Thérèse Dion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thérèse Dion
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marie-Thérese Tanguay
Nationalité
Activité
Personnalité de la télévisionVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Achille Tanguay (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Antoinette Sergerie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants

Thérèse Dion (MSM[1]), alias Maman Dion, née Marie-Thérèse Tanguay[2] le à Sainte-Anne-des-Monts (Gaspésie) et morte le [3] à Sainte-Rose (Laval)[4], est une personnalité publique, femme d'affaires et animatrice de télévision canadienne, connue pour être la mère de la chanteuse Céline Dion et de treize autres enfants[n 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Thérèse Tanguay naît le . Elle est l'un des neuf enfants d'Achille Tanguay et Antoinette Sergerie originaire de Ste-Anne-des-Monts en Gaspésie[5] au Canada. Alors qu'elle n'a que 2 ans, la crise de 1929 frappe durement le Québec. Le gouvernement met alors en place un programme dans lequel il offre des terres gratuites à ceux qui ont le courage de les défricher. Son père se porte volontaire. Au fil du temps, il bâtit ce qui allait devenir le futur village de Saint-Bernard-des-Lacs.

À l'école, elle est décrite comme intelligente, curieuse et rêve de sauver le monde. Âgée de seulement 13 ans, elle est forcée d'abandonner l'école sur décision de sa mère qui la veut au foyer.

Pour son onzième anniversaire, elle reçoit un violon et deviendra douée.

Mariage avec Adhémar Dion et maternité[modifier | modifier le code]

Dans les années 1940, sa famille déménage à La Tuque où elle trouve un travail dans une pouponnière. Cela la passionnera au point de vouloir suivre des études d' infirmière à Montréal, mais ses parents l'en empêchent à nouveau.

Un jour, elle accompagne son père chez Charles Dion, un ami d'enfance. Remarquant son violon, Ernestine appelle l'un de ses enfants, Adhémar, qui joue de l'accordéon pour jouer ensemble.

Rapidement tombés amoureux l'un de l'autre, ils se marient en 1945. Les premières années sont difficiles car Adhémar ne désire pas d'enfant à la surprise de Thérèse.

En 1946, le couple donne naissance à Denise et les réticences d'Adhémar envers les enfants s'estompent.

Après les naissances de Clément, Claudette et Liette, la mère de quatre enfants se sent laissée à elle-même en raison de l'emploi d'Adhémar qui passe des mois loin de la famille dans un camp de bûcherons.

En 1951, Adhémar quitte finalement le camp de bûcherons et ils s'installent à Charlemagne.

Ils emménagent dans un appartement modeste, trop petit pour la famille nombreuse. Un jour, Thérèse entend un message à la radio annonçant l'octroi possible d'un prêt de 10 000 $ à dix couples pour bâtir leur propre logement eux-mêmes.

Thérèse Dion-Tanguay conçoit les plans et entreprend les démarches. Même enceinte pendant la construction, Thérèse était sur le chantier. En 1953, la famille emménage dans l'appartement.

En 1957, le père d'Adhémar, Charles Dion, est happé violemment et mortellement par un train, pas loin de chez eux.

Adhémar ne pouvant plus supporter de vivre dans cette maison proche du lieu de l'accident qui a coûté la vie à son père, donc, la famille déménage dans une autre maison à Charlemagne (où ils vivront jusqu'en 1982).

En 1967, elle atteint la quarantaine, ses derniers enfants (Paul et Pauline) vont à la maternelle et elle souhaite se trouver un emploi. Mais soudainement elle éprouve des nausées et découvre qu'elle est à nouveau enceinte, de Céline. Cette annonce la plongea dans une dépression qui durera durant toute la grossesse.

La musique a toujours fait partie de la famille Dion et, très vite, ils se font un nom dans la municipalité et sont surnommés « la famille musicienne de Charlemagne ». Ils se produisent dans des mariages et des salles paroissiales.

À 46 ans, Thérèse est employée comme vendeuse dans un magasin dont elle devient plus tard la gérante. Elle contribue également à la construction d'un centre commercial.

À la même époque, son mari et sa fille Claudette ouvrent un bar où les membres de la famille peuvent chanter. Victime de son succès, Thérèse abandonne son travail pour subvenir aux besoins du bar comme cuisinière.

Carrière de Céline Dion[modifier | modifier le code]

L'année 1979 marque la fin d'une époque : le bar Le Vieux Baril brûle. C'est un choc pour la famille. Plusieurs de ses enfants ont tenté une carrière musicale mais sans succès.

Thérèse Dion-Tangay croit aux capacités exceptionnelles de sa dernière fille et n'ayant plus d'autres enfants aussi jeunes à élever, elle décide de s'en occuper à temps plein.

Le premier imprésario est vite remercié car voulait lui faire enregistrer des reprises de René Simard.

Voulant qu'elle chante ses propres chansons, elle compose Ce n'était qu'un Rêve et demande à son fils Jacques de faire la mélodie.

Enregistrée, la cassette est envoyée à René Angélil qui devient l'imprésario de Céline. Elle doit se résoudre à déménager à Montréal en 1982 pour se rapprocher des bureaux de René et à retirer sa fille de l'école (alors âgée de 14 ans), en raison de sa carrière prometteuse mais exigeante. Thérèse accompagne sa fille à travers le monde jusqu'à ses 18 ans.

Relation amoureuse entre René et Céline[modifier | modifier le code]

Lorsqu'elle découvre les sentiments amoureux de Céline envers René, Thérèse Dion-Tangay les désapprouve et s'inquiète. Au fil du temps, elle laisse ses chances à René bien qu'il soit plus âgé de 26 ans et 2 fois divorcé. Céline et René se marient en 1994.

