Thanathorn Juangroongruangkit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thanathorn Juangroongruangkit
Illustration.
Thanathorn en 2020.
Fonctions
Chef du Parti du nouvel avenir

(1 an, 8 mois et 25 jours)
Prédécesseur Parti créé
Successeur Parti dissous
Membre de la Chambre des représentants de Thaïlande

(7 mois et 27 jours)
Élection 24 mars 2019
Législature 25ème
Biographie
Nom de naissance Thanathorn Juangroongruangkit
Date de naissance (42 ans)
Lieu de naissance Bangkok (Thaïlande)
Nationalité Thaïlandaise
Parti politique Parti du nouvel avenir
Conjoint Rawiphan Daengthongdi
Diplômé de Université Thammasat
Université de New York
Université de Saint-Gall

Thanathorn Juangroongruangkit (thaï: ธนาธร จึงรุ่งเรืองกิจ, RTGS: Thanathon Chuengrungrueangkit, API : [tʰā.nāː.tʰɔ̄ːn t͡ɕɯ̄ŋ.rûŋ.rɯ̄a̯ŋ.kìt]; né le à Bangkok) est un homme d'affaires et homme politique thaïlandais, leader du Parti du nouvel avenir (Future Forward / พรรคอนาคตใหม่), parti qu'il fonde le [1].

Homme d’affaires et milliardaire, il dirige pendant dix ans le groupe familial de pièces détachées pour automobiles[2].

Peu après les élections législatives thaïlandaises de 2019, le , Thanathorn Juangroongruangkit est inculpé pour sédition[3] puis il est suspendu de son poste de député. Le , Prayut Chan-o-cha est réélu Premier ministre par le Parlement. Arrivé troisième avec plus de 6 millions de citoyennes et citoyens thaïlandais ayant voté pour son parti, Thanathorn Juangroongruangkit a reçu le soutien du Pheu Thai (arrivé deuxième) et de son parti, le Parti du nouvel avenir[4].

Le , il est déchu de son mandat de député[5]. Son parti est interdit en [6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arnaud Dubus, « Un parti suscite l'espoir d'une nouvelle page pour l'histoire de la Thaïlande », sur rfi.fr,
  2. « En Thaïlande, un jeune parti d’opposition menacé par la junte au pouvoir », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Liberté, « Un opposant à la junte inculpé de sédition », sur liberte-algerie.com, Liberté (Algérie),
  4. « En Thaïlande, le chef de la junte militaire conserve son poste de premier ministre », sur Le Monde.fr (consulté le )
  5. « Thaïlande: le principal opposant déchu de son mandat de député », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  6. « En Thaïlande, la justice dissout l’un des principaux partis d’opposition », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  7. Carol Isoux et Eugénie Mérieau, « Thaïlande : la cour constitutionnelle dissout le parti d'opposition Nouvel avenir » (Texte et Audio), sur rfi.fr,