (ou pousse le fameux cactus). Au premier rang, face à l'objectif, on voit Larry Mullen Junior et à ses côtés Bono mais de profil, derrière The Edge avec son chapeau et au fond Adam Clayton. Une autre couverture (la plus ancienne et en CD essentiellement), les montrent en très gros plan, d'une manière un peu flou, dans la même position ou presque que la précédente pochette (Larry Mullen regardant notamment légèrement à sa droite), avec derrière eux le désert et les Rocheuses. Les photos ont été prises par le néerlandais Anton Corbijn comme toutes celles à l'intérieur de la pochette[73].

C'est en décembre 1986 qu’Anton Corbijn a réalisé les célèbres photos pour l'album. C'est également lui qui a trouvé le fameux arbre de Josué situé en Californie dans le désert des Mojaves non loin de la ville de Darwin[74]. Par la suite, cet arbre a été longtemps un lieu de pèlerinage pour les fans de U2, mais il est tombé depuis [74].

Accueil critique et commercial[modifier | modifier le code]

À sa sortie, The Joshua Tree est plébiscité par la critique. Pour Time Magazine, les Irlandais sont désormais « les leaders de leur génération »[85]. Il leur offre même sa une le 27 avril 1987 (avec ce titre : U2 Rock’s Hottest Ticket (U2 le groupe rock incontournable)), un honneur que seuls The Beatles, Bruce Springsteen et The Who ont connu auparavant. Le magazine Rolling Stone concède à l'album le titre de meilleur disque de la décade[85]. Dans son No 7 paru en avril 1987, la revue britannique Q (magazine) donne à l'album la note de 5 étoiles avec ce commentaire sur le travail de U2 : « leur réinvention du rock de stade sonne aussi passionné que jamais ». Pour John McCready du NME, « ce disque va s'avérer meilleur et plus courageux que tout ce qui pourra sortir en 1987. C'est le son de gens affrontant leurs fantômes dans un pays où ils peuvent, s'ils le veulent, devenir une poussière dans le paysage ». De son côté, Simon Reynolds du Melody Maker écrit ceci : « Massif et minimaliste, majestueux et sans pompe. Il n'y a pas de solos, de power chords, ni de fioritures - juste... un chatoiement grisant. U2 est coupé des réalités et aujourd'hui, du moins, c'est un compliment pour moi. »[86] En Irlande, le magazine Hot Press définit The Joshua Tree comme leur album le plus influent, pour l’heure[87]. En France, Rock & Folk le désigne « album du mois » tandis que Les Inrockuptibles reconnaissent que The Joshua Tree est le meilleur disque de U2 à ce jour [...] et que les chansons, malgré leurs morales chrétiennes, sont incontestablement abouties[88].

The Joshua Tree est numéro 1 dans 23 pays dont 7 semaines d'affilée aux États-Unis. 48 heures après sa parution au Royaume-Uni, il est déjà disque de platine avec 300 000 exemplaires vendus. L'album se vend finalement à 15 millions de copies dans le monde en 1987, chiffre porté à 28 millions aujourd'hui. En France depuis sa publication, The Joshua Tree s'est vendu à 2 072 100 exemplaires, figurant en quinzième position des meilleures ventes d'albums en France à partir de 1968[89].

Joshua Tree World Tour 1987 et 2017[modifier | modifier le code]

Après la sortie de l'album, U2 se lance dans une tournée mondiale. Ce périple musical débute à Tempe en Arizona le 2 avril 1987 pour se terminer dans cette même ville le 20 décembre suivant. Le Joshua Tree World Tour traverse seulement deux continents pour 109 spectacles : l'Amérique du Nord (États-Unis uniquement), l'Europe et à nouveau l'Amérique du Nord (États-Unis et Canada). U2 passe notamment à trois reprises en France : au Zénith à Paris le 15 juin 1987, à l'hippodrome de Vincennes le 4 juillet 1987 et à l'espace Richter à Montpellier le 18 juillet 1987[90]. Toutes les chansons de The Joshua Tree sont interprétées durant la tournée à l'exception de Red Hill Mining Town[91].

