Thé de feuille de mûrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le thé de feuille de mûrier (Morus) est une infusion de feuilles de mûrier asiatique cultivé, mûrier blanc (M. alba) et du mûrier noir (M. nigra), couramment servie dans la zone de primo-domestication de cette plante  : Chine, Corée, Japon, ainsi qu'au nord de la Thaïlande[1].

En Europe, la feuille de mûrier cultivé est un des ingrédients les plus utilisés dans les compléments alimentaires[2].

La feuille de mûrier est utilisée en médecine traditionnelle chinoise et ayurvedique comme antibronchitique, hypoglycémique, antihypertenseur, anticholestérol, anticoagulant, antithrombotique, anti-athérosclérotique[3]. Son haut potentiel  antioxydant, il donne lieu à des recherches actives.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (août 2017). Découvrez comment la « wikifier ».

Les mûriers sont les arbres du genre Morus et non la ronce commune (Rubus fruticosus) parfois appelée « mûrier sauvage ». Au mépris de quoi, l’emploi de l’expression « thé de mûrier » pour désigner l’infusion de feuille de ronce est, sur internet, 29 fois plus fréquente () que pour désigner l’infusion de feuilles de mûrier, source d’une regrettable confusion. L’expression « thé de mûrier » est, quant à elle, employée 10 fois plus souvent que son synonyme « tisane de mûrier ».

En anglais, Mulberry tea ne prête pas à confusion, même si Mulberry en association avec des qualificatifs divers désigne d’autres genres ou espèces d’arbres.

thé de feuille de mûrier (Morus alba)

Les dénominations chinoises sont 桑茶 (Sang cha) et plus rarement 桑树茶 (Sang chu cha), coréenne : 뽕잎차 (Ppongnip-cha)[4], japonaises : 桑の葉茶 (Kuwa no hacha) et 桑茶 (Kuwa cha).

Mode de préparation[modifier | modifier le code]

Au Japon, indépendamment de la variété, des feuilles récoltées en août et fin septembre présentent le meilleur bénéfice pour la santé[5]. Comme celle du thé de camélia, les feuilles sont travaillées de diverses manières, en vert (il existe sous forme pulvérulente des matcha de feuille de mûrier[6]), fermentées à froid, grillées[7], malaxées à chaud en Corée[8], à la vapeur en Chine[9]; et finalement séchées à haute température, jusqu'à 105° C.[10], au four. Ce mode de séchage, comme la lyophilisation, conserve les meilleures capacités anti-oxydantes[11].

L'infusion de 4 g/l d'eau proche de son point d'ébullition[12],[13] se fait en 3 à 5 minutes[14]. Cette infusion, claire et douce, est traditionnellement bue après le repas, même si certains préconisent de la boire en apéritif[15]. La dose usuelle est de quelques tasses par jour, il n'existe pas d'étude précise sur les doses recommandées.

Composition[modifier | modifier le code]

La composition de la feuille de mûrier varie sensiblement selon sa provenance[16], les cultivars, le séchage, la fermentation de la feuille[17].  Les extraits alcooliques étant les plus couramment analysés, on ne peut parler qu’en termes généraux des infusions de feuilles sèches. Outre des minéraux[18], les principaux composés organiques sont de nombreux polyphénols (la quercétine 3- (6-malonylglucoside) et la rutine étant prédominantes[19]), des lectines, les oligosaccharides, des enzymes, des inhibiteurs d'enzymes digestives, des vitamines, et des acides gras insaturés[17] ainsi qu'une série d'anti-oxydants spécifiques à la feuille de mûrier[20].

L'activité anti-oxydante donne lieu à 25 publications scientifiques par an en moyenne depuis 2011, un bon potentiel comme source de composés phyto-chimiques avec des activités biologiques éprouvées et comme matière première de l'industrie pharmaceutique lui est actuellement reconnu[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

T. K.Lim consacre une monographie exhaustive (2012) en anglais aux Moraceae et spécialement à la feuille et au fruits de Morus alba (p. 400) dans le vol. 3 de son Edible Medicinal And Non Medicinal Plants, partiellement lisible en ligne [1].

Le potentiel anti-oxydant est traité dans une publication coréenne (2014) Antioxidant activities and polyphenol content of Morus alba leaf extracts collected from varying regions[22].

