The Gunfighters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Gunfighters
Épisode de Doctor Who
Doctor Who logo 1963-1967.jpg
Le logo de la série (période 1963-1967)

Titre original The Gunfighters
Numéro d'épisode Saison 3 (1re série)
Épisode 8 (ou 25)
Code de production Z
Réalisation Rex Tucker
Scénario Donald Cotton (en)
Production Innes Lloyd
Durée 4 × 25 minutes
Diffusion au sur BBC One
Personnages Docteur :
1er
Compagnons :
Steven Taylor
Dodo Chaplet
Chronologie
Précédent The Celestial Toymaker The Savages Suivant
Liste des épisodes

The Gunfighters (Les combattants au pistolet) est le vingt-cinquième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who, diffusé pour la première fois en quatre parties hebdomadaires du 30 avril au 21 mai 1966.

Résumé[modifier | modifier le code]

Pris d'un mal de dent, le Docteur fait atterrir le TARDIS au Far West dans la ville de Tombstone. Là, une série de quiproquos l'amènera, lui et ses compagnons à participer malgré eux à la fameuse fusillade d'O.K. Corral.

Distribution[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

A Holiday for the Doctor[modifier | modifier le code]

Le TARDIS se matérialise dans la ville de Tombstone, à l'époque du Far West. Après s'être fait interroger par le Shérif Wyatt Earp, le Docteur, ayant très mal aux dents décide d'aller voir l'unique dentiste de la ville, un certain Doc Holliday tandis que Steven et Dodo se rendent dans un saloon pour y réserver des chambres. À l’intérieur, les frères Clanton et Seth Harper les entendant parler du Docteur, pensent qu'il s'agit du Doc Holliday qu'ils cherchent à tuer. Suite à quelques quiproquos, Doc Holliday a vent de cette méprise et, profitant de la situation, donne son arme au Docteur pour le faire passer pour lui. Alors que le Docteur se rend dans le Saloon de la dernière Chance, les Clanton forcent Dodo à jouer du piano et Steven à chanter.

Don't Shoot the Pianist[modifier | modifier le code]

Le Docteur entre dans le saloon où il est pris pour Holliday et se sent rapidement menacé. Alors qu’il tente d’expliquer pourquoi il est en possession de l’arme d’Holliday, il tire accidentellement, arrachant un pistolet de la main d’un des Clanton. Lorsque le shérif Masterson et le marshal Earp entrent à leur tour, ils arrêtent le Docteur. Pendant ce temps là, Holliday et sa compagne, Kate, ont pris Dodo en otage. Ils fuient la ville avec elle après qu'Holliday eut tué Seth Harper. Ce soir-là, Steven tente de faire évader le Docteur quitte à lui faire passer en douce une arme, mais le Docteur ne souhaite pas d'acte violent et en fait part à Wyatt Earp. À l'extérieur de la prison, les Clanton ont provoqué une émeute et menacent de pendre Steven si le Docteur ne leur est pas livré.

Johnny Ringo[modifier | modifier le code]

Les Clanton menacent toujours de pendre Steven si « Holliday » ne leur est pas remis, mais Wyatt Earp, sorti par derrière, a fait discrètement le tour de la foule et réussit alors à assommer Phineas Clanton au moment où celui-ci passait la corde au cou de Steven. Il libère ce dernier et calme la foule. Ayant mis Phineas Clanton en prison, il libérera Steven et le Docteur en leur demandant de quitter la ville, mais ceux-ci ne peuvent repartir sans Dodo. C'est alors qu'arrive Johnny Ringo qui lui aussi en veut personnellement à Doc Holliday pour une histoire de jalousie à propos de Kate. Ringo tuera Charlie, le barman du saloon, après que celui-ci l'ait reconnu. Ringo tombe alors sur Steven et le Docteur à la recherche de Dodo et se joint à eux.

Pendant ce temps là, Dodo réussit à forcer Doc Holliday à les ramener à Tombstone, tandis que le Docteur se retrouve avec Wyatt Earp, qui vient d'accueillir ses frères Warren et Virgil. Ringo, suivi par Steven, tombe sur Kate qui lui affirme que Doc Holliday est parti au Nouveau-Mexique. Content que Kate soit de nouveau "libre", il la menace pour qu'elle les rejoigne. À Tombstone, les frères Clanton feront évader Phineas, tirant mortellement sur Warren Earp au passage.

