The Handmaid's Tale : La Servante écarlate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir The Handmaid's Tale.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la série télévisée. Pour le roman de Margaret Atwood, voir La Servante écarlate. Pour le film de Volker Schlöndorff, voir La Servante écarlate (film).
The Handmaid's Tale
La Servante écarlate
Description de l'image The Handmaid's Tale intertitle.png.
Titre original The Handmaid's Tale
Autres titres
francophones
La Servante écarlate (Québec)
Création Bruce Miller
Acteurs principaux Elisabeth Moss
Yvonne Strahovski
Joseph Fiennes
Samira Wiley
Max Minghella
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine Hulu
Nb. de saisons 2
Nb. d'épisodes 23
Durée 47–60 minutes
Diff. originale en production
Site web https://www.hulu.com/the-handmaids-tale

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate (The Handmaid's Tale) est une série télévisée américaine créée par Bruce Miller, diffusée simultanément depuis le sur la plateforme de vidéo à la demande Hulu[1],[2], aux États-Unis et sur Bravo! et CraveTV[3], au Canada. Elle est l'adaptation du roman La Servante écarlate écrit par Margaret Atwood en 1985.

En France, la série est diffusée depuis le sur OCS Max[4] et depuis le sur TF1 Séries Films. En Belgique, elle est diffusée depuis le sur Proximus TV, Movies et Series Pass[réf. nécessaire] et au Québec, elle a été acquise par le Club Illico[5]. En Suisse, elle est diffusée depuis le 24 septembre 2018 sur RTS Un.[réf. nécessaire]

Elle reste inédite dans les autres pays francophones.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans un avenir proche, la combinaison de pollutions environnementales et de maladies sexuellement transmissibles a entraîné une baisse dramatique de la fécondité qui a pour conséquence un taux de natalité extrêmement bas. Les « Fils de Jacob », une secte politico-religieuse protestante de type restaurationniste et aux accents fondamentalistes, en a profité pour prendre le pouvoir, détruisant la Maison-Blanche, la Cour suprême et le Congrès lors d'un coup d'État.

Dans cette version dystopique et totalitaire des États-Unis, la République de Gilead, les dissidents, les homosexuels et les prêtres catholiques sont condamnés à mort par pendaison. Les relations hommes/femmes obéissent dorénavant à des règles très strictes. Alors que les hommes occupent toutes les positions du pouvoir, les femmes ont été démises de leur statut de citoyennes à part entière. Elles ne peuvent ni travailler, ni posséder d'argent, ni être propriétaires, ni lire. Elles sont catégorisées selon leur fonction : les Épouses (habillées en bleu/vert) sont les femmes des dirigeants, les Marthas (en gris) s'occupent de la maisonnée et les Servantes (en rouge pourpre) sont uniquement dédiées à la reproduction, sous la surveillance rigide des Tantes (en marron). Les Servantes sont affectées au sein des familles dirigeantes, jusqu'à ce qu'elles mettent au monde les enfants tant désirés.

La série suit le parcours de June, une femme devenue Servante sous le nom de Defred (car au service du commandant Fred Waterford).

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs récurrents[modifier | modifier le code]

Acteurs invités[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[11]et Doublage Séries Database[12]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le site web de vidéo à la demande Hulu annonce le projet en , avec l'actrice Elisabeth Moss dans le rôle principal. Adapté du roman éponyme de Margaret Atwood, La Servante écarlate, publié en 1985, la série est créée par Bruce Miller, qui en est également producteur exécutif, avec Daniel Wilson, Fran Sears, et Warren Littlefield (en).

Margaret Atwood est productrice et consultante sur le projet, notamment sur les parties du synopsis qui extrapolent le roman, ou le modernisent. Elle fait également une apparition courte dans le tout premier épisode. En , Reed Morano a été désignée comme la réalisatrice de la série.

La première bande-annonce a été diffusée par Hulu sur YouTube le 23 mars 2017.

Le , la série a été renouvelée pour une deuxième saison[13], qui sera diffusée en 2018. Le récit du roman ayant été l'objet de la première saison, ce sont des développements inédits de l'univers de la série qui seront abordés. Récurrente durant la première saison, Amanda Brugel est promue à la distribution principale[14].

