Comédia (théâtre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Théâtre Comédia)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eldorado (homonymie) et Comédia.
Comédia
Description de cette image, également commentée ci-après

Le théâtre Comédia en 2011.

Type Salle de spectacle
Lieu Paris Xe, France
Coordonnées 48° 52′ 11″ nord, 2° 21′ 17″ est
Architecte(s) Charles Duval (1858)
Pierre Dubreuil (1932)
Inauguration 1858
Capacité 994
Anciens noms Eldorado (1858-2000)
Site web le-comedia.fr/

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Comédia (théâtre)

Géolocalisation sur la carte : 10e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 10e arrondissement de Paris)
Comédia (théâtre)

Le Comédia, anciennement Eldorado, est une salle de spectacles parisienne située au 4, boulevard de Strasbourg dans le 10e arrondissement de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Édifié en six mois par l'architecte Charles Duval à la place du manège Pellier, il est inauguré le , mais trop luxueux, il connaît une première faillite avant d'être transformé en 1862 par son nouveau directeur, Lorge, en ce qui deviendra le café-concert le plus célèbre de Paris pendant plus de 60 ans : l’Eldorado. Lorge supprime la corbeille en même temps que le renouvellement obligatoire des consommations. Thérésa, qui deviendra la première grande vedette du caf'conc, y fait ses débuts en 1862. Antoine Renard y crée Le Temps des cerises en 1868. Augustine Kaiser, Marie Lafourcade, Paulus et Anna Judic s'y produisent également, puis Yvette Guilbert et Polaire sous la direction des époux Allemand. M. Allemand ajoute une marquise métallique à double coupole au-dessus de l'entrée du théâtre en 1893. Sa veuve, puis son neveu, font également des travaux d'embellissement, transformant l'établissement en music-hall. On y projette des films cinématographiques dès 1896. Mistinguett y fait ses débuts et Dranem y reste pendant 21 ans. Bach y crée Quand Madelon... en 1914. Le jeune Maurice Chevalier et Raimu s'y produisent également. En 1920, les tours de chant sont supprimés au profit de comédies légères.

La salle est détruite et entièrement reconstruite par l'architecte Pierre Dubreuil en 1932 et se consacre au cinéma de façon grandiose avec ses 2 000 places. Elle revient au théâtre et à l'opérette en 1971.

Une partie du bâtiment (entrée, salle et sculptures) est inscrit au titre des Monuments historiques le et bénéficie dès lors du label « Patrimoine du XXe siècle »[1].

La salle connaît des nouvelles rénovations en 1994. En 2000, son nouveau propriétaire, Maurice Molina, doit renoncer pour des raisons judiciaires[réf. insuffisante] au nom mythique et choisit le nom de Comédia.

En 2011, Jack-Henri Soumère, directeur de l'Opéra de Massy, devient propriétaire du théâtre. Dans la nuit du 3 au 4 octobre 2011, une partie du plafond du théâtre s'effondre[2].

En mars 2013, Marc Ladreit de Lacharrière (Fimalac) rachète le théâtre, en association avec Michel Lumbroso (K-WET Production)[3], pour y produire la revue de Thierry Mugler Mugler Follies, créée le 10 décembre suivant. S'y jouent par la suite principalement des comédies musicales, telles que Mistinguett, reine des années folles, Madiba, le musical, Aladin, faites un vœu ! ou plus récemment Un été 44.

Deux nouveaux spectacles sont annoncés pour 2017 : Welcome to Woodstock et Émilie Jolie.

Spectacles[modifier | modifier le code]

« La sortie de l'Eldorado » par Auguste Lepère, 1895
Direction Maurice Molina
  • 28 mars - 21 juin 2008 : Fame
  • 8 octobre 2008 - 31 janvier 2009 : Grease
  • 5 février - 10 avril 2010 : Spamalot
  • 16 septembre 2010 - 2 janvier 2011 : Mike, laisse-nous t'aimer
  • 20 janvier - 27 février 2011 : Amor Amor à Buenos Aires
Direction Jack-Henri Soumère
  • 19 juillet - 3 septembre 2011: L'Empiafée
  • 20 septembre - 3 octobre 2011 : La Belle de Cadix
Direction Nicolas Marsicano

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00086483, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. AFP, « Chute partielle d'un plafond de théâtre », lefigaro.fr, 4 octobre 2011.
  3. Cette société, détenue en partie par 3S Entertainment, filiale de Fimalac, a également racheté le théâtre de la Madeleine en 2015. Cf. le site officiel de K-Wet Production.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]