Terrorisme en 2020

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Éphémérides
Chronologie du terrorisme
2017 2018 2019 2020  2021 2022 2023
Décennies du terrorisme :
1990 2000 2010  2020  2030 2040 2050
Chronologie dans le monde
2017 2018 2019  2020  2021 2022 2023
Décennies :
1990 2000 2010  2020  2030 2040 2050
Siècles :
XXe siècle  XXIe siècle  XXIIe siècle
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Astronautique Astronomie Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Échecs Économie Élections Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision TerrorismeThéâtre

Cet article comprend une liste non exhaustive d'attentats et attaques notables ayant eu lieu dans le monde en 2020, dans l'ordre chronologique, qu'ils aient été ou non meurtriers.

Événements[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

  • France : le , un homme attaque des passants dans le Parc départemental des Hautes-Bruyères à Villejuif faisant 1 mort et 2 blessés[1]. L'attaquant est abattu par la police[2].
  • Burkina Faso : le , 14 civils, dont des écoliers, sont tués par l'explosion d'un engin explosif improvisé au passage de leur car sur la route entre Toéni et Tougan[3].
  • Nigeria : le , 38 personnes sont tuées[4] et 35 autres blessées dans l'explosion d'une bombe sur un pont bondé reliant Gamboru à Fotokol de l'autre côté de la frontière nigéro-camerounaise[5],[6].
  • Somalie : un kamikaze se fait exploser en voiture-piégée sur un barrage routier près de la Chambre du peuple, provoquant au moins 4 morts et 10 blessés, les Shebabs revendiquent l'attentat, selon l'enquête la vraie cible du terroriste était le Parlement mais le terroriste a choisi d'exploser sur le barrage car les forces de l'ordre l'empêchaient de passer[7].
  • Pakistan : le , un bombe explose dans une mosquée dans une localité proche de Quetta au Baloutchistan faisant 10 morts et 16 blessés[8]. L'attentat n'a pas été revendiqué[9].
  • Afghanistan : le , à Zeyarat dans le district de Shahr-e-Safa au sud de la province de Zabol, 5 employés de Da Afghanistan Breshna Sherkat, la compagnie nationale d’électricité afghane sont tués dans l'explosion d'une mine terrestre au passage de leur véhicule. Mohammadullah Amiri, le porte-parole de la police local, accuse les taliban d'avoir placé la mine[10].
  • Cameroun : le , Boko Haram vandalise le village d'Hidoua (dont 98% de la population est de confession chrétienne) pendant environ 4 heures, tuant 5 civils et détruisant 195 habitations[11].
  • Afghanistan : le , 6 membres d'une même famille, dont une petite fille, sont assassinés par les talibans (qui les accusaient d'actes immoraux, comme le fait de travailler dans la prostitution) à Andkhoi. La mère et la sœur jumelle de la fillette, blessées, survivent au carnage, mais les deux jambes de cette dernière, ont du être amputée le lendemain. Les taliban nient toute responsabilité dans le massacre et affirme qu'il fait suite à un différend personnel[12].
  • Cameroun : le , 5 villageois sont tués et 2 autres blessés lors d'une attaque nocturne de Boko Haram contre la localité de Gancé, à 6 kilomètres à l'ouest de Kolofata dans l'Extrême-Nord du pays[13].
  • Tchad : dans la nuit du 19 au , une kamikaze se fait exploser dans le village de Kaïga-Kindjiria dans la province du lac Tchad à l'ouest du pays. L'attaque fait 9 morts[14].
  • Burkina Faso : le , dans la province de Sanmatenga, six hommes armés[15] font irruption dans le marché du village de Nagraogo (qui sera par la suite incendié) et ouvrent le feu sur la foule : 32 civils sont tués et 3 autres blessés. Dans sa fuite, le commando abat 4 nouveaux civils au niveau du village d'Alamou[16].
  • Afghanistan : le , 8 personnes (6 policiers et 2 civils) sont tuées et au moins 10 autres (7 membres des forces de sécurité et 3 civils) blessées par les taliban dans une embuscade sur l'AH7 (en) entre Baghlân et Kondoz[17].
  • République démocratique du Congo : le , au moins 9 civils (dont une jeune écolière[18]) sont tués par les Allied Democratic Forces dans la localité de Mayimoya (en) à 33 kilomètres au nord-ouest de Beni[19].
  • Nigeria : le , des combattants de Boko Haram ouvrent le feu sur des civils qui étaient en train de ramasser du bois aux abords de la ville de Dikoa, 5 d'entre eux sont tués et plusieurs autres kidnappés[20].
  • Burkina Faso : le , dans l'après-midi des hommes armés encerclent le marché de Silgadji et séparent la population civile présente sur place en deux groupes : les hommes et les femmes. Les premiers sont tous sommairement exécutés, tandis que les secondes sont contraintes de quitter le village. Au total, 39 personnes périssent au cours de l'attaque[21].
  • Cameroun : le , 5 pêcheurs sont tués par des membres de Boko Haram près de l'’île de Blaram sur le lac Tchad[22].
  • République démocratique du Congo : dans la nuit du 29 au , au moins 36 civils sont découpés à la machette par des membres des Allied Democratic Forces à Manzigi, au nord-ouest de la cité d’Oicha[23].

