Teva Pharmaceutical

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Teva Pharmaceutical Industries Ltd.
טבע תעשיות פרמצבטיות בע"מ
logo de Teva Pharmaceutical
Logo de TEVA Laboratoires

Création 1901
Dates clés 1976, fusion d'Assia, Zori et Teva pour créer Teva[1]
Fondateurs Günther Friedländer
Chaim Salomon
Moshe Levin
Yitschak Elstein
Personnages clés Eli Hurvitz (1932-2011)
Forme juridique Public (NASDAQ : TEVA)
Action New York Stock Exchange (TEVA)[2] et bourse de Tel-Aviv (TEVA)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Live your life
(Vis ta vie)
Siège social Petah Tikva
Drapeau d'Israël Israël
Direction Kare Schultz
Actionnaires Berkshire Hathaway, Wellington Management Company et BlackRockVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Industrie pharmaceutique
Produits Médicaments génériques
Filiales Barr
Cephalon
Ivax
Pliva
Ratiopharm
Taiyo
Effectif 46 000 (2012)
Site web Tevapharm.com

Capitalisation 8 281 millions USD en 2020
Chiffre d'affaires 16 887 millions USD en 2019
Résultat net 999 millions USD en 2019 (perte)[3]

Teva Pharmaceutical Industries (en hébreu : טבע תעשיות פרמצבטיות בע"מ), appelée plus communément TEVA Santé (en France) ou TEVA Laboratories, est une entreprise pharmaceutique israélienne domiciliée à Petah Tikva, spécialisée dans les médicaments génériques et dans les composants actifs. C’est l’une des 25 plus grandes entreprises pharmaceutiques au monde, avec 5,25 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2005 et 11,1 milliards de dollars en 2008, et le plus important producteur de médicaments génériques[4]. Le groupe emploie 46 000 personnes dans le monde et commercialise ses produits sous les marques TEVA, Ratiopharm, Cephalon, Taiyo, Barr, Pliva et Ivax.

Histoire[modifier | modifier le code]

La société, initialement créée sous le nom de Salomon, Levin, and Elstein Ltd. pour la grosse distribution de médicaments à Jérusalem en 1901, a commencé à développer ses propres produits dans les années 1930 puis après la création de l’État d’Israël en 1948.

En 1976, la fusion des trois sociétés, Assia Chemicals Labs, Zori et Teva, créent Teva Pharmaceuticals. Teva se traduit par « Nature », en hébreu (טֶבַע)[1].

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 1999, Teva acquiert Copley Pharmaceutical pour 220 millions de dollars, entreprise présent notamment dans les génériques. En 2000, Teva acquiert Novopharm, une entreprise canadienne présente dans les génériques. En 2004, Teva acquiert Sicor, spécialisée dans les médicaments génériques injectables, pour 3,4 milliards de dollars[5].

En 2006, Teva acquiert pour 7,4 milliards de dollars, Ivax Corporation, une entreprise américaine spécialisée dans les génériques et les traitements respiratoires[5]. Après l’acquisition en d’un concurrent américain Ivax Corporation, le groupe compte environ 28 000 employés dans 50 pays et revendique 90 % de ses ventes en Amérique du Nord (6,2 milliards de dollars de CA) et en Europe (2,8 milliards de dollars).

En 2008, Teva acquiert pour 7,5 milliards de dollars, Barr Pharmaceuticals, une entreprise américaine spécialisée dans les génériques et présentes aux États-Unis et en Europe[5].

Les ventes, en hausse rapide, ont augmenté de 18 % en 2008 et les revenus nets atteignent désormais 2,1 milliards de dollars en 2008 (+11 %). Ses productions sont en Israël, en Amérique du Nord, en Europe et en Amérique latine.

La capitalisation boursière de Teva représente environ 39 milliards de dollars (), soit environ 40 % de la capitalisation boursière cumulée des 25 premières valeurs du TA-25 (les 25 premières valeurs de la bourse de Tel-Aviv).

