The Dæmons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Dæmons
Épisode de Doctor Who
Titre original The Dæmons
Numéro d'épisode Saison 8 (1re série)
Épisode 5 (ou 59)
Code de production JJJ
Réalisation Christopher Barry
Scénario Guy Leopold (Robert Sloman
Barry Letts)
Production Barry Letts
Durée 5 x 24 minutes
Diffusion au sur BBC One
Personnages Docteur :
3e
Compagnons :
Jo Grant
Brigadier Lethbridge-Stewart
Chronologie
Liste des épisodes

The Dæmons (Les Daemons) est le cinquante-neuvième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who. Il fut originalement diffusé en cinq parties, du 22 mai au 19 juin 1971.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans le village de Devil's End, d'étranges phénomènes paranormaux semblent avoir lieu. Le Docteur découvre que le Maître est à la tête d'un étrange culte local, destiné à faire vivre un ancien démon.

Distribution[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

La BBC 3 est sur le point de retransmettre en direct le travail de fouille d'un archéologue célèbre près du tumulus du village de Devil's End (la fin du démon) lorsqu'ils se trouvent interrompu par Olive Hawthorne, une sorcière locale. Celle-ci les prévient que ces fouilles risquent d'amener l'arrivée d'une bête cornue et démoniaque. Apercevant le reportage à la télévision, le Docteur affirme qu'Hawthorne a raison et décide de se rendre au village avec Jo afin de stopper l'avancée des travaux. Pendant ce temps, Olive Hawthorne décide de prévenir le vicaire local, le révérend Magister, qui s'avère être le Maître. Celui-ci fait mine de ne pas la croire et tente de l'hypnotiser afin qu'elle se taise, mais n'y parvient pas.

Suivi par un petit groupe de fidèle, le Maître entame une cérémonie afin d'invoquer les forces du démon, pendant qu'au même moment, les fouilles atteignent leur moment critique. Le Docteur tente de les stopper, mais il est trop tard : la sépulture s'ouvre, le sol tremble, un vent glacé sort, emportant avec lui l'équipe de tournage et emprisonnant le Docteur dans la glace. La cérémonie du Maître semble avoir réussie et la gargouille qui se trouve dans la crypte s'anime. Alors qu'ils regardent la retransmission télévisé, le capitaine Yates et le sergent Benton aperçoivent Jo appelant à l'aide. Ils se rendent sur place, et peu de temps après leur arrivée d'étranges événements ont lieu : des marques de pas géantes apparaissent sur le sol, des tremblements de terre, des arbres se mettent en feu, un monstre en forme de gargouille se balade dans les alentours, etc.

Lorsque le Brigadier arrive, le village semble être entouré par une barrière invisible qui enflamme tout objet tentant d'en approcher. Pendant ce temps là, le Docteur a récupéré ses forces et il découvre, avec Jo, un vaisseau spatial à l'intérieur du site des fouilles. Le Docteur découvre que le Maître tente d'invoquer une race alien qui s'est écrasée sur Terre il y a des milliers d'années. Leur apparition au cours des siècles et leur aspect cornu a influencé le mythe du diable et des démons dans la mythologie humaine. Ceci sont venus sur Terre depuis la planète Dæmos afin de faire des hommes des sujets d'expérience, devenant tour à tour tyrannique ou tentateur. Lorsque le Maître tente d'invoquer Azal de nouveau afin que celui-ci lui transfère ses pouvoirs, il refuse car il estime qu'il n'est pas à son service et sentant qu'il existe un autre être de la même race que lui, le Docteur, il souhaite le rencontrer. Azal repart et explique que lors de sa troisième apparition, il décidera si la Terre doit continuer d'exister ou non. Son départ provoque alors une nouvelle vague de chaleur.

Après s'être entretenu avec le Brigadier, coincé à l'extérieur du village, le Docteur revient au village. Pensant assister à des festivités, il est alors capturé par un groupe de villageois au service du Maître qui l'attache à un mat et tentent de le brûler vivant. Avec l'aide de Miss Hawthorne et de Benton, il réussit à se faire passer pour un sorcier. Pendant ce temps là, dans la crypte de l'église, Jo et Yates sont témoins d'un nouveau rituel du Maître afin d'invoquer Azal. Jo tente de l'arrêter mais il est trop tard et celle-ci est prise pour être sacrifiée.