En janvier 2017, U2 annonce son retour dans les stades pour le Joshua Tree Tour 2017, célébrant le 30e anniversaire de leur album classique. Chaque show présentera l’album The Joshua Tree dans son intégralité, avec en première partie un des multiples guests, parmi lesquels Mumfort & Sons, One Republic et The Lumineers en Amérique, et Noel Gallagher's High Flying Birds en Europe. Bono nous décrit cette envie : « Récemment, j’ai réécouté The Joshua Tree pour la première fois en presque trente ans.. C’est un vrai opéra. Beaucoup d’émotions qui semblent toujours pertinentes, l’amour, le dépit, les rêves brisés, la recherche de l’oubli, la polarisation… J’ai chanté la plupart de ces chansons de nombreuses fois… Mais jamais dans leur intégralité. Je suis prêt pour ça, et si notre public est aussi excité que nous à l’idée… Alors ça va être un grand moment ». La tournée débutera le 12 mai à Vancouver (Canada) et se terminera le 21 octobre à Sao Paulo (Brésil) en passant par Los Angeles, Chicago, Londres, Paris (au Stade de France les 25 et 26 juillet) ou Mexico[92] ainsi que de nombreuses grandes villes américaines et capitales européennes.

Anecdote[modifier | modifier le code]

L’album The Joshua Tree, a été joué dans l’ordre et dans son intégralité pour la première fois le 12 mai 2017 à Vancouver lors du concert inaugural du Joshua Tree Tour 2017. C'est donc le second disque de U2 dont toutes les chansons ont été interprétées au moins une fois en concert. Jusqu'à ce jour, seul Boy détenait ce privilège[93].

Grammy Awards[modifier | modifier le code]

Avec cet opus, le groupe obtient ses premières récompenses. Ainsi, à la 30e cérémonie des Grammy Awards le au Radio City Music Hall de New York, The Joshua Tree remporte le prix du meilleur album de l'année et celui de la meilleure performance rock par un duo ou un groupe vocal. Acceptant cette dernière récompense, The Edge a offert la plus mémorable course de remerciement dans l'histoire des Grammy Awards, proclamant : « Je tiens à remercier Desmond Tutu pour son courage, Martin Luther King, Bob Dylan pour Tangled Up in Blue, Flannery O'Connor, Jimi Hendrix, Walt Disney, Jean-Baptiste, George Best, Gregory Peck, James T. Kirk, Morris Pratt, Dr Ruth, Fawn Hall, Batman et Robin, Lucky the Dog, Pee-Wee Herman, YMCA , Eddie the Eagle, les lutteurs de sumo à travers le monde, et, bien sûr, Ronald Reagan »[94].

La postérité du disque[modifier | modifier le code]

Bien des années après sa publication, The Joshua Tree est souvent cité dans de nombreux livres spécialisés comme l'un des deux plus grands disques de U2 avec Achtung Baby, mais aussi comme un des meilleurs disques de l'histoire du rock. Voici quelques commentaires et classements tirés de ces ouvrages.

En 1994, Roger de Clek dans son ouvrage U2 - feu Irlandais, conclut son analyse de l'album par cette phrase : « The Joshua Tree représente le zénith de U2, la maturité si durement gagnée, mais imprégnée de rigueur et drapée de morceaux fantastiques comme Where The Streets Have No Name, Bullet The Blue Sky, One Tree Hill ou encore With Or Without You qui fit un tabac d'apothéose dans le monde entier »[85].

Dans le guide du CD 1996, le chroniqueur du disque dit notamment que The Joshua Tree est : « l'apogée du grand groupe irlandais et un formidable succès commercial. Un déluge de rock épique, période américaine, et une poignée de tubes incontournables. Somptueuse production »[95].

En novembre 2003, la revue américaine Rolling Stone, dans ses 500 plus grands albums de tous les temps, a classé The Joshua Tree à la 27e place[5] avec notamment ce commentaire : « U2 s'est plongé dans la mythologie des États-Unis, tandis que le guitariste The Edge découvrait la puissance poétique de la réverbération numérique, noyant ses fameux arpèges dans des trémolos ondoyants ». En 2007, lors de la réédition du disque, Rolling Stone a aussi décerné la note de 5 étoiles à The Joshua Tree[96].

Dans les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie publié en 2006, les auteurs estiment, qu'avec cet album, U2 « étoffe son souffle post-punk et découvre la grandeur, l’abstraction et la finesse » et que « si l'album a un défaut, c'est le ton sérieux et moralisateur de plusieurs paroles de Bono »[97].

