Thé glacé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thé glacé
Image illustrative de l’article Thé glacé
Thé glacé aromatisé aux fruits, pêche, orange, kiwi, citron vert, et glaçons

Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de création Années 1860
Principaux ingrédients Thé, sucre (éventuel), sirop, glaçons
Variante(s) Café glacé, tisane glacée, Long Island iced tea

Le thé glacé[1] ou thé froid (en Suisse) ou ice tea ou iced tea[2] (anglicismes) est une recette cosmopolite de boisson rafraîchissante à base de thé froid ou glacé, variante du café glacé.

Le thé glacé est traditionnellement servi dans un verre avec des glaçons ou de la glace pilée, et éventuellement en ajoutant du sucre (principalement dans le Sud des États-Unis) ou du lait (en Thaïlande) ; le goût peut aussi être rehaussé en le mélangeant à des sirops parfumés, par exemple à la menthe ou aux fruits (citron, citron vert, framboise, cerise, pêche, litchi, mangue, noisette...).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Britanniques sont les premiers à ajouter de la glace à leur thé pendant les journées chaudes[3]. Le thé arrive aux États-Unis vers 1795 grâce à l'explorateur botaniste français André Michaux. Les livres de recettes britanniques et américains commencent alors presque immédiatement à évoquer l'utilisation de thé vert froid dans des punches très alcoolisés[4]. Le thé glacé se démocratise dans la deuxième moitié du XIXe siècle[5].

On en trouve des recettes dans des livres de recettes comme Buckeye Cookbook de Estelle Woods Wilcox[6], publié en 1876, et Housekeeping in Old Virginia, publié en 1877 par Marion Cabell Tyree[7],[8]. Tyree conseille de faire bouillir du thé vert puis de le laisser infuser toute la journée. Elle recommande ensuite de remplir des gobelets de glace, d'y ajouter deux cuillers de sucre en granules, et de verser le thé sur la glace et le sucre. Elle y ajoute également du citron[4]. En 1884, Mary Lincoln, la directrice de la Boston Cooking School, présente une recette similaire à base de thé noir[4]. À la même époque, le thé glacé commence à être proposé dans les hôtels et restaurants et à être vendu dans des gares[9].

La popularité du thé glacé augmente en Amérique du Nord quand Richard Blechynden (en) le met en avant à l'exposition universelle de 1904 de Saint-Louis (Missouri)[4],[10].

Fabrication et préparation[modifier | modifier le code]

Le thé glacé est aujourd'hui généralement préparé avec du thé noir[4].

Variétés[modifier | modifier le code]

Thés en bouteille[modifier | modifier le code]

Le thé glacé est commercialisé en bouteilles ou canettes, par des marques comme Arizona, Lipton Ice Tea, Nestea, Virgin Ice Tea ou encore May Tea. Ces thés glacés sont généralement aromatisés au citron ou à la pêche ; il existe néanmoins une grande variété de goûts : fruit de la passion, fruits rouges, etc, voir même au cannabis[11].

Thé sucré[modifier | modifier le code]

Iced Tea from flickr.jpg

Le thé sucré (en) est une variété de thé.

Thé au soleil[modifier | modifier le code]

Le thé au soleil est une variété de thé. Pour le préparer, on place du thé dans un grand récipient en verre et on le laisse au soleil pendant plusieurs heures. On le sert avec du sirop ou du citron et de la glace pilée[12].

Le thé préparé de cette façon ne monte jamais suffisamment haut en température pour pouvoir éliminer les bactéries qui pourraient s'y être développées, ce qui le rend potentiellement dangereux à la consommation. Le thé peut être épais, sirupeux, ou présenter des parties solides : dans ce cas, il doit être jeté. Il est possible qu'il soit dangereux pour la santé même en l'absence de ces indicateurs. En raison de ces dangers, une alternative propose de laisser le thé dans un réfrigérateur pour une nuit : les bactéries ne se développent pas et le thé est froid sans adjonction de glace pilée[12].

Fontaines à thé[modifier | modifier le code]

En 1996, le département de la santé de Cincinnati découvre une présence importante de bactéries coliformes, dues à un nettoyage insuffisant, dans des fontaines à thé glacé de plusieurs restaurants locaux[13].

Half and half[modifier | modifier le code]

Deux verres remplis de liquide. La moitié inférieure est jaune ; la moitié supérieure est orange. Les deux moitiés ne se mélangent pas.
Deux verres de half and half.

