The Disaster Artist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
The Disaster Artist
Titre québécois L'Artiste du désastre
Réalisation James Franco
Scénario Scott Neustadter
Michael H. Weber
Acteurs principaux
Sociétés de production New Line Cinema
Good Universe
Point Grey Pictures
Rabbit Bandini Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie dramatique biographique
Durée 98 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution


The Disaster Artist, ou L'Artiste du désastre au Québec, est une comédie dramatique biographique coproduite et réalisée par James Franco, sortie en 2017.

Il s'agit de l'adaptation du livre éponyme de l'acteur et producteur Greg Sestero qui racontait la création et le tournage du film The Room de Tommy Wiseau, réputé pour être un nanar culte des années 2000 et considéré comme le « Citizen Kane des mauvais films »[1],[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1998, Greg Sestero est un jeune Américain qui rêve de devenir un acteur célèbre. Dans le cadre d'un cours de théâtre, il rencontre Tommy Wiseau, un homme énigmatique et passionné qui semble habité par les mêmes désirs bien qu'il ignore tout de l'industrie du cinéma. Devenant rapidement amis, ils décident de tout faire pour réaliser leurs rêves en s'installant à Los Angeles, où Wiseau possède déjà un appartement. Bénéficiant d'une grande fortune aux origines mystérieuses, Wiseau finit par décider, après une série de refus et de déceptions, de se lancer dans l'écriture et la réalisation de son propre film, dans lequel il compte donner les rôles principaux à Greg et à lui-même.

Embauchant eux-mêmes les techniciens et interprètes du film, et achetant le matériel nécessaire au lieu de le louer, les deux hommes filment donc The Room, dans des conditions parfois chaotiques à cause du caractère particulier de Wiseau et de son manque d'expérience. Malgré leurs promesses mutuelles, la relation se tend progressivement entre les deux amis, même si le tournage va à son terme, Sestero étant notamment contraint, pour respecter le planning de tournage et continuer à soutenir son ami, de refuser une offre alléchante de rôle secondaire dans un épisode de la série télévisée Malcolm. Cette décision n'est d'ailleurs pas comprise par la petite amie de Greg, Amber, qui finit par le quitter.

Ayant pris un temps ses distances après la fin du tournage, Sestero, travaillant alors dans une reprise de la pièce Mort d'un commis voyageur, finit par accepter, à contre-cœur, de venir à l'avant-première du film. Lors de la projection, le public — y compris les personnes ayant participé au tournage — est rapidement hilare. Blessé par ces réactions, Wiseau quitte la salle. Sestero le rattrape et le convainc que les spectateurs adorent son film, même s'ils ne le perçoivent pas de la façon dont Wiseau le souhaitait. Ce dernier accepte de revenir à la fin de la projection et, finalement ravi de l'accueil, prétend qu'il a toujours eu l'intention de faire une comédie et remercie ouvertement son ami pour son soutien.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Légende VFQ = Version francophone québécoise[3]

Caméos[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Festivals et sorties[modifier | modifier le code]

The Disaster Artist est présenté au Festival international du film de Saint-Sébastien 2017 où il remporte la Coquille d'or[4].

Critiques[modifier | modifier le code]

The Disaster Artist

Score cumulé
SiteNote
Metacritic76/100
Rotten Tomatoes91%
Allociné3.7 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
CinéSéries1.0 étoiles sur 5
Télérama4.0 étoiles sur 5

En France le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,7/5, et des critiques spectateurs à 3,8/5[5]alors que CinéSéries lui donnera seulement 1/5 disant du film qu'il est "Gras et inintéressant, mou et impersonnel"[6].

Box-office[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mehdi Omaïs, « «The Room», le film si mauvais qu'il fait gagner de l'argent à son réalisateur », Slate, 7 mars 2018.
  2. (en) Clark Collis, « The crazy cult of The Room », Entertainment Weekly, 12 décembre 2008.
  3. http://www.doublage.qc.ca/p.php?i=162&idmovie=4947
  4. Marie-Noëlle Tranchant et Julia Beyer, « "The Disaster Artist" de James Franco, prix du meilleur film à Saint-Sébastien », sur Le Point, (consulté le 1er octobre 2017).
  5. « The Disaster Artist », sur Allociné (consulté le 7 mars 2018)
  6. « The Disaster Artist (Film, 2018) – La Critique – CinéSéries », CinéSéries,‎ (lire en ligne)
  7. JP-Boxoffice.com ; page du film The Disaster Artist consulté le 28 mars 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

CinéSéries