Théorie de la préférence révélée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Théorie de la préférence révélée est une théorie économique proposée par Paul Samuelson.

Présentation[modifier | modifier le code]

Paul Samuelson a proposé de déduire les préférences des consommateurs en observant leurs choix. Plutôt que de les questionner sur leurs préférences en proposant plusieurs paniers de biens possibles afin d’obtenir des courbes d’indifférence, cette théorie se limite uniquement à l’observation du comportement des consommateurs. En faisant ses achats, le consommateur révèle ses préférences. Supposons que le consommateur achète le panier ou complexe de biens A (1kg de pain, 1 litre de lait et 100 g de chocolat) plutôt que le panier B (1 steak et 100 g de pommes de terre). Si le panier A coûte plus cher ou est aussi cher que le panier B, alors le consommateur révèle qu’il préfère le panier A au panier B. En supposant que ses préférences ne changent pas, il ne faut pas que lors d’un autre achat il révèle le contraire. Pour que son comportement soit cohérent, Samuelson propose l’axiome suivant :

Axiome faible de la préférence révélée[modifier | modifier le code]

Si A est préféré à B alors B ne doit pas être préféré à A

Avec cet axiome, Samuelson a pu déduire la négativité de l’effet de substitution mais pour faire le lien avec la théorie axiomatique des choix il fallait aussi montrer la symétrie de cet effet. Houthakker a alors proposé un axiome plus fort, appelé

Axiome fort des préférences révélées[modifier | modifier le code]

Soit RD la relation « directement préféré à » et A, B, ... ,Z des complexes de biens.

Si A RD B RD C ... R D Z alors Z ne doit pas être directement préféré à A.

Un axiome plus général est utilisé lorsqu’on admet des courbes d’indifférence seulement convexes et non pas strictement convexes.

Axiome généralisé de la préférence révélée[modifier | modifier le code]

Si A RD B RD C ... R D Z alors, en prenant les prix lorsque le consommateur achète Z, le complexe A doit coûter plus cher ou aussi cher que Z.

Un ensemble de données est conforme à la théorie de la maximisation de l’utilité si et seulement s'il satisfait l’axiome généralisé de la préférence révélée (GARP en anglais).

Varian a proposé un algorithme qui permet de vérifier cette conformité. Les expériences effectuées avec les consommateurs révèlent que les comportements sont parfois incohérents (le pourcentage varie entre 30 % et 60 % selon les études). On peut en particulier soutenir, à l'encontre de cette théorie, que les choix effectués par les consommateurs ne révèlent pas toujours leurs véritables préférences. C'est le cas, notamment, si les prix des marchandises ne correspondent pas à l'utilité réelle attachée par les consommateurs à ces biens.

Références[modifier | modifier le code]

  • Varian, H.R. « The Nonparametric Approach to Demand Analysis », Econometrica, vol. 50, 1982, pp. 945-972
  • Sippel R., « An Experiment on the Pure Theory of Consumer’s Behaviour », Economic Journal, vol. 107, 1997, pp. 1431-1444