The Blues Brothers (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le film de John Landis. Pour le groupe, voir The Blues Brothers.

Les Blues Brothers

Titre québécois Les Frères Blues
Titre original The Blues Brothers
Réalisation John Landis
Scénario Dan Aykroyd
John Landis
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
film d'action
film musical
Sortie 1980
Durée 127 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Blues Brothers ou Les Frères Blues au Québec est un film américain réalisé par John Landis et mettant en vedette John Belushi et Dan Aykroyd dans les rôles-titres, "Joliet" Jake et Elwood Blues, personnages développés dans le sketch musical The Blues Brothers, issu de l'émission télévisée Saturday Night Live, diffusée sur NBC.

Disposant de numéros musicaux de rythm and blues, soul et de blues avec des chanteurs tels que James Brown, Cab Calloway, Aretha Franklin, Ray Charles et John Lee Hooker, le long-métrage se déroule dans et autour de Chicago et propose des performances non musicales de John Candy, Carrie Fisher, Charles Napier et Henry Gibson.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film s'articule autour des deux personnages qui lui donnent son titre, les frères Blues, gangsters flegmatiques et sympathiques, reconnaissables à leurs Ray-Ban Wayfarer, à leurs costumes et chapeaux noirs, à leurs montres et à la discordance de leur carrure respective. Ils se retrouvent lorsque « Joliet » Jake (incarcéré pour vol à main armée) est libéré de la « Prison Joliet » [1] sous la responsabilité de son frère Elwood. Ils apprennent que l'orphelinat où ils ont été élevés va être rasé, à moins de payer les arriérés de taxes foncières dans les plus brefs délais. Ils ont 11 jours pour ramener l'argent à la mère supérieure, "la pingouine". Les aventures commencent, et, dès le début, leur conduite insouciante (dans une vieille voiture de police Dodge Monaco 1974, affectueusement connue en tant que Bluesmobile), attire l'attention de la police.

Les Blues Brothers passent donc le reste du film à chercher les membres de leur groupe désormais dissous, pour les convaincre de les rejoindre à nouveau. Ils souhaitent remonter sur scène afin de récolter honnêtement la somme de 5 000 $ nécessaire à la survie de l'orphelinat. Leur trajet est ponctué de péripéties, où prennent place des numéros musicaux à la fois spontanés et organisés, hommages au Rhythm and blues noir américain. Comédie musicale, le film, truffé de scènes d'action, implique de talentueuses légendes qui reprennent des standards de la musique populaire américaine. Le duo se fait de nombreux ennemis, notamment un groupe néonazi, un brave tenancier, une fine équipe de chanteurs country, la police de Chicago, très vite secondée par celles de tout l'État de l'Illinois, auxquelles s'ajoutent les forces d'interventions spéciales, l'armée et jusque l'ancienne fiancée de Jake, rendue démente par son abandon et qui tente de l'assassiner de nombreuses manières… Il en résulte plusieurs courses poursuites en voiture et une énorme quantité d'accidents : plus de soixante véhicules de police sont détruits et treize Bluesmobiles sont nécessaires pour les scènes de carambolage. Jusqu'à la sortie de G.I. Joe en 2009, le film détenait d'ailleurs le record du plus grand nombre de véhicules détruits (parodiant la course poursuite du film French Connection) et de destructions diverses (dont une grande surface désaffectée, reprenant du service à l'occasion du tournage).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lou Marini
  • l'orchestre (The Band)

Musique du film[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

  1. She Caught the Katy (Taj Mahal, Rachell) – 4:10
    • The Blues Brothers avec Jake Blues au chant
  2. Peter Gunn Theme (Mancini) – 3:46
    • The Blues Brothers Band
  3. Gimme Some Lovin' (S. Winwood, M. Winwood, Davis) – 3:06
    • The Blues Brothers avec Jake Blues au chant
  4. Shake a Tail Feather (Hayes, Williams, Rice) – 2:48
    • Ray Charles et les Blues Brothers (Jake and Elwood, backing vocals)
  5. Everybody Needs Somebody to Love (Wexler, Berns, Burke) – 3:21
    • The Blues Brothers (Jake Blues, chant; Elwood Blues, harmonica et chant)
  6. The Old Landmark (Brunner) – 2:56
    • James Brown et le Rev. James Cleveland Choir (chœurs additionnels par Chaka Khan crédité dans le film)
  7. Think (White, Franklin) – 3:13
    • Aretha Franklin et les Blues Brothers avec Brenda Corbett, Margaret Branch and Carolyn Franklin (véritable sœur d'Aretha) et Jake et Elwood dans les chœurs
  8. Theme from Rawhide (Tiomkin) – 2:37
    • Elwood et Jake et le Blues Brothers Band
  9. Minnie the Moocher (Calloway, Mills) – 3:23
  10. Sweet Home Chicago (Robert Johnson) – 7:48
  11. Jailhouse Rock (Leiber, Stoller) – 3:19
    • Jake Blues et les Blues Brothers (durant le générique, des couplets sont interprétés par James Brown, Cab Calloway, Ray Charles, Aretha Franklin, etc.)

Autres chansons du film[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

  • Entrées Drapeau de la France France : 2 470 323 entrées[4]

Version alternative[modifier | modifier le code]

Il existe une version alternative du film d'une durée de 142 minutes et disponible dans l'édition DVD 25e anniversaire, sortie en 2005. Elle comporte des séquences musicales rallongées, ce qui permet d'entendre certaines chansons dans leur intégralité, et quelques nouvelles scènes parmi lesquelles :

  • Jake et Elwood rangent leur voiture dans un garage situé dans une ruelle, juste avant d'arriver à l'hôtel où réside Elwood.
  • Peu avant de partir à la recherche des musiciens du groupe, Elwood se rend à l'entreprise où il a travaillé durant la peine de Jake et présente sa démission à son patron en lui prétendant vouloir devenir prêtre. Cette société fabrique des bombes de colle forte, ce qui explique l'origine de celle qu'Elwood utilise pour appliquer sur la pédale d'accélération du camion des Good Ole Boys.

Références[modifier | modifier le code]

  1. C'est aussi la prison de Prison Break
  2. « Les Blues Brothers font swinguer le Vatican », Purepeople,‎ 2010 (consulté le 30 juin 2010)
  3. a et b « The Blues Brothers », sur Box Office Mojo (consulté le 16 mars 2014)
  4. « Box-office français des « Blues Brothers » », sur Jp's Box-office.com (consulté le 16 mars 2014)

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :