Théorie de la gestion de la peur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la psychologie
Cet article est une ébauche concernant la psychologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La théorie de la gestion de la peur est une théorie nord-américaine — Terror management theory — s’inscrivant dans le champ de la psychologie sociale et développée par Jeff Greenberg, Sheldon Solomon et Tom Pyszcynski[1]. La théorie de la gestion de la peur a fait l’objet de nombreuses études[2]. Elle trouve son origine dans les œuvres d’Ernest Becker sur le déni de la mort[3],[2].

Cette théorie part de deux réalités auxquelles sont confrontés les êtres humains. D'une part, l'instinct animal présent en chaque être humain implique un besoin de se protéger et de chercher à survivre. D’autre part, grâce à ses capacités cognitives, l'homme est conscient du caractère inéluctable à terme de sa propre mort contrairement aux autres animaux. Ces deux constats constituent une source de tension chez l’homme. Pour faire face à cette tension, il dispose de deux ressources :

  • l'adhésion à des croyances culturellement partagées. Celle-ci nous donne le sentiment que le monde dans lequel nous vivons a un sens. Il en est ainsi, par exemple de la croyance selon laquelle les gens vertueux vont au paradis et les pécheurs en enfer.
  • la conviction qu'en tant qu'individu, on contribue de façon significative à ce monde investi de sens. C'est cette conviction qui détermine l'estime de soi, selon la théorie de la gestion de la peur.

À l’origine, la théorie a été développée pour expliquer deux phénomènes :

  • la tendance largement partagée à avoir des attitudes négatives vis-à-vis des membres d’autres groupes sociaux. Ces attitudes sont qualifiées de préjugés. En dévalorisant ceux qui adhèrent à d’autres croyances que les nôtres, les préjugés permettent de renforcer ces dernières.
  • la tendance bien établie à rechercher et maintenir une estime de soi positive[4]. Cette tendance est vue comme une réponse indirecte à la peur de la mort. C’est en agissant conformément à ses croyances culturelles que l’individu peut développer et maintenir une estime de soi favorable. Or selon cette théorie, ces croyances culturelles seraient elles-mêmes une façon de transcender notre mortalité. À l’appui de cette hypothèse, lorsqu’on est confronté à la mort, on cherchera davantage des partenaires sexuels physiquement attirants et ce de façon à renforcer notre estime de nous-mêmes[5].

Ultérieurement, elle s’est intéressée à d’autres domaines du comportement humain comme le comportement prosocial[6], les relations interpersonnelles [7] et les croyances religieuses[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Greenberg, J., Pyszcynski, T., & Solomon, S. (1986) The causes and consequences of a need for self-esteem: A terror management theory. In R.F. Baumeister (ed.), Public Self and Private Self, p. 189-212. New-York: Springer-Verlag.
  2. a et b Greenberg, J., & Arndt, J. (2012). Terror management theory. In P. Van Lange, A. Kruglanski, & E. Higgins (Eds.), Handbook of theories of social psychology: volume 1. (p. 398-416). London: SAGE Publications Ltd.
  3. Becker, E. (1973). The Denial of Death. New-York: Academic Press.
  4. Sedikides, C., Gaertner, L., & Toguchi, Y. (2003). Pancultural self-enhancement. Journal of personality and social psychology, 84(1), 60.
  5. Kosloff, S., Greenberg, J., Sullivan, D., & Weise, D. (2010). Of trophies and pillars: Exploring the terror management functions of short-term and long-term relationship partners. Personality and Social Psychology Bulletin, 36(8), 1037-1051.
  6. Jonas, E., Schimel, J., Greenberg, J., & Pyszczynski, T. (2002). The Scrooge effect: Evidence that mortality salience increases prosocial attitudes and behavior. Personality and Social Psychology Bulletin, 28(10), 1342-1353.
  7. Mikulincer, M., Florian, V., & Hirschberger, G. (2003). The existential function of close relationships: Introducing death into the science of love. Personality and Social Psychology Review, 7(1), 20-40.
  8. Friedman, M., & Steven Rholes, W. (2007). Successfully challenging fundamentalist beliefs results in increased death awareness. Journal of Experimental Social Psychology, 43(5), 794-801.