Tevfik Fikret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tevfik Fikret
Description de l'image Tevfik Fikret.jpg.
Nom de naissance Mehmed Tevfik
Naissance
Constantinople
Décès (à 47 ans)
Constantinople
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Turc
Mouvement Edebiyat-ı Cedide (La Littérature Nouvelle)/Servet-i Fünun (Le Trésor des sciences)

Œuvres principales

Sis, Elhan-ı Şita, Haluk'un Defteri

Tevfik Fikret (Constantinople ) est un poète turc. Il a apporté la poésie occidentale dans la littérature turque[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Tevfik Fikret est né à Constantinople, en Turquie, le sous le nom de Mehmet Tevfik. Sa mère Hatice Refia Hanım, une Grecque de l’île de Chios convertie à l'islam, est morte quand il était tout jeune. Son père Hüseyin Bey, originalire de Çankırı, a été exilé plusieurs années. Tevfik et sa sœur ont été élevés par leur grand-mère.

À la fin de sa scolarité au lycée de Galatasaray, il obtient son diplôme en finissant premier de sa promotion. En 1888, il commence à travailler comme greffier. Deux ans plus tard, il épouse sa cousine Nazime Hanım. Il devient ensuite professeur puis principal du lycée de Galatasaray. Il enseigne par la suite au Robert College de Constantinople.

Il meurt à Constantinople le .

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

À partir de 1896, jeune écrivain, il a dirigé la revue d'avant-garde Servet-i Fünun (Le Trésor des sciences), revue symbole du renouveau de la littérature turque et de la naissance, quelques années plus tôt, du courant Edebiyat-ı Cedide (La Littérature Nouvelle). Dans un groupe réunissant les écrivains les plus prometteurs de l'époque, il a publié des œuvres en turc ainsi que des traductions de poèmes et d'histoires européennes, notamment en français. Mais le groupe s'est dispersé en 1901 et n'a pas pu trouver une deuxième chance.

Fortement influencé par les poètes symbolistes français, Fikret s'est efforcé d'adapter la poésie turque à la thématique et à la métrique occidentales. Il a passé les dernières années de sa vie à écrire des poèmes pour les enfants et sur les problèmes d'éducation. Il est considéré aujourd’hui comme le véritable fondateur de la poésie moderne turque par certains critiques et salué en raison de sa personnalité immaculée et de son sens profond du devoir.

Opinions politiques[modifier | modifier le code]

Fikret est reconnu comme un défenseur de la liberté d'expression et d'un gouvernement constitutionnel. Il était ouvertement très critique du sultan Abdulhamid II. Ses travaux ont été censurés par le gouvernement Ottoman en 1901. En 1902, il publie Sis, un recueil de poèmes dénonçant la dictature et la politique de répression menée par le gouvernement Ottoman. Il a été surveillé par la police Ottomane à de nombreuses reprises à cause de ses opinions politiques et de ses écrits, et son amitié avec des opposants politiques célèbres d'Abdulhamid II, comme l'écrivain Halid Ziya Uşaklıgil. A cause de ses écrits courageux et de sa poésie, dans laquelle il critiquait le régime Ottoman, il a été immortalisé sous le nom de "poète de la liberté". Il était aussi très critique du conservatisme Islamique et du nationalisme, écrivant : "Ma patrie est le monde et ma nation est l'humanité."[3]

Après l'attentat raté de Yildiz, où la Fédération révolutionnaire arménienne tente sans succès d'assassiner le sultan Abdullhamid II en réponse aux massacres hamidiens et à la répression de Sasun, il se lamente du fait que l'attentat n'ait pas fonctionné : "Vous avez tiré, mais hélas ! hélas, vous n'avez pas touché ce que vous deviez."[4]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie
épopée
  • Balıkçılar (Les Pêcheurs)
  • Nesrin
  • Hasta Çocuk (L'enfant Malade)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (tr) « Tevfik Fikret kimdir? », sur biyografi.info (consulté le ).
  2. http://www.biyografi.net/kisiayrinti.asp?kisiid=270
  3. Doğan Gürpınar, « The manufacturing of denial: the making of the Turkish ‘official thesis’ on the Armenian Genocide between 1974 and 1990 », Journal of Balkan and Near Eastern Studies, vol. 18, no 3,‎ , p. 217–240 (ISSN 1944-8953, DOI 10.1080/19448953.2016.1176397, lire en ligne, consulté le )
  4. (tr) Tevfik Fikret, Bir Lâhza-i Ta’ahhur, Konstantiniyye, Ey şanlı avcı, damını bihûde kurmadın. Attın fakat yazık ki, yazıklar ki, vurmadın