Affaires et télévision[modifier | modifier le code]

Dans les années 1999, elle commercialise Les Pâtés Maman Dion, le mets favori d'Adhémar. Lors d'une tournée promotionnelle, elle est invitée à l'émission Le Point J animée par Julie Snyder. Cette dernière, impressionnée, lui propose l'animation d'une émission, ce que Thérèse Dion-Tangay accepte.

En 1999, Thérèse Dion-Tangay anime avec Éric Salvail l'émission culinaire Maman Dion jusqu'en 2001[6].

L'année suivante, Thérèse Dion-Tangay se retire de la vie publique pour prendre soin de son mari Adhémar à qui un cancer a été diagnostiqué.

Décès[modifier | modifier le code]

Thérèse Dion-Tanguay meurt le à l’âge de 92 ans.

Des proches ont témoigné aux médias de son état de santé qui s'était détérioré récemment, se traduisant par des pertes de vision, d'audition et même de mémoire.

Autre[modifier | modifier le code]

Philanthropie[modifier | modifier le code]

En 1998, Thérèse Dion fonde avec son fils Jacques La fondation Achille-Tanguay (du nom de son père), qui vient en aide aux familles dans le besoin. Jacques a dû abandonner ses activités de la fondation en 2005 pour prendre soin de son fils, maintenant en fauteuil roulant à la suite d'un accident de ski [7]. La fondation change de nom en 2006 et est devenue La fondation Maman Dion, avec toujours les mêmes objectifs venir en aide aux enfants de milieu défavorisé en fournissant du matériel scolaire et vêtements[8][source insuffisante].

En 2010, elle inaugure la Maison Adhémar-Dion à Terrebonne, un centre de soins palliatifs nommé en hommage à son mari défunt[9].

Vie privée et famille[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Thérèse Dion est la fille d'Achille Tanguay, un homme ouvert d'esprit qui a été une source d'inspiration. Tandis que sa mère, Antoinette Sergerie, était craintive, la plupart de ses rêves ne se sont pas concrétisés par l'opposition de cette dernière.

Elle a vécu son enfance à Saint-Bernard-des-Lacs durant les années 1930, un village bâti par son père.

Famille[modifier | modifier le code]

Par la suite, elle déménage à La Tuque où elle rencontre Adhémar Dion qu'elle épouse le . Ce dernier meurt en 2003. Ils auront élevé 14 enfants dont les plus connus sont les chanteuses Claudette et Céline Dion.

Michel Dion est régisseur pour les spectacles résidentiels A New Day… et Celine présentés à Las Vegas et de ses tournées depuis 1993.

Manon Dion fait partie de l'équipe de tournée de Céline comme coiffeuse depuis 1993.

Ghislaine a aussi été choriste de Céline de 1987 à 1991.

La famille Dion a vécu longtemps à Charlemagne. Leur premier logement était trop petit, le couple a construit son propre logement situé au 89, rue Saint-Jacques, ce logement comprenait deux autres à l'étage supérieur afin d'avoir un revenu.

Leur troisième résidence fut située au 130 rue Notre-Dame jusque dans les années 1980 où elle est transformée en magasin de portes et fenêtres. Le bâtiment sera mis en vente en 2007[10], des rumeurs disent qu'il sera le prochain quartier général de la Fondation Maman Dion ou d'un musée. Le projet d'un musée était grandement favorisé en particulier chez les fans de Céline Dion. Tout était prévu pour 3 ans plus tard mais, il n'a jamais vu le jour car le terrain était petit et la maison trop fragile. En 2014, la ville n'a plus d'autre option que de la démolir[11]. Le terrain est aujourd'hui occupé par le nouveau quartier général de la Fondation Maman Dion inauguré en 2015[12].

Elle est la belle-mère de René Angélil et grand-mère de René-Charles, Eddy et Nelson.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Denise, Linda, Louise, Manon, Liette, Pauline, Ghislaine, Claudette, Michel, Paul, Daniel, Clément et Jacques Dion.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.letraitdunion.com/Communaute/2015-05-14/article-4146968/Therese-Tanguay-Dion-honoree/1
  2. « Généalogie Therese Tanguay », sur www.nosorigines.qc.ca (consulté le 12 juin 2016)
  3. « Maman Dion s'éteint à 92 ans », sur TVA Nouvelles, (consulté le 17 janvier 2020)
  4. « Avis de décès de Mme Thérèse Tanguay-Dion », sur memoria.ca (consulté le 6 février 2020)
  5. Ti Tom, « Celine Dion - Bio Maman Dion 2008 » [vidéo], (consulté le 17 avril 2018)
  6. « Maman Dion - Télévision- Nos émissions | Productions J », sur www.productionsj.com (consulté le 16 avril 2018)
  7. Georges-Hébert Germain, Thérèse Dion: La vie est un beau voyage,
  8. « Une fondation pour les enfants et jeunes défavorisés du Québec », sur www.fondationmamandion.org (consulté le 17 avril 2018)
  9. « Fondation Santé Sud de Lanaudière », sur Fondation Santé Sud de Lanaudière (consulté le 17 avril 2018)
  10. « Un musée Céline Dion à Charlemagne? Je ne sais pas… », Hebdo Rive Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018).
  11. Dany Bouchard, « La maison d’enfance de Céline démolie », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018).
  12. « Un nouveau toit pour la Fondation maman Dion », Hebdo Rive Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]