Théodore de Goguel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goguel.
Théodore de Goguel
Gogel Fyodor Grigoryevich.jpg
Portrait du lieutenant-général Théodore de Goguel[1], par George Dawe
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
Bila TserkvaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Henri de Goguel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflit
Commandement
Distinctions

Théodore (Fédor) Grigoriévitch de[2] Goguel (Saratov, 1er mars 1775 - Belaïa Tserkov', 17 avril 1827) est un célèbre officier général russe d'origine franco-wurtembourgeoise, héros des Guerres napoléoniennes.

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Fils du wurtembourgeois[3] Henri de Goguel[4] (22 octobre 1741 - 20 décembre 1799), natif de Montbéliard et haut fonctionnaire de l'Empire russe[5] et de son épouse russe, Tatiana Alexandrovna Tatarinova.

Carrière[modifier | modifier le code]

Intègre la Garde russe en 1785 puis poursuit son instruction en France.

Passé colonel en 1800 : est nommé cette année commandant du régiment de la garnison de Moscou, puis, en 1804, commandant du 20e Régiment Jäger, à la tête duquel il s'illustre lors de la bataille d'Austerlitz (2 décembre 1805).

Commandant (1812) de la 3e brigade de la 26e division du 7e corps d'infanterie de la 2e armée de l'Ouest, il participe aux combats de Saltanovka, Smolensk, Borodino, Viazma et de Krasnoï, à la suite desquels il est nommé major-général (21 novembre 1812). S'illustre en 1813-1814 dans les batailles de Modlin et de Hambourg. Nommé successivement chef des 26e (1816), 28e (1817) et 25e divisions. Participe à l'occupation de la France en 1815.

Nommé lieutenant-général le 12 décembre 1824. Il meurt d'une crise cardiaque à l'âge de 52 ans, au cours d'une opération de police contre des insurgés décembristes ; un monument à sa mémoire a été érigé sur sa tombe par les soldats de la 25e Division, à Dubna, près de Brest-Litovsk.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Le général Théodore Grigoriévitch se maria deux fois : il eut deux garçons, Grégoire (1808-1881) et Valérian (1813), de sa première épouse, née Marie Alexandrovna Junii[6], et deux autres garçons, Alexandre et Constantin, de sa seconde épouse, la comtesse Caroline Antonovna Olizar[7].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Galerie militaire du Palais d'hiver, Saint-Pétersbourg.
  2. Parfois aussi von Goguel.
  3. D'expression française et germanique.
  4. Ou Grégoire Grigoriévitch de Goguel (en russe : Григорий Григорьевич Гогель. Grégoire est l'équivalent orthodoxe du prénom Henri/Henry).
  5. Passé au service de l'Empire en 1775, où il fut notamment directeur de la colonie germanique puis directeur de l'Orphelinat de Moscou, poste qui lui valut l'intégration au sein de la noblesse russe le 25 avril 1796 (concession d'armoiries enregistrées dans l'Armorial général de la noblesse de l'Empire russe, I-141).
  6. Nom à vérifier.
  7. Divorcée du poète polonais (décembriste), le comte Gustave Olizar (17981865), et elle-même fille d'un ministre de Sardaigne, le comte Antoine di Mollio.