Le half and half (« moitié-moitié ») est un mélange à parts égales de thé glacé et de limonade, qui rend le thé beaucoup plus sucré. On le surnomme parfois Arnold Palmer, car le golfeur aime boire un mélange de deux parts de thé et une part de limonade. Le thé est en particulier vendu par Snapple, Nantucket Nectars et AriZona Iced Tea. En 2012, ESPN produit un documentaire sur cette boisson[14].

Il existe une variante alcoolisée de cette boisson, le John Daly, composée de thé sucré, de vodka, et de limonade[réf. nécessaire].

Cocktails[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses recettes de cocktails non officiels à base de thé glacé :

Avec une rondelle de citron.

Consommation[modifier | modifier le code]

Plus de 35 milliards de litres de thé glacé sont consommés dans le monde en 2015 (44 % d'augmentation depuis 2010). L'Amérique du Nord est la région où la consommation par habitant est la plus élevée[15]. En Europe, le thé glacé est surtout consommé en Suisse : les ventes atteignent environ 30 litres par année par habitant alors que la Belgique est deuxième avec 10 litres. Les principales marques vendues en Suisse sont les thés froids Migros (un tiers de la consommation), suivis par les marques Coop, Lipton et Nestea[16],[17].

Commerce[modifier | modifier le code]

Spécificités par pays[modifier | modifier le code]

Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

En Afrique du Sud, il existe une marque de thé glacé appelée BOS Tea, qui commercialise du rooibos cultivé au Cap-Occidental[18].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Dans beaucoup d'États américains, en particulier dans la moitié sud, le thé est servi très sucré. Dans de nombreux États, le mot « thé » fait en réalité référence au thé glacé, quelle que soit la période de l'année[4].

Suisse[modifier | modifier le code]

La Suisse est considérée comme le premier pays de la mise en bouteille de thés glacés. Deux employés de Bischofszell décident au début des années 1980 de mettre du thé glacé, aromatisé au sucre et au citron, dans des bouteilles. La boisson est commercialisée par Migros en 1984[19].

Le thé glacé en bouteille est parfois qualifié de boisson nationale officieuse du pays[19].

Effets sur la santé[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « thé glacé », sur fr.wiktionary.org
  2. « New words list December 2012 », Oxford English Dictionary (consulté le 14 mars 2013)
  3. Isabelle Huot, « Les thés glacés au banc d’essai », sur Le Journal de Montréal (consulté le 11 mai 2020)
  4. a b c d e et f (en) « The Sweet History of Iced Tea », sur Revolution Tea LLC (consulté le 11 mai 2020)
  5. « When was iced tea invented? » [archive du ], Quezi.com, (consulté le 29 juin 2009)
  6. Estelle Woods Wilcox, The Original Buckeye Cook Book and Practical Housekeeping: A Compilation of Choice and Carefully Tested Recipes, Reilly & Britton Company, (lire en ligne), « Iced Tea », p. 188
  7. « Feeding America Project », Digital.lib.msu.edu (consulté le 29 juin 2009)
  8. Marion Cabell Tyree, Housekeeping in Old Virginia, Louisville, Kentucky, John P. Morton & Co., (lire en ligne), « Iced Tea », p. 64
  9. Lynne Oliver, « Ice Tea », Food Timeline (consulté le 29 juin 2009)
  10. « Iced Tea: The Distinctively American Beverage », Teausa.com (consulté le 29 juin 2009)
  11. (en) « Iced marijuana tea to debut in British health food shops », AFP, 26 juin 2005.
  12. a et b Barbara Mikkelson, « Bacteria in Sun Tea Risk », Snopes.com, (consulté le 29 juin 2009)
  13. Debugging the Dispenser. Scroll down the page to find "Debugging the Dispenser", U.S. Food and Drug Administration.
  14. « 30 for 30 Shorts: The Arnold Palmer », Grantland.com, (consulté le 14 juillet 2013)
  15. (en) « Iced tea consumption ‘over 35bn litres in 2015’, new report says », sur https://www.foodbev.com, (consulté le 6 octobre 2019)
  16. (de) Andreas Güntert, « Nestea: Krombacher will die Scheidung », sur handelszeitung.ch, (consulté le 6 octobre 2019)
  17. (de) Laura Frommberg, « So kam der Eistee in die Schweiz », sur 20min.ch, (consulté le 6 octobre 2019)
  18. « BOS – Not just an ice tea »
  19. a et b (de) « So kam der Eistee in die Schweiz », sur www.20min.ch, (consulté le 11 mai 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]