Test rapide antigénique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tests rapides SARS-CoV-2. Tests de détection des antigènes viraux par flux latéral

Un test rapide antigénique (TRA), ou test rapide, est un test de diagnostic rapide adapté aux tests sur le lieu de soins qui détecte directement la présence ou l'absence d'un antigène. Il est couramment utilisé pour la détection du SARS-CoV-2, le virus à l'origine de la Covid-19. Les tests rapides sont un type de tests à flux latéral qui détectent les protéines, ce qui les distingue des autres tests médicaux qui détectent les anticorps (tests d'anticorps) ou l'acide nucléique (tests d'acide nucléique), de type laboratoire ou « point-of-care »[pas clair]. Les tests rapides donnent généralement un résultat en 5 à 30 minutes, ne nécessitent qu'une formation ou une infrastructure minimale et présentent des avantages considérables en termes de coûts.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Parmi les exemples courants de tests rapides antigéniques, citons :

Tests rapides de détection d'antigènes Covid-19[modifier | modifier le code]

Les tests rapides de détection de l'antigène Covid-19 constituent l'une des applications les plus utiles de ces tests. Souvent appelés tests à flux latéral, ils ont apporté plusieurs avantages aux gouvernements mondiaux. Ils sont rapides à mettre en œuvre avec une formation minimale, offrent des avantages significatifs en termes de coûts, coûtant une fraction des formes existantes de tests PCR, et donnent aux utilisateurs un résultat en 5 à 30 minutes. Les tests antigéniques rapides ont trouvé leur meilleure utilisation dans le cadre de tests de masse ou d'approches de dépistage à l'échelle de la population[2] car ils permettent d'identifier les individus les plus infectieux et susceptibles de transmettre le virus à un grand nombre d'autres personnes.[3] Ils se différencient en cela des autres formes de tests de détection de la Covid-19, telles que la PCR, qui sont généralement considérées comme utiles pour les individus.

Tests rapides de détection d'antigènes dans l'espace économique européen[modifier | modifier le code]

Dans l'union européenne et l'espace économique européen, 84 millions de tests antigéniques ont donné lieu à un certificat covid numérique, contre 60 millions pour le test nucleic acid amplification[4].

Les 591 millions de certificats cumulent 437 millions de certificats vaccinaux, 84 millions de tests antigéniques, 60 millions de tests nucleic acid amplification et 10 millions de certificats de guérisons[4].

Pour la France, il s'agit de 38 millions de certificats rapid antigen test contre 24 millions de certificats nucleic acid amplification test[4].

Pour l'Autriche, il s'agit de 20 millions de certificats rapid antigen test contre 10 millions de certificats nucleic acid amplification test[4].

Pour l'Italie, il s'agit de 15 millions de certificats rapid antigen test contre 7 millions de certificats nucleic acid amplification test[4].

Base scientifique et biologie sous-jacente[modifier | modifier le code]

Les tests d'antigènes et d'anticorps sont souvent des immunodosages (IA) d'un type ou d'un autre, tels que les IA à bandelette ou les immunodosages par fluorescence, mais le TRA est un test immunochromatographique qui donne des résultats visibles à l'œil nu. Il est considéré comme qualitatif, mais une personne expérimentée dans la pratique de ce test peut facilement quantifier les résultats. S'agissant d'un test de dépistage, la sensibilité et la spécificité du test étant relativement faibles, les résultats doivent être évalués sur la base de tests de confirmation tels que la PCR ou le western blot.

L'un des avantages d'un test d'antigène par rapport à un test d'anticorps (comme les tests rapides de détection des anticorps du VIH) est que le système immunitaire peut mettre du temps à développer des anticorps après le début de l'infection, alors que l'antigène étranger est présent immédiatement. Bien que tout test de diagnostic puisse présenter des faux négatifs, cette période de latence peut ouvrir une voie particulièrement large aux faux négatifs dans les tests d'anticorps, bien que les détails dépendent de la maladie et du test concernés.

La fabrication d'un test rapide de détection d'antigène coûte généralement environ 5 dollars américains[réf. nécessaire].

Tarification[modifier | modifier le code]

En France, lorsqu'ils ne sont pas gratuits, les tests antigéniques, réalisés en pharmacie, par un professionnel de santé ou dans un laboratoire, ont un tarif compris entre 22,02 € (en laboratoire de biologie médicale) à 45,11 euros chez un médecin[5].

À La Réunion, le tarif des tests est de 27,16 euros en semaine, et de 32,16 euros le dimanche[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Stewart EH, Davis B, Clemans-Taylor BL, Littenberg B, Estrada CA, Centor RM, « Rapid antigen group A streptococcus test to diagnose pharyngitis: a systematic review and meta-analysis », PLOS ONE, vol. 9, no 11,‎ , e111727 (PMID 25369170, PMCID 4219770, DOI 10.1371/journal.pone.0111727, Bibcode 2014PLoSO...9k1727S).
  2. (en) « Press corner », sur European Commission - European Commission (consulté le )
  3. Guglielmi G., « Fast coronavirus tests: what they can and can't do », Nature, vol. 585, no 7826,‎ , p. 496–498 (PMID 32939084, DOI 10.1038/d41586-020-02661-2, Bibcode 2020Natur.585..496G).
  4. a b c d et e ANNEXES to the Report from the Commission to the European Parliament and the Council pursuant to Article 16(1) of Regulation (EU) 2021/953 of the European Parliament and of the Council on a framework for the issuance, verification and acceptance of interoperable COVID-19 vaccination, test and recovery certificates (EU Digital COVID Certificate) to facilitate free movement during the COVID-19 pandemic.
  5. Julien Da Sois, « Tests Covid-19 payants depuis le 15 octobre : toutes les réponses à vos questions », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. Julien Da Sois, « Tests Covid-19 payants depuis le 15 octobre : toutes les réponses à vos questions », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).