The Irrepressibles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
The Irrepressibles
Pays d'origine Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Rock alternatif, orchestre, pop de chambre, ambient, baroque
Années actives Depuis 2002
Influences Queen
Kate Bush
David Bowie
Jeff Buckley
Tangerine Dream
Mike Oldfield
Kurt Weil
PJ Harvey
David Lynch
Georg Friedrich Haendel
Arvo Pärt
Moondog
Aphex Twin
Bronski Beat
Tim Buckley[1]
Site officiel www.theirrepressibles.com
Composition du groupe
Membres Jamie Irrepressible
Sarah Kershaw
Chloe Treacher
Ollie Hipkin
Anciens membres Jamil Reyes (Jams)
Apollo
Ian Tripp
Charlie Stock
Jordan Hunt
Sophie Li
James Field
Nicole Robson
Helen White (Hazlitt)
Allan Bradbury
Anja McCloskey
Andy Harris
Peter Mills
Craig White
Rosie Reed
Anna Westlake
Amy Kelly

The Irrepressibles est un groupe d'art pop britannique, originaire de Scarborough, dans le Yorkshire du Nord. Il se compose d'un orchestre de dix musiciens menés par le compositeur et interprète Jamie « Irrepressible » McDermott[2], décrit par le journal français Libération comme d'une « élégance fantasque au service d’un singulier univers baroque[3]. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (2002–2010)[modifier | modifier le code]

Le groupe est formé en 2002 à Scarborough, dans le Yorkshire du Nord. Jamie Irrepressible décrit toutes les chansons comme autobiographiques[2]. Ils adoptent le nom de The Irrepressibles, car « ça signifie dépasser les frontières musicale et être honnête sur l'homosexualité dans la musique[2]. » Ils se délocaliseront à Londres, en Angleterre, pendant quelques années, puis à Berlin, en Allemagne.

En 2005, le groupe sort son premier EP, My Witness, suivi par un second, intitulé Knife Song.

En 2009, paraît un coffret CD/DVD nommé From the Circus to the Sea, qui leur offre une certaine reconnaissance critique et publique.

Mirror Mirror (2010)[modifier | modifier le code]

Le groupe publie son premier album studio, intitulé Mirror Mirror en 2010. In this Shirt, un extrait de l'album est utilisé en 2011 dans le concours de danse télévisé So You Think You Can Dance[4] et dans un court métrage réalisé par Roy Raz, The Lady is Dead, ainsi que pour la campagne de publicité de British Telecom pour les Jeux Olympiques de 2012[5]. En France, leurs premiers concerts sont rapidement remarqués, Libération l'ayant décrit comme un groupe à la « réputation incandescente[3]. » Mis à part des rumeurs élogieuses portées par leurs premières apparitions en festival (à Paris mais aussi à Marseille), le groupe est rapidement remarqué de la blogosphère francophone, dMute[6], ou encore soundofviolence[7] les chroniquant de manière globalement positive. À noter la critique extrêmement négative[8] de Stéphane Sarpaux lors de leur passage à Marseille, au sein du Festival de Marseille en 2010.

Nude (2012)[modifier | modifier le code]

Leur deuxième album studio, Nude, est publié en 2012. Le premier single, Arrow, sort le , suivi par New World, le . Les deux clips sont réalisés par Jamie McDermott, comme celui de Two Men In Love qui est mis en ligne le .

En 2013, Jamie change son nom, Jamie McDermott, en Jamie Irrepressible, sur sa collaboration avec le duo électronique norvégien Röyksopp, Something In My Heart.

En 2013 sort Nude : Landscapes, le premier volet de la trilogie des EP inspirée par leur deuxième album. Ce premier EP se caractérise par une direction « symphonique minimale » et « acoustiques », tel que le décrit McDermott lors d'un entretien avec le magazine britannique QX[9]. Le deuxième EP, Nude : Viscera, est publié le , et « mêle new wave, grunge, et exotica[10]. » Le troisième EP, Nude : Forbidden, est publié le . Ce dernier EP est accompagné de deux clips (Forbidden et Edge of Now) réalisés une fois encore par Jamie lui-même.

Troisième album (2018)[modifier | modifier le code]

Le , The Irrepressibles fait son retour, avec le titre Submission, dont le clip est réalisé par Savvas Stravou.

Style musical[modifier | modifier le code]

Le groupe est souvent comparé (et a pu citer parmi ses influences) Vivienne Westwood, le travail de Malcolm McLaren (sur le mode musique et sous-culture), KLF, Farinelli et les castrats mais aussi Martha Graham, les installations de Salvador Dalí, Morrissey, Leigh Bowery, Laurie Anderson, Meredith Monk, Broadcast et Matthew Barney[11]. Ils citent eux-mêmes comme influences David Bowie, Kate Bush et Bonzo Dog Doo-Dah Band[12].

Ils se considèrent eux-mêmes comme un groupe de pop de chambre[13]. Leur réputation live s'est construite autour de shows baroques et très mis en scène, dans lesquels chaque membre de l'orchestre apporte une contribution visuelle autant que musicale.

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

  • 2005 : My Witness
  • 2005 : Knife Song
  • 2009 : From The Circus... to the Sea (EP et DVD)
  • 2013 : Nude: Landscapes
  • 2014 : Nude: Forbidden
  • 2019 : This Time I'll Let Go of Fear

Singles[modifier | modifier le code]

Clips[modifier | modifier le code]

  • 2011 : I'll Maybe Let You (réalisé par J. J. Stevens)
  • 2012 : Arrow (réalisé par Jamie McDermott)
  • 2012 : New World (réalisé par Jamie McDermott)
  • 2013 : Two Men in Love (réalisé par Jamie McDermott)
  • 2014 : Forbidden (réalisé par Jamie McDermott)
  • 2014 : Edge of Now (réalisé par Jamie McDermott)
  • 2015 : Always on my mind (réalisé par Nicolas Martin)
  • 2018 : Submission (réalisé par Savvas Stravou)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Irrepressibles don't like being compared to Anthony & The Johnsons, do they? », sur drownedinsound.com, (consulté le ) : « Please compare us to bands we are clearly influenced by namely Queen, Kate Bush, David Bowie, Jeff Buckley, Tangerine Dream, Mike Oldfield. Kurt Weil, PJ Harvey, David Lynch, Handel, Arvo Part, Moon Dog, Aphex Twin, Bronski Beat, Tim Buckley, and many more but not Anthony and the Johnsons, they are not an influence... just to make that clear. ».
  2. a b et c (en) Christopher Rudolph, « The Irrepressibles Lead Singer Talks About Being Gay and the Men He's Loved », The Advocate, (consulté le ).
  3. a et b Gilles Renault, « Irrésistibles Irrepressibles », Libération,‎ (lire en ligne).
  4. Youtube, So You Think You Can Dance (Season 8)
  5. Youtube, BT Infinity London 2012
  6. « Mirror Mirror - chronique », sur dmute.net.
  7. « The Irrepressibles - Mirror Mirror Review », sur soundofviolence.net.
  8. « The Irrepressibles - Mirror Mirror Review », sur concertandco.com.
  9. (ja) « The Irrepressibles », QX (consulté le ).
  10. (en) « The Irrepressibles », Brighton Dome (consulté le ).
  11. (en) « The Irrepressibles - un groupe pop baroque théâtral britannique », sur stageoftheart.net (consulté le ).
  12. « The Irrepressibles : musique, vidéos, statistiques et photos / Last.fm », sur Last.fm (consulté le ).
  13. (en) « Biography (officiel) ».

Liens externes[modifier | modifier le code]