The Breath of Life

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
The Breath of Life
Description de cette image, également commentée ci-après
The Breath of Life en concert à Paris, en 1998.
Informations générales
Autre nom TBOL
Pays d'origine Drapeau de la Belgique Belgique
Genre musical Dark wave, rock gothique, heavenly voices
Années actives Depuis 1985
Labels Magic Language Records, Hall of Sermon, Subzero, Danse Macabre, Azyl Records, Big Band Records, Third Finger Records
Site officiel www.the-breath-of-life.com
Composition du groupe
Membres Isabelle Dekeyser
Philippe Mauroy
Didier Czepczyk
Giovanni Bortolin
Anciens membres Benoît Sokay

The Breath of Life est un groupe de rock belge. Il est généralement classé comme dark wave ou heavenly voices.

The Breath of Life s'est entre autres produit au Festival de Dour, au Whitby Goth Weekend, au Wave-Gotik-Treffen, au Terra Gotha, au Castle Party au Underworld Camden... Le groupe s'est produit en Allemagne, Angleterre, Belgique, Danemark, Espagne, France, Grèce, Hongrie, Italie, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, République tchèque, Slovaquie et Suisse. Il a partagé la scène avec The Sisters of Mercy, Bérurier Noir, Play Dead, The Jesus and Mary Chain, Frank Black, Placebo, Killing Joke, Lacrimosa (tournée), ...

Biographie[modifier | modifier le code]

Années 1980 et 1990[modifier | modifier le code]

Le groupe est formé en 1985 de la rencontre à Gembloux d'Isabelle Dekeyser (chant), Philippe Mauroy (guitare) et Benoît Sokay (basse). En 1990 avec l'arrivée de Giovanni Bortolin (claviers, violon) et la décision d'utiliser une boîte à rythmes , le groupe commence à trouver ses marques et affine son style musical. Cette même année, ils remportent le concours Verdur Rock[1] à Namur et auto-produisent une cassette 10 titres. En 1991 le groupe part pour une tournée en Tchécoslovaquie et fait de même l'année suivante. Leur premier CD Live in Praha 92 sera d'ailleurs un enregistrement d'un concert à Prague.

Ce premier opus sera suivi la même année par le premier album studio, intitulé Painfull Insanity, enregistré par Gilles Martin, producteur culte de la cold wave (Minimal Compact, Tuxedomoon, Colin Newman, Malaria!, Collection d'Arnell-Andréa... et dans d'autres genres dEUS, Miossec ou encore Indochine)[2] . En 1993 sort ce qui pour beaucoup restera leur album emblématique Taste of Sorrow[3]. Également produit par Gilles Martin, il contient le titre Nasty Cloud qui deviendra un classique des soirées gothiques. Les chansons sont caressantes et énergiques, avec une basse bien en avant, des guitares nerveuses, une utilisation originale du violon, des ambiances électroniques orageuses et des vocalises tantôt lyriques tantôt rageuses[2].

En 1995 sort Lost Children qui développe des ambiances plus délicates et plus heavely-voices. Le groupe signe chez Hall of Sermon pour l'album suivant Sweet Party qui sortira en 1997. Celui-ci marque un tournant plus pop et plus électronique.

Années 2000 et 2010[modifier | modifier le code]

En 2000 sort Silver Drops toujours avec Gilles Martin derrière la console. L'orientation pop mélancolique teintée de Trip hop se confirme. Cet opus sera le dernier avec Gilles Martin à la production. Peu après Philippe Mauroy quittera le groupe et laissera sa place de guitariste à Didier Czepczyk[4].

Les albums Everlasting Souls (2005) et Whispering Fields (2012) seront marqués par un retour vers des ambiances plus gothiques et par l'abandon de la boîte à rythme et l'arrivée de Marc Haerden à la batterie[5],[6],[7],[8]. Le groupe est alors signé par le label Danse macabre[9]. Benoît Sokay, bassiste depuis les débuts quitte le groupe en 2014. Philippe Mauroy quant à lui le retrouve après pratiquement 15 ans d'absence [10]. Début 2016 Marc Haerden quitte le groupe qui décide d'en revenir à sa configuration originelle sans batteur.

