Terry Gou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Terry Gou
Description de l'image Terry Gou.jpg.
Naissance (65 ans)
République de Chine (Taïwan)
Nationalité Drapeau de la République de Chine Taïwan
Profession

Terry Gou (Terry Tai-Ming Gou, 郭台铭 en chinois traditionnel, 郭台铭 en chinois simplifié) né le 8 octobre 1950 à Taïwan, est un magnat des affaires, milliardaire taïwanais qui a acquis sa fortune en investissant dans l'électronique grand public, la micro-informatique et la téléphone mobile. PDG et fondateur de l'industriel Foxconn, le plus important sous-traitant mondial de matériel informatique pour les principales marques commerciales du monde dont IBM, Lenovo, Hewlett-Packard, Dell, Acer, Apple, Asus, Intel, Motorola, Cisco, Microsoft, Nintendo, Sony, LG Group, Samsung, Nokia et HTC, il détient en 2013 13 % de parts de son entreprise et est classé 239e fortune du monde par le magazine Forbes, avec une fortune personnelle de 5,1 milliards de dollars. Il possède en outre plus de 30 usines et administre environ 1,3 million de salariés dans le monde.

Terry Gou est l'un des symboles de l'industrie chinoise médiatiquement très discrète, ultra offensive, qualifiée d'esclavage contemporain, qui exploite la main-d'œuvre au prix de revient le plus bas du monde.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1949 ses parents fuient la province de Shanxi en Chine et le maoïsme de Mao Zedong à la suite de la défaite de l'armée de Tchang Kaï-chek à l'issue de la guerre civile chinoise. Ils immigrent sur l'île de Taïwan. Son père est un ancien policier. Terry Tai-Ming Gou naît le 8 octobre 1950 à Nouveau Taipei. Il est l'aîné de deux frères, Tai-Tai et Chiang Gou Gou-Cheng.

Après ses études, il travaille jusqu’à l'âge de 24 ans comme ouvrier entre autres dans une usine de caoutchouc.

En 1974, autodidacte, il fonde l'usine de plasturgie Foxconn avec dix employés dans la banlieue de Taipei à Taiwan sous le nom de Hon Hai avec 7500 dollars de capital de départ, prêtés par sa mère. Il fabrique en sous-traitance des pièces en plastique pour des téléviseurs, puis de la connectique et des circuits imprimés]… et commence à prendre de l'importance en 1980 en participant à la fabrication d'une des premières consoles de jeux vidéo du monde, l'Atari 2600 d'Atari, son premier gros client mondial.

Au début des années 1980 il est un des pionniers du miracle taïwanais et de la mondialisation économique. Il parcourt personnellement les États-Unis pour proposer avec succès les premières offres commerciales d'exploitation de la main-d'œuvre taïwanaise à très bas prix, imbattable et très offensive en sous-traitance. Il devient alors avec le temps fabricant et sous-traitant informatique pour les entreprises IBM, Lenovo, Hewlett-Packard, Dell, Acer, Apple, Asus, Intel, Motorola, Cisco, Microsoft, Nintendo, Sony, LG Group, Samsung, Nokia, HTC

En 1988 à la suite de la flambée de ses commandes, des coûts de main d'œuvre à Taïwan, et du développement de l'économie socialiste de marché de la Chine, il fonde une des plus importantes usines forteresses du monde de 22 km², qualifiée de « cité interdite », la plus importante usine de fabrication intensive et ultra performante de son groupe à Shenzhen à côté de Hong Kong en Chine, où le prix de la main d'œuvre est un des plus faibles du monde.

Le site de Shen-Zhen fabrique par exemple près de 90 iPods à la minute. Les ouvriers mangent, dorment et vivent dans d'immenses dortoirs adjacents aux usines où ils travaillent par roulement jour et nuit. Foxconn est célèbre pour son approche de la révolution industrielle mondiale, son sens de la discrétion et du secret médiatique intense sur ses conditions de travail, et pour sa discipline interne de fer.

En 1991 Terry Gou finance son gigantesque développement mondial avec un apport de 43 milliards de dollars issus de la mise en bourse de Foxconn.

En 2011 l'empire industriel Foxconn regroupe une importante partie de l’élite des chercheurs chinois, taïwanais et hong-kongais qui permet de participer à la mise en œuvre des dernières nouvelles technologies mondiales. Le groupe continue son développement et installe de nouvelles usines dans les provinces les moins développées de Chine, d'Asie et du monde.

Foxconn est le fabricant N°1 de matériel électronique multi-marques grand public dans le monde, premier employeur en Chine, plus important chiffre d'affaires à l'exportation de Chine, avec plus de 100 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel et 2,64 milliards de dollars de bénéfice net en 2011.

Terry Gou est de ce fait un des symboles de l'industrie chinoise médiatiquement très discrète, ultra offensive, qui exploite la main-d’œuvre au prix de revient le plus bas du monde.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Terry Gou a épousé Serena Lin (1950-2005) avec qui il a un fils né en 1976, et une fille née en 1978.

En 2008 il épouse en deuxième mariage la chorégraphe Delia Tseng avec qui il a deux enfants, une fille née le 30 avril 2009 et un fils né le 19 novembre 2010.

Polémique[modifier | modifier le code]

De nombreuses attaques médiatiques accusent les méthodes de travail du multimilliardaire Terry Gou sur la base de témoignages fournis par des milliers d’employés qui l'accusent d’esclavagisme contemporain pour ses cadences de travail forcé infernales et inhumaines dans des complexes industriels qualifiés de cité interdite, de camp de travail et d'« usines à suicide » ... où sont placardées des maximes explicites « une personne qui a faim a l’esprit plus clair », « un environnement dur est une bonne chose ». Il aurait ainsi déclaré, en janvier 2012, en mettant en parallèle son activité avec celle du directeur du zoo de Taipei que « manager un million d'êtres humains (lui) donnait mal à la tête »[1].

Ces nombreuses attaques nuisent à l'image de marque des grandes marques mondiales clientes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henry Blodget, Business Insider, 19 janvier 2012 - http://www.businessinsider.com/foxconn-animals-2012-1?IR=T

Liens externes[modifier | modifier le code]