Théorème de Lusin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’analyse
Cet article est une ébauche concernant l’analyse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

En mathématiques, le théorème de Lusin ou Luzin est, pour l'analyse réelle, un autre forme du second principe de Littlewood, « toute fonction est presque continue ». Il a été énoncé en 1903 par Lebesgue, établi en 1905 par Vitali[1],[2] et redécouvert en 1912 par Nikolai Lusin[3].

Il énonce que toute fonction mesurable possède une restriction à une grande partie de son domaine de définition qui est continue.

Énoncé[modifier | modifier le code]

Pour un intervalle [a, b], soit f : [a, b] → ℂ une fonction mesurable. Alors pour tout ε > 0, il existe un compact E ⊂ [a, b] tel que la restriction à E de f est continue (pour la topologie induite sur E) et la mesure de Lebesgue du complémentaire de E est inférieure à ε.

Exemple[modifier | modifier le code]

Sur le segment [0, 1], la fonction indicatrice des rationnels est mesurable mais discontinue en tout point. Cependant, pour tout ε > 0, en choisissant une énumération (rn) des rationnels de ce segment et en prenant le complémentaire (dans [0, 1]) de la réunion des intervalles ]rn – 2–2–nε, rn + 2–2–nε[, on obtient un compact E dont le complémentaire est de mesure inférieure à ε et la restriction de la fonction à E est constamment nulle donc continue.

Démonstration[modifier | modifier le code]

Puisque les fonctions continues sont denses dans L1([a, b]), il existe une suite (gn) de fonctions continues telle que gnf dans L1. De cette suite, on peut extraire une sous-suite (gnk) telle que gnkf presque partout. En utilisant le théorème d'Egoroff, on a gnkf uniformément sauf sur un ensemble de mesure aussi faible que voulue. Comme l'ensemble des fonctions continues est fermé par convergence uniforme, cela termine la démonstration.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) William C. Bauldry, Introduction to Real Analysis: An Educational Approach, Wiley, (ISBN 978-1-11816443-3, lire en ligne), p. 165.
  2. Nicolas Bourbaki, Éléments d'histoire des mathématiques, p. 223 de la 2e éd. en anglais, Springer, 1994.
  3. N. N. Lusin, « Sur les propriétés des fonctions mesurables », C. R. Acad. Sci. Paris, vol. 154,‎ , p. 1 688-1 690.