En mai 2017, l'album Under the Falling Stars sort avec le retour de Gilles Martin à la production. L'album reçoit un excellent accueil de la critique [11] et du public. Il atteindra la 6ème place du Deutsche Alternative Chart (Allemagne) en août 2017.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Live In Praha '92 (Azyl Records/Magic Language Records)
  • 1992 : Painful Insanity (Big Bang Records/ Magic Language)
  • 1994 : Taste of Sorrow[12] (Third Fingers/Magic Language Records/Hall of Sermon)
  • 1992 : Lost Children (Magic Language records/Hall of Sermon)
  • 1992 : Sweet Party (Magic Language records/Hall of Sermon)
  • 2000 : Silver Drops (Magic Language records/Hall of Sermon)
  • 2005 : Everlasting Souls (Magic Language records/Hall of Sermon, dark Wing, Subzero)
  • 2012 : Whispering Fields[13] (Magic Language records/Danse Macabre)
  • 2017 : Under The Falling Stars (CD, vinyle) (Wool-E discs / Magic Language Records)

mxCD[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Shining (mxCD) (Third Finger Records/Magic Language Records/Hall of Sermon)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Rock en stock (Wallonie Bruxelles musiques) inclus Walking Line et Time
  • 1993 : L'appel de la muse vol.3 (Alea jacta est) inclus Fat Brutus
  • 1995 : Touched by the hand of Goth (Subterranean) inclus Nasty Cloud
  • 1995 : Rock pop Bratislava (Gato Loco) inclus Shining
  • 1996 : Zillo Dark Progressive Soundsampler 1 (Zillo) inclus Idyll remix version
  • 1996 : Touched by the Hand of Goth vol.2 cd (Subterranean) inclus The Last Four Days
  • 1996 : Heavenly Voices part 4 (Hyperium) inclus Kutna Hora
  • 1996 : Hex Files vol. 1 (Nova Tek - Credo) inclus Living in a Dream
  • 1998 : Gothic Compilation part 8 (Gothic Magazine # 28 Gothic Records 1998) inclus The Wind
  • 1998 : Hex Files vol. 3 (Nova Tek - Credo) inclus Shining
  • 1999 : Sanctuary French Club Hits (Zoomshot) inclus Nasty Cloud
  • 1999 : Angel's Delight (Zoomshot) inclus Worries
  • 1999 : Ladies, Queens and Sluts (Hall of sermon) inclus Fly
  • 2000 : Elegy numéro 8 Sampler (Elegy) inclus Silver Sky
  • 2000 : Gothicworld Sampler vol 1) inclus Tower
  • 2000 : Castle Party 2000 (Koch international) inclus Silver Sky
  • 2000 : Eurorock Sonic Seducer Festival 2000 (Oblivion) inclus Nasty Cloud
  • 2004 : Dark Feelings Festival 2004 Free Sampler vol.1 (Dark feelings 2004) inclus The Last Four Days
  • 2018 : W-Fest compilation 2018 (Wool-E Discs 2018) inclus Hide
  • 2018 : A Wool-E Sampler 2018 (Wool-E Discs 2018) inclus From The Storms
  • 2018 : Macadam Tribute (North Shadows Records) Tribute à Bérurier noir inclus Tzigane
The Breath Of Life @ Wave Gothic Treffen (D) 2017

Membres[modifier | modifier le code]

membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Isabelle Dekeyser - chant (depuis 1985)
  • Philippe Mauroy - guitare, programmations (depuis 1985)
  • Giovanni Bortolin - claviers, violon (depuis 1985)
  • Didier Czepczyk - guitare (depuis 2000)

Ancien membre[modifier | modifier le code]

  • Benoît Sokay - basse (1985-2014)
  • Marc Haerden - batterie (2000-2014)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sylvie Chevalier, « Verdur Rock 91 », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Lorentz (dir.), Glenadel, Leguay, Steing et Tale, Carnets Noirs : La scène internationale, vol. 1, , 255 p. (lire en ligne), p170
  3. Twilight, « Taste of sorrow », Guts Of Darkness,‎ (lire en ligne)
  4. (es) Danny Goth, « The Breath Of Life », sonidobscuro,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Philippe Blackmarquis, « The Breath Of Life », Peekaboo,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Bernard Van Isacker, « TBOL changes line up », Side-Line,‎ (lire en ligne)
  7. (it) Frederico Tozzy, « Benvenuti nel mondo dei sogni », Kronic,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Elise Din, « Whispering Field Review », Side-Line,‎ (lire en ligne)
  9. (en) Bernard Van Isacker, « A new Breath », Side-Line,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Wim Guillemyn, « The Breath Of Life », Peekaboo,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Inferno Sound Diaries, « The Breath Of Life Under The Falling Stars », SideLine,‎ (lire en ligne)
  12. Guy et Bernard Dagnies, « Taste of sorrow », musiczine lavenir,‎ (lire en ligne)
  13. Emmanuël Hennequin, « Un nouveau souffle », Obskure Magazine,‎ (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]