Le , Hulu renouvelle la série pour une troisième saison[15].

Attribution des rôles[modifier | modifier le code]

Les acteurs Samira Wiley[16], Max Minghella et Ann Dowd ont rejoint la distribution en , tandis que Joseph Fiennes, Madeline Brewer et Yvonne Strahovski faisaient de même en , suivi par O. T. Fagbenle et Amanda Brugel en septembre. Ever Carradine rejoint la distribution en octobre et Alexis Bledel en .

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de la première saison s'est déroulé à Toronto, Mississauga, Hamilton et Cambridge, en Ontario entre et .

Épisodes[modifier | modifier le code]

Première saison (2017)[modifier | modifier le code]

La première saison est composée de dix épisodes.

  1. Defred (Offred)
  2. Jour de naissance (Birth Day)
  3. Retard (Late)
  4. Nolite Te Salopardes Exterminorum (Nolite te bastardes carborundorum)
  5. Fidèle (Faithful)
  6. La Place d'une femme (A Woman's Place)
  7. De l'autre côté (The Other Side)
  8. Chez Jézabel (Jezebel's)
  9. Le Pont (The Bridge)
  10. Nuit (Night)

Deuxième saison (2018)[modifier | modifier le code]

Composée de treize épisodes, la saison est diffusée depuis le [17].

  1. June (June)
  2. Antifemmes (Unwomen)
  3. Fardeau (Baggage)
  4. Les autres femmes (Other Women)
  5. Unions (Seeds)
  6. Premier sang (First Blood)
  7. Après (After)
  8. L'ouvrage des femmes (Women's Work)
  9. Diplomatie (Smart Power)
  10. Dernière cérémonie (The Last Ceremony)
  11. Holly (Holly)
  12. Postpartum (Postpartum)
  13. Le verbe (The Word)

Troisième saison (2019)[modifier | modifier le code]

Note : Pour les informations de renouvellement voir la section Production.

Univers de la série[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Principaux[modifier | modifier le code]

June (ou Defred)

June a été arrêtée par la milice de Gilead alors qu'elle tentait de s'enfuir avec son mari Luke et leur fille Hannah, vers le Canada. Sa meilleure amie, Moira, a également été enlevée. Après un passage au Centre Rouge - centre de formation des servantes - elle est affectée dans la maison du commandant Fred Waterford, où lui est attribué le nom de Defred. Elle se plie aux contraintes de sa nouvelle existence dans l'espoir de survivre et conserve un maigre espoir de retrouver son enfant. D'abord assez résigné, le personnage se révolte progressivement contre le régime mis en place. Cet aspect différencie la série du livre dans lequel Defred ne participe à aucun acte de résistance active.

Serena Joy Waterford

Dans la série, le personnage de Serena Joy Waterford a été très investi dans la Révolution qui amena Gilead au pouvoir. Participant autant que son époux à l'avènement de Gilead — elle a participé à la rédaction de certaines lois et rédigé nombre de textes sur la fertilité et la place des épouses — elle a été écartée des sphères décisionnelles du fait de son sexe ; les femmes de Gilead devant s'atteler uniquement à la tenue de leur foyer.

Très croyante, Serena Joy Waterford désire plus que tout avoir un enfant.

Fred Waterford

Commandant à responsabilités, Fred Waterford est l'époux de Serena Joy Waterford, qu'il a rencontrée avant la Révolution. Peu scrupuleux dans son comportement, le commandant Waterford se permet plusieurs actes illégaux au regard des règles de Gilead. On apprend dans la saison 1 qu'il a entretenu une liaison avec sa première servante (laquelle s'est donnée la mort).

Nick

Chauffeur personnel du commandant Fred Waterford, Nick réside dans une petite maison au sein de la propriété du couple Waterford. L'accès à cet emploi lui a été proposé alors qu'il cherchait un emploi, sans succès, avant la Révolution, par un des hauts responsables de Gilead. Observateur et discret, Nick est un Œil (chargé de veiller secrètement au bon comportement des personnes, et de dénoncer les fraudes au règlement).