The O K Corral[modifier | modifier le code]

Le Docteur est nommé shérif adjoint de Tombstone en dépit de ses protestations. Wyatt et Virgil Earp découvrent leur frère Warren mourant, mortellement blessé par Ike et Billy Clanton. Wyatt décide alors d’en finir avec les Clanton et envoie Virgil leur transmettre le message au moment où Holliday revient avec Dodo et décide de se ranger au côté de Wyatt. Un affrontement se prépare alors à O.K. Corral entre les frères Earp et les frères Clanton, les uns aidés par Holliday, les autres par Johnny Ringo.

À la fin de la fusillade, Ringo et trois des Clanton seront tués tandis que Doc Holliday est en cavale. Wyatt Earp dégage le Docteur de ses obligations et lui, Steven et Dodo rejoignent le TARDIS. Lors de l'atterrissage, le Docteur affirme qu'ils sont arrivés dans le futur à un âge de prospérité sans précédent. Pourtant, le scanner ne montre qu'un homme sauvage qui s'approche dangereusement du TARDIS.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • Le Docteur a attrapé une carie en mangeant un bonbon laissé par Cyril à la fin de « The Celestial Toymaker ».
  • Le Docteur se présente sous le nom du "Docteur Caligari" face à Wyatt Earp, celui répond « Docteur qui ? » (« Doctor Who? ») réutilisant le running gag de la série.
  • Il s'agit du dernier sérial à avoir des titres individuel pour les épisodes.
  • Dernier épisode à tendance « historique », il faudra attendre le 6e Docteur et « The Mark of the Rani » pour revoir un personnage historique jouer un rôle conséquent dans un épisode de Doctor Who.
  • Il s'agit du seul épisode de la première série à se passer intégralement aux États-Unis Il faudra attendre l'épisode du 9e Docteur, « Dalek » pour en revoir un et ce n'est qu'à partir de l'épisode du 11e Docteur « L'Impossible Astronaute » que le tournage a réellement eu lieu aux États-Unis

Références historiques[modifier | modifier le code]

  • L'épisode s'inspire ouvertement de la fusillade d'O.K. Corral et mis à part Charlie le barman, tous les personnages ont réellement existé. La fusillade ne s'est pas du tout passée telle qu'elle est racontée dans l'épisode. Dans la réalité, Wyatt Earp n'est pas mort avant la fusillade, ses frères et Holliday ont affronté et abattu Frank McLaury, Tom McLaury, et Billy Clanton ; Bat Masterson avait déjà quitté Tombstone peu de temps avant la fusillade; Johnny Ringo n'y a jamais participé et Pa Clanton était mort quelques semaines avant la confrontation. De plus, Warren Earp n'a jamais été Marshall et a été tué 20 ans après la fusillade lors d'une bagarre de bar, seul Virgil Earp occupa une fonction proche de celle de marshall (deputy marshall) et Kate était une tenancière de bordel assez laide (Son surnom était « Big Nose Kate » ce qui signifiait « Kate au gros nez »).

Production[modifier | modifier le code]

Scénarisation[modifier | modifier le code]

Il s'agit du deuxième et dernier épisode de la série scénarisé par Donald Cotton. Après la réussite de l'épisode « The Myth Makers », il fut appelé par le producteur John Wiles et le script-éditor (responsable des scénarios) Donald Tosh avec dans l'idée de s'attaquer de façon humoristique à un autre genre, le western, une idée évoquée plusieurs fois par l'acteur William Hartnell. Engagé pour écrire le scénario de "the gun-fighters" (ou "the gunslingers") le 30 novembre 1965, Cotton décida qu'il prendrait pour scénario celui de la fusillade d'O.K. Corral et contacta un de ses amis, Tony Snell, vivant aux États-Unis et ayant visité Tombstone. Cotton décide de prendre un point de vue assez personnel : Wyatt Earp serait le défenseur de l'ordre et Doc Holliday une sorte d'anti-héros. Dans les faits, Wyatt Earp ne fut jamais Marshall et l'affrontement consistait bien plus en une bataille entre deux gangs qu'une histoire de justice.

À la fin du mois de décembre 1965 et début janvier 1966, John Wiles et Donald Tosh quittèrent l'équipe de la série et furent remplacés respectivement par Innes Lloyd et Gerry Davis. Ceux-ci n'aimaient pas vraiment les épisodes historiques et la tonalité "comique" ne correspondait pas à la science-fiction "sérieuse" qu'ils voulaient instaurer dans Doctor Who. Il fut même question un temps de supprimer "The Gunsfighters" du planning et de passer directement à l'épisode suivant « The Savages » mais l'épisode fut quand même produit.

