Théorie k-catégorique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les mathématiques image illustrant la logique
Cet article est une ébauche concernant les mathématiques et la logique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

En logique mathématique, une théorie est dite k-catégorique pour un nombre cardinal k si elle a exactement un modèle de cardinalité k (à isomorphisme près).

Théorème de Łoś-Vaught[modifier | modifier le code]

Énoncé[modifier | modifier le code]

Théorème de Łoś (pl)-Vaught — Toute théorie sans modèle fini qui est k-catégorique pour un certain cardinal k (infini) au moins égal à celui de son langage est complète.

Exemples de telles théories complètes[modifier | modifier le code]

  • La théorie des ensembles infinis est k-catégorique pour tout cardinal k infini.

C'est une théorie du premier ordre en calcul des prédicats égalitaire pur qui comporte une infinité dénombrable d'axiomes, soit pour tout entier n≥1 l'axiome « il existe au moins n éléments distincts » :

\exists x_1, x_2, \ldots, x_n\qquad\wedge_{1\le i<j\le n}~\neg(x_i = x_j).
  • Les quatre théories des ensembles densément ordonnés pour lesquels on précise s'ils ont ou non un premier ou un dernier élément[1] sont Aleph0-catégoriques (en) et leurs modèles dénombrables sont isomorphes respectivement aux ensembles ordonnés de rationnels
]0,1[\cap\Q,\qquad[0,1[\cap\Q,\qquad]0,1]\cap\Q,\qquad[0,1]\cap\Q.

Théorème de Morley[modifier | modifier le code]

Théorème de Morley (de) — Si une théorie dans un langage au plus dénombrable est k-catégorique pour un certain cardinal k strictement supérieur au dénombrable, alors elle l'est pour tous.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir aussi la démonstration que ces théories sont complètes par la méthode, autre, de l'élimination des quantificateurs, in Jean-Louis Krivine et Georg Kreisel, Éléments de logique mathématique, Théorie des modèles, Dunod 1967, p. 47-50, pdf ; ce résultat est également lié au théorème de Cantor.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Dirk van Dalen (de), Logic and Structure, "chap. 3.3 Some model theory", Springer-Verlag, 1991.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Théorème de Löwenheim-Skolem