Le Brigadier réussit à rentrer dans le village mais ses hommes ne peuvent pénétrer dans l'église, gardée par Bok, le démon à forme de gargouille. Le Docteur réussit toutefois à le contourner et à entrer sur les lieux de la cérémonie. Confronté à Azal, le Docteur tente de le convaincre de ne pas donner ses pouvoirs au Maître et d'épargner la Terre. Alors qu'Azal est prêt à tuer le Docteur en l'électrocutant, Jo s'interpose et demande à être tuée à sa place. Cet acte de courage et de sacrifice n'a aucun sens pour Azal, dont les sens se mettent à bouillir. Il finira par exploser à l'intérieur de l'église peu de temps après que tous l'aient évacuée. Le Maître tente de s'enfuir mais il est capturé par les soldats d'UNIT. Les célébrations reprennent et le Docteur et ses compagnons rejoignent la danse.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • C'est la première fois que le Maître est capturé par l'UNIT et ne réussit pas à s'échapper à la fin d'un épisode. Un poisson d'avril du "Doctor Who Magazine" a prétendu qu'il existait un sixième épisode où le Maître finissait par s'enfuir, rappelait Azal et tuait l'intégralité du village, y compris le Docteur.
  • Le Docteur utilise une comptine Vénusienne pour effrayer Bok. Il réutilisa cet artifice dans les épisodes The Curse of Peladon et The Monster of Peladon.
  • Il est expliqué qu'Azal serait le dernier être de la race des Dæmons.
  • L'une des villes non loin de "Devil's End" semble se nommer "Satan Hall"
  • Lorsque le Docteur révèle qu'Azal est un alien, Benton demande "comme les Axons ou les Cybermen ?"
  • C'est le seul épisode de Doctor Who dans lequel un cliffhanger se termine sur l'ennemi du Docteur (ici, le Maître) en péril.
  • C'est la première fois que le 3e Docteur utilise en entier une phrase qui lui sera fétiche : "Reverse the Polarity" (Inverser la polarité) et qui n'est qu'une solution à un techno-blabla. Inverser la polarité est une méthode qu'il a déjà employée par le passé (dans « The War Games »). Ce n'est que dans The Sea Devils qu'il utiliserait sa phrase fétiche dans son entier "Reverse the Polarity of the Neutron Flow" (Inverser la polarité du flux de neutrons).
  • L'ordre du Brigadier face à Bok "Jenkins ! Chap with wings, there. Five rounds rapid" ("Jenkins ! Ce gars avec des ailes. 5 fois dessus.") deviendrait culte car montrant l'habitude du Brigadier d'affronter des créatures immunisées contre les balles. Un cliché relevé par le site tvtropes. Nicholas Courtney donna à cette phrase le titre de sa biographie.
  • En présence d'une créature se prétendant être le Diable, le 10e Docteur cite la planète Dæmos comme un exemple d'extra-terrestres s'étant fait passer pour celui-ci dans « La Planète du Diable »

Références extérieures[modifier | modifier le code]

  • La chaîne fictionnelle de BBC Three finira par exister en 2003. À l'époque, il s'agissait d'une indication permettant de faire comprendre que les événements de la série avaient lieu dans un futur assez peu lointain.
  • Les quelques secondes où l'hélicoptère du Brigadier touche la barrière invisible et explose sont en réalité un emprunt au film de James Bond Bons baisers de Russie[1].
  • Il existe de nombreuses similarités entre cet épisode et la série de la BBC Quatermass and the Pit qui donna lieu au film de la Hammer Les Monstres de l'espace. Les deux histoires parlent d'une ancienne race d'extra-terrestres ayant interféré avec les humains, d'aliens en forme de démons, de sorcellerie et se déroule dans un lieu au nom "démoniaque."
  • Le design de Bok est calqué sur les gargouilles qui ornent Notre-Dame de Paris.
  • Le Maître possède une citation proche d'une phrase de l'occultiste Aleister Crowley lorsqu'il dit « To do my will shall be the whole of the law » (« Faire selon ma volonté devra être la totalité de la loi. »)
  • De même les paroles prononcées par Miss Hawthorne sont proches du prologue des Contes de Canterbury de Chaucer ('a very perfect gentle knight').
  • Les incantations que le Maître prononce pour invoquer Azal sont en réalité les paroles de la comptine Mary Had a Little Lamb prononcées à l'envers.
  • Le Docteur est brièvement appelé sous le nom du « Grand Sorcier Qui Quae Quod. » Qui, Quae et Quod sont les versions masculines, féminines et neutres du pronom « qui » en latin. Et « qui » en anglais se dit « Who. »
  • La vue des traces de pas monstrueux dans le village peut renvoyer à l'affaire des empreintes des sabots du Diable ayant eu lieu dans le Devon en 1855.
  • Pour prouver son point de vue, le Docteur énonce une loi de l'aérodynamique qui prouverait que les bourdons seraient incapables de voler. Il s'agit d'une légende urbaine[2],[3].