Février[modifier | modifier le code]

  • Burkina Faso : dans la nuit du 1er au , une vingtaine de civils sont tués à Bani dans une « attaque jihadiste » perpétrée par des tueurs à moto[24].
  • Royaume-Uni : le , trois personnes sont blessées après qu’un homme ait attaqué des passants à la machette sur Streatham High Road (en), à Londres. L’agresseur, vêtu d'un gilet explosif factice, est abattu par la police[25]. Daech revendique l'attentat le lendemain[26].
  • Israël :
    • le , une attaque à la voiture bélier à Jérusalem fait 14 blessés, dont 12 soldats israéliens[27].
    • le , une fusillade éclate sur le mont du temple à Jérusalem, blessant un policer israélien. Le tireur est abattu[28].
  • Mali : le , un éleveur, Sadou Yehia, enlevé le , est assassiné par un groupe terroriste, potentiellement car il avait témoigné le devant France 24 du racket commis par les groupes djihadistes sur les éleveurs de la région du Gourma[29].
  • Algérie : le , un kamikaze tente de rentrer avec un véhicule tout-terrain piégé dans la caserne militaire de Bordj Badji Mokhtar, près de la Frontière entre l'Algérie et le Mali, mais est empêché d'accès par un militaire algérien, il fait alors exploser son véhicule, se tuant lui et le militaire[30] ; il s'agit du premier attentat-suicide aux explosifs en Algérie depuis 2017 et du premier attentat dans le sud du pays depuis des années[30].
  • Nigeria : le , des djihadistes attaquent le village d'Auno et les véhicules dans ses environs, situés sur la route stratégique entre Maiduguri (État du Borno) et Damaturu (État de Yobé) - vitale pour l'approvisionnement de Maiduguri[31] - tuant au moins 30 civils, et enlevant plusieurs femmes et enfants, avant de piller Auno puis d'incendier le village et les véhicules[31] ; Iswap, une branche de Boko Haram, est suspecté[31].
  • Burkina Faso : le , 7 personnes sont enlevées au domicile d'un pasteur à Sebba, probablement par un groupe terroriste djihadiste ; 5 d'entre-eux dont le pasteur seront retrouvés morts le et les 2 autres vivantes[32].
  • Afghanistan : le , un kamikaze se fait exploser au checkpoint d'entrée de l'Académie militaire au sud de Kaboul. L'explosion fait 5 morts et 12 blessés dont plusieurs militaires[33].
  • Burkina Faso : le , un groupe armé terroriste, présumé djihadiste, attaque l'église protestante de Pansi (proche de Sebba) durant la messe dominicale, et peut-être le reste du village, provoquant au moins 24 morts dont le pasteur et 18 blessés, dans un contexte où les groupes terroristes djihadistes contre les communautés chrétiennes et les musulmans modérés de la région Sahel sont en augmentation[32].
  • Brésil : le , le sénateur et ancien ministre de l'éducation (sous le gouvernement de Dilma Rousseff) Cid Gomes doit être hospitalisé après qu'on lui ait tiré dessus alors qu'il rencontrait des policiers militaires grévistes[34].
  • Allemagne : la nuit du , un individu tire sur deux bars à chicha au centre de Hanau (Hesse), provoquant 9 morts, puis se suicide à son domicile probablement après avoir tué sa mère[35]. Un manifeste et une vidéo sont retrouvés à son domicile indiquant clairement ses motivations eugénistes, conspirationnistes, génocidaires envers des populations non-Blanches et xénophobes, ce qui indique la piste d'un acte terroriste d'extrême-droite[35].
  • Canada : le 24 février, un mineur de 17 ans attaque à la machette un salon de massage érotique à Toronto, tuant une femme et blessant deux autres personnes (une femme et un homme), l'enquête de la Gendarmerie royale du Canada démontre qu'il s'inspirait du mouvement misogyne « incel »[36] ; lors de la première comparution de l'accusé devant un tribunal le 19 mai pour meurtre au premier degré et tentatives de meurtres, la justice les chefs d'accusation sont requalifiés en activités terroristes[36], sur recommandation de la Gendarmerie royale et de la police de Toronto, c'est la première fois au Canada qu'un incel fait face à un chef d’accusation de terrorisme[37].