Pour Gilles Verlant et Thomas Caussé, dans la Discothèque parfaite de l'odyssée du rock sorti le 7 novembre 2013, l'album « pousse à son paroxysme la puissance rock'n'roll de ces quatre Irlandais fascinés par l'Amérique » et est une « collection de tubes taille XXL » avec « trois titres qui s'enchaînent au début de l'album et vont connaître un destin hors du commun, laissant une marque indélébile dans l'inconscient collectif rock »[98].

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

Classements en 1987[modifier | modifier le code]

Meilleures positions de The Joshua Tree dans les classements musicaux
Classement musical Meilleure
position
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (Media Control AG)[99] 1
Drapeau de l'Australie Australie (ARIA)[100] 3
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40)[101] 1
Drapeau du Canada Canada (Canadian Albums Chart)[102] 1
Drapeau de l'Espagne Espagne (Productores de Música de España)[103] 11
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard 200)[104] 1
Drapeau de la France France (SNEP)[105] 1
Drapeau de la Norvège Norvège (VG-lista)[103] 4
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RIANZ)[106] 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Mega Album Top 100)[107] 1
Drapeau du Portugal Portugal (Associação Fonográfica Portuguesa)[103] 8
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Albums Chart)[108] 1
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[103] 1
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[109] 1

Certifications (depuis 1987)[modifier | modifier le code]

Certifications de The Joshua Tree
Pays Ventes Certifications
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1 000 000 + Disque de platine 2 × Platine[110]
Drapeau de l'Argentine Argentine 60 000 + Disque de platine Platine[111]
Drapeau de l'Australie Australie 350 000 + Disque de platine 5 × Platine[100]
Drapeau de l'Autriche Autriche 75 000 + Disque d'or 3 × Or[112]
Drapeau du Canada Canada 1 000 000 + Disque de diamant Diamant[113]
Drapeau des États-Unis États-Unis 12 000 000 + Disque de diamant Diamant[114]
Drapeau de la Finlande Finlande 27 000 + Disque d'or Or[115]
Drapeau de la France France 600 000 + Disque de platine 2 × Platine[116]
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 210 000 + Disque de platine 14 × Platine[117]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1 800 000 + Disque de platine 6 × Platine[118]

Singles de l'album et leurs classements dans les charts[modifier | modifier le code]

  • With or Without You (mars 1987) : USA N°1 / Canada N°1 / Irlande N°1 / GB No 4 / France No 10
  • I Still Haven't Found What I'm Looking For (mai 1987) : USA N°1 / Irlande N°1 / Canada No 3 / GB No 6
  • Where the Streets Have No Name (août 1987) : Irlande N°1 / Nouvelle-Zélande N°1 / GB No 4 / USA No 13 / Canada No 14
  • In God's Country (novembre 1987) : Canada No 28 / USA No 44
  • One Tree Hill (février 1988) : Nouvelle-Zélande N°1

Pochettes des 45 tours de l'album[modifier | modifier le code]

Chaque 45 tours présente en photo un membre du groupe. Pour Where the Streets Have No Name c'est Adam Clayton, I Still Haven't Found What I'm Looking For c'est Larry Mullen, With Or Without You c'est The Edge (position différente sur le maxi cd), In God's Country et One Tree Hill c'est Bono (pochettes identiques). Toutes les pochettes des 45 tours sont de la même couleur que l'album, c'est-à-dire en noir et blanc. Les photographies ont été réalisées par le néerlandais Anton Corbijn.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Hormis pour Where the Streets Have No Name et Mothers of the Disappeared (placées par U2 en début et clôture du disque), c'est la chanteuse anglaise Kirsty MacColl (épouse de Steve Lillywhite) qui a choisi l'ordre des chansons de l'album.

Toutes les paroles sont écrites par Bono, toute la musique est composée par U2.

The Joshua Tree
No Titre Durée
1. Where the Streets Have No Name 5:36
2. I Still Haven't Found What I'm Looking For 4:37
3. With or Without You 4:55
4. Bullet the Blue Sky 4:32
5. Running to Stand Still (en) 4:17
6. Red Hill Mining Town (en) 4:53
7. In God's Country (en) 2:56
8. Trip Through Your Wires 3:32
9. One Tree Hill 5:22
10. Exit (en) 4:13
11. Mothers of the Disappeared 5:14

Crédits[modifier | modifier le code]

Interprètes[modifier | modifier le code]

U2
Musiciens additionnels

Équipe de production et artistique[modifier | modifier le code]

Rééditions 2007 et 2017[modifier | modifier le code]

The Joshua Tree a été remasterisé le 3 décembre 2007, pour le 20e anniversaire de sa sortie. L'objet se décline sous 4 formats : l'album de 1987 uniquement, un second "deluxe" comprenant un coffret en carton, où vient se loger un livret de 30 pages (avec photos inédites) qui comprend deux CD (l'album et les bonus audio dont une version inédite de Wave of Sorrow (Birdland). Également, un "super deluxe" où l'on trouve, dans un grand coffret, les deux CD plus un DVD du concert filmé à l'Hippodrome de Vincennes, à Paris le 4 juillet 1987. Enfin, un vinyle pour les collectionneurs avec un packaging retravaillé.