Pré-production[modifier | modifier le code]

Afin d'atténuer l'effet comique de l'épisode, il fut décidé que cet épisode s'inspirerait du film Cat Ballou avec Jane Fonda et Lee Marvin, sorti l'année précédente. Il fut aussi décidé qu'une musique "The Ballad Of The Last Chance Saloon" (la ballade du Saloon de la Dernière Chance) servirait de lien entre les différentes parties. À l'origine Dodo devait chanter et Steven jouer du piano, mais devant les piètres performance de Jackie Lane en tant que chanteuse, ils durent échanger leurs rôles.

Tournage[modifier | modifier le code]

Les premières prises de vues furent effectuées du 28 au 31 mars 1966 au studio d'Ealing, sous la direction de Rex Tucker. Tucker faisait partie des producteurs qui avaient travaillé sur le projet Doctor Who avant l'arrivée de Verity Lambert et avait été pressenti pour réaliser « An Unearthly Child ». Malgré son engagement sur la série, il s'agit du seul épisode de Doctor Who qu'il eut jamais réalisé. Les prises de vues visaient principalement à filmer la fusillade d'O.K. Corall en elle-même. Le 5 et 12 avril, la chanson "The Ballad of The Last Chance Saloon" fut enregistrée, et Sheena Marshe n'ayant pas une voix suffisamment accrocheuse, il prit une chanteuse du nom de Lynda Baron. Doctor Who n'aura pas de nouvelle chanson avant la 25e saison et un morceau de rap dans l'épisode « The Greatest Show in the Galaxy », puis dans la nouvelle série avec la chanson "Song for Ten" dans l'épisode de 2005 « L'Invasion de Noël » ; à partir de là, les chansons devinrent sensiblement plus nombreuses dans la série.

Le tournage débuta le 15 avril 1966 au Centre Télévisuel no 4 lors du tournage de Holiday of the Doctor, les trois autres parties ayant été tournées au studio 1 de Riverside, utilisé habituellement par la série. Comme à l'accoutumée, les épisodes étaient répétés toute la semaine afin de pouvoir être enregistrés le vendredi suivant. Au cours du tournage de cet épisode Lloyd et Davis décidèrent d'ancrer leur trace dans la série et de changer Steven et Dodo par les personnages de Ben et Polly. Le 26 avril, Peter Purves et Jackie Lane apprirent leur départ prochain de la série.

Casting[modifier | modifier le code]

  • Lors du casting, Rex Tucker voulut embaucher un maximum de comédiens américains et canadiens, mais cette idée échoua. Toutefois il fut question que Patrick Troughton pourrait jouer le rôle de Johnny Ringo. Troughton étant indisponible, le rôle échoua à Laurence Payne, mais le hasard fit que quelques épisodes plus tard, Troughton devint la seconde incarnation du Docteur.
  • David Graham, qui joue le rôle de Charlie le Barman est connu dans la série pour faire la voix des Daleks. Il jouera plus tard le rôle de Kerensky dans « City of Death ».
  • Doc Holliday est joué par Anthony Jacobs dont le fils, Matthew Jacobs rendra visite sur le tournage de la série. 30 ans plus tard, Matthew Jacobs écrira le script du téléfilm de 1996 Le Seigneur du Temps.
  • Laurence Payne jouera le rôle de Morix dans « The Leisure Hive » et de Dastari dans « The Two Doctors ».
  • La chanteuse Lynda Baron réapparaitra dans le rôle du Captain Wrack dans l'épisode « Enlightenment » et dans le rôle de Val dans l'épisode de la nouvelle série « Tournée d'adieux ».

Diffusion et réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
"A Holiday for the Doctor" 30 avril 1966 23:48 6,5 Films 16mm
"Don't Shoot the Pianist" 7 mai 1966 23:47 6,6 Films 16mm
"Johnny Ringo" 14 mai 1966 23:52 6,2 Films 16mm
"The OK Corral" 21 mai 1966 23:53 5,7 Films 16mm

L'épisode figure comme la chute d'audience la plus forte de toute la période Hartnell[1].

Néanmoins, après cet épisode, aucun autre épisode de Doctor Who, jusqu'à « The Tenth Planet » ne remontera au-dessus de la barre des 6 millions de spectateurs[2].

L'épisode fut très mal reçu par les critiques ainsi que par les téléspectateurs, ce qui décidera le producteur Innes Lloyd de laisser tomber définitivement les épisodes historiques pour orienter la série vers de la science fiction. De plus, la reconstitution d'un univers de Far West ne convainc guère, même s'il apparaît qu'il s'agirait historiquement du premier "western" produit par la télévision britannique. Les spectateurs test de la BBC reconnurent que si l'idée de placer le Docteur dans un Western était une bonne idée, l'histoire était assez mal écrite et que son dénouement partait dans le n'importe quoi.

