Théorème de Lie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En mathématiques, le théorème de Lie, démontré en 1876 par Sophus Lie[1], porte sur la structure des algèbres de Lie résolubles. Comme les théorèmes de Engel (1890) et de Kolchin (1948), il s'agit d'un théorème de trigonalisation simultanée.

Le théorème s'énonce ainsi :

Théorème — Soit K un corps algébriquement clos de caractéristique nulle. Soit V un espace vectoriel de dimension finie sur K et une sous-algèbre de Lie résoluble de . Alors il existe une base de V dans laquelle tous les éléments de sont des matrices triangulaires supérieures.

Une conséquence importante de ce théorème est le critère de Cartan (en). On suppose ici simplement K de caractéristique nulle. Pour comme ci-dessus, on note B la forme bilinéaire sur définie par B(X, Y) = tr(XY). B est la forme de Killing associée à . Le critère de Cartan montre alors que est résoluble si et seulement si , où .

Ce théorème est à son tour très utile pour établir le critère de Killing-Cartan : avec la même hypothèse sur K, est semi-simple si et seulement si B est une forme bilinéaire non dégénérée. Ce critère est le premier pas vers la classification des algèbres de Lie semi-simples.

Note et référence[modifier | modifier le code]

  1. (de) Sophus Lie, « Theorie der Transformationsgruppen. Abhandlung II », Archiv for Mathematik og Naturvidenskab, vol. 1,‎ , p. 152-193 (lire en ligne)