Production[modifier | modifier le code]

Scénarisation[modifier | modifier le code]

L'idée originale de l'épisode est né de la passion pour l'occultisme que le producteur Barry Letts avait dans sa jeunesse. En juin 1970, lorsqu'il doit auditionner les rôles de Jo Grant et du Capitaine Mike Yates, il écrit alors la scène où les deux personnages se retrouvent dans une église face à un démon. Letts se décidera à écrire l'épisode lui-même, celui-ci ayant déjà tenté de proposer des scripts pour la série par le passé, tous rejetés par le story editor (responsable des scénarios) de l'époque, Gerry Davis. En 1970 Letts tente de ressortir son histoire, même s'il estime que le côté "fantastique" ne s'accorde pas avec une série comme Doctor Who. Il est néanmoins encouragé à développer son histoire par l'actuel script-éditor, Terrance Dicks qui estime qu'on peut donner des explications de science fiction à ce type de récits. Ne se sentant pas assez professionnel pour écrire un script de 5 épisodes entiers, Barry Letts décide de s'associer avec un scénariste du nom de Robert Sloman, que sa femme connaissait pour avoir été journaliste et auteur de pièce de théâtre. Ensemble, ils s'accordent pour raconter l'histoire d'extra-terrestres semblable au Démon, enfouit sous un tumulus.

Le scénario de « The Daemons » fut commandé à Robert Sloman le 17 décembre 1970[4]. Afin de contourner la règle de la guilde des scénaristes, qui n'autorisaient pas qu'un producteur puisse écrire les scénarios pour sa propre série, Sloman et Letts décidèrent d'adopter le pseudonyme de « Guy Leopold » (mélange entre le prénom du fils de Robert Sloman et du deuxième prénom de Barry Letts[5].) Comme tous les épisodes de la saison, l'histoire devait inclure le personnage du Le Maître même si au moment de l'écriture, Barry Letts sentait que la décision de le mettre dans tous les épisodes était un peu exagérée. À la fin de cet épisode, celui-ci est donc emprisonné par les équipes de UNIT.

Afin de ne pas avoir de problème avec la religion, Letts et Sloman décidèrent de minimiser toute symbolique religieuse : la messe noire n'a pas lieu dans l'église mais dans sa crypte (nommé « caverne » dans les dialogues[4]), le diable est nommé comme « la bête cornue » et l'incantation du Maître est une innocente comptine inversée. Une autre idée était de permettre de mettre un peu plus en valeur les personnages de Yates et Benton et d'explorer un peu plus la vie personnelle du Brigadier et de voir sa femme. Cette dernière idée fut critiquée par Nicholas Courtney et ne fut pas retenu. Letts inséra aussi un gag où le Docteur et Jo tiennent une carte du mauvais côté, une idée inspiré d'une erreur véritable de Jon Pertwee et de Katy Manning alors qu'ils se rendaient sur un tournage.

Casting[modifier | modifier le code]

  • David Simeon (Alastair Fergus) avait déjà joué dans « Inferno »
  • Stephen Thorne (Azal) réapparaîtrait de nouvelle fois dans des rôles costumés dans « The Three Doctors » et « The Hand of Fear »

Tournage[modifier | modifier le code]

Alors qu'il pensait secrètement réaliser l'épisode lui-même, Barry Letts fut trop occupé pour s'occuper du tournage de cet épisode et délégua sa fonction à John Barry, qui n'avait pas tourné pour la série depuis « The Power of the Daleks » presque 5 ans auparavant. Il s'était éloigné des tournages de la série afin d'être un peu moins catalogué comme réalisateur de « série de genres » mais, passionné par l'archéologie, la lecture du scénario lui plut[6]. C'est lui qui soumis l'idée de titrer l'épisode "The Dæmons" et non « The Demons » afin de donner une atmosphère bien plus archaïque à l'épisode.

Le tournage des plans en extérieur fut plus long qu'à l'accoutumée et eut lieu du 19 au 30 avril 1971 dans le Wiltshire avec le village d'Aldbourne comme décor principal de la plupart des scènes[7]. Les scènes ayant lieu dans la crypte furent filmées dans l'église St Michael d'Aldbourne et le pub local du « Blue Boar » servi aussi de lieu de tournage pour les scènes de bar. Si le tournage débuta par beau temps le 19, une tombée de neige la semaine suivante retarda le tournage. Chose rare pour l'époque, certaines scènes furent tournées de nuit (là où la plupart du temps, la série préférait utiliser des filtres pour simuler la nuit). Beaucoup des habitants du villages participèrent au tournage durant ces deux semaines, ainsi que les danseurs de Morris dance du village de Headington Quarry. L'actrice Damaris Hayman, chargée de jouer la sorcière Miss Hawthorne, était également versée dans les arts occultes et servit de consultante non officielle sur le tournage[6]. La durée du tournage en extérieur conduisit cet épisode à dépasser son budget initial[4].

