Théâtre du Trillium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Logo officiel du Théâtre du Trillium - 2017

Le Théâtre du Trillium est un centre de recherche et de création situé à Ottawa, en Ontario, fondé en 1975. La compagnie produit, diffuse et encadre la pratique des arts vivants francophones au Canada.

Historique[modifier | modifier le code]

Depuis 1975, six directions artistiques se sont succédé à la tête du Théâtre du Trillium, anciennement le Théâtre d’la Corvée. La troupe développe également un travail d’animation communautaire, cher à André Legault, devenu directeur artistique en 1981. C’est également à partir de l'année suivante que le Théâtre d’la Corvée s’installe dans le théâtre de la rue York. Pendant les années 1980, la compagnie produit davantage de spectacles, instaure une saison régulière dès 1984 et lance une première campagne d’abonnement en 1985.

À partir de 1988, c'est Michel Marc Bouchard qui assure la direction artistique du Théâtre d'la Corvée qui devient alors le Théâtre du Trillium. D'un théâtre où se côtoyaient création et répertoire, le Trillium devient un théâtre de création. À sa programmation régulière, le Trillium ajoute des activités associées au texte, comme des ateliers d'écriture ou des lectures publiques. Pour la saison 1989-1990, le Trillium ne produit qu'un seul spectacle : Soirée-bénéfice pour ceux qui ne seront pas là en l'an 2000, un texte de Michel Marc Bouchard. Cette production réunit quatre théâtres franco-ontariens : outre le Trillium, on retrouve le Théâtre français du Centre national des Arts, le Théâtre du Nouvel-Ontario et le Théâtre de la Vieille 17. Après cet échange, Michel Marc Bouchard décide de se consacrer entièrement à l'écriture et c'est Claire Faubert qui lui succède.

Claire Faubert, comédienne, metteure en scène et professeure, propose de poursuivre une mission régionale. Le Trillium se définit alors comme un théâtre de répertoire éclectique. Claire Faubert souhaite également revenir à une saison artistique régulière, avec la production de trois spectacles annuels, ce qui se réalise à partir de 1993, alors que le Trillium s'installe à la Cour des Arts, sur l'avenue Daly. Au cours des années 1990, le Trillium participe à la revendication d'un Centre de théâtre francophone à Ottawa.

En 1998, Sylvie Dufour prend la relève de Claire Faubert à la direction artistique. De retour dans la région de la capitale nationale après avoir passé sept ans à la barre du Théâtre du Nouvel-Ontario à Sudbury, la première saison de Sylvie Dufour voit la création de la pièce Les champs de boue de Stefan Psenak. Sylvie Dufour propose également un axe qui privilégie le développement de l'art de la mise en scène. Elle met en place un laboratoire de mise en scène annuel, des stages pratiques, des classes de maîtres, des résidences d'artistes et un comité de lecture.

À la fin mars 1999, le Théâtre du Trillium quitte la Cour des Arts pour s'installer à La Nouvelle Scène. Ce changement d'adresse marque une page dans l'histoire de la compagnie et dans celle des trois autres avec qui elle a fondé ce lieu (la Cie Vox Théâtre, Le Théâtre de la Vieille 17 et le Théâtre la Catapulte). Certaines pratiques sont remplacées : Le Trillium met fin à son programme d'abonnement pour le confier à l'équipe de La Nouvelle Scène pour la saison 1999-2000 et ses spectacles se retrouvent parmi ceux présentés dans l'abonnement commun de La Nouvelle Scène.

En 2008, Anne-Marie White, diplômée de l'Université d'Ottawa en théâtre et du programme de mise en scène de l'École nationale de théâtre du Canada, artiste engagée et polyvalente (auteure, metteure en scène, musicienne, chorégraphe, comédienne, dramaturge scénique) a pris la relève de Sylvie Dufour et a dirigé le Théâtre du Trillium jusqu'au printemps 2016. Elle inscrit désormais la compagnie dans un courant contemporain, ainsi qu’une liberté de formes et styles théâtraux et elle a choisi de se concentrer sur deux axes : enracinement et ouverture.

Pierre Antoine Lafon Simard, diplômé du Département de théâtre de l’Université d’Ottawa, du Conservatoire d’art dramatique de Québec en interprétation et du programme de mise en scène de l’École nationale de théâtre du Canada, succède à Anne-Marie White en septembre 2016. Il assure une continuité dans le mandat que s’est donné la compagnie. 

Publications[modifier | modifier le code]

  • Écume d'Anne-Marie White, Éditions Prise de parole, Théâtre, 144 pages
  • Déluge d'Anne-Marie White, Éditions Prise de parole, Théâtre, 80 pages

Prix et reconnaissances[modifier | modifier le code]

2017 Récompense au 10e Gala des Prix Rideau Awards : Interprétation de l'année : Marie-Thé Morin (Le gars qui voulait se faire phénix)

2016 5 récompenses au 9e Gala des Prix Rideau Awards : Interprétation de l'année : Alexandre-David Gagnon (#PigeonsAffamés) et Maxime Lavoie (On verra) / Mise en scène de l'année : Anne-Marie White (#PigeonsAffamés) / Conception de l'année : Chantal Labonté (éclairages - On verra) et Production de l'année : On verra[1]