Le vendredi 2 juin 2017, une nouvelle réédition paraît pour les 30 ans de The Joshua Tree, mais elle est un peu décevante. Si le coffret collector est splendide, la remasterisation est la même qu'il y a dix ans. Toutefois, dans cette réédition, il y a quand même quelques merveilles comme le live de I Still Haven't Found What I'm Looking For. Les prix sont de 125 euros pour l'énorme coffret et 17 euros pour le double-album[119].

Archive[modifier | modifier le code]

Avec The Joshua Tree, U2 a fait son entrée dans les archives sonores américaines en avril 2014. L'album est désormais conservé à la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis, qui rassemble depuis 2003 des sons culturellement, historiquement ou esthétiquement importants, et informant ou reflétant la vie du pays.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stan Cuesta, U2, Librio musique, 96 pages, juin 2003
  • U2 et Neil McCormick, U2 by U2, Paris, éditions Au Diable Vauvert, 360 pages, (ISBN 978-2-84626-085-5), 2006.
  • Michka Assayas (sous la direction de), Dictionnaire du rock, aux éditions Robert Laffont, 2244 pages, 1999.
  • David Roberts, Le Dico du rock, collection Musique, 576 pages, (ISBN 978-2-324-00434-6), 17/10/2013.
  • Robert Dimery (sous la direction de), Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie, Flammarion, 960 pages, 2006.
  • Niall Stokes, U2, les secrets de toutes leurs chansons, Paris, hors collection, 192 pages, 2013.
  • Philippe Manœuvre, Rock'n'Roll : la discothèque idéale 2, 101 disques à écouter avant la fin du monde, éditions Rock & Folk / Albin Michel, octobre 2011.
  • Roger De Clek, U2 Feu Irlandais, collections Images du Rock, La Mascara, Valence, 64 pages, 1994
  • Michka Assayas (sous la direction de), Le Nouveau Dictionnaire du Rock, en deux volumes, aux éditions bouquins, 3317 pages, mars 2014.
  • Hubert Allin, Petit dico de U2, éditions du Rocher, 144 pages, août 2010.
  • Ernesto Assante, 40 ans de rock U2, Edizioni White Star (Éditions Atlas en France), 224 pages, 2016 De Agostini.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stan Cuesta, U2, chapitre 7 : The Joshua Tree-Rattle and Hum (1987-1989), page 47, Librio musique, juin 2003
  2. Story, The Joshua Tree, comment U2 a mis l'Amérique à genoux, par Michka Assayas, pages 40 à 45, les Inrockuptibles, N°1128, du 12 au 18 juillet 2017
  3. Michka Assayas, Dictionnaire du rock, notice U2 page 582, Robert Laffont, 1999
  4. Hubert Allin, Petit dico de U2, notice Times, page 119
  5. a et b (en) 500 Greatest Albums of All Time - 100 to 1 - Rolling Stone.com
  6. (en) Adam Sherwin, « New U2 album No Line On The Horizon given lukewarm reception » (version du 2 juillet 2009 sur l'Internet Archive), The Times, 3 mars 2009.
  7. (en) Simon Cunningham, « 25th birthday of U2's Joshua Tree album » (version du 2 novembre 2013 sur l'Internet Archive), The Irish News, 9 mars 2012.
  8. David Roberts, Le Dico du rock, Gründ, coll. « Musique », (ISBN 978-2-324-00434-6), « U2 »
  9. http://www.u2achtung.com/includes/news.php?id=3944
  10. Michka Assayas, Le nouveau dictionnaire du rock, volume 2, notice U2, page 2947, Robert Laffont, 2014
  11. Michka Assayas, le nouveau dictionnaire du rock, volume 2, texte U2, page 2947
  12. Neil McCormick, U2 by U2 (1986-1987), In the name of love 1984-1985, Page 164
  13. Roger de Clek, U2 - Feu Irlandais, Moments de réflexion, The Joshua Tree, page 39
