The Angry Samoans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Angry Samoans
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Punk hardcore, garage punk
Années actives Depuis 1978
Labels Bad Trip Records, Triple X Records
Site officiel www.angrysamoans.com
Composition du groupe
Membres Mike Saunders
Bill Vockeroth
Anciens membres Gregg Turner

Angry Samoans est un groupe de punk hardcore américain, originaire de Van Nuys, Los Angeles, en Californie. Il est formé en août 1978 par les critiques de rock Mike Saunders (Metal Mike) et Gregg Turner (anciens du groupe VOM), accompagnés du guitariste Kevin Eric Saunders, du bassiste Todd Homer, et du batteur Billy Vockeroth.

Malgré divers changements de personnel et des périodes d'activité réduite à quelques concerts, le groupe existe toujours aujourd'hui, jouant certains samedis en Californie (par exemple à la Knitting Factory de Hollywood le 23 février 2008), avec Mike Saunders (guitare, chant) et Bill Vockeroth (batterie, chant), agrémentés de deux comparses occasionnels. Ils sont crédités pour le terme « heavy metal »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Prémices et débuts (1978–1987)[modifier | modifier le code]

En 1969, les frères Saunders enregistrent un album garage-rock de 14 chansons intitulé I'm a Roadrunner Motherfucka dans leur ville de Little Rock, dans l'Arkansas sous le nom de groupe, The Rockin' Blewz. L'album ne sera pas publié avant la fin des années 1990. En 1978, Turner et Mike Saunders jouent avec le critique rock Richard Meltzer dans un groupe punk originaire de Los Angeles, VOM, qui publiera un EP cinq titres intitulé Live at Surf City au label White Noise Recordsen début d'été 1978.

Peu après la formation d'Angry Samoans en fin 1978, Mike Saunders, Turner et Homer écrivent la fameuse chanson du DJ Rodney Bingenheimer intitulée Get Off the Air. Après la sortie de leur premier album, Inside My Brain, qui comprend la chanson, les Samoans sont bannis de la boite de nuit Starwood, du Whisky a Go Go, et de plusieurs autres clubs basés à Hollywood ou Los Angeles pendant deux ans. Leur premier concert s'effectue le 30 octobre 1978, avec Roky Erickson and the Aliens à Richmond, en Californie. La nuit suivante, ils jouent au all-LA bill, au Mabuhay Gardens de San Francisco, avec the Zeros. Le premier album du groupe, Inside My Brain, avec P.J. Galligan à la guitare en remplacement de Bonze Blayk, est l'un des premiers albums axé punk hardcore des années 1980 à Los Angeles. Entre celui-ci et le deuxième album, Back from Samoa, le groupe publie un EP sous le nom de The Queer Pills, pour ainsi être diffusé sur la chaine de radio KROQ[2]. Back from Samoa, publié en 1982, comprend des paroles sur la manière de faire sortir les yeux de ses orbites (Lights Out), sur l'anthropomorphisme du pénis d'Adolf Hitler (They Saved Hitler's Cock), et mener la vie dure à son père (My Old Man's A Fatso), chantées sur des morceaux de guitare distordue.

En milieu des années 1980, Angry Samoans recrutent le guitariste Steve Drojensky, et revient à ses racines garage rock des années 1960 (longtemps cité par des groupes comme The Velvet Underground, 13th Floor Elevators et Shadows of Knight). Leurs deux albums suivantes en 1986 et 1987, l'EP Yesterday Started Tomorrow et STP Not LSD se caractérisent par des éléments de garage/psychédélique. Homer quitte le groupe en fin 1988 et forme The Mooseheart Faith Stellar Groove Band avec Larry Robinson, ex-membre du groupe pop-soul Apollo[3].

Dernières activités (depuis 1990)[modifier | modifier le code]

Angry Samoans continue jusqu'en fin des années 1990 avec Mike Saunders, le batteur Vockeroth et plusieurs autres membres. En 2010, ils jouent au Legends Stage du Warped Tour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Smash Your Head On The Punk Rock: Angry Samoans - Lights Out », sur birthmoviesdeath.com (consulté le 6 mars 2017).
  2. (en) Joe S. Harrington: Sonic cool: the life & death of rock ’n’ roll. Hal Leonard Corporation, 2002, (ISBN 0-634-02861-8), page 381.
  3. (de) Underground In: Spin, avril 1989, Jg. 5, numéro 1, page 115, (ISSN 0886-3032).

Liens externes[modifier | modifier le code]