Comme bien des scènes avaient été tournées à l'extérieur, l'épisode ne demanda que trois jours d'enregistrement en studio. Le premier jour de tournage se tint le 11 mai 1971 au Studio 4 du Centre Télévisuel de la BBC, avec l'enregistrement de la première partie et d'une grande partie de la seconde. Celle-ci fut complétée, ainsi que la troisième et la moitié de la quatrième partie, lors d'un tournage au Studio 4 le 19 mai. Les parties restantes furent bouclées le 26 mai 1971 au studio 3, concluant la huitième saison de la série.

Diffusion et Réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
Épisode 1 22 mai 1971 25:05 9,2 Bande PAL restaurées couleurs
Épisode 2 29 mai 1971 24:20 8,0 Bande PAL restaurées couleurs
Épisode 3 5 juin 1971 24:27 8,1 Bande PAL restaurées couleurs
Épisode 4 12 juin 1971 24:25 8,1 Bandes PAL
Épisode 5 19 juin 1971 24:04 8,3 Bande PAL restaurées couleurs
Diffusé en cinq parties du 22 mai au 19 juin 1971, l'épisode fit un bon score[8].

Lors de la diffusion de la première partie, Barry Letts reçut les félicitations du chef de la BBC et du chef des programmes de la chaîne pour la qualité du scénario[4]. À la suite de la diffusion de l'épisode final, le 19 juin 1971, la BBC fut assaillie de coup de téléphone et un téléspectateur écrivit au Radio Times qu'il était choqué qu'on ait fait sauter une église juste pour émission de télévision[9],[7]. Après la diffusion de l'épisode, le comic-book de Doctor Who, publié toutes les semaines dans le magazine Countdown, raconta des aventures du Docteur ayant réparé son TARDIS et réussissant à outrepasser la restriction des Seigneurs du Temps[10].

L'épisode connut une rediffusion au cours du Noël de l'année 1971[11].

En 1991, une BD racontant une rencontre entre le Docteur et le Maître se déroulant peu de temps après ces événements fut publiée dans le Doctor Who Magazine Special Hiver[12]. En 1992, le magazine « Countdown Annual » publia un article sur la réalisation de cet épisode.

Au fil des ans, Jon Pertwee citerait souvent cet épisode comme étant l'un des meilleurs qu'il ait jamais tourné pour la série. En 1993, il retourna à Aldbourne avec une partie de l'équipe de production ainsi que Nicholas Courtney, John Levene, Richard Franklin et le réalisateur Christopher Barry, afin de tourner un documentaire sur le making of de cet épisode, nommé « Return to Devil's End » (Retour à Devil's End).

Critique retrospective[modifier | modifier le code]

L'épisode est considéré comme l'un des meilleurs de l'ère Pertwee, même si beaucoup ont tendance à le considérer comme sur-estimé. Le « Doctor Who Magazine » aime la manière dont cet épisode est filmé et caractérisé, et estime que la prestation de Roger Delgado en tant que Maître est l'une des meilleures. S'ils ne sont pas très heureux du climax de l'épisode, la scène de fin est, pour eux, filmée à la perfection[13]. Arnold T. Blumburg du site IGN donna à The Dæmons la note de 10/10 décrivant cet épisode comme le « point culminant du troisième Docteur, un épisode « classique » de la série en général et un superbe document sur la façon dont l'horreur et le fantastique étaient racontés dans l'Angleterre des années 1970 et qui ne perd pas de son charme »[14].

Seul, Ian Berriman de SFX Magazine donna la note de 3/5 à l'épisode estimant qu'il est confus, avec une histoire « qui n'a strictement aucun sens ». S'il trouve bon les personnages secondaires, il estime que le Docteur et le Maître « continuent à jouer de la manière la plus absurde »[15]. De même les auteurs du livre de 1995 « Doctor Who : The Discontinuity Guide » estiment que, malgré sa réputation d'épisode « culte », celui-ci n'est pas très bon : la résolution est risible et l'explosion finale de l'église a mal vieilli[16]. En 2010, le magazine SFX nota la résolution de l'épisode dans son top 25 des moments les plus stupides de l'histoire de Doctor Who[17].