Mars[modifier | modifier le code]

  • Afghanistan :
    • le , un attentat à la moto-piégée contre un match de football dans la province de Khost provoque 3 morts et 11 blessés[38] ; l'attentat n'est pas revendiqué, mais la police afghane suspecte les Talibans, ce qui implique la fin de la trêve qui avait cours depuis le entre eux et les Forces armées afghanes, et qu'un accord de paix avait été signé le entre les États-Unis et les Talibans pour permettre le retrait des Américains de la Guerre d'Afghanistan[38].
    • le , deux djihadistes attaquent avec des armes automatiques, des grenades et des lance-roquettes, un meeting politique et rassemblement commémoratif en l'honneur d'Abdul Ali Mazari à Kaboul où se trouvaient des hommes politiques afghans importants, dont Abdullah Abdullah (ancien premier ministre et chef d'un gouvernement parallèle depuis qu'il revendique la victoire à l'élection présidentielle afghane de 2019), Hamid Karzai (ancien président de l'Afghanistan) et Salahuddin Rabbani (ancien premier ministre)[39],[40] ; tous survivent, mais l'attentat provoque 29[39] ou 32[40] morts, dont des femmes et des enfants, et au moins 58 blessés[40] ; les deux assaillants sont abattus par la police, Daech revendique l'attentat[39].
  • Tunisie : le , deux kamikazes attaquent l'ambassade des États-Unis à Tunis, l'un d'eux est abattu par la police et l'autre se fait exploser, tuant un policier qui protégeait l'ambassade et blessant 4 autres policiers et une femme civile[41],[42].
  • Soudan : le , le Premier Ministre du Soudan, Abdallah Hamdok, est hospitalisé après avoir survécu à un attentat à la bombe qui visait sa voiture ; il n'est cependant pas blessé, au contraire d'un des membres de son convoi[43].
  • Mali :
    • le , durant la campagne pour les élections législatives maliennes de 2020, le convoi du chef de file de l'opposition Soumaïla Cissé est attaqué par des hommes armés à moto, son garde du corps est tué, deux de ses proches sont blessés, Cissé et 11 membres de son équipe de campagne sont enlevés ; 5 otages seront relâchés pour aller dire aux autorités maliennes que Cissé est gardé vivant ; la piste de djihadistes d'Amadou Koufa liés à Al-Qaïda est privilégiée, mais dans le contexte politique et sécuritaire du Mali ce n'est pas confirmé[44] ; le , tous les otages sauf Cissé sont relâchés[45] ;
    • le , le jour du premier tour des élections législatives, plusieurs présidents de bureaux de vote sont enlevés dans le pays[46].

Avril[modifier | modifier le code]

  • États-Unis : le 3 avril, un engin incendiaire artisanal est posé contre l'entrée d'une maison de retraite pour Juifs à Longmeadow (Massachusetts), profitant du fait que les résidents y soit confinés à cause de la pandémie de covid-19 pour augmenter le nombre de victimes, mais l'engin dysfonctionne et ne s'allume pas[47] ; le 15 avril, le terroriste présumé est identifié grâce à son ADN retrouvé sur l'engin, John Michael Rathbun un Chrétien extrémiste de 36 ans, et arrêté par le FBI, selon l'enquête il aurait agit pour le compte d'un groupe suprémaciste blanc qui encourage les tueries de masse dirigées contre les minorités religieuses et raciales aux États-Unis[47].
  • France : le , un homme attaque au couteau plusieurs personnes à Romans-sur-Isère dans la Drôme et fait 2 morts et 7 blessés[48].
  • Cameroun : le 6 avril, deux kamikazes de Boko Haram se font exploser dans la localité d'Amchidé proche de la frontière avec le Nigeria, tuant 7 civils et en blessant 14 autres[49].

Mai[modifier | modifier le code]

