Tha Alkaholiks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tha Alkaholiks
Surnom Tha Liks[1],[2]
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Rap West Coast, hip-hop underground[1]
Années actives 19922006
Labels Loud Records, Waxploitation Records
Composition du groupe
Membres Tash
J-Ro
E-Swift

Tha Alkaholiks est un groupe de hip-hop américain, originaire de Los Angeles, en Californie[2]. Formé en 1992, et bien que popularisé sur la scène hip-hop crossover commerciale, le groupe maintient sa popularité auprès de son public underground de la côte Ouest, à travers les États-Unis, et à l'international[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Tha Alkaholiks est formé au début des années 1990, lorsque DJ E-Swift (né Eric Brooks) et Tash (né Rico Smith) — tous deux originaires de Cincinnati — travaillent ensemble aux Disturbers of the Peace (D.O.P.)[1]. Les deux s'établissent à Los Angeles et font la rencontre de J-Ro (né James Robinson), ancien membre de Total Control avec le rappeur Suavee D et King Tee[1]. Nommés Tha Alkaholiks, le trio travaille avec King Tee sur son single I Got It Bad Y'All, et signe sur le label Loud/RCA pour le single Likwit/Only When I'm Drunk[1]. Tha Alkaholiks sont attachés au collectif rap californien Likwit Crew[3], qui regroupe des artistes tels que Defari, Xzibit, Dilated Peoples, Planet Asia, Phil da Agony, Lootpack, et King Tee, entre autres.

Le trio fait paraître son premier album, 21 and Over, en , produit par E-Swift et Lootpack, le groupe du jeune Madlib qui deviendra par la suite une icône du hip-hop underground et indépendant[4]. L'album est bien accueilli par la presse spécialisée. Nathan Rabin, du site AllMusic, le décrit comme « l'un des meilleurs premiers albums prometteurs des années 1990, peu importe le genre[4]. » Le magazine Vice le classe 13e de sa liste des 51 meilleurs albums rap publiés en 1993[5]. Il publie ensuite, près de deux ans plus tard, le deuxième album, Coast II Coast le [1],[6]. Le groupe reprend les mêmes producteurs ainsi que Diamond D du D.I.T.C., un collectif rap new yorkais, et collabore avec un rappeur connu dans le mouvement hip-hop underground, Q-Tip[1],[6]. L'album est généralement bien accueilli par la presse spécialisée[6],[7].

Le groupe publie son troisième album, Likwidation, le [8],[9], produit par Easy Mo Bee. Leo Stanley, du site AllMusic, décrit l'album comme « un mélange de gangsta rap, de metal et de rap alternatif[9]. » Quatre jours plus tard, le , leur single Hip Hop Drunkies atteint la 66e place du Billboard Hot 100[10].

Dans les années 2000, le groupe est invité sur de nombreux albums, tels que les premiers opus de Dilated Peoples en 2000 et 2001, ou celui de Wildchild en 2003. Le , le groupe fait paraître son quatrième album, X.O. Experience, cette fois sous le nom de Tha Liks[1],[2]. Cet album plus expérimental que les autres voit la participation de Busta Rhymes ou Kurupt au micro, et de Rockwilder à la production[11]. Entre temps E-Swift produit des morceaux pour d'autres artistes et J-Ro et Tash sont invités en guests sur d'autres albums. L'album atteint la 14e place du classement Top R&B/Hip-Hop Albums, et la 47e du Billboard 200[12]. L'album est également félicité par la presse spécialisée[11],[13], avec une note générale de 65 % sur Metacritic[14]. En 1999, Tash publie un album solo, Rap Life[8].

Le , un nouvel album paraît, intitulé Firewater, sous leur nom habituel Tha Alkaholiks[8],[15]. L'album atteint la 38e place du classement des Top Independent Albums[16], et est bien accueilli par l'ensemble de la presse spécialisée[17]. La même année, le groupe annonce sa séparation[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « Tha Alkaholiks Biography », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  2. a, b, c et d (en) « Tha Alkaholiks », sur Sputnikmusic (consulté le 16 juillet 2015).
  3. (en) Jake Payne, « King T Recalls Tha Alkaholiks' Formation, Reveals He's Working On Likwit Crew Album », sur Hip Hop DX,‎ (consulté le 16 juillet 2015).
  4. a et b (en) Nathan Rabin, « 21 and Over Review », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  5. (en) « Tha Alkaholiks, 21 & Over (Loud/RCA) », sur Vice Mag,‎ (consulté le 16 juillet 2015).
  6. a, b et c (en) Nathan Rabin, « Coast II Coast Review », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  7. (en) « Tha Alkaholiks :: Coast II Coast :: Loud Records », sur Rap Reviews (consulté le 16 juillet 2015).
  8. a, b et c (en) « Tha Alkaholiks Podcast », sur ign.com,‎ (consulté le 16 juillet 2015).
  9. a et b (en) Leo Stanley, « Likwidation Review », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  10. (en) « Alkaholiks - Chart History » (consulté le 16 juillet 2015).
  11. a et b (en) Matt Conaway, « X.O. Experience Reveiw », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  12. (en) « X.O. Experience - Awards », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  13. (en) « Tha Liks : X.O. Experience », sur NME,‎ (consulté le 16 juillet 2015).
  14. (en) « Reviews for X.O. Experience », sur Metacritic (consulté le 16 juillet 2015).
  15. (en) Andy Kellman, « Firewater Review », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  16. (en) « Firewater - Awards », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  17. (en) « Reviews for Firewater », sur Metacritic (consulté le 16 juillet 2015).