Test de grossesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Test médical de grossesse dit « test de Hogben » (ici pratiqué au Japon en mai 1956). L'urine concentrée de la femme peut-être enceinte est injectée à une grenouille. Si cette injection déclenchait une ponte 12 heures plus tard, le test était « positif ».
Test de grossesse

Un test de grossesse permet de savoir si une femme est enceinte ou non. Il est réalisable de différentes façons.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Il est possible de se procurer en pharmacie, en grande surface ou sur des sites internet dédiés[1], un test qui détecte le taux de hCG (l'hormone chorio-gonadotrophique humaine) contenue dans l'urine. Le test ne fonctionne correctement que deux semaines approximativement après la fécondation. En France, son achat est possible sans ordonnance mais n'est pas remboursé par la Sécurité sociale. Depuis le décret no 2011-969 du , les tests de grossesse et d'ovulation sont autorisés en libre accès dans les pharmacies d'officine[2].

Le taux de hCG peut également être détecté par une prise de sang.

L'échographie obstétrique permet aussi de détecter une grossesse.

Historique[modifier | modifier le code]

Il semble que dans l'Égypte antique les femmes urinaient sur différentes céréales et observaient leur germination afin de savoir si elles étaient enceintes. Si les céréales poussaient, alors la femme était considérée comme étant enceinte. Le sexe du bébé attendu se déterminait en fonction de la vitesse de germination des céréales. Si le blé grandissait plus vite que l'épeautre, il s'agissait d'un garçon ; si en revanche l'épeautre grandissait plus rapidement, il s'agissait d'une fille[3].

Les céréales citées ne font pas l'unanimité parmi les chercheurs. Les différents papyrus sur lesquelles ces remarques sont basées datent d'il y a trois mille ans, ils sont toutefois connus grâce à des recopies grecs d'il y a mille cinq cents ans[3].

Des tests ont été réalisés à la fin du XIXe siècle avec des tritons ou des grenouilles, l'urine féminine déclenchant la ponte. À partir des années 1930, les femelles des espèces de Xenopus laevis ont été choisies pour leur capacité à pondre toute l'année. Ce genre de test est devenu commun dans les années 1940-1950[4] sous le nom de test de Hogben, du nom de Lancelot Hogben.

Le test de la lapine ou test de Friedman est aussi un procédé qui permet de savoir avec une lapine si une femme est enceinte. En effet, il suffit d'injecter de l'urine de la patiente dans l'ovaire de la lapine, ce qui provoque l'ovulation de l'animal[5].

Principe des tests immunochromatographiques[modifier | modifier le code]

Schéma d'une bande de test immunochromatographique.


La plupart des tests de grossesse vendus à l'heure actuelle repose sur le principe de l'immunochromatographie et sont apparus au milieu des années 1970 (grâce à la découverte des anticorps monoclonaux). L'hormone hCG présente dans l'urine va se lier à un anticorps de détection coloré, puis migrer le long de la bande. Les anticorps fixés sur les bandes capturent les complexes anticorps-hCG (positif) et le détecteur seul (contrôle négatif).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armelle Bohineust, « Tests de grossesse: en pharmacie ou en grande surface, c'est le même prix » [html], sur www.lefigaro.fr/conso/, (consulté le 31 mai 2015)
  2. Journal de l'ordre national des pharmaciens octobre 2011 no 7, p. 13
  3. a et b P. Ghalioungui, SH. Khalil et A. R. Ammar, « ON AN ANCIENT EGYPTIAN METHOD OF DIAGNOSING PREGNANCY AND DETERMINING FOETAL SEX », Medical History, vol. 7, no 3,‎ , p. 241 (ISSN 0025-7273, PMID 13960613, PMCID 1034829, lire en ligne, consulté le 24 avril 2020)
  4. Shapiro H.A. and Zawrenstein H. 1933; 1934
  5. Cuniculture: Biologie du Lapin Chapitre 7-1 Rappel sur les hormones

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]