Beaucoup de critiques ont reproché que la série n'ait jamais réussi à véritablement se mettre au comique, arguant, comme John Peel dans le Fantasy Empire no 4 de 1982 que les autres épisodes comiques de période Hartnell, comme « The Romans » ou « The Myth Makers » n'ont jamais marché. En 1988, Ian Levine dira dans A Voyage Through 25 Years of Doctor Who que « cet épisode n'aurait jamais dû être fait et restera éternellement comme un embarras pour la série Doctor Who ». Beaucoup critiquent la chanson Ballad of The Last Chance Saloon comme étant réellement mal écrite et cassant l'illusion que tentait de donner la série. Le fait que le Docteur agisse de façon bien trop naïve et que Steven et Dodo soient en total décalage à côté de personnages comme Wyatt Earp, Doc Holliday ou Johnny Ringo n'arrange pas les choses.

La critique moderne a tendance à réhabiliter cet épisode pour son ambiance de Western assez unique dans la série et ses notes humoristiques[3]. En 2009, Mark Braxton du Radio Times, écrira une critique mitigé de l'épisode estimant qu'en dehors de l'atroce "ballade of the Lost Saloon", des costumes de Steven et Dodo, des mauvais accents américains, l'épisode est assez bon narrativement et réussi à faire parler philosophiquement le Docteur[4]. Les réticences sont les mêmes pour John Sinnott du site DVD Talk's, qui donnera une note de 2,5/5 expliquant que l'épisode est décent mais que le sur-jeu de Peter Purves, les accents et la ballade le gâchent considérablement[5].

Plus clément, Arnold T Blumburg notera l'épisode 7 sur 10, saluant le jeu d'acteur d'Hartnell, l'apport de la production ainsi que l'énergie et l'enthousiasme des acteurs durant cet épisode. Même s'il critique la ballade, il admet que « les accents ne sont pas si mal joués que ça[6]. » Neela Debnath de la revue The Independent estime que les plus jeunes vont aimer l'aventure, tandis que les plus âgés se retrouveront dans la satire[7].

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut novélisé sous le titre de The Gunfighters par Donald Cotton lui-même. Celui-ci réécrivit l'épisode à la 1re personne en la faisant raconter par Doc Holliday sur son lit de mort. Le personnage de Johnny Ringo y est aussi sensiblement plus fouillé. La novélisation fut publiée en juillet 1985 sous le numéro 101 de la collection Doctor Who des éditions Target Book. Cette novélisation n'a connu aucune traduction à ce jour[8]. Il fut aussi réédité en août 1988 chez Star Classics Edition dans une édition double contenant cet épisode ainsi que "The Myth Makers." [8]

Édition VHS, CD et DVD[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions aux Royaume-Uni, en Australie et aux États-Unis.

  • L'épisode est sorti en VHS en novembre 2002.
  • La bande son de l'épisode a été éditée sur CD avec la voix off de Peter Purves servant d'introduction et de lien entre les différents passages. Des pistes bonus incluent la chanson Ballad of the Last Chance Saloon et une interview de Peter Purves.
  • L'épisode est sorti en DVD le 20 juin 2011 dans un coffret nommé The Earth Story qui contient entre autres, l'épisode de la 21e saison « The Awakening » se déroulant durant la guerre civile d'Angleterre. Le DVD contient les commentaires audio de Peter Purves, Shane Rimmer (Seth Harper), David Graham (Charlie) et Richard Beale (Bat Masterson). Il contient en outre le documentaire The End of the Line racontant le déroulement extrêmement agité de la troisième saison de la série.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Gunfighters », Doctor Who Reference Guide (consulté le 30 août 2008)
  2. (en) Shannon Sullivan, « The Gunfighters », A Brief History of Time Travel,‎ (consulté le 30 août 2008)
  3. (en) « The Gunfighters », BBC (consulté le 26 août 2012)
  4. Mark Braxton, « Doctor Who: The Gunfighters », Radio Times,‎ (consulté le 20 janvier 2013)
  5. John Sinnott, « Doctor Who: The Gunfighters — Episode 25 », DVD Talk,‎ (consulté le 20 janvier 2013)
  6. Arnold T Blumburg, « Doctor Who–The Gunfighters DVD Review », IGN,‎ (consulté le 20 janvier 2013)
  7. Neela Debnath, « Review of Doctor Who 'The Gunfighters' (Series 3) », The Independent,‎ (consulté le 20 janvier 2013)
  8. a et b (en) « The Gunfighters », On Target (consulté le 16 janvier 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]