Symphonie enchaînée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis The Chain Gang)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Symphonie enchaînée
Titre original The Chain Gang
Réalisation Burt Gillett
Sociétés de production Walt Disney Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre dessin animé
Durée 8 min
Sortie 1930

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Symphonie enchaînée (The Chain Gang) est un court-métrage d'animation américain des studios Disney, sorti le [1] avec Mickey Mouse.

Il marque la première apparition d'un chien, encore anonyme, qui deviendra Pluto[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après avoir été accusé d'un crime qu'il n'a pas commis, Mickey est envoyé en prison. Il se retrouve à casser des cailloux dans la cour de la prison, boulet au pied aux côtés d'autres prisonniers, dont Clarabelle Cow. Leur gardien est Pat Hibulaire, armé de plusieurs chiens.

Mickey trouve un harmonica et entame une chanson. Les autres prisonniers se mettent aussi à chanter et à danser. Cette animation lui permet de s'évader. Mickey se retrouve poursuivi par la meute de chiens et saute du haut d'une falaise pour leur échapper. Mais il tombe directement dans un fourgon cellulaire.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Le limier, un chien de Saint-Hubert, réapparaîtra à la fin de l'année 1930 sous le nom de Rover en tant que chien de Minnie Mouse dans Le Pique-nique. Ce n'est qu'en 1931, avec La Chasse à l'élan qu'il deviendra le chien de Mickey sous le nom de Pluto.

Le film comprend l'air The Prisoner's Song (1924) composé par Guy Massey, qui sera réutilisé dans une version « aboyée » dans Rien qu'un chien (1932)[2].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia p. 93.
  2. (en) Russel Merritt & J.B. Kaufman, Walt Disney's Silly Symphonies pp. 108-109.