  14. Neil McCormick, U2 by U2 (1986-1987), Luminous Times, Page 189
  15. Stan Cuesta, U2, The Unforgettable Fire-Wide Awake (1984-1986), page 45
  16. a et b U2, Stan Cuesta, chapitre 6 : Unforgettable Fire-Wide Awake in America, page 46, 2003
  17. http://www.u2songs.com/discography/u2_with_or_without_you_single
  18. a et b https://www.rtbf.be/classic21/article/detail_u2-the-joshua-tree-30-ans-plus-tard?id=9535091
  19. Stan Cuesta, U2, chapitre 6 : The Unforgettable Fire-Wide Awake (1984-1986), page 46, 2003
  20. Roger de Cleck, U2, feu irlandais, moments de réflexion, page 39
  21. http://u2vertigo05.skyrock.com/268789698-U2-CHRONOLOGIE-1960-2005.html
  22. http://u2achtung.com/pages/concerts/concerts.php?tour=6&leg=56
  23. a, b, c, d et e DVD Vidéo, U2, The Joshua Tree, le seul récit autorisé de cet album, Classic albums, eagle vision, Universal, Isis production, 60 minutes, 2007
  24. U2 by U2, Neil McCormick, chapitre : Luminous Times, propos d'Adam Clayton, page 172
  25. U2 by U2, Neil McCormick, chapitre : Luminous Times, propos de The Edge, page 177
  26. Stan Cuesta, U2, chapitre 7, The Joshua Tree-Rattle and Hum (1987-1989), page 47
  27. Story, The Joshua Tree, comment U2 a mis l'Amérique à genoux, par Michka Assayas, page 44, les Inrockuptibles, N°1128, du 12 au 18 juillet 2017
  28. site internet : u2achtung.com, ressources et discographie, chronique The Joshua Tree
  29. The Joshua Tree, crédits album, 20e anniversaire, page 34, Mercury Music, Island Record, Universal Music, compac disc, 2007
  30. Neil McCormick, U2by U2, Éditions au diable Vauvert, , 354 p.
  31. http://www.atu2.com/news/the-secret-history-of-the-joshua-tree-part-1.html
  32. Stan Cuesta, chapitre : The Joshua Tree-Rattle and Hum (1987-1989), page 47
  33. Neil McCormick, U2 by U2, Luminous Times 1986-1987, page 186, Éditions au diable Vauvert
  34. Niall Stokes, U2, les secrets de toutes leurs chansons, The Joshua Tree, page 60
  35. Stan Cuesta, U2, Librio, , 96 p.
  36. DVD Vidéo, U2, The Joshua Tree, le seul récit autorisé de cet album, interview d'Elvis Costello, Classic albums, eagle vision, Universal, Isis production, 60 minutes, 2007
  37. Stan Cuesta, chapitre 7 : The Joshua Tree-Rattle and Hum(1987-1989), page 47.
  38. Hubert Allin, Petit dico de U2, notice The Joshua Tree, page 110
  39. Le Monde, le grand Atlas universel, chapitre Amérique du Nord et Amérique centrale, sud-ouest des États-Unis, page 246, éditions Convergences tourisme, traduction : Josiane Sabrou, Orianne Gogo et Alexis Vincent, 414 pages au total, 2009
  40. http://www.virginradio.fr/u2-les-10-choses-que-vous-ne-savez-probablement-pas-sur-joshua-tree-a586377.html
  41. Christophe Geudin, U2, Vibrations, , 82 p.
  42. Ernesto Assante, 40 ans de rock U2, période 1980-1990, passage The Joshua Tree, page 124, 2016
  43. http://u2achtung.com/pages/ressources/discographie-details.php?idalb=10
  44. Neil McCormick (en), U2 by U2, Au diable Vauvert, , 352 p.
  45. Robert Dimery, Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie, Flammarion, , 960 p.
  46. Stan Cuesta, U2, chapitre 7 : The Joshua Tree-Rattle and Hum (1987-1989), page 48
  47. Stan Cuesta, chapitre : The Joshua Tree-Rattle and Hum (1987-1989), passage Where the Streets Have No Name, page 48, librio musique.
  48. Jonathan Hanley, Ces Hits entrés dans l'histoire, « I still haven’t found... » de U2, 20 mars 2017, http://www.christianismeaujourdhui.info/articles.php/i-still-haven-t-found-de-u2-16288.html
