Théra (ancienne ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théra.

Théra (ancienne ville)
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Coordonnées
Vue du site depuis le mont Profitis Ilias
Ruines de la stoa basilique
Ruine d'une maison
Église Ayos Stephanos, VIIIe ou IXe siècle

Théra est une antique ville grecque, située dans l'île de Santorin, sur un promontoire rocheux. Habitée de façon continue de l'époque de la Grèce antique jusqu'à la période byzantine, la cité est abandonnée au Moyen Âge. Les archéologues la remettent au jour au XXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la tradition rapportée par Strabon et Hérodote, la cité fut fondée par des colons doriens conduit par le héros légendaire et éponyme Théras[1]. Le site choisi, le sommet allongé du mont Messavouno dominant la mer à 365 mètres de hauteur[2], présente une valeur stratégique évidente. La fondation pourrait dater du IXe siècle av. J.-C. selon des indices archéologiques.

Malgré sa faible importance, une partie de ses habitants la quittèrent, à la suite d'une terrible sécheresse selon Hérodote, pour fonder la colonie de Cyrène en Libye vers - 630[3].

Elle connut de profondes transformations au cours de la période hellénistique, devenant au IIIe siècle av. J.-C. la principale base de la flotte égyptienne ptolémaïque dans l'Égée, jusqu'en - 145. La ville fut alors rebâtie sur un plan régulier dit « hippodamique ». Les fouilles ont mis au jour la résidence de la garnison égyptienne, reconnue par les inscriptions des soldats, un temple de Sérapis, Isis et Anubis et un autel dédié à Ptolémée VI Philométor[2].

Au cours de la période romaine, la cité frappait sa monnaie. Tibère prit sous son patronage le gymnase d'éphèbes[2].

Elle fut le siège d'un évêché dès le Bas Empire, avec un premier évêque connu vivant au IVe siècle, puis pendant la période byzantine[2]. Elle fut abandonnée peu après une éruption du volcan central, en 726 apr. J.-C., peut-être en raison de l'activité volcanique[4], mais peut-être aussi à cause des raids des Sarrasins fréquents à l'époque.

Fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Le baron allemand Friedrich Hiller von Gaertringen (de) mena des fouilles sur le site à partir de 1897 et dégagea la cité jusqu'en 1904, et en publia les comptes-rendus en 1905[2]. Ultérieurement, N. Zapheiropoulos explora la nécropole de Théra entre 1961 et 1982, sous l'égide de la Société archéologique d'Athènes[5]. Les fouilles réalisées de 1990 à 1994 par Wolfram Hoepfner (de) affinèrent les connaissances sur la période dorienne de Théra.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. * Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne] VIII, 3, 19 ; Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne] IV, 147 à 150
  2. a b c d et e Dressaire 1905, p. 62-63
  3. Mossé et Schnapp-Gourbeillon 1990, p. 123 ; 126-127
  4. Mossé et Schnapp-Gourbeillon 1990, p. 11
  5. Henri Metzger, « Bulletin archéologique. Céramique », Revue des Études Grecques, tome 85, fascicule 404-405, Janvier-juin 1972. p. 99 lire en ligne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Mossé et Anne Schnapp-Gourbeillon, Précis d’histoire grecque : Du début du deuxième millénaire à la bataille d'Actium, Armand Collin, , 372 p. (ISBN 220031292X)
  • (de) Friedrich Hiller von Gaertringen und Wilski : Thera, t. III : Stadtgeschichte von Thera unter Mitwirkung von W. Doerpfeld, A. du Bois-Reymond, R. Weil, A. Schiff, H. Schrader, C. Watzinger, R. Zahn, Berlin, 1904
    • L. Dressaire, « Présentation de l'ouvrage de Hiller von Gaertringen », Échos d'Orient, t. 8, no 50,‎ , p. 62-63 (lire en ligne)
  • (de) Wolfram Hoepfner, Das dorische Thera, Gebrüder Mann, Berlin, depuis 1997 (rapports du séminaire sur l'Archéologie Classique de l'Université libre de Berlin)
  • Bernard Sergent, L'Homosexualité initiatique dans l'Europe ancienne, Payot, Paris, 1986 — chapitre III : Les « graffiti » archaïques de Thèra, p. 29-41
  • (de) Christian Witschel (de), « Das dorische Thera », Stadtgeschichte unf Kulturstätten am nördlichen Stadtrand, Berlin, 1997, p. 17–46
    • Présentation de l'ouvrage dans Revue des Études Grecques', tome 111, juillet-décembre 1998. p. 566–713 lire en ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :