Théo Vial-Massat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Theo, Vial et Massat (homonymie).
Théo Vial-Massat
Théo Vial-Massat en 2007
Théo Vial-Massat en 2007
Fonctions
Maire de Firminy
Élection
Prédécesseur Eugène Claudius-Petit
Successeur Bernard Outin
Député de la 4e circonscription de la Loire
Législature IXe (Cinquième République)
Prédécesseur Aucun (proportionnelle)
Successeur Daniel Mandon
Législature VIe, VIIe (Cinquième République)
Prédécesseur Roger Partrat
Successeur Aucun (proportionnelle)
Législature IIe (Cinquième République)
Prédécesseur Eugène Claudius-Petit
Successeur Eugène Claudius-Petit
Conseiller général du Canton de Firminy

(18 ans, 6 mois et 17 jours)
Élection
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance La Ricamarie
Date de décès (à 94 ans)
Lieu de décès Firminy
Nationalité Française
Parti politique PCF

Théo Vial-Massat, né le à La Ricamarie (Loire) et mort le [1] à Firminy (Loire), est un homme politique français, maire PCF de Firminy de 1971 à 1992 et Député de la 4e circonscription de la Loire de 1962 à 1967, de 1978 à 1986 et de 1988 à 1993.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le deuxième enfant d’une famille de huit et fils d’un père mineur, métallurgiste puis marchand de cycles. Il grandit à La Ricamarie où il obtient son certificat d’études et passe son Brevet ENP d’électricien à l'école nationale professionnelle Mimard de Saint-Étienne.

Il est marié à Jeanne Blaise.

En , il entre à la Compagnie Électrique Loire et Centre (future EDF) et adhère à la CGT.

La résistance[modifier | modifier le code]

En 1939, il est engagé volontaire pour la durée de la Seconde Guerre mondiale. Il est démobilisé lors de la reddition de 1940.

Il entre alors dans la Résistance sous l'égide des Francs-tireurs et partisans (FTP). Arrêté le 4 mai 1943, il est envoyé à la prison du Puy-en-Velay. Il s'évade dans la nuit du 1er au 2 octobre 1943 et rejoint avec des dizaines d'autres évadés le maquis Wodli basé dans la forêt du Meygal. De fin octobre à début novembre 1943, il passe plusieurs semaines au Chambon-sur-Lignon avec deux autres camarades chez des paysans. Début novembre 1943, il est désigné responsable dans le Puy-de-Dôme puis il est affecté à Avignon.

Le 23 mars 1944, il est arrêté à Valence par la Gestapo et s'évade lors de son transfert à Lyon. Il retourne au camp Wodli et en prend le commandement en juin 1944. En août 1944, il mène, en tant que commandant du camp Wodli, une importante opération contre une colonne allemande de 800 hommes allant du Puy à Estivareilles. Celle-ci se rend, sous la pression des attaques des maquisards, au commandant Marey de l’Armée secrète (AS). Le 25 août 1944, Théo-Vial Massat s’adresse à la population de Saint-Étienne pour fêter la libération de la région.

Un engagement politique[modifier | modifier le code]

Il adhère au PCF au lendemain de la Libération. Lors de la grève des mineurs, en 1948, il occupe un rôle prépondérant dans la défense des mineurs et sera amené à la suite d'un mandat d’arrêt à prendre le « maquis » pour échapper à la police.

En 1949, il devient membre du comité fédéral du PCF puis accède en 1950 au comité central.

Il remporte en Novembre 1962 les élections législatives face à Eugène Claudius-Petit mais perd son siège de député en 1967 face au même Eugène Claudius-Petit.

Il est élu conseiller général en 1970 et devient maire de Firminy en 1971. Il est réélu à la mairie de Firminy avec 67 % des suffrages lors des élections municipales de 1977.

En 1978, il reprend son siège de député avec 58 % des suffrages et sera réélu en 1981 et 1988.

Il est réélu aux élections municipales de Firminy en 1983 et 1989.

En 1992, Théo Vial-Massat passe le relais à Bernard Outin mais reste conseiller municipal délégué jusqu'en 1995.

Il ne se représente pas aux élections législatives de 1993.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]