  49. Hubert Allin, Petit dico de U2, passage The Joshua Tree, page 111, Éditions du Rocher, 2010.
  50. U2 collector No 27, Rolling Stone, page 84
  51. (en) The 500 Greatest Songs of All Time, . Rolling Stone, Special collectors edition.
  52. Hubert Allin, Petit dico de U2, passage With or Without You, page 131, Éditions du Rocher, 2010
  53. site internet : spoonradio.com, les RockFiles, U2 With or Without You, 30/09/2011
  54. Album de légende : The Joshua Tree, site internet http ://www.paperblog.fr/, analyse de With or Without You, 8 mars 2010
  55. (en) « The 500 Greatest Songs of All Time », Rolling Stone, vol. Special collectors edition,‎
  56. Philippe Manœuvre, Rock'n'Roll : la discothèque idéale 2, 101 disques à écouter avant la fin du monde|chronique The Joshua Tree|Albin Michel|2011
  57. Hors-série collection rock'folk, N°2, introduction BP Fallon, U2, l'histoire complète, The Joshua Tree par Andrew Mueller, éditions Larivière, 2ème trimestre 2017, page 58
  58. Niall Stokes, U2 les secrets de toutes leurs chansons, Hors collection, , 192 p.
  59. Stan Cuesta, U2, chapitre 7 : The Joshua Tree - Rattle and Hum (1987-1988), page 48, éditions Librio, juin 2003
  60. Niall Stokes, U2 les secrets de toutes leurs chansons, analyse de Running to Stand Still, page 67
  61. http://www.u2france.com/actu/red-hill-mining-town-2017-mix,58698.html
  62. http://www.u2achtung.com/includes/news.php?id=3952
  63. Niall Stokes, U2, les secrets de toutes leurs chansons, Hors collection, , 192 p.
  64. Socrate Flagrant, indeflagration, chronique, The Joshua Tree : album légendaire et mystique, analyse d'In God's Country, 2 avril 2014
  65. Niall Stokes (en), U2, les secrets de toutes leurs chansons, hors collection, , 192 p.
  66. Hubert Allin, Petit dico de U2, Éditions du Rocher, , 144 p.
  67. http://www.rtl2.fr/actu/la-pop-rock-story-de-the-joshua-tree-de-u2-7786831107
  68. U2 les secrets de toutes leurs chansons, Niall Stokes, analyse d'Exit, page 72, éditions Hors Collection, 2013
  69. https://www.youtube.com/watch?v=04LCxZfCUeM
  70. Stan Cuesta, U2, Librio, , 96 p.
  71. DVD Vidéo, U2, The Joshua Tree, le seul récit autorisé de cet album, témoignage d'Adam Clayton sur le voyage de Bono, Classic albums, eagle vision, Universal, Isis production, 60 minutes, 2007
  72. Rock&Folk, Hors-Série no 30, 555 disques, 1954-2014, U2, critique de The Joshua Tree, Philippe Manœuvre, page 124
  73. The Joshua Tree, pochette d'album, photographie par Anton Corbijn, 20th Anniversary edition, Universal-Island Records, 2007
  74. a et b (en) Caitrina Cody, « Minimalist cover could provoke maximum debate », Irish Independent, 20 janvier 2009.
  75. (en) « U2 - The Joshua Tree », sur AllMusic.com (consulté le 16 novembre).
  76. (en) Greg Beets, « Record Reviews – The U2 Catalog: The Joshua Tree », The Austin Chronicle,‎ (lire en ligne)
  77. (en) Don McLeese, « 'Joshua Tree' Marks Year of U2 », Chicago Sun-Times,‎ , p. 2
  78. (en) Robert Christgau, « Christgau's Consumer Guide », The Village Voice, New York,‎ (lire en ligne)
  79. (en) Marty Racine, « Records », Houston Chronicle,‎ , section Zest, p. 11 (lire en ligne)
  80. (en) Colin Hogg, « Album review: The Joshua Tree », The New Zealand Herald,‎ (lire en ligne)
  81. (en) Dan Martin, « U2 - The Joshua Tree: Remastered », New Musical Express,‎ (lire en ligne)
  82. (en) Thom Duffy, « U2 », Orlando Sentinel,‎ (lire en ligne)
  83. (en) « The Joshua Tree », Q, no 7,‎ , p. 115
