Teutobod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Teutobod fut un roi des Teutons, signalé en l'an -120.

Contexte[modifier | modifier le code]

Allié aux Ambrons et aux Cimbres de Boio (Boio-rex ou Boio-rix), Teutobod quitta en l'an -120 le Danemark actuel avec son peuple, à la recherche de nouvelles terres, suite à la péjoration climatique du IIe siècle avant notre ère[1].

Après quelques succès contre Rome (qui commençait à s'inquiéter de ces barbares qui auraient pu envahir l'Italie et assiéger la ville) la grande expédition des Ambres et des Teutons s'arrêta dans le sud de la Gaule narbonnaise où Teutobod fut battu près d'Aix-en-Provence en l'an -102 par le général romain Marius.

Les Ambrons y furent décimés. Teutobod, un géant selon la légende, fut capturé et envoyé à Rome comme prisonnier de guerre où il finit probablement esclave ou exécuté.

De nombreuses femmes de son peuple décimé se donnèrent la mort après avoir poignardé leurs enfants pour éviter de devenir esclaves des légionnaires romains (cf. suicide collectif).

Quant aux Cimbres, ils s'aventurèrent dans le nord de l'Italie où ils furent à leur tour sévèrement battus en rase campagne et exterminés. Leur roi Boio fut tué au combat.

Suites[modifier | modifier le code]

Bien plus récemment, durant la Renaissance tardive, le nom de « Cimbres » a été repris par les populations germanophones du nord de l'Italie[2], tandis qu'autour du personnage de Teutobod, fut élaborée en France la supercherie de « Theutobocus », en réalité un Dinothère fossile.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Monica Rotaru, Jérôme Gaillardet, Michel Steinberg, Jean Trichet : Les climats passés de la terre, éd. Vuibert/Société géologique de France, 2006
  2. On a longtemps cru que les « Cimbres » actuels étaient les descendants de ceux de l'Antiquité, mais en fait leur nom vient probablement de Zimmerer qui veut dire « charpentier » en allemand car ces bavarois s'installèrent souvent comme bucherons ou charpentiers, notamment dans les Treize communes.