  • Pakistan :
    • le 1er mai 2020 à Wana, Sardar Arif Wazir, activiste des droits des Pachtounes et leader de l'association de protection des droits de l'homme Pashtun Tahafuz Movement, est gravement blessé par des tirs émis depuis un véhicule qui s'enfuit après, Arif Wazir succombera de ses blessures le lendemain dans un hôpital d'Islamabad[57]; l'attentat n'est pas revendiqué, mais l'avocat de l'association Mohsin Dawar dénonce un acte de terrorisme d'État, la famille Arif Wazir ayant déjà été attaquées par des partisans du gouvernement et Sardar arrêté par la police pakistanaise le 17 avril précédent pour un discours qu'il avait prononcé en Afghanistan[57] ;
    • le 10 mai, une mine de charbon du district de District de Harnai (Baloutchistan) est attaquée par armes à feu, tuant 5 ouvriers et gardes de sécurité, un véhicule paramilitaire chargé d'assurer la sécurité de la zone explose sur une mine antivéhicule en voulant se rendre à la mine, blessant un des soldats qui s'y trouvait, l'attaque est revendiquée par les séparatistes Baloutches de l'Armée de Libération du Balouchistan[58] ;
    • le 11 mai, un commando armé attaque l'hôtel de luxe chinois Pearl Continental dans le port de Gwadar, provoquant 5 morts et 6 blessés[59], tandis que 4 assaillants sont abattus, l'acte est revendiqué par l'Armée de Libération du Balouchistan[60].
  • Afghanistan :
    • le 12 mai 2020, trois attaques frappent le pays et relancent les hostilités entre le gouvernement et les Taliban[61] :
      • trois hommes armés et déguisés en policiers attaquent une maternité gérée par MSF à Kaboul, dans le quartier hazara de Dashte Barchi, et y tuent 24 civils (dont des mères, des nouveau-nés, et des infirmières) et en blessent au moins 16 autres, avant que les forces spéciales afghanes n'interviennent, tuant les trois assaillants au cours d'une fusillade qui aura duré plusieurs heures, et évacuant les survivants (100 femmes et enfants, dont 3 étrangers)[62]. Le vice-président afghan (en), Amrullah Saleh (en), accuse les taliban d'être derrière l'attaque, qu'ils ont pourtant condamné. Le représentant spécial américain pour la réconciliation afghane, Zalmay Khalilzad, accuse quant à Daech, qui n'a pas publié de revendication[63].
      • une explosion tue un enfant dans la province de Khost[64].
      • un attentat-suicide visant les funérailles d'un commandant de police dans le district de Kuz Kunar (en) tue 32 personnes et en blesse 133 autres[65]. Cet attentat est revendiqué par l'État islamique[61]'[64].
    • le 14 mai 2020, un attentat au camion-piégé dans la ville de Gardêz tue au moins 5 civils et en blesse des dizaines d'autres, le porte-parole des taliban, Zabiullah Mujahid (en), revendique la responsabilité de l'attentat au nom de son groupe, tandis que le porte-parole de l'Armée dans la province de Paktiya Emal Khan Momand accuse précisément le Réseau Haqqani, un groupe allié des taliban qui ne revendique presque jamais ses actions[66].
  • Irak : le 15 mai 2020, à l'aube, des militants de Daech pénètrent par effraction dans une maison de la zone de Jillam, près de Samarra, et tuent les six membres de la famille qui y vivait (un homme, trois de ses fils, une femme et un enfant), avant de mettre le feu à leur maison, à leurs deux voitures, à leur ferme de blé ainsi qu'à une partie de leur bétail[67].
  • Somalie (territoire contrôlé par les indépendantistes du Pount) : le gouverneur de Mudug Ahmed Muse Nur et 3 de ses gardes du corps sont tués dans l'explosion d'une voiture-piégée, les Shebabs revendiquent l'attentat[68].
