Théodora de Trébizonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Théodora de Trébizonde
Fonction
Impératrice de Trébizonde
-
Biographie
Naissance
Avant Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Après Voir et modifier les données sur Wikidata
SinopVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Mère
Rusudan de Géorgie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie

Theodora Megale Komnene (grec moderne : Θεοδώρα Μεγάλη Κομνηνή, Theodōra Megalē Komnēnē), (née avant 1253 – morte après 1285), Impératrice de Trébizonde de 1284 à 1285. Elle est la fille de l'empereur Manuel Ier de Trébizonde et de sa seconde épouse Rousoudan une princesse originaire d'« Ibérie » d'après son nom liée à la dynastie des Bagratides mais dont l'origine exacte est inconnue[1].

En 1284, avec l'aide de son parent le roi David VI Narin d'Iméréthie elle entreprend de s'emparer de la couronne au détriment de son demi-frère, l'Empereur Jean II alors à Constantinople[2]. Bien que David VI Narin n'ai pas réussi à prendre la ville de Trébizonde, il occupe plusieurs provinces de l'Empire.

Théodora est néanmoins rapidement chassée et Jean II recouvre son trône. Malgré la brièveté de son règne elle émet des pièces de monnaie dont 36 exemplaires ont été conservés. Des aspers d'argent et des nomismata de bronze. Ce monnayage démontre qu'elle a été effectivement reconnue comme « Impératrice de Trébizonde » comme le note également le chroniqueur Michel Panaretos . Elle est du reste la seule Impératrice de Trébizonde dont on possède des émissions monétaires[3]. Avant et après son court règne Théodora était une nonne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Manuel Megas Komnenos dans Medieval Lands.
  2. William Miller, Trebizond: The last Greek Empire of the Byzantine Era: 1204-1461, 1926 (Chicago: Argonaut, 1969), p. 30.
  3. Warwick Wroth, Catalogue of the Coins of the Vandals, Ostrogoths and Lombards and of the Empires of Thessalonica, Nicaea and Trebizond in the British Museum (London: Trustees of the British Museum, 1911), p. lxxx, 277.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Theodora of Trebizond » (voir la liste des auteurs), édition du 29 janvier 2014.
  • (en) W. Miller, Trebizond : The Last Greek Empire of the Byzantine Era, Chicago, 1926.

Article connexe[modifier | modifier le code]