Théodule Charles Devéria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Théodule Charles Devéria
Égyptologue
Pays de naissance Drapeau de la France France
Naissance
Paris
Décès
Paris
Nationalité française
Parents Achille Devéria et Céleste Motte

Théodule Charles Devéria (Paris, - Paris, ), fils du peintre Achille Devéria, est un égyptologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son grand-père était le lithographe Charles Motte, qui a collaboré à l'impression de la Grammaire égyptienne de Champollion.

Membre de l'Institut d'Alexandrie, il effectue diverses missions archéologiques en Égypte, collaborant avec Auguste Mariette de 1858 à 1866, l'accompagnant notamment sur les fouilles de Memphis en 1859 et visitant les salles du musée de Boulaq.

Attaché au département égyptien en 1855, puis nommé conservateur-adjoint du musée du Louvre en 1860, Devéria étudie la collection égyptienne de papyrus au Louvre durant de nombreuses années ; il a été considéré en son temps un expert des textes funéraires égyptiens anciens. De lui, Sir Ernest Alfred Thompson Wallis Budge a déclaré : « Aucun autre savant avait une telle compétence et d'aussi vastes connaissances du Livre des Morts », et que sa mort était « une grande perte pour l'égyptologie[1] ».

Son frère, Jean-Gabriel Devéria (1844-1899), était sinologue.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Abydos, grand temple, 1859
  • Catalogue des manuscrits égyptiens écrits sur papyrus, toile, tablettes et ostraca en caractères hiéroglyphiques, hiératiques, démotiques, grecs, coptes, arabes et latins qui sont conservés au Musée égyptien du Louvre, 1872
  • Château de France à Luqsor, 1859
  • Fouilles exécutées à Thèbes dans l'année 1854, 1855
  • Lettre à M. Cailliaud,... sur un ostracon égyptien, 1861
  • Notice sur quelques antiquités relatives au basalicogrammate. Thouth ou Teti, 1857
  • Le Papyrus judiciaire de Turin, 1866
  • Spécimen de l'interprétation des écritures de l'ancienne Égypte, 1866

Notes[modifier | modifier le code]

  1. E.A. Wallis Budge, From Fetish to God in Ancient Egypt, p. 53

Liens externes[modifier | modifier le code]