  • Afghanistan : le 18 mai, un attentat à la voiture-piégée revendiqué par les Talibans vise un bâtiment des services de renseignement afghans à Ghazni, provoquant 9 morts et une quarantaine de blessés tous membres de ces services[69].
  • Burkina Faso : le GSIM prend en embuscade des combattants pro-gouvernement dans le secteur de Banh, dans la région du Loroum, provoquant la mort de 7 d'entre-eux (2 militaires et 5 miliciens du groupe "Volontaires de la défense de la patrie")[70].
  • Afghanistan : le 19 mai, des tireurs ouvrent le feu dans une mosquée de Tcharikar (capitale de la province de Parwan) avant de s'enfuir, provoquant 7 morts et 12 blessés, le Ministère de l'intérieur accuse les Talibans, ce que le groupe nie[71].
  • Pakistan : le 19 mai, 7 soldats sont tués dans deux attaques au Balouchistan, 6 dans l'explosion d'une bombe posée sur le bord d'une route alors qu'ils patrouillaient dans les environs de Pir Ghaib (55km au sud-est de Quetta), 1 autre dans un échange de coups de feu avec des terroristes proche de la frontière avec l'Iran[72] ; ces attentats ne sont pas revendiqués, les autorités pakistanaises soupçonnent les séparatistes de l'Armée de Libération du Balouchistan, en faisant le lien avec un autre attentat qui a provoqué la mort de 6 autres soldats plus tôt dans le mois qui lui avait été revendiqué par cette organisation[72].
  • Afghanistan : le 28 mai, un checkpoint des forces de sécurité dans le district de Seyagird est attaqué et incendié, provoquant la mort de 7 de leurs membres et en blessant un autre, la police afghane accuse les talibans, ce qui confirme l'expiration du cessez-le-feu qui avait été décrétée le 19 mai à l'occasion de l'Aïd el-Fitr[73].
  • États-Unis : le 29 mai, alors qu'une des manifestations antiracistes se déroulait dans la ville, deux hommes en voiture s'arrêtent devant le tribunal du comté de Santa Cruz à Oakland et tirent sur 2 policiers du comté qui y montaient la garde, tuant l'un (Dave Patrick Underwood 53 ans) et blessant gravement l'autre, avant de s'enfuir ; l'un des deux assaillants sera identifié comme le sergent Steven Carrillo de l'US Air Force, et arrêté le 7 juin, un AR-15 et un atelier de fabrication de bombes seront retrouvés dans une camionnette qui lui appartient ; un complice présumé identifié comme Robert Justus sera aussi arrêté ; l'enquête démontre qu'ils appartenaient au mouvement d'extrême-droite Boogaloo, qui voulait faire accuser les manifestants noirs de Black Lives Matter dans l'objectif de déclencher une guerre civile aux États-Unis[74]. Pour l'arrestation de Carrillo lire ci-dessous.
  • Burkina Faso :
    • le 29 mai, un convoi de commerçants est attaqué entre les localités de Dougouma et Ingané dans la province du Loroum, provoquant 15 morts et plusieurs blessés et portés disparus parmi les civils et les membres d'un groupe d'autodéfense qui les escortaient, le gouvernement attribue l'attaque aux groupes djihadistes[75];
    • le 30 mai, l'attaque d'un convoi humanitaire sur une route au nord de Barsalogho provoque 13 morts (7 gendarmes et 6 civils), 6 disparus et une quarantaine de blessés dont 7 graves, les autorités locales accusent des groupes armés terroristes djihadistes[76]
    • le 31 mai :
      • des hommes armés à moto font irruption sur le marché au bétail de Kompienbiga, poursuivent et tirent sur les fuyards, et détroussent ceux qui restent sur place, 30 morts sont confirmés mais les autorités locales parlent d'un bilan beaucoup plus lourd non-déterminé[77];
      • un autre convoi humanitaire est attaqué sur une route au nord de Barsalogho près de Foubé, provoquant au moins 25 morts, cette attaque comme la précédente est attribuée par le gouvernement à des groupes djihadistes[77],[78].

