Texture (peinture)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Texture.

En peinture, la texture est la consistance de la toile (peinture) qui peut être recouverte de peinture mais aussi de différents matériaux qui sont ajoutés, tels que le métal, le bois, le cuir, le sable, etc. La texture des surfaces modifie « assez sensiblement leurs propriétés optiques et leur aspect visuel, notamment le brillant[1] » et les artistes modernes utilisent fréquemment cette possibilité.

Il existe 4 types de texture dans l'art[réf. souhaitée] :

  • la texture réelle
  • la texture simulée : l'artiste créé un effet visuel sans ajouter réellement une texture spécifique.
  • la texture abstraite : il s'agit de donner une consistance qui ne correspond pas à l'objet représenté
  • la texture inventée : une manière créatrice d'ajouter des matériaux alternatifs pour créer une texture innovante.

On étudie en général ensemble tous les aspects de la peinture qui ne relèvent ni du dessin, ni de la couleur : granulation (en aquarelle), touche, texture, effets de matière.

Textures représentées[modifier | modifier le code]

La peinture classique, tout comme la décoration, représente souvent la texture de matières : marbre veiné, pierre, herbe, feuillages, écume, pelages, plumages, grain de peau, tissus, tapisseries, voilages. Un effet de lumière rasante accentue les textures.

Une texture se différencie d'un motif répétitif.

Textures de matières[modifier | modifier le code]

Supports[modifier | modifier le code]

Le support graphique, qu'il soit papier ou toile, possède le plus souvent une texture. La toile a par définition une texture, puisque ce mot désigne à l'origine la structure du tissu[2].

Le bois a une texture particulière, variant selon l'orientation de la coupe ; normalement, la coupe se fait dans le sens des fibres, mais on utilise en gravure le bois de bout, coupé transversalement. Les deux ont une texture visibles dans les aplats, surtout quand ils sont faiblement encrés.

Le papier a un grain qui permet de nuancer le trait de crayon ou de fusain, de craie ou de pastel. Le grain peut être régulier (nid d'abeille, vergé) ou irrégulier.

La pierre lithographique peut se grainer, comme le cuivre de la gravure pour la manière noire, pour faire des demi-teintes.

Par extension, on dit des supports lisses comme le verre, la céramique ou le celluloïd du dessin animé[3] qu'ils ont une texture lisse.

Peinture[modifier | modifier le code]

L'aquarelle laisse transparaître et accentue le grain du papier ; on peut augmenter cette accentuation avec des additifs ou des charges.

Les matières de charge de la peinture sont en général blanchâtres et minérales ; on utilise le gypse, le kaolin, la chaux (PRV2). Ces matières donnent un volume qui permettent à l'artiste de donner un relief à la surface peinte.

Les peintures à l'huile ou l'acrylique, lisses à l'état brut, gagnent des textures par des charges de sable, sciure, copeaux[4], des sous-couches de toile grossière ou de papier froissé. En ajoutant du médium épaissant et en travaillant en couche épaisse, on peut créer des textures en relief, stries, empreintes, et autres. On peut aussi provoquer des craquelures.

Certains instruments impriment leur texture : éponges, peignes, brosses dures. Certaines peintures pour la décoration sont vendues pour être mises en œuvre avec des rouleaux à empreintes texturantes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ségolène Bergeon-Langle et Pierre Curie, Peinture et dessin, Vocabulaire typologique et technique, Paris, Editions du patrimoine, (ISBN 978-2-7577-0065-5)
  • Diane Cardaci, Textures réalistes, Tutti Frutti, coll. « Le dessin facile »,
  • Bernd Klimmer, Le mixed media : Effets de textures à l'acrylique, Éd. de Saxe,
  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 2, Puteaux, EREC, , p. 68 « Matières de charge »
  • Michel Warr, Créer textures et effets de matière, Paris, Eyrolles, (1re éd. 2003) (présentation en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam, , p. 300.
  2. Trésor de la langue française.
  3. en réalité de nos jours, des feuilles d'acrylique transparent.
  4. « Travailler différentes textures à la peinture à l'huile », sur lateliercanson.com (consulté le 12 mars 2015).