The Chameleons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
The Chameleons
Description de cette image, également commentée ci-après
The Chameleons (sous le nom ChameleonsVox) en 2013.
Informations générales
Autre(s) nom(s) The Chameleons UK
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Post-punk
Années actives 19811987, 20002003
Labels Epic Records, Statik, MCA Records, Geffen Records, Glass Pyramid, Paradiso, Artful
Site officiel www.thechameleons.com
Composition du groupe
Anciens membres Reg Smithies
Dave Fielding
Mark Burgess
Brian Schofield
John Lever
Martin Jackson
Alistair Lewthwaite
Andy Clegg
Kwasi Asante

The Chameleons (aussi appelés The Chameleons UK aux États-Unis) est un groupe de post-punk britannique, originaire de Middleton, dans le Grand Manchester, en Angleterre. Le groupe se composait du chanteur et bassiste Mark Burgess, du guitariste Reg Smithies, du guitariste Dave Fielding, et du batteur John Lever. Le groupe se sépare une première fois en 1987, après trois albums, à la mort de leur manager Tony Fletcher, avant de se reformer en 2000. Ils enregistrent alors trois autres albums (deux unplugged, et une version studio), réalise une tournée, puis The Chameleons se séparent à nouveau. Le batteur John Lever meurt en mars 2017[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

The Chameleons sont formés à Middleton, dans le Grand Manchester, en Angleterre, en 1981 par Burgess, Smithies, Fielding et Schofield. Après quelques sessions radio avec le DJ John Peel de la BBC Radio 1[2], les Chameleons signent avec Epic Records et sortent leur premier single, In Shreds en 1982[3].

Leur contrat avec Epic se termine rapidement, et le groupe signe avec Statik Records et publie son premier album studio en 1983, Script of the Bridge. Leur second et dernier album avec Statik, What Does Anything Mean? Basically, est publié en 1985. Après quoi, les Chameleons signent avec Geffen Records, publiant u ntroisième album studio, Strange Times. Après la mort soudaine de leur agent artistique Tony Fletcher, les Chameleons se séparent[3].

Post-séparation[modifier | modifier le code]

En 1990, les Chameleons sortent un EP posthume, Tony Fletcher Walked on Water.... La La La La La-La La-La-La, dont le titre est dédié à leur agent disparu. Burgess et Lever forment the Sun and the Moon, qui publiera un album éponyme chez Geffen en 1988[4]. Smithies et Fielding forment the Reegs, qui publiera deux albums, Return of the Sea Monkeys (1991) et Rock the Magic Rock (1993). Lever rejoint plus tard Bushart, qui sortira l'album Yesterday Is History (2008). Burgess sort son premier album solo en 1993, tournant en Amérique la même année[3].

Retour[modifier | modifier le code]

The Chameleons revient en janvier 2000 pour préparer une tournée britannique, suivie d'une tournée européenne[3]. 2000 assiste à la sortie de l'album Strip. Après un dernier album studio, Why Call It Anything, un autre album, This Never Ending Now, et une tournée de réunion en Europe et aux États-Unis, le groupe se sépare encore une fois au début de 2003[5].

En 2009, Burgess et Lever reformed se reforment pour jouer le catalogue musical des Chameleons, sous le nom de ChameleonsVox. Ils publient un EP, M+D=1(8), en novembre 2013[6].

En 2014, Lever et Fielding se réunissent pour enregistrer un album sous le nom de Red-Sided Garter Snakes. L'album du groupe, Endless Sea, qui fait participer le vocaliste James Mudriczki (de Puressence) et Andy Clegg, est publié en juillet 2015[7]. Lever meurt le à l'âge de 55 ans[1],[8].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Script of the Bridge
  • 1985 : What Does Anything Mean? Basically
  • 1986 : Strange Times
  • 1993 : Aufführung in Berlin
  • 2000 : Strip (versions acoustiques d'anciens morceaux)
  • 2001 : Why Call It Anything?
  • 2002 : This Never Ending Now (versions acoustiques d'anciens morceaux)

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1982 : In Shreds/Nostalgia
  • 1983 : Up the Down Escalator
  • 1983 : Don't Fall
  • 1983 : As High As You Can Go
  • 1983 : A Person Isn't Safe Anywhere These Days
  • 1985 : One Flesh
  • 1985 : Singing Rule Britannia (While the Walls Close In)
  • 1986 : Tears
  • 1986 : Swamp Thing
  • 1987 : Tony Fletcher Walked on Water....La La La La La-La La-La-La

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1986 : The Fan and the Bellows
  • 1990 : John Peel Sessions
  • 1997 : Return of the Roughnecks: The Best of the Chameleons
  • 2008 : Script of the Bridge (édition 25e anniversaire - Double CD)
  • 2010 : What Does Anything Mean? Basically (édition 25e anniversaire - Double CD)

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Ascension (live enregistré au Great American Music Hall à San Francisco -USA- en 2002)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « The Chameleons’ John Lever has passed away », sur post-punk.com (consulté le 14 mars 2017).
  2. (en) David Blocksidge et Tina Clarey, « The Chameleons », City Fun, (consulté le 15 juillet 2013).
  3. a, b, c et d (en) Jason Ankeny, « The Chameleons UK », sur AllMusic (consulté le 15 juillet 2013).
  4. (en) Andy Kellman, « Sun & the Moon », sur AllMusic (consulté le 6 février 2014).
  5. (en) « The Chameleons – News », sur The Chameleons (consulté le 15 juillet 2013).
  6. (en) « Mark Burgess’ ChameleonsVox debuts video for ‘Sycophants’ — first new music in 10 years — slicing up eyeballs // 80s alternative music, college rock, indie », Slicingupeyeballs.com, (consulté le 13 août 2014).
  7. (en) « Red Sided Garter Snakes - Endless Sea », sur Allmusic (consulté le 31 juillet 2016).
  8. (en) « John Lever, Chameleons drummer, dies », The Guardian, 14 mars 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]