Juin[modifier | modifier le code]

  • Niger : le 1er juin, une cinquantaine djihadistes à motos attaquent un camp de réfugiés maliens à Intikane, provoquant 3 morts dont 2 Maliens (le président du Comité des réfugiés et le président du Comité de vigilance des réfugiés) et 1 Nigérien (le chef coutumier du groupement nomade de Tahoua), enlèvent un des gardiens du camps, pillent le magasin de vivres et sabotent le système de ravitaillement en eau potable et les antennes téléphoniques[79].
  • Indonésie : dans la nuit du 1er au 2 juin, un petit groupe attaque un poste de police dans le sous-district du Daha du Sud (district d'Hulu Sungai du Sud, province du Kalimantan du Sud) avec des épées, tuant 1 policiers et en blessant 2 autres, un des assaillants est abattu et les autres parviennent à s'enfuir, un manifeste djihadiste retrouvé sur le corps de l'assaillant portant à la fois la signature et le nom de celui-ci (Abdurrahman) et le symbole de l'État islamique amène les enquêteurs à privilégier la piste de cette organisation terroriste[80].
  • États-Unis : le 7 juin, la camionnette du membre du mouvement d'extrême-droite Boogaloo Steven Carrillo est repérée sur une route à la périphérie de Ben Lomond (Comté de Santa Cruz, Californie), la police du comté tente alors de l'interpeller, mais Carrillo les attaque avec un AR-15 et des bombes artisanales qu'il transportait dans son véhicule, tuant 1 policier (le sergent Damon Gutzwiller 38 ans) et en blessant 3, abandonne son véhicule et tente de carjacker un autre, avant d'être blessé par balles et arrêté vivant ; les enquêteurs pensent qu'au moment de son interpellation, il était en route pour commettre un attentat d'ampleur[81].
  • Nigeria : le 9 juin :
    • 81 personnes sont massacrées à Gubio, dans le nord-est du Nigéria, probablement par des membres de Boko Haram.
    • le village de Felo (État de Borno) est rasé et 69 de ses habitants sont tués par des djihadistes de l'ISWAP, une branche dissidente de Boko Haram, qui agissaient en représailles car une milice locale avait tué des membres de ce groupe terroriste en défendant le bétail de Felo contre un raid[82].
  • Frontière entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire : dans la nuit du 10 au 11 juin, le poste-frontière ivoirien de Kafolo est attaqué, 10 militaires ivoiriens sont tués et 6 blessés, l'assaillant est abattu, les autorités ivoiriennes attribuent l'attaque au GSIM car elles pensent qu'il s'agit de représailles suite à une opération conjointe des Armées burkinabé et ivoirienne qui avait aboutit à la mort de 8 djihadistes présumés et à la capture de 38 d'entre-eux deux semaines plus tôt, il s'agit du premier attentat en Côte-d'Ivoire depuis mars 2016[83].
  • Nigeria : le 14 juin, ISWAP mène plusieurs attaques coordonnées dans le nord-est :
    • des djihadistes arrivent en pick-up et engagent un affrontement avec une milice d'autodéfense locale pro-gouvernement qui défendait le village de Goni Usmanti, et s'en prennent aux villageois qui essayent de fuir, provoquant 38 morts (32 civils et 6 miliciens)[84] ;
    • en repartant, les assaillants croisent un camion de commerçants et l'incendient, nombre de morts inconnus, 2 survivants[84] ;
    • des membres de l'ISWAP, peut-être les mêmes, attaquent la garnison de Monguno, à une soixante de kilomètre à l'est de Goni Usmanti, causant 15 morts (9 soldats, 1 milicien et 5 civils) et au moins 37 blessés parmi les habitants de la garnison, tandis que les militaires les repoussent, tuant 20 djihadistes dans les affrontements[84] ;
    • pendant ce temps, d'autres insurgés incendient plusieurs bâtiments et véhicules devant un centre de travailleurs humanitaires de l'ONU proche de la garnison, et dépose une bombe devant la porte, mais celle-ci n'explose pas[84].
  • Pakistan : une grenade est lancée sur la file d'attente d'un bureau d'aide sociale de Karachi, provoquant 1 morts et 8 blessés, l'auteur de l'attentat est inconnu[59].
  • Royaume-Uni (Angleterre) : le 20 juin, un homme poignarde 6 personnes dans un parc de Reading, près de Londres, après avoir crié des propos incompréhensibles, l'attaque fait 3 morts et 3 blessés, et l'assaillant est arrêté ; le lendemain de l'attaque la police traite l'incident comme terroriste[85] ;
  • Mexique :
    • le 25 juin, le Cartel de Santa Rosa de Lima tente de faire exploser une voiture-piégée à côté d'une station-essence de Salamanca (Guanajuato) pour exiger la libération de son chef José Antonio Yépez "El Marro" arrêté le 20 juin précédent, mais les explosifs ne s'actionnent pas[86] ;
    • le 26 juin, une autre attaque à la voiture-piégée du même cartel pour les mêmes raisons devant un poste de police de León (Guanajuato) rate[87] ; les deux attentats ratés font partie d'une campagne plus large de violence dans tout l’État de Guanajuato pour exiger la libération d'El Marro, qui se déroule du 21 au 30 juin.
    • le 26 juin, le véhicule du secrétaire à la sécurité de Mexico, Omar García Harfuch, est visé par de très nombreux tirs d'armes automatiques, il est hospitalisé dans un état stable, 3 personnes décèdent (deux gardes du corps et une passante)[88], 12 personnes sont arrêtées sur les lieux de l'attaque, les autorités mexicaines accusent le Cartel de Jalisco Nouvelle Génération[89] ; avec de nouvelles arrestations le lendemain, en tout 28 personnes sont détenues, dont le commanditaire présumé José Armando N. “El Vaca”[88].
  • Royaume-Uni (Écosse) : le 26 juin, une attaque au couteau fait 6 blessés (dont un policier) dans un hôtel de Glasgow[90].
  • États-Unis : le 27 juin, une ou deux personne(s) tire(nt) sur des manifestants antiracistes pacifistes à Louisville (Kentucky), provoquant la mort de l'un d'eux, avant de s'enfuir, selon le journal local Louisville Courrier Journal l'attaque a été menée par "un groupe patriote armé" opposé aux manifestations[91].
  • Mozambique : le 27 juin, un véhicule de Fenix Constructions Service Lda, une entreprise gazière locale travaillant pour Total, est attaqué par 5 hommes portant des uniformes des Forces armées du Mozambique à 4 km au nord de Mocímboa da Praia dans la Province de Cabo Delgado, sur les 14 occupants du véhicule il y a 8 morts confirmés, 3 disparus et 3 survivants confirmés[92] ; le groupe islamiste Ahlu Sunna Wal-Jama (allié de l'État islamique) est suspecté car il a déjà revendiqué plusieurs attaques contre des infrastructures gazière dans cette province, mais l'hypothèse de mercenaires travaillant pour des intérêts privés n'est pas exclue[92].
  • Afghanistan : le 29 juin, 23 civils sont tués et 15 blessés dans une série d'explosions sur le marché du district de Sangin de la province du Helmand, les autorités militaires et politiques du Helmand accusent les Talibans, ces-derniers nient et accusent de leur côté "des mercenaires" travaillant pour les autorités[93].
  • Pakistan : le 29 juin, la Bourse de Karachi est attaquée par un commando armé, qui tue 4 gardes et policiers, les 4 membres du commando sont aussi abattus par la police sans avoir pu pénétrer dans la bourse, l'attaque est revendiquée sur Twitter par les indépendantistes de l'Armée de Libération du Balouchistan, qui précise qu'elle a été menée par la Brigade Majeed, une de ses unités[59].

