Théobald II de Verdun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Théobald II de Verdun
Titre Baron Verdun
(1309 - 1316)
Conflits Guerre de Guyenne
Guerres d'indépendance de l'Écosse
Campagne d'Édouard Bruce en Irlande
Faits d'armes Bataille de Falkirk
Bataille de Kells
Biographie
Dynastie Famille de Verdun
Naissance
Décès (à 37 ans)
Alton
Père Théobald Ier de Verdun
Mère Marguerite de Bohun
Conjoint Maud Mortimer
(1302 – 1312)
Élisabeth de Clare
(1316 – 1316)
Enfants Avec Maud Mortimer
Jeanne de Verdun
Élisabeth de Verdun
Marguerite de Verdun

Avec Élisabeth de Clare
Isabelle de Verdun

Image illustrative de l’article Théobald II de Verdun
D'or fretté de gueules.

Théobald (ou Thibault) II de Verdun, né le et mort le , est un noble et militaire anglais du début du XIVe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le , Théobald II de Verdun est le deuxième fils du baron Théobald Ier de Verdun et de son épouse Marguerite de Bohun, petite-fille d'Humphrey de Bohun, 2e comte de Hereford. Il passe vraisemblablement son enfance en Irlande, où son père est au service du roi d'Angleterre Édouard Ier depuis 1275. À la suite du décès prématuré de son frère aîné John en , Théobald devient l'héritier des possessions paternelles. La même année, il se rend en Aquitaine à la place de son père, où il combat lors de la guerre franco-anglaise. Son père Théobald Ier, trop malade pour venir en soutien à Édouard Ier, l'envoie également assister le roi lors de ses expéditions en Écosse. Théobald II est ainsi fait chevalier par le roi le et, un mois plus tard, le , est présent lors de la victoire de Falkirk contre les Écossais menés par William Wallace.

Même si son père est toujours convié aux sessions du Parlement d'Angleterre jusqu'en 1301 au moins et ce en dépit de ses absences prolongées en Irlande, Théobald II de Verdun est lui-même convoqué au Parlement par le roi, à dater du . Ceci pourrait expliquer pourquoi il est parfois considéré comme le premier baron Verdun, même si son père en a reçu le titre le . Il rend hommage au nom de son père auprès de l'héritier du trône Édouard de Carnarvon, créé prince de Galles le , pour ses possessions galloises[1]. Le , Théobald épouse Maud Mortimer, fille d'Edmond Mortimer, 2e baron Mortimer de Wigmore, et de son épouse Marguerite de Fiennes, qui lui apporte en dot plusieurs domaines en Irlande et lui permet d'étendre quelque peu ses propres propriétés locales. Leur union produit trois filles : Jeanne, Élisabeth et Marguerite.

À la mort de son père le , Théobald II de Verdun hérite de ses nombreuses possessions, qui incluent notamment Alton dans le Staffordshire, Brandon dans le Warwickshire, Farnham Royal dans le Buckinghamshire, Ewyas Lacy dans les Marches galloises et d'autres terres du Leicestershire. Il reprend également possession des terres irlandaises de Dundalk et de Meath qui avaient été confisquées à son père par Édouard Ier en 1291[2]. En , il est nommé juge d'Irlande par le roi Édouard II. Toutefois, la défaite catastrophique anglaise face aux Écossais à Bannockburn le incite le roi à le rappeler en Angleterre pour défendre le nord du royaume face aux raids écossais. À la suite du débarquement en Irlande le d'une armée écossaise commandée par Édouard Bruce, Théobald de Verdun est renvoyé en Irlande pour l'affronter. Il y rejoint alors l'armée commandée par son beau-frère Roger Mortimer, 3e baron Mortimer de Wigmore, et l'accompagne le 6 ou lors de la bataille de Kells, livrée près Meath. L'affrontement est un revers cinglant pour les Anglais, qui doivent se retirer en précipitation à Dublin[3]. Théobald II de Verdun rentre peu après définitivement en Angleterre, vers .

Peu après son retour, Théobald II de Verdun enlève à Bristol le Élisabeth de Clare et l'épouse le lendemain. Veuf de sa première épouse Maud depuis le , Théobald s'est fiancé en Irlande au cours de l'année 1315 avec Élisabeth, riche héritière de son frère Gilbert et propre nièce du roi Édouard II. Le rappel d'Élisabeth par son oncle a contrarié les plans de Théobald, qui est attiré par ses nombreuses possessions en Angleterre. Le mariage se fait sans la permission du roi. Toutefois, Théobald de Verdun n'a pas le temps de profiter des biens de sa nouvelle épouse, puisqu'il meurt de la typhoïde à Alton dès le . Inhumé le suivant à l'abbaye de Croxden, il laisse son épouse enceinte. Élisabeth de Clare accouche au prieuré d'Amesbury le d'une fille, Isabelle. En l'absence d'un héritier mâle direct, le titre de baron Verdun s'éteint et les différents biens de Théobald sont répartis entre ses quatre filles. Mais le partage semble se faire au détriment d'Isabelle de Verdun et, en 1335, son époux Henry Ferrers, 2e baron Ferrers de Groby, obtient du roi Édouard III qu'il soit réévalué en sa faveur, prétextant de l'immiscion de Roger Mortimer afin de favoriser ses trois nièces.

Descendance[modifier | modifier le code]

De son premier mariage avec Maud Mortimer, Théobald II de Verdun a trois filles :

  • Jeanne de Verdun (), épouse John Montagu, puis Thomas Furnival ;
  • Élisabeth de Verdun (avant le ), épouse Bartholomew Burghersh ;
  • Marguerite de Verdun ( – après 1377), épouse d'abord William le Blount, puis Mark Hose, et enfin John Crophill.

Son second mariage avec Élisabeth de Clare produit quant à lui une fille :

Ascendance[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Phillips 2010, p. 89.
  2. Murphy 1895, p. 323.
  3. Phillips 2010, p. 270.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]