Thécamibien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thécamibien
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Thécamibien » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Amibe à thèque du genre Arcella.
Amibe à thèque du genre Arcella.
Taxons concernés

Les thécamibiens ou amibes testacées (parfois thécamœbiens) forment un groupe polyphylétique d'amibes caractérisées par la présence d'une sorte de « coquille » que l'on nomme une « thèque », ou encore un « test ».

Ce groupe comporte les Arcellinida (embranchement Amoebozoa) et les Euglyphida (embranchement Cercozoa).

Description[modifier | modifier le code]

Ce sont des organismes cosmopolites, constituant une part importante des écosystèmes terrestres et des eaux douces.

Bioindication[modifier | modifier le code]

Les thécamibiens font partie des indicateurs de suivi de la qualité des milieux naturels, dans les sédiments et les tourbières notamment, où les thèques se conservent après la mort des organismes, permettant des études rétrospectives et des reconstitutions de paléoenvironnements.

Une thèse a porté sur leur utilisation possible comme marqueurs le suivi des modifications climatique et pour la reconstitution des environnements et des climats passés. Cette thèse a comparé des communautés contemporaines de thécamoebiens sur l'écotone eau-sédiment dans 3 lacs français caractérisés par des niveaux trophiques différents (lacs Bonlieu et Clairvaux dans le Jura, et lac Pavin en Auvergne) et à des profondeurs variables. Elle a aussi porté sur le paléoenvironnementa des assemblages fossiles de thécamoebiens dans une « séquence sédimentaire lacustre datant de la dernière grande transition climatique entre le Tardiglaciaire et l’Holocène (15,7-11ka cal BP) ».
Ce travail a montré une zonation marquée des thécamoebiens selon le type de lacs et la profondeur, et l'influence directe et/ou indirecte de paramètres environnementaux sur ces communautés, via les ressources nutritives (quantité et diversité), l oxygène dissous, la température (thermocline et les variations de températures (reflétant les changements du climat) et selon les contextes physico-chimiques et environnementaux (ceinture végétale, nature du sédiment…)[1].

Fossiles[modifier | modifier le code]

Les fossiles de thécamœbiens sont considérés comme les plus anciens fossiles eucaryotes[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ralf Meisterfeld : Testate amoebae with filopodia , In: John J. Lee, Gordon F. Leedale, Phyllis Bradbury (Hrsg.): The Illustrated Guide to the Protozoa, 2nd Edition. Vol. 2, Society of Protozoologists, Lawrence, Kansas 2000, ISBN 1-891276-23-9, pp. 1054-1084

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. WALL Adeline, Thèse Les communautés benthiques d’amibes à thèque des lacs : Application à l’étude des changements climatiques Thèse de doctorat (Sciences de la Vie et de l'Environnement), Université de Franche-Comté, 2010-11-10 (résumé)
  2. Berney, C. et Pawlowski, J., « A molecular time-scale for eukaryote evolution recalibrated with the continuous microfossil record », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 273,‎ 2006, p. 1867-1872