The Feelies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
The Feelies
Description de cette image, également commentée ci-après
The Feelies en 2016.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Post-punk[1],[2], jangle pop[3]
Années actives 19761992, depuis 2008
Labels A&M, Stiff Records, Rough Trade, Coyote Records
Site officiel www.thefeeliesweb.com
Composition du groupe
Membres Glenn Mercer
Bill Million
Dave Weckerman
Brenda Sauter
Stan Demeski
Anciens membres Keith DeNunzio
Anton Fier
Vinny DeNunzio
John Papesca

The Feelies est un groupe de post-punk américain, originaire de North Haledon, dans le New Jersey. Après plus de 15 ans d'arrêt, le groupe rejoue en 2008. Un nouvel album est sorti le 12 avril 2011, puis un second le 24 février 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Première période[modifier | modifier le code]

Le nom du groupe s'inspire de l'œuvre fictive Brave New World d'Aldous Huxley[4]. Glenn Mercer, Bill Million, Dave Weckerman et le vocaliste Richard Reilly commencent à jouer ensemble en 1976 à Haledon, das le New Jersey, dans un groupe appelé Outkids. The Outkids évolue en The Feelies avec l'arrivée de Vinny DeNunzio à la batterie, et de John Papesca à la basse.

En 1978, le Village Voice considère les Feelies « meilleur groupe underground de New York ». Avec la formation Mercer, Million, le frère de Vinny DeNunzio (Keith DeNunzio) à la basse et Anton Fier à la batterie, The Feelies publient leur premier single, Fa Cé-La, chezRough Trade Records en 1979. Leur premier album, Crazy Rhythms, est publié chez Stiff Records en 1980, avec la même formation que pour Fa Cé-La. Après la sortie de Crazy Rhythms, Fier et Keith DeNunzio quitte le groupe. Mercer et Million collaborent avec plusieurs musiciens du New Jersey devenant ainsi des groupes dérivés sous les nom de The Trypes, avec Brenda Sauter, Dave Weckerman et Stanley Demeski, et avec John Baumgartner, Marc Francia et Toni Paruta. Million, Mercer, Sauter, Demeski et Baumgartner tournent aussi autour de New York et Hoboken joue sous le nom de Yung Wu.

Les membres arrêtent de jouer et collaborent à la fin des années 1980, devenant les « rockeurs underground les mieux aimés de New York à la fin des années 1970 » selon Jon Pareles du New York Times en 1986[5]. En 1988, les Feelies signe avec une major et sort l'album Only Life chez A&M Records. La formation est la même que celle pour The Good Earth, et Mercer et Million s'occupent une nouvelle fois de la production. Le disque est bien accueilli, et atteint la 27e place de la liste Pazz and Jop du Village Voice en 1988[6]. Leur dernier album avant leur pause, Time for a Witness, est publié par A&M en 1991. L'album se démarque de Only Life mais reste bien accueilli[7],[8].

Deuxième période[modifier | modifier le code]

Le groupe se réunit en concert pendant l'été 2008. Une performance au Battery Park avec Sonic Youth suit. En juin 2009, le groupe joue un concert acoustique au Whitney Museum, puis au Millennium Park de Chicago. En septembre 2009, ils jouent Crazy Rhythms pendant le concert Don't Look Back du festival All Tomorrow's Parties.

En mars 2011, The Feelies publient l'album Here Before produit par Bill Million et Glenn Mercer, publié chez Bar/None Records[9]. Le groupe reste « l'un des groupes les mieux aimé du rock alternatif local »[10].

Leur sixième album, In Between, et publié en février 2017, également chez Bar-None label. Les critiques sont généralement favorables[11].

Membres[modifier | modifier le code]

  • Bill Million - guitare, chant, percussions
  • Glenn Mercer - guitare, chant, percussions
  • Keith Clayton - basse, percussions, chant
  • Anton Fier - batterie

Stanley Demeski est ensuite arrivé à la batterie, suivi de Brenda Sauter à la basse.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

  • 1986 : No One Knows (Coyote)

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1979 : Fa Cé La (Rough Trade)
  • 1988 : Away (A&M)
  • 1991 : Sooner or Later (A&M)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rob Tannenbaum, « The Feelies: The Good Earth » (version du 14 décembre 2008 sur l'Internet Archive), Rolling Stone, 25 septembre 1986.
  2. Colin Larkin, The Guinness Encyclopedia of Popular Music, Guinness, (ISBN 978-1-882267-02-6, lire en ligne), p. 848
  3. (en) Brock Thiessen, « The Feelies to Return with New Album 'In Between' », sur Exclaim!, (consulté le 21 janvier 2017).
  4. Roni Sarig, The Secret History of Rock: the most influential bands you've never heard, Billboard Books, (ISBN 978-0-8230-7669-7, lire en ligne), p. 162.
  5. Jon Pareles, « POP AND JAZZ GUIDE - Review », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Pazz & Jop 1988: Critics Poll », Robert Christgau, (consulté le 10 avril 2012)
  7. (en) « CG: feelies », Robert Christgau, (consulté le 10 avril 2012).
  8. (en) « Rolling Stone Music | Album Reviews », Rollingstone.com (consulté le 10 avril 2012).
  9. (en) « The Feelies Plan First Album in Two Decades | News », Pitchfork, (consulté le 10 avril 2012)
  10. Ben Greenman, « Still Crazy », Condé Nast, no 4 juillet 2011,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  11. (en) « The Feelies "In Between" », Metacritic (consulté le 21 octobre 2017).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Benoît Binet, « Rockers du dimanche », Nineteen, Toulouse, Association Nineteen, vol. 23,‎ , p. 34-36 (ISSN 0757-1984)

Liens externes[modifier | modifier le code]