Moira

C'est la meilleure amie de June et elle a un fort tempérament. Déjà engagée politiquement avant le coup d’État fondateur de Gilead, c'est elle qui met au point les tentatives d'évasion auxquelles elle persuade June de participer. Elle est lesbienne (ce qui est considéré comme une déviance par Gilead). Comme elle n'est pas stérile, elle devient une servante écarlate mais parvient à s'enfuir du centre de formation. De nouveau capturée, elle est obligée de se prostituer, sous le nom de Rubis, dans le bar clandestin Jezebel.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

La Servante Écarlate a reçu un accueil très positif des critiques. Sur Metacritic, la série enregistre le score de 92 sur 100 sur la base de 40 critiques. La saison 1 a reçu, en date du 5 juillet 2018 la notation de 95 % d'approbation sur Rotten Tomatoes avec une note moyenne de 8,7 sur 10 sur la base de 106 critiques. La saison 2 reçoit, en date du 5 juillet 2018, la note de 95% d'approbation sur Rotten Tomatoes avec une note moyenne de 8,4 sur 10 sur la base de 71 critiques.

« Magnifiquement produite » pour The Hollywood Reporter[18]. « Inébranlable, vitale et terriblement effrayante » pour le New York Times[19]. « Une adaptation bouleversante, sublimée par des prestations puissantes et une grammaire visuelle profonde », pour Variety[20].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Television Critics Association Awards 2017[21] :
    • Meilleure nouvelle série
    • Meilleure interprétation dans une série dramatique pour Elisabeth Moss
  • Primetime Emmy Awards 2017[22] :
    • Meilleure actrice dans un second röle dans une série télévisée dramatique pour Samira Wiley
    • Meilleure réalisation pour une série télévisée dramatique : Kate Dennis pour l'épisode The Bridge
  • Creative Arts Emmy Awards 2017[22] :
    • Meilleur casting pour une série télévisée dramatique
    • Meilleurs costumes pour une série historique ou fantasy
    • Meilleurs effets visuels secondaires pour l'épisode Birth Day
  • Golden Globes Awards 2018[24] :
  • Satellite Awards 2018[25] :
  • Primetime Emmy Awards 2018 :
    • Meilleure série dramatique
    • Meilleure actrice dans une série télévisée dramatique pour Elisabeth Moss
    • Meilleure actrice dans un second rôle dans une série télévisée dramatique pour Ann Dowd
    • Meilleure actrice dans un second rôle dans une série télévisée dramatique pour Alexis Bledel
    • Meilleure actrice dans un second rôle dans une série télévisée dramatique pour Yvonne Strahovski
    • Meilleure acteur dans un second rôle dans une série télévisée dramatique pour Joseph Fiennes
    • Meilleure réalisation pour Kari Skogland pour l'épisode L'Après
    • Meilleur scénario pour Bruce Miller pour l'épisode June

Postérité[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis :

  • Des manifestantes habillées en servantes écarlates manifestent contre l'élection de Donald Trump ou se tatouent Nolite te bastardes carborundorum[26]
  • Hillary Clinton en fait référence pendant ses discours [27]
  • Des militantes manifestants contre la misogynie défilent habillées en servantes écarlates[28]
  • Marche des femmes anti-Trump en janvier 2017[29]
  • Manifestation contre les lois anti-avortement[30]

France :