Juillet[modifier | modifier le code]

  • Somalie :
    • le 3 juillet, un kamikaze se fait exploser avec sa voiture-piégée à un checkpoint du port de Mogadiscio, blessant 5 personnes, la police n'accuse personne mais les médias mentionnent les Shebabs[94] ;
    • le 4 juillet :
      • un attentat à la bombe devant le centre national des impôts à Mogadiscio blesse 7 personnes[95] ;
      • un autre attentat à la bombe dans le centre des impôts de la Somalie-du-Sud-Ouest dans sa capitale Baidoa cause au moins 5 morts et 10 blessés, le gouvernement accuse les Shebabs[95] ;
    • le 5 juin, l'homme politique et juriste Mohamed Mohamud Siyad est enlevé puis exécuté sur un route proche du village de Gololey (environ 30km au nord de Mogadiscio), les Shebabs revendiquent l'assassinat[96].
  • Afghanistan :
    • le 7 juillet, les forces de sécurité de Kaboul contrecarrent une attaque d'ampleur contre la capitale, néanmoins une bombe explose blessant 2 civils[97] ;
    • le 8 juillet
      • vers 4h du matin, un kamikaze se fait exploser dans un véhicule militaire piégé près du QG de la police et de la résidence du gouverneur de Kandahar, tuant 3 membres des forces de sécurité et blessant 14 personnes (civils et forces armées mêlés), les Talibans revendiquent l'attentat[97] ;
      • l'explosion d'un véhicule piégé des Talibans tue 3 policiers, le chef de la police du district de Dayak (est de l'Afghanistan) et ses deux gardes du corps[98].
  • Afrique du Sud : le 11 juillet, un groupe d'hommes armés attaque et incendie des véhicules devant l'Église sainte internationale pentecôtiste à Zuurbekom (banlieue ouest de Johannesburg) tuant 5 personnes, et prend de force les locaux de l’Église, avant que la police n'intervienne et arrête 41 personnes (dont 6 hospitalisées après avoir été blessées par balles) dont des policiers, des militaires et du personnel pénitencier hors-service[99] ; l'hypothèse privilégiée par les enquêteurs est que cette attaque est liée aux querelles qui opposent deux courants pentecôtistes opposés au sein de cette Église qui veulent tous les deux en prendre le contrôle depuis la mort de son fondateur Comforter Glayton Modise en 2016[99].
  • Afghanistan :
    • le 11 juillet, l'explosion d'une bombe sur le bord d'une route rurale dans la province de Ghazni tue 6 civils et en blesse 8 autres, le porte-paroles des autorités de la province Wahidullah Jamazada accuse les Talibans, et émet l'hypothèse qu'ils auraient agit en représailles car la veille 8 talibans avaient été tués et 4 blessés par l'Armée nationale afghane[98] ;
    • le 13 juillet, les Talibans mènent et revendiquent une série d'attaques contre des checkpoints des forces de sécurité :
      • 7 morts dans la province du Badakhshan[100] ;
      • 14 morts dans celle du Kunduz (nord du pays)[100] ;
      • 4 morts dans celle de Parwan[100] ;
      • le QG des forces de sécurité de la province du Samangan à Aybak est attaqué avec une voiture piégée et par un commando armé, 10 membres des forces de sécurité sont tués et 54 personnes sont blessées, les 4 membres du commando sont abattus[100].
    • le 14 juillet, un commando de talibans entrent dans le domicile du chef du village de Ghor, et l'abattent lui et sa femme car ils étaient pro-gouvernement ; leur fille, Qamar Gull, une adolescente d'entre 14 et 16 ans, attaquera ensuite le commando pour les venger, tuant 2 Talibans et blessant les autres, ce qui fait d'elle une héroïne des Afghans anti-Talibans ; une autre attaque des Talibans contre le domicile de Gull est tentée dans les jours suivants, mais rate car ils sont repoussés par des villageois et des miliciens pro-gouvernement[101].
  • France : le 15 juillet, le groupe indépendantiste corse FLNC revendique un attentat à la bombe commis la nuit précédente contre le siège du groupe départemental de gendarmerie dans la caserne de Montesoro à Bastia (Haute-Corse) ; cependant, l'attentat n'a fait ni blessé ni dégâts matériels, au point que seul le fait que le bruit de l'explosion ait été entendu semble confirmer que l'attentat ait bien eu lieu[102].
