Tham Pha Ka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tham Pha Ka
Tham Pha Ka.jpg
Entrée de Tham Pha Ka.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Flag of Laos.svg Laos
Vallée
Vallée de la Nam Fuang
Localité voisine
Ban Non Sa
Caractéristiques
Type
Calcaire
Altitude de l'entrée
entrée à l'altitude de 315 mètres
Longueur connue
>8952 m

Tham Pha Ka (laotien ຖ້ຳຜາກ້າ) est une grotte située dans la Province de Vientiane au Laos, à 22 kilomètres au nord de la ville de Muang Mèt. Le réseau de cavités karstiques actives et fossiles, est traversé par la rivière Nam Fuang, un affluent du fleuve Mékong.

Tham Pha Ka est potentiellement l'une des plus grandes grottes connues du Laos[1],[2]. En 2019, le développement du réseau de cavités[N 1] topographié atteint près de 9 kilomètres [3],[4]. Une salle de 120 m de haut et 400 m de large est présente dans la partie nord du réseau[5],[6]. Les quatre principaux réseaux souterrains naturels du Laos sont le système de la Nam Dôn (45 km)[7], Tham Nam Non (28 km), Pha Soung (21 km) et Tham Chom Ong (en) (18 km).


La grotte est utilisée par la population locale qui y exploite le guano et y pratique des retraites religieuses. Le Gouvernement de la République démocratique populaire lao présente cette grotte comme « idéale pour le développement d'un écotourisme centré sur la population locale »[8]. Les récentes explorations spéléologiques ayant révélé la nature exceptionnelle de Tham Pha Ka, les médias locaux et les autorités portent un intérêt grandissant à cette grotte[9]. Le Bureau du Tourisme de la ville de Muang Mèt est à présent à la recherche d'un opérateur afin d'y développer des activités touristiques[10].

Toutefois, Tham Pha Ka est menacée par un projet hydroélectrique en aval - le Nam Fuang Hydropower Project[11] - qui pourrait noyer la partie basse et active du réseau de cavités.

Histoire des explorations[modifier | modifier le code]

Topographie de Tham Pha Kha

L'E.E.G.C. (Étude et Exploration des Gouffres et Carrières), une association affiliée à la Fédération française de spéléologie, explore et topographie Tham Pha Ka depuis 2014. À partir de la résurgence, au cours de trois expéditions, en 2014[12], 2016[13] et 2019[3], 8 952 m de réseau ont été topographiés. En 2018, le J.E.T. (Japanese Exploration Team) a exploré la grotte de Tham Pha Ka accompagné d'une équipe de télévision de la NHK[14],[15],[14],[5]. Ils ont poussé l'exploration du réseau vers l'amont et traversé le réseau depuis la résurgence, au sud, jusqu'à la perte au nord[4].

Biospéléologie[modifier | modifier le code]

Une nouvelle espèce de Coléoptères (Coleoptera) de la famille des Leiodidae a été découverte dans Tham Pha Ka: Ptomaphaminus ferrandae (Perreau & Lemaire, 2018)[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En spéléologie, le développement correspond à la longueur cumulée des galeries interconnectées qui composent un réseau souterrain.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) Souknilundon Southivongnorath, « Newly explored cave could be Laos’ largest », sur Asia News Network,
  2. (ja) « 洞窟に1か月入りっぱなし…洞窟探検家・吉田勝次がラオスに世界最大級の洞窟を発見 »,‎
  3. a et b « PhouhinNamno_2019 », sur eegc.free.fr, .
  4. a et b (en) « 2018 Caves in Vang Vieng, Laos », sur researchgate.net, .
  5. a et b (ja) « 世界最大級!ラオス 絶景の未踏洞窟に挑む 180716[Story_Tv] », sur pandora.tv
  6. (lo) seesaward InsideLaos, « ແຂວງວຽງຈັນ ຄົ້ນພົບຖ້ຳແຫ່ງໃໝ່ ຄາດວ່າຈະໃຫຍ່ທີ່ສຸດໃນປະເທດລາວ | Laos News Agency »
  7. « Le système de la Nam Dôn, la plus longue cavité du Laos (45 km) », sur explo-laos.com.
  8. (lo) « ຖໍ້າຜາກ້າ. (ແຂວງວຽງຈັນ) »
  9. (lo) « ມະຫັດສະຈັນ ຖ້ຳຜາກ້າ ແຫຼ່ງທ່ອງທ່ຽວ ຂອງແຂວງວຽງຈັນ – Laos daily news »
  10. (lo) « Lao Youth Radio FM 90.0 Mhz », sur www.facebook.com
  11. « INTRA CORPORATION », sur intracorp.la
  12. « Phouhin Namno 2014 », sur eegc.free.fr, .
  13. « Phouhin Namno 2016 », sur eegc.free.fr, .
  14. a et b (ja) « 世界最大級!ラオス 絶景の未踏洞窟に挑む -NHKオンデマンド », sur NHKオンデマンド
  15. (ja) « NHK Corporate Information | Comments from the Top (Executive Director - General of Broadcasting) », sur www.nhk.or.jp
  16. « Ptomaphaminus ferrandae Perreau & Lemaire, 2018 », sur science.mnhn.fr,