Années 2010[modifier | modifier le code]

En , Teva a remporté la bataille pour le rachat du fabricant allemand de médicaments génériques Ratiopharm avec une offre de 3,7 milliards d'euros, dette comprise. Le groupe israélien, qui était en lice avec l'américain Pfizer et l'irlandais Actavis, a précisé que le nouveau groupe affichera un chiffre d’affaires combiné de 16,2 milliards de dollars (11,8 milliards d'euros) sur la base des chiffres 2009, contre 13,9 milliards sans le laboratoire allemand. Cette acquisition propulse Teva comme leader des génériques en Europe.

En , Teva lance une OPA de 6,8 milliard de dollars, sur le laboratoire américain Cephalon[6]. En , Teva rachète le numéro 3 des génériques japonais, Taiyo Pharmaceutical Industry pour 934 millions de dollars[7].

En , Teva acquiert pour 3,5 milliards de dollars l'entreprise américaine Auspex Pharma, fabricant d'un médicament, en essai, visant la maladie de Huntington, la dyskinésie tardive et la maladie de Gilles de la Tourette[8].

En , Teva lance une offre d'acquisition non-sollicitée de 40 milliards de dollars sur Mylan, juste après une offre d'acquisition que ce dernier a lancé sur Perrigo[9]. En , cette offre d'acquisition tombe à l'eau à la suite de l'opposition d'un important actionnaire de Mylan. Toujours en , Teva lance une offre d'acquisition amicale sur les activités de génériques d'Allergan pour 40,5 milliards de dollars[10]. En , Teva acquiert Rimsa, une entreprise pharmaceutique mexicaine, pour 2,3 milliards de dollars[11].

En , Teva annonce la vente de ses activités génériques au Royaume-Uni et en Irlande d'Allergan à Intas Pharmaceuticals pour environ 600 millions de livres soit l'équivalent de 770 millions de dollars[12].

En , l’État de l'Ohio (États-Unis) porte plainte contre Teva et d'autres groupes pharmaceutiques pour dissimulation des risques d'addiction liés à la prise d'antidouleurs à base d'opiacés, au cœur d'une grave crise de santé publique. Selon la plainte, « ces producteurs de médicaments ont fait croire (...) que les opiacés n'étaient pas addictifs, que l'addiction était facile à surmonter où qu'elle pouvait être traitée en prenant encore plus d'opiacés »[13].

En , Teva annonce la vente de sa marque Paragard, présente dans la gynécologie, à Cooper Cos pour 1,1 milliard de dollars[14]. Le même mois, Teva annonce la vente de ses autres activités gynécologiques pour 1,38 milliard de dollars au travers de deux ventes ; une de 703 millions de dollars vendu à CVC Capital Partners et une autre de 675 millions de dollars vendu à Foundation Consumer Healthcare[15]. En , Teva annonce la suppression de près de 7 000 postes, avec la fermeture de près de 15 usines, suite à des résultats difficiles[16].

Elle annonce en la suppression de 14.000 emplois à travers le monde[17].

Controverses[modifier | modifier le code]

En 2016, TEVA est condamnée à payer une amende de 519 millions de dollars pour corruption aux États-Unis. En 2018, c'est Israël qui lui inflige pour les mêmes faits avec une amende de 22 millions de dollars[18].

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

  • 27 pays de l'Union européenne, Norvège et Suisse
  • Chiffre d'affaires 2010 : 5,7 milliards de dollars
  • 14 000 salariés
  • Siège : Pays-Bas

Monde[modifier | modifier le code]

  • Chiffre d'affaires 2015 : 26 milliards $ (dont 70 % pour les médicaments génériques)
  • Plus de 1 300 molécules
  • 46 000 salariés dans 60 pays

En France[modifier | modifier le code]

TEVA Laboratoires est la filiale française de Teva Pharmaceutical Industries[19],[20]. Son président est Erick Roche.

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

  • 1 000 salariés
  • Marques : Teva, Ratiopharm, Théramex, Cephalon
  • Médicaments de marque : Copaxone, Azilect, Qvar, Airomir, Myocet, Spasfon, Vogalène, Actiq, Effentora, Zoély.
  • Chiffre d'affaires 2011 : 633 millions d’euros

Médicaments génériques[modifier | modifier le code]

Sous ses deux marques, Teva et Ratiopharm, les médicaments génériques de Teva Laboratoires couvrent 94,8 % du répertoire des génériques.

