Tests psychotechniques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un test psychotechnique est un test utilisé en psychologie du travail pour la sélection et l'orientation professionnelle[1].

Le test psychotechnique mesure les aptitudes d'un individu. Il est également utilisé pour mesurer des performances qui vont déterminer l'octroi d'un permis (permis de conduire par exemple).

Historique[modifier | modifier le code]

En France, l'intérêt et l'utilisation des tests de psychologie et de physiologie dans l'orientation professionnelle date des années 1900. La psychotechnique était utilisée dans les années 1920 auprès des adolescents et a pris son essor dans l'entre deux guerres, grâce aux personnalités d'Henri Piéron, Jean-Maurice Lahy et Henri Laugier[2].

Aptitudes logiques, verbales et numériques[modifier | modifier le code]

Les tests psychotechniques sont utilisés pour mesurer les aptitudes logiques, verbales et numériques d’un individu. Ils mesurent les capacités de réaction, de réflexion, de concentration mais aussi la faculté à intégrer et à traiter l’information ou la stimulation.

Ils sont parfois utilisés par certaines écoles, organismes et entreprises[3] pour sélectionner et recruter leurs candidats ; qui peuvent être soumis à ce genre de tests lors de concours (gendarmerie, IFSI, etc.), ou en entretien d’embauche.

Les tests peuvent prendre la forme de QCM, de matrices, de suites de formes géométriques, de cartes, de nombres ou de lettres ; de tests de mémoire lexicale ou visuelle etc[4].

Certains ouvrages[5] permettent de se préparer à ces tests en cas de concours ou de recrutement.

Aptitudes à la conduite[modifier | modifier le code]

Les tests psychotechniques sont aussi utilisés pour évaluer les aptitudes à la conduite en cas de retrait du permis de conduire[6]. Tout conducteur dont le permis de conduire a été invalidé (perte totale de points), annulé ou suspendu pour une durée supérieure ou égale à six mois doit, pour obtenir la délivrance d'un nouveau permis ou solliciter la restitution de son permis suspendu, produire un avis médical attestant qu'il n'est atteint d'aucune affection incompatible avec la conduite[7]. Il précise que l'avis médical ne peut être émis qu'après que l'intéressé a satisfait à un examen psychotechnique[8].

Professions concernées[modifier | modifier le code]

Le recours aux tests psychotechniques peut être également obligatoire pour certains types de professions[9] comme :

  • Les conducteurs territoriaux[10] de Catégorie C soumis à la conduite de tous véhicules dans le cadre de leurs fonctions[11];
  • Les conducteurs d’automobiles et d’ambulances de la fonction publique hospitalière ;
  • Les conducteurs spécialisés de la formation publique d’État ;
  • Les conducteurs de marchandises et/ou voyageurs pour les entreprises qui investissent dans la prévention des accidents.

Les tests psychotechniques sont également utilisés par certaines organisations, telles que les mairies, afin d'obtenir un avis sur les capacités de leurs employés à effectuer une tâche particulière. Ainsi, pour donner une autorisation au port d'arme à feu, la mairie peut faire passer aux agents de police municipale un test psychotechnique. [12]

Conformément à l'article 3 du décret no 2006-1691 du 22 décembre 2006 portant sur le statut particulier encadrant l'emploi des adjoints techniques territoriaux, ces derniers peuvent être autorisés à conduire des véhicules, sous condition d’avoir le permis de conduire valide dans la catégorie appropriée et après avoir passé un test psychotechnique et une visite médicale[13].

Les tests psychotechniques sont également obligatoires pour les candidats au poste du conducteur de train. Le test psychotechnique est une des conditions de l'attestation du candidat, conformément aux directives 2007/59/CE[14] et 2014/82/UE[15] du parlement Européen et du Conseil de l’Union Européenne.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'examen des tests psychotechniques dure en moyenne une heure, au cours de laquelle sont vérifiées les capacités motrices (temps de réaction à des stimuli visuels et/ou auditifs), les aptitudes d’attention et de concentration (résistance à l’ennui ou sélection d’informations pertinentes dans un flot de stimuli), les aptitudes de raisonnement logique (anticipation du mouvement dans l'espace) et les facteurs de personnalité (tolérance au stress et à la frustration, agressivité...).

Dans 95 % des cas, l'examen psychotechnique du permis de conduire est réussi, s’il est réalisé sérieusement par le conducteur et en l’absence de troubles manifestes (alcoolo-dépendance, usage régulier de stupéfiants, dégénérescence neurologique liée à une maladie...)[16].

Tests psychotechniques permis de conduire

À noter qu'à partir du , les psychologues seront habilités à faire passer ces tests, et il ne sera plus nécessaire de s’adresser uniquement aux centres agrées[17]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dictionnaire Larousse », sur larousse.fr (consulté le 27 mai 2016)
  2. Thomas Le Bianic, « Des tests pour les chômeurs : la psychotechnique au ministère du Travail, des années 1930 aux années 1950 », Bulletin de psychologie, vol. Numéro 496,‎ , p. 357–366 (ISSN 0007-4403, lire en ligne, consulté le 27 mai 2016)
  3. « Psychotechnique.be - Notre expertise. Votre avenir. », sur Psychotechnique.be - Notre expertise. Votre avenir. (consulté le 31 mai 2019)
  4. « Entraînez-vous aux tests psychotechniques ? », sur www.journaldunet.com (consulté le 26 mai 2016)
  5. « Épreuve tests psychotechniques - Les épreuves - Ouvrages de préparation - Éditions Nathan », sur www.nathan.fr (consulté le 26 mai 2016)
  6. [lire en ligne]
  7. Ministère de l'Intérieur, « Quand faut-il passer un examen médical et psychotechnique et en quoi consiste-t-il ? », sur http://www.interieur.gouv.fr/A-votre-service/Mes-demarches/Transports/Questions-Reponses/Permis-de-conduire-et-controle-medical-consecutif-a-une-infraction-au-code-de-la-route (consulté le 26 mai 2016)
  8. Code de la route - Article R226-1 (lire en ligne)
  9. « Tests psychotechniques et conducteurs de la fonction publique », sur aaaep.fr, (consulté le 10 janvier 2018)
  10. « Arrêté du 22 février 1995 fixant les conditions de déroulement de l'examen psychotechnique et des examens médicaux pour les candidats au cadre d'emplois des conducteurs territoriaux de véhicules | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 31 mai 2016)
  11. AAAEP, « AAAEP Centre National de Tests Psychotechniques », sur AAAEP - Test Psychotechnique pour Permis de Conduire (consulté le 10 janvier 2018)
  12. Administrator, « Tests psychotechniques pour les collectivités locales - AAC Audit Aptitudes Comportement », sur aac-testpsycho.fr (consulté le 27 février 2017)
  13. Décret n°2006-1691 du 22 décembre 2006 portant statut particulier du cadre d'emplois des adjoints techniques territoriaux., (lire en ligne)
  14. (en) « EUR-Lex - 32007L0059 - EN - EUR-Lex », sur eur-lex.europa.eu (consulté le 27 février 2017)
  15. (en) « EUR-Lex - 32014L0082 - EN - EUR-Lex », sur eur-lex.europa.eu (consulté le 27 février 2017)
  16. « Test psychotechnique pour récupérer son permis de conduire - CITPC », sur www.citpc.fr (consulté le 23 mai 2016)
  17. Décret no 2016-39 du 22 janvier 2016 pris en application de l'article L. 224-14 du code de la route.

Voir aussi[modifier | modifier le code]