  1. (en-US) « Thai Mulberry Leaf Tea, 120g - Siam Tea Shop », Siam Tea Shop, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  2. (en) Erasmus, IBA Bucuresti , Good Herbes, « Herbal food supplements », http://good-herbs.eu/intranet,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  3. « 桑叶茶的制作方法,桑树叶子制作茶叶_浙江桐乡果桑苗桑葚果树苗基地_新浪博客 », sur blog.sina.com.cn (consulté le 6 août 2017)
  4. (en) « Traditional Korean tea », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Mari Sugiyama et al., « Seasonal Changes in Functional Component Contents in Mulberry (Morus alba L.) Leaves », The Horticulture Journal (The Japanese Society for Horticultural Science JSHS),‎ , p. 9 (lire en ligne)
  6. « 桑抹茶 50g (粉末) - 飯山一郎のぽんぽこ笑店 », sur iiyamashop.cart.fc2.com (consulté le 24 août 2017)
  7. Gerryko Malaysia Media Events & Food, « Mulberry Tea Leaves », (consulté le 24 août 2017)
  8. kys6535, « 뽕잎차 만들기동영상.avi »,‎ (consulté le 24 août 2017)
  9. clark lee, « 桑葉茶製作demo 1 »,‎ (consulté le 24 août 2017)
  10. « 桑叶茶的制作方法,桑树叶子制作茶叶_浙江桐乡果桑苗桑葚果树苗基地_新浪博客 », sur blog.sina.com.cn (consulté le 24 août 2017)
  11. Saw Yei Sang, Fazrina Jamharee, K. Nagendra Prasad et Azrina Azlan, « Influence of drying treatments on antioxidant capacity of forage legume leaves », Journal of Food Science and Technology, vol. 51, no 5,‎ , p. 988–993 (ISSN 0022-1155, PMID 24803709, PMCID PMC4008731, DOI 10.1007/s13197-011-0596-5, lire en ligne)
  12. « Préparer sa tisane de Murier - SerenCreation », sur www.serencreation.com (consulté le 25 août 2017)
  13. (en) Slađana Čestić et al., « Phytochemical profile and biological potential of mulberry teas (Morus nigra L.) », Acta Agriculturae Serbica, Vol. XXI, 41,‎ , pp. 26 à 34 (lire en ligne)
  14. Chanida Hansawasdi et Jun Kawabata, « α-Glucosidase inhibitory effect of mulberry (Morus alba) leaves on Caco-2 », Fitoterapia, vol. 77, no 7,‎ , p. 568–573 (DOI 10.1016/j.fitote.2006.09.003, lire en ligne)
  15. (ja) « 桑茶の美味しい飲み方 », 有機桑の葉専門店 桜江町桑茶生産組合, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  16. Kim,Dong‑Seon, Kang,Young Min, Jin,Wen Yi et Sung,Yoon‑Young, « Antioxidant activities and polyphenol content of Morus alba leaf extracts collected from varying regions », Biomedical Reports, vol. 2, no 5,‎ (ISSN 2049-9434, lire en ligne)
  17. a et b (en) H. A. Bae, H. Baek, H. I. Park et M. G. Choung, « Effect of Fermentation Time on the Chemical Composition of Mulberry (Morus alba L.) Leaf Teas », Korean Journal of Medicinal Crop Science,‎ (ISSN 1225-9306, lire en ligne)
  18. « : Physicochemical Properties of White (Morus alba) and Black (Morus nigra) Mulberry Leaves, a New Food Supplement : Science and Education Publishing », sur pubs.sciepub.com (consulté le 26 août 2017)
  19. Takuya Katsube, Naoto Imawaka, Yasuhiro Kawano et Yoshimitsu Yamazaki, « Antioxidant flavonol glycosides in mulberry (Morus alba L.) leaves isolated based on LDL antioxidant activity », Food Chemistry, vol. 97, no 1,‎ , p. 25–31 (DOI 10.1016/j.foodchem.2005.03.019, lire en ligne)
  20. Kayo Doi, Takashi Kojima, Mitsuko Makino et Yumiko Kimura, « Studies on the Constituents of the Leaves of Morus alba L. », Chemical and Pharmaceutical Bulletin, vol. 49, no 2,‎ , p. 151–153 (DOI 10.1248/cpb.49.151, lire en ligne)
  21. (en) Yanxin Zhang, Wei Du, Xuewen Zhang et Hongmu Zhao, « Antioxidant activity and the potential for cholesterol-lowering of phenolic extract of Morus alba, Morus multicaulis, and Morus laevigata leaves from Yunnan (China) », Journal of Food Biochemistry, vol. 41, no 1,‎ , n/a–n/a (ISSN 1745-4514, DOI 10.1111/jfbc.12339, lire en ligne)
  22. (en) Dong‑-Seon Kim et al., « Antioxidant activities and polyphenol content of Morus alba leaf extracts collected from varying regions », Biomedicals Reports 2: 675-680,‎ , p. 6 (lire en ligne)