Thélus Léro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Thélus Léro
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Sénateur (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Conjoint
Yva Léro (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique

Thélus Léro, né le au Lamentin (Martinique) et mort le à Fort-de-France, est une personnalité politique martinique, membre du Parti communiste martiniquais et sénateur de la Martinique de 1946 à 1948.

Thélus Léro était Professeur de mathématiques et un intellectuel reconnu en Martinique. Il était marié à la romancière Yva Léro née de Montaigne, morte en septembre 2007 avec qui il eut une fille, Cathy Rosier (1945-2004), actrice.

Le militant communiste[modifier | modifier le code]

Thélus Léro fut très jeune un militant communiste auprès des leaders marxistes de l'époque, Léopold Bissol, René Ménil et surtout Jules Monnerot, fondateur du mouvement communiste en Martinique. En 1936, on assiste à la fusion de deux mouvements communistes, le groupe "Jean Jaurès" et "le Front commun" composé de Thélus Léro, René Ménil, Georges Gratiant et Victor Lamon pour former la "Région communiste de la Martinique", l'équivalent d'une fédération communiste locale. Thélus Léro en devient le secrétaire fédéral, fonction qu'il occupera jusqu'en 1946.

Un intellectuel engagé[modifier | modifier le code]

En 1932, un groupe d’intellectuels martiniquais composé de: René Ménil, Thélus Léro, Étienne Léro, Jules Monnerot, Auguste Thésée, Michel Pilotin, Maurice-Sabas Quitman et Pierre Yoyotte publie un manifeste connu sous le nom de "Légitime défense", qui est une réflexion critique sur la littérature et l'identité martiniquaise. Dans ce manifeste, ils s'interrogent sur l'avenir de la Martinique et dénoncent le colonialisme et le danger que représente, selon eux, la notion d’assimilation pour l’identité et la culture antillaise. Ils se dressent aussi contre ce qu'ils considèrent comme l’aliénation des populations noires des Caraïbes face au pouvoir métropolitain. Pour certains intellectuels, le "Légitime défense", est le point de départ de la littérature martiniquaise engagée.

Thélus Léro élu sénateur de la Martinique[modifier | modifier le code]

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les communistes vont devenir la première force politique de la Martinique. Léopold Bissol et Aimé Césaire sont élus députés au Parlement. Ils remportent également 14 sièges sur 36 au Conseil général. Aimé Césaire est élu maire de Fort-de-France et Fernand Guilon, maire du Lamentin. Les communistes l'emportent également à Basse-Pointe, Macouba, Saint-Esprit et au Morne Rouge.

En 1945, Aimé Césaire se présente aux Municipales à Fort-de-France, il est élu triomphalement, le 27 mai. Thélus Léro figurait sur la liste communiste présentée par Césaire. Il est élu adjoint au maire de Fort-de-France.

Thélus Léro est élu sénateur de la Martinique du 15 décembre 1946 au 7 novembre 1948. Il siégeait au sein du groupe communiste au Sénat (Conseil de la République à l'époque).

Thélus Léro meurt le 22 juillet 1996 à l'âge de 87 ans.

Hommages[modifier | modifier le code]

Une avenue porte son nom à Fort-de-France.