  84. (en) Rob Sheffield, « The Joshua Tree (Twentieth Anniversary Edition): U2 », sur Rolling Stone,
  85. a, b et c Roger de Clek, U2 - Feu Irlandais, Moments de réflexion, The Joshua Tree, page 42
  86. Hors-série collection rock'folk, N°2, introduction BP Fallon, U2, l'histoire complète, éditions Larivière, 2ème trimestre 2017, page 59
  87. http://www.irishcentral.com/culture/entertainment/u2-brings-30th-anniversary-joshua-tree-tour-home-to-dublin, U2 brings 30th anniversary Joshua Tree tour home to Dublin, January 09, 2017
  88. Les Inrockuptibles, The Joshua Tree, chronique de l'album, mars 1987
  89. « Les Meilleures ventes d'albums en France », Dominic DURAND/InfoDisc (consulté le 4 mars 2015)
  90. U2 en tournée, tous les concerts du groupe classés par tournée.http://www.u2achtung.com/pages/concerts/concerts.php?tour=7
  91. (en), Colm O'Hare, « The Secret History of 'The Joshua Tree », Hot Press, novembre 2007.
  92. http://www.u2achtung.com/pages/concerts/concerts.php?tour=19&leg=64
  93. https://www.u2france.com/actu/u2-a-vancouver-c-est-parti,58710.html
  94. https://www.youtube.com/watch?v=NgRErUkTdFM
  95. Le Guide 1996 du CD, tome 2 world, jazz, pop, rock, blues, film, variétés..., analyse de The Joshua Tree, éditions Marabout, 850 pages, 1996
  96. site internet : http://www.rollingstone.com/, The Joshua Tree (Deluxe Twentieth Anniversary Edition), par Rob Sheffield, 29 novembre 2007
  97. Robert Dimery, Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie, Flammarion, (ISBN 2-0820-1539-4), p. 582
  98. Gilles Verlant et Thomas Caussé, La Discothèque parfaite de l'odyssée du rock, Presses de la Cité, (ISBN 2-2580-8007-X), p. 223
  99. (de) Charts.de – U2 – The Joshua Tree. GfK Entertainment. PhonoNet GmbH.
  100. a et b (en) David Kent, Australian Chart Book 1970–1992, St Ives, (ISBN 0-646-11917-6), p. 317
  101. (de) Austriancharts.at – U2 – The Joshua Tree. Ö3 Austria Top 40. Hung Medien.
  102. (en) « Top Albums/CDs - Volume 46, No. 1, April 11 1987 », sur collectionscanada.gc.ca (consulté le 11 mai 2013)
  103. a, b, c et d « U2 - The Joshua Tree », sur lescharts.com (consulté le 11 mai 2013)
  104. (en) « U2 Awards », AllMusic (consulté le 11 mai 2013)
  105. « Détail des albums - U2 », sur infodisc.fr (consulté le 11 mai 2013)
  106. (en) Charts.org.nz – U2 – The Joshua Tree. RIANZ. Hung Medien.
  107. (nl) Dutchcharts.nl – U2 – The Joshua Tree. Mega Album Top 100. Hung Medien.
  108. (en) « U2 Albums » (consulté le 11 mai 2013)
  109. (en) Swisscharts.com – U2 – The Joshua Tree. Schweizer Hitparade. Hung Medien.
  110. (de) « Gold-/Platin-Datenbank - U2 », sur musikindustrie.de (consulté le 11 mai 2013)
  111. (es) « Disco de oro y platino », sur capif.org.ar (consulté le 11 mai 2013)
  112. (de) « Gold & Platin - U2 », sur ifpi.at (consulté le 11 mai 2013)
  113. (en) « Gold & Platinum Certification U2 », Canadian Recording Industry Association (consulté le 11 mai 2013)
  114. (en) « Gold & Platinum - U2 », RIAA (consulté le 11 mai 2013)
  115. (fi) « Tilastot - U2 », sur ifpi.fi (consulté le 11 mai 2013)
  116. « Les Certifications depuis 1973 - U2 », sur infodisc.fr (consulté le 11 mai 2013)
  117. (en) « New Zealand Music Chart », sur rianz.org.nz (consulté le 11 mai 2013)
  118. (en) « Certified Awards Search - U2 », BPI (consulté le 11 mai 2013)
  119. http://www.rtl.fr/culture/musique/the-beatles-bob-marley-u2-trois-albums-mythiques-reedites-7788713333