The Indian Queen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Indian Queen est un semi-opéra (ou mask) écrit par John Dryden et Robert Howard et représenté pour la première fois en 1664. Il fut mis en musique par Henry Purcell en 1695, mais celui-ci ne put terminer l'œuvre (il mourut fin 1695), qui fut achevée par Daniel Purcell, son frère. Elle est typique des semi-opéras, combinaison de scènes parlées et de pièces chantées.

L'œuvre relate les conflits imaginaires entre Aztèques et Incas (ce qui, du point de vue géographique, n'est pas vraisemblable, les premiers se situant au Mexique et les seconds au Pérou qui ne voisine pas). Sur ce fond de guerres caraïbes, le livret développe une intrigue relatant les amours entre la reine des Aztèques et le général des Incas. Historiquement, ces conflits de nature militaire recèlent un fond de vérité : lorsque Christophe Colomb arriva dans les îles d'Amérique centrale, les Indiens Caraïbes étaient en train d'achever la conquête de ces territoires.

Pour la représentation de 2015, le metteur en scène Peter Sellars a intégré à cette œuvre l'air célèbre de Purcell « Music for a While ». Cet air avait été initialement composé en 1692 pour être chanté au cours d’Œdipus, tragédie de John Dryden et Nathaniel Lee, d'après Œdipe Roi de Sophocle. Sellars a également intégré à la partition plusieurs autres airs de Purcell (dont les célèbres « O Solitude », « Hear my prayer »). Il a aussi ajouté des scènes de texte parlé, et de la danse[1]. Ainsi, l'œuvre, qui ne durait qu'une heure à l'origine, est devenue trois fois plus longue dans cette production. Elle n'est plus à attribuer aux seuls auteurs du XVIIe siècle.

Divers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]