Thérèse Sita-Bella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thérèse Sita-Bella
Nom de naissance Thérèse Bella Mbida
Naissance
Cameroun
Décès
Yaoundé
Nationalité Camerounaise
Profession

Thérèse Sita-Bella, née en 1933 et morte le à Yaoundé, est une réalisatrice et pilote d'avion camerounaise. Elle est aussi la première journaliste femme du Cameroun.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thérèse Bella Mbida naît en 1933 au sud du Cameroun, dans l'ethnie des Betis. Elle reçoit son éducation des missionnaires catholiques.

Dans les années 1950, après avoir obtenu son baccalauréat dans une école de Yaoundé, elle part à Paris pour poursuivre ses études. C'est en France qu'elle développe un intérêt pour le journalisme et le cinéma. Elle retourne au Cameroun dans au début des années 1960.

En 1963, elle réalise le documentaire Tam-Tam à Paris, en suivant la compagnie de danse nationale du Cameroun lors d'une tournée à Paris. Ce documentaire est souvent cité comme le premier film d'une femme d'Afrique subsaharienne[1] En 1969, Tam Tam à Paris est présenté à la première semaine du Cinéma africain, un festival qui deviendra plus tard le FESPACO.

Thérèse Sita-Bella est une militante féministe qui a ouvert la voie à de nombreuses autres femmes camerounaises et africaines de sa génération, elle était considérée comme un phénomène par le système dominé par les hommes, elle a défié le système en travaillant dans des domaines jusque là réservés aux hommes. Elle a déclaré :

« Dans les années 1970, nous étions très peu à être des femmes cameramen. À cette époque, nous étions très peu, il y avait quelques Antillaises, une femme du Sénégal appelé Safi Faye et moi. Mais vous savez le cinéma n'était pas l'affaire des femmes[2]. »

Sita-Bella meurt le . Elle souffrait d'un cancer du côlon, son décès a été provoqué par des complications à la suite de l’opération pour retirer la tumeur[3]. Elle est enterrée au cimetière Mvolye de Yaoundé.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • DeLancey, Mark W., and Mark Dike DeLancey (2000): Historical Dictionary of the Republic of Cameroon (3rd ed.). Lanham, Maryland: The Scarecrow Press.
  • Pallister, Janis L. (1997). French-Speaking Women Film Directors: A Guide. Fairleigh Dickinson University Press.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Africa in Motion: Lost African Classics
  2. (en) Entretien dans un magazine anglophone du Cameroun
  3. Jean-François Channon, « La grande Sita Bella est morte », sur bonaberi.com, (consulté le 13 juillet 2013)