2015 Prix Reconnaissance Arrière-Scène Théâtre Action : Josée Bergeron-Proulx (Les mains de Jonathan)

2014 Prix Coup de coeur de La Fabrique culturelle de Télé-Québec : Love is in the Birds : une soirée francophone sans boule disco[2]

2013 Finaliste pour le Prix littéraire Émile-Ollivier remis par le Conseil supérieur de la langue française : livre Écume d'Anne-Marie White

2012 Finaliste pour le Prix du Conseil des arts d'Ottawa pour les artistes mi-carrière : Anne-Marie White

2011 3 récompenses au 5e Gala des Prix Rideau Awards : Interprétation féminine de l'année : Micheline Marin (Taram) / Conception de l'année : Pierre-Luc Clément et Olivier Fairfield (environnement sonore - Taram) et Prix artiste en émergence : Marjolaine Beauchamp (dramaturgie - Taram)

2011 11 nominations pour le 5e Gala des Prix Rideau Awards

2010 Écume - 7 nominations pour le 4e Gala Prix Rideau Awards 2010

2010 Écume - #1 du palmarès Revue 2010/Théâtre "Le Top 5 théâtre de 2010" du journal VOIR Ottawa/Gatineau

2007 Prix d’excellence du ministère de la Culture de l’Ontario, remis par la Fondation pour l’avancement du théâtre francophone au Canada à Élise Lefebvre, directrice administrative et de production, pour souligner sa contribution exceptionnelle à la relève du milieu théâtral franco-canadien dans les domaines de la production et de l’administration.

2007 Nomination pour le Masque de la Production franco-canadienne, Édition 2007, pour le spectacle Silence en coulisses! de Michael Frayn remis par l’Académie québécoise du théâtre - Mise en scène de Sylvie Dufour.

2007 Prix du jury LeDroit/Radio-Canada 2007 remis à Sylvie Dufour pour souligner sa contribution artistique exceptionnelle et l’excellence de ses mises en scène pour les pièces Silence en coulisses! et La Baronne et la Truie, produites par le Théâtre du Trillium, ainsi que Grace et Gloria, coproduite par le Théâtre de l’Île et le Théâtre populaire d’Acadie.

2006 Sylvie Dufour signe la mise en scène de Grace et Gloria pour le Théâtre de l’Île et le Théâtre Populaire d’Acadie, production qui s’est mérité le Masque du Public Loto-Québec, Édition 2006, remis par l’Académie québécoise du théâtre.

2005 Nomination pour le Masque de la Production franco-canadienne, Édition décembre 2005, pour le spectacle Petits crimes conjugaux d’Éric-Emmanuel Schmitt remis par l’Académie québécoise du théâtre - Mise en scène de Claude Guillemin.

2005 Masque de la Production franco-canadienne, Édition 2005, pour le spectacle Jean et Béatrice de Carole Fréchette remis par l’Académie québécoise du théâtre - Mise en scène de Sylvie Dufour.

2003 Prix d’interprétation remis par le Cercle de la critique de la Capitale nationale à Benjamin Gaillard pour sa performance dans 15 secondes de François Archambault - Mise en scène de Sylvie Dufour.

2003 Prix du jury LeDroit remis à Benjamin Gaillard pour sa performance dans 15 secondes de François Archambault - Mise en scène de Sylvie Dufour.

2002 Prix de la meilleure production de la région d’Ottawa-Gatineau pour la saison 2001-02 décerné par Le Cercle des critiques de la Capitale nationale pour le spectacle Le Chemin des passes-dangereuses de Michel Marc Bouchard - Mise en scène de Sylvie Dufour.

2002 Mention spéciale lors de la remise des prix du jury LeDroit de la région d’Ottawa pour l’excellence de la production du spectacle Le Chemin des passes-dangereuses de Michel Marc Bouchard - Mise en scène de Sylvie Dufour.

2002 Prix Odyssée, catégorie Théâtre, décerné à Stefan Psenak pour sa pièce La fuite comme un voyage - Mise en scène de Sylvie Dufour;

2000 Nomination pour le Masque de la Production franco-canadienne pour le spectacle Les Champs de boue de Stefan Psenak - Mise en scène de Sylvie Dufour.

1999 Prix d’interprétation remis par le Cercle de la critique de la Capitale nationale à Annick Léger pour sa performance dans À La Recherche de signes d’intelligence dans l’univers de Jane Wagner - Mise en scène de Sylvie Dufour.

1986 Prix de la meilleure production de la région d’Ottawa-Gatineau pour la saison 1985-1986 décerné par Le Cercle des critiques de la Capitale nationale pour le spectacle Les Tout-croches de David Freeman - Mise en scène de Louison Danis.

1985 Prix d’interprétation remis par le Cercle de la critique de la Capitale nationale à Manon Gauthier pour sa performance dans C’t’à ton tour, Laura Cadieux de Michel Tremblay - Mise en scène de Manon Gauthier.

1984 Prix d’interprétation remis par le Cercle de la critique de la Capitale nationale à Eudore Belzile pour sa performance dans Mort accidentelle d’un anarchiste de Dario Fo - Mise en scène de Clément Cazelais.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Théâtre du Trillium grand gagnant | Maud Cucchi | Spectacles et théâtre », La Presse, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  2. « Les spectateurs craquent pour « Love is in the birds » », Hebdo Rive Nord, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site officiel