The Great Gig in the Sky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
The Great Gig in The Sky

Chanson de Pink Floyd
extrait de l'album l'album The Dark Side of the Moon
Sortie 23 mars 1973
Durée 4:47
Genre Rock progressif
Auteur Roger Waters
Compositeur Richard Wright
Clare Torry (composition vocale)

Pistes de l'album The Dark Side of the Moon

The Great Gig in the Sky[1] est une chanson du groupe de rock progressif britannique Pink Floyd. Elle apparaît sur l'album The Dark Side of the Moon en 1973 en piste numéro cinq.

Composition[modifier | modifier le code]

La chanson fait son apparition comme une progression d'accords de Richard Wright, connue sous les noms de The Mortality Sequence ou The Religion Song. Au cours de la première moitié de l'année 1972, il joue l'air en direct avec un simple instrument d'orgue, accompagné d'extraits de paroles de la Bible et d'extraits de discours de Malcolm Muggeridge , un écrivain britannique connu pour ses opinions religieuses conservatrices. En septembre 1972, l'instrument principal est remplacé par un piano, avec un arrangement très similaire à la forme finale mais sans voix et une séquence d'accords légèrement différente au milieu. Divers effets sonores sont essayés sur la bande son, y compris des enregistrements des astronautes de la Nasa communiquant sur des missions spatiales, mais aucun n'est satisfaisant. Finalement, quelques semaines avant la fin de l'album, le groupe a pensé à faire venir une chanteuse sur la musique.

Suggérée par l'ingénieur du son Alan Parsons, les Pink Floyd engagent Clare Torry, jeune chanteuse de 25 ans qui improvise un chant pour la musique composée par Wright. Ils demandent alors à cette chanteuse, qu'on vient juste de leur présenter, de penser à l'horreur, à la mort, et de chanter. Après quelques prises, elle sort et s'excuse, persuadée d'avoir mal chanté. Mais tout le monde dans le studio est enchanté par sa performance[2]. La version présente sur l'album est un composé de différentes prises[3].

Fender Duo 1000, guitare à double manche d’acier (1962), achetée à Seattle en octobre 1970 par David Gilmour et utilisée sur The Great Gig in the Sky, lors de l’exposition Pink Floyd: Their Mortal Remains.

Clare Torry est payée trente livres sterling de l'heure pour la prise de son, soit cent livres au total[4], ce qui était le tarif normal pour une choriste de studio qui interprète une œuvre, mais, dans le cas présent, elle a effectué une improvisation personnelle qui vaut une création artistique et donne donc droit à la perception de droits d'auteur. C'est à ce titre qu'elle réclame à EMI en 2004 — et finit par obtenir — le versement de royalties.

Bien qu'il n'y ait pas de réelles paroles, on peut entendre au début de la chanson un homme dire : And I am not frightened of dying. Any time will do; I don't mind. Why should I be frightened of dying? There's no reason for it—you've gotta go sometime.[5] ; et, aux environs de 3 min 35, une voix de femme : I never said I was frightened of dying[6].

Personnel[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gig signifie « concert » en langage familier et dans le domaine de la musique.
  2. En 1984, Clare Torry, qui participe à l'album Waking Up with the House On Fire de Culture Club, chante sur le titre The War Song d'une manière très similaire à sa performance sur The Great Gig in the Sky.
  3. « 'Dark Side' at 30: David Gilmour », Rolling Stone,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Germinal, « #154 La face cachée de Great Gig In The Sky - Rock Anecdotes », sur rock-anecdotes.fr (consulté le )
  5. Traduction : « Et je n'ai pas peur de mourir. Qu'elle vienne à n'importe quel moment, je m'en fiche. Pourquoi devrais-je avoir peur de mourir ? Il n'y a aucune raison pour ça, tu dois t'en aller un jour. »
  6. Traduction : « Je n'ai jamais dit que j'avais peur de mourir. »