  • À Châteauroux, les membres du comité de Défense de la maternité habillées en servantes écarlates pour dénoncer "la violence qui est faite aux femmes" privées de maternité[31],[32]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Denise Petski, « The Handmaid’s Tale Gets Spring Premiere Date On Hulu – First Photos », sur Deadline, (consulté le 14 février 2017).
  2. (en) Clarisse Loughrey, « The Handmaid's Tale teaser: Chilling first look at Hulu's adaptation of the Margaret Atwood classic », sur The Independent, (consulté le 14 février 2017).
  3. (en) « Bravo and CraveTV Join Forces to Land Hotly Anticipated Drama The Handmaid's Tale, Exclusively in Canada », sur Bell Media, .
  4. « The Handmaid’s Tale : saison 2 commandée et diffusion française sur OCS », sur Brain Damaged.fr, .
  5. Hugo Dumas, « Bénie soit cette série », sur La Presse, .
  6. (en) Amber Dowling, « The Handmaid's Tale Season 2 Taps Sydney Sweeney », sur Variety, .
  7. (en) Kimberly Roots, « The Handmaid's Tale: Clea DuVall to Play (Spoiler)'s Wife in Season 2 », sur TVLine, .
  8. (en) Michael Ausiello, « Handmaid's Tale: Marisa Tomei to Guest Star in Colony-Set Episode », sur TVLine, .
  9. (en) Amber Dowling, « The Handmaid's Tale Enlists Cherry Jones for Pivotal Season 2 Role », sur HollywoodReporter, .
  10. (en) Nellie Andreeva, « The Handmaid's Tale: Bradley Whitford Joins Hulu Drama Series For Season 2 », sur Deadline.com, .
  11. a et b « Fiche du doublage de la série », sur RS Doublage (consulté le 20 juillet 2018) [m-à-j]
  12. a b c et d « Fiche du doublage de la série » (consulté le 20 juillet 2018).
  13. (en) « Hulu Amplifies Growth with Original Series Orders, New Content Deals and Premium Advertising Innovations at 2017 Upfront Presentation », sur TheFutonCritic, .
  14. (en) Kate Stanhope, « The Handmaid's Tale Promotes Amanda Brugel to Series Regular », sur HollywoodReporter, .
  15. Jean-Maxime Renault, « The Handmaid's Tale : une saison 3 commandée pour la servante écarlate », AlloCiné, (consulté le 2 mai 2018).
  16. (en) Arya Roshanian, « Orange Is the New Black’s Samira Wiley Joins Hulu’s The Handmaid’s Tale », sur Variety, (consulté le 14 février 2017).
  17. (en) « Hulu Expands Originals Slate and Announces New Content Deals at Television Critics Association Press Tour », sur TheFutonCritic.com, .
  18. (en) Daniel Fienberg, « The Handmaid's Tale: TV Review », The Hollywood Reporter,‎ 4/13/2017 (lire en ligne).
  19. (en) James Poniewozik, « Review: The Handmaid’s Tale Creates a Chilling Man’s World », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  20. (en) Sonia Saraiya, « TV Review: The Handmaid’s Tale on Hulu », Variety,‎ (lire en ligne).
  21. a et b (en) Ryan Schwartz, « TCA Awards: The Handmaid's Tale, Atlanta, Big Little Lies, Carrie Coon Among Big Winners », sur TVLine, (consulté le 8 août 2017).
  22. a b c et d (en) « 69th Emmy Awards Nominees and Winners », sur emmys.com, (consulté le 18 septembre 2017).
  23. « Golden Globes 2018 », sur Le Monde (consulté le 8 janvier 2018).
  24. a et b (en) « 2018 Golden Globe Awards », sur imdb.com, (consulté le 10 janvier 2018).
  25. a et b (en) « 2017 Nominees », sur pressacademy.com, (consulté le 2 juillet 2018).
  26. « 13 choses à savoir sur The Handmaid’s Tale – La servante écarlate », sur www.cineteleandco.fr, .
  27. « The Handmaid's Tale, la série qui fait frémir l'Amérique de Donald Trump », sur www.premiere.fr, .
  28. (en) « Why The Handmaid's Tale is more relevant one year after the first season », sur www.theguardian.com, .
  29. « Marche des femmes anti-Trump : "Je suis très effrayée" », sur www.marianne.net, .
  30. « Quand The Handmaid's Tale devient un outil de combat féministe contre Trump », sur www.marianne.net, .
  31. « Habillés comme dans “la servante écarlate”, les défenseurs de la maternité du Blanc veulent marquer les esprits », sur france3-regions.francetvinfo.fr, .
  32. « Châteauroux : une vingtaine de manifestantes en "servante écarlate" pour défendre la maternité du Blanc », sur www.francebleu.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]