Épisode Perdu[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960 et 70 à des fins d'économie, la BBC détruisit de nombreux épisodes de Doctor Who. La BBC effacera les cassettes vidéos des enregistrement couleurs à 625 lignes de la plupart des parties exceptée la quatrième et ne gardera que des enregistrements noir et blanc de l'épisode destinés à la vente à l'étranger. Néanmoins des copies NTSC en couleurs à 525 lignes furent redécouvertes aux USA, mais celle-ci ne s'accordait pas avec les standards de la BBC et ne purent faire l'objet d'une rediffusion par la BBC.

En 1992, la BBC se servit des bandes NTSC pour coloriser les copies noir et blanc de la totalité de l'épisode, à l'exception de la quatrième partie. Cette version fut rediffusé le vendredi du 20 novembre au 18 décembre 1992.

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut novélisé sous le titre Doctor Who and the Dæmons par Barry Letts et publiée en octobre 1974 sous le numéro 15 de la collection Doctor Who des éditions Target Book[18]. Ce roman fut traduit la même année en néerlandais sous le titre "Doctor Who En De Demonen"[19]et en 1983 en portugais sous le titre "Doutor Who E Os Demónios"[20]. Il fut aussi réédité en mars 1989 chez Star Classics Edition dans une édition double contenant cet épisode ainsi que "Doctor Who - The Time Monster." [18]

Le script de l'épisode a été publié en octobre 1992 par Robert Sloman et Barry Letts aux éditions Titan Books[21].

Éditions VHS, CD et DVD[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni et aux États-Unis.

  • L'épisode est sorti en VHS noir et blanc dans un coffret "The Pertwee Years" avec les épisodes « Inferno » et « Frontier in Space »
  • En 1993, la version colorisée de l'épisode sort en VHS.
  • Une lecture audio de la novélisation de l'épisode est sortie en CD en août 2008 avec la voix de Barry Letts.
  • Le 19 mars 2012 la version en couleurs sort en DVD avec de nombreux bonus.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « The Daemons », Doctor Who Classic Episode Guide, BBC (consulté le 22 octobre 2009)
  2. John H. McMasters, « The flight of the bumblebee and related myths of entomological engineering », American Scientist, vol. 77,‎ , p. 146–169 cited in (en) Jay Ingram, The Barmaid's Brain, Aurum Press, , 91–92 p. (ISBN 1-85410-633-3)
  3. Voir aussi Bombus.
  4. a, b, c et d The Dæmons BBC DVD release, 2012. Production subtitles.
  5. (en) David J. Howe et Stephen James Walker, Doctor Who: The Television Companion, London, BBC Worldwide, [détail de l’édition] (ISBN 0-563-40588-0), « The Dæmons », p. 211
  6. a et b "The Devil Rides Out - The Making of The Daemons", DVD documentary, BBC DVD, 2012.
  7. a et b p. 196, Peter Haining, Doctor Who - A Celebration, W.H. Allen, 1983
  8. (en) « The Daemons », Doctor Who Reference Guide (consulté le 31 août 2008)
  9. (en) « 1-and-a-half amazing(ish) facts about Doctor Who », Radio Times (consulté le 27 avril 2015)
  10. (en) « In The Comics - The Third Doctor - Colony in Space », Altered Vistas (consulté le 18 juin 2013)
  11. Doctor Who: The Daemons (2012). BBC Warner DVD. ASIN: B0072BNJGC
  12. (en) « In The Comics - The Third Doctor - The Man in the Ion Mak », Altered Vistas (consulté le 1er octobre 2013)
  13. Doctor Who Magazine, No.144, p. 71-73. "The DWM Review" by Gary Gillatt, 2 mai 2012
  14. Arnold T. Blumburg, « Doctor Who: The Daemons DVD Review », IGN, (consulté le 11 novembre 2012)
  15. Ian Berriman, « Doctor Who: The Daemons Review », SFX, (consulté le 6 avril 2012)
  16. « The Daemons in Detail », BBC (consulté le 20 juin 2013)
  17. Steve O'Brian, « Doctor Who's 25 Silliest Moments », SFX, (consulté le 3 mars 2013)
  18. a et b (en) « The Dæmons », On Target (consulté le 16 janvier 2015)
  19. (en) « The Dæmons Dutch Cover », On Target (consulté le 16 janvier 2015)
  20. (en) « The Dæmons Portuguese Cover », On Target (consulté le 16 janvier 2015)
  21. (en) Robert Sloman et Barry Letts, Doctor Who - The Scripts: The Daemons, London, Titan Books, [détail de l’édition] (ISBN 1-85286-324-2), p. 2