Théodore-Casimir Delamarre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Théodore Casimir Delamarre
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Achille-Théodore-Casimir Delamarre de Monchaux (né le à Dancourt, mort le à Boulogne-sur-Seine) est un banquier, patron de presse et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Théodore Delamarre, magistrat, et de Marie-Anne Bachelier de Monchaux, Théodore-Casimir Delamarre de Monchaux commence sa carrière comme garde du corps du roi de France Louis XVIII, de 1818 à 1822

Devenu l'associé d'une importante maison de banque à Paris, il dirige la Banque Delamarre, Martin-Didier et Cie, qui fonde un journal de cotations boursières gratuites. Membre du Conseil d’escompte de la Banque de France, du au , il devient régent de la Banque de France du au .

Il contribue à la concentration, à partir de 1835, de différentes entreprises de transport parisien dans certaines d'entre elles il a des intérêts (Lutéciennes, Atalantes, Zéphirines, Eoliennes, Française et Vigilantes qui étaient les plus importantes), qui forment, en 1838, la Société des voitures de place de Paris[1].

Élu, le , député de la 4e circonscription de la Somme au Corps législatif, Delamarre s'associa au rétablissement de l'Empire et vota le plus souvent avec la majorité dynastique.

Il est fait comte romain, préside le cercle du Jockey Club et devient propriétaire du parc des Princes à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)[2], qui n'est pas encore un stade de football et où il décède en 1870.

Théodore-Casimir Delamarre a été propriétaire de divers journaux : La Patrie fondée en 1844, La Commune et l’Esprit Public. Dans La Patrie, il publie sous le pseudonyme de Victor Noir les correspondances du journaliste Yvan Salmon, ex-zouave et rédacteur en chef du Peuple fondé par Henri Duvernois, dont il favorise le retour à Paris, mais qui est assassiné à l'âge de 22 ans.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (60e division)[3]

Il a épousé sa cousine Madeleine-Héloïse Martin (1805-1886), fille du banquier Didier Martin[4]. Ils eurent :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand Gille, Recherches sur la formation de la grande entreprise capitaliste (1815-1848), SEVPEN, , p. 67 et 68
  2. « Faire-part de décès de Théodore-Casimir Delamarre », sur ebay.be (consulté le 3 juin 2017)
  3. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 125
  4. Jean-Yves Mollier, Louis Hachette : Le Fondateur d'un empire, Fayard,

Liens externes[modifier | modifier le code]