L’organisation en France se répartit entre le siège (affaires réglementaires, assurance qualité, pharmacovigilance, fonctions administratives, relations avec les autorités de santé, hôpitaux, cliniques, distributeurs et pharmaciens), ses deux unités de production (tests, contrôles, conditionnement et expédition des produits) et ses délégués pharmaceutiques, attachés scientifiques et délégués à l’information médicale dans les régions.

Médicaments de marque sous brevet[modifier | modifier le code]

Teva Laboratoires fabrique et vend des traitements issus de sa recherche, médicaments de marque sous brevets, destinés à lutter contre la maladie de Parkinson[21], l'asthme, les maladies du système respiratoire… Avec l’acquisition en 2011 des laboratoires Théramex et Cephalon, Teva a élargi son activité avec des spécialités innovantes[réf. nécessaire] dans la douleur, le cancer, l’hépato-gastro-entérologie et la santé de la femme (contraception, ostéoporose et ménopause).

Médicaments de biotechnologie[modifier | modifier le code]

Teva fabrique des médicaments de biotechnologies, également appelés bio-médicaments et dispose notamment de deux sites de production en Europe. Actuellement[Quand ?], en France, Teva vend deux facteurs de croissance stimulant la production de cellules sanguines chez les malades atteints de cancers compliqués d’anémie ou de neutropénie liée aux chimiothérapies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.tevapharm.com/en-US/About/CompanyProfile/Pages/History.aspx.
  2. Polygon.io, (firme), consulté le Voir et modifier les données sur Wikidata
  3. https://www.zonebourse.com/Teva-40246797/fondamentaux/
  4. (en) « Teva - Top 10 Generic Drug Companies 2010 », sur FiercePharma (consulté le 3 septembre 2020).
  5. a b et c Factbox: Teva Pharmaceutical's history of key acquisitions, Reuters, 22 avril 2015
  6. Teva to buy Cephalon for $6.8 billion, tops Valeant, Lewis Krauskopf, Reuters, 2 mai 2011
  7. http://phx.corporate-ir.net/External.File?item=UGFyZW50SUQ9MTAwMTE4fENoaWxkSUQ9LTF8VHlwZT0z&t=1
  8. Teva to buy U.S. drug developer Auspex Pharma for $3.5 billion
  9. Generic drugmaker Teva makes $40 billion offer for rival Mylan, Tova Cohen et Caroline Humer, Reuters, 21 avril 2015
  10. Teva to buy Allergan generic drug business for $40.5 billion, Tova Cohen, Reuters, 27 juillet 2015
  11. Teva Pharm to buy Mexican drugmaker Rimsa for $2.3 billion, Reuters, 1 octobre 2015
  12. Teva to sell Allergan's generics business in UK, Ireland for $769 million, 5 octobre 2016
  13. « USA: 5 groupes pharmaceutiques accusés de cacher les dangers des opiacés », AFP,‎ (lire en ligne)
  14. « Teva to sell contraceptive brand Paragard in $1.1 billion deal », sur Reuters,
  15. « Teva Pharma to sell more women's health assets for $1.38 billion », sur Reuters,
  16. Chloé Hecketsweiler, « La descente aux enfers de Teva, le numéro un mondial des médicaments génériques », sur Le Monde,
  17. « Israël: Teva condamné à 22 millions de dollars d'amende pour corruption », sur FIGARO, (consulté le 1er juillet 2018)
  18. avec AFP, « Israël: Teva condamné à 22 millions de dollars d'amende pour corruption », sur sciencesetavenir.fr, Sciences et Avenir, (consulté le 29 mai 2019).
  19. [PDF]Top ten generic pharm.
  20. [PDF] Top 20 Global Corporations, 2010, Total Audited Markets.
  21. (en) Andreas Kupsch, « Rasagiline. Teva Pharmaceutical », Curr Opin Investig Drugs, vol. 3, no 5,‎ , p. 794-7. (PMID 12090555) modifier

Liens externes[modifier | modifier le code]