  • Ukraine (territoire contrôlé par le gouvernement ukrainien): le 21 juillet, à Loutsk, 13 personnes sont prises en otage dans un bus par un individu se faisant appeler "Maxime Plokhoï" (qui peut se traduire par "Mauvais Maxime" en ukrainien et donc probablement le pseudonyme d'un bandit sorti de prison dénommé Maxime Krivoch), qui tire sur un drone de la police et en direction des policiers et leur jette des grenades, mais celles-ci n'explosent pas ; la police obtient la libération de trois otages[103] après que le premier ministre Volodymyr Zelensky ait accepté l'une des demandes du preneur d'otages, puis de tous les autres, le Maxime se rend[104] ; une polémique éclate après, lorsque certains Ukrainiens reprochent à Zelensky d'avoir accepté de négocier avec un terroriste, alors que d'autres répondent que la demande - faire une vidéo qui encourageait les Ukrainiens à regarder le documentaire Earthlings - était assez inoffensive et a permis de sauver les otages sans faire de blessés[105].
  • Égypte : les Forces armées égyptiennes affirment avoir déjoué un attentat contre un poste militaire du Sinaï à la dernière minute le 21 juillet, cependant des combats ont quand-même éclatés, provoquant 2 morts et 4 blessés chez les militaires, et 18 djihadistes présumés (selon l'Armée) ont été abattus[106].
  • Nigeria : le 22 juillet, Boko Haram exécute 5 travailleurs humanitaires enlevés à des dates différentes durant le mois de juin[107].
  • Afghanistan :
    • le 25 juillet, le chef adjoint de la police de la province de Kapissa et un autre policier meurent dans une embuscade tendue par les Talibans dans les environs de Kaboul, un civil est également blessé[108] ;
    • le 30 juillet, une voiture-piégée explose à Pol-é 'Alam contre un groupe de civils qui faisaient leurs courses pour préparer la fête de l'Aïd al-Adha, causant 17 morts et 21 blessés selon l'hôpital de la ville (8 morts et 30 blessés selon le gouvernement), l'attentat n'est pas revendiqué et le porte-parole des Talibans Zabihullah Mujahid assure que son groupe n'a rien à avoir avec alors qu'une trêve de trois jours avec le gouvernement pour l'Aïd al-Adha doit commencer le lendemain[109].
  • Tchad : le 31 juillet, Boko Haram attaque le village de Tenana, ses membres tuent 10 civils, en enlèvent 7 autres, et pillent le village[110].
  • Nicaragua : dans un contexte où des églises sont volontairement dégradées depuis plusieurs semaines, et où les relations entre le gouvernement nicaraguayen et l’Église catholique sont exécrables car le président Daniel Ortega accuse les autorités ecclésiales d'avoir soutenue une tentative de coup d’État contre lui, un incendie se déclare dans la cathédrale métropolitaine de Managua, calcinant une image du Sang du Christ présente au Nicaragua depuis 382 ans, une des images les plus vénérées du pays ; selon la police nationale l'incendie est dû à un court-circuit électrique, cependant selon les témoins de la scène il a été provoqué par un cocktail molotov ou une bombe incendiaire, ce qui amène les autorités ecclésiales nationales et internationales, toute l'opposition nicaraguayenne et plusieurs ONG de défense des Droits Humains à parler d'un acte de terrorisme d’État[111].

Août[modifier | modifier le code]

  • Cameroun : une grenade est lancée contre le camps de réfugiés de Nguetchéwé, très près de la frontière avec le Nigeria, 18 personnes sont tuées et 11 blessées, les autorités locales suspectent Boko Haram en faisant le lien entre cet attentat et un affrontement entre ce groupe et une milice d'autodéfense qui avait eu lieu plus tôt dans la journée[110].
  • Afghanistan : les 2 et 3 août, trois bombes dont une voiture-piégée explosent devant une prison de Jalalabad puis des affrontements par balles opposent le personnel pénitencier et des assaillants, 29 personnes (forces de sécurité, civils et prisonniers confondus) et quelques dizaines sont blessés, 10 assaillants sont abattus ; 700 prisonniers - majoritairement des membres des Talibans et de Daech capturés - s'évadent, 400 étaient rattrapés au 3 août au soir mais 300 restaient en fuite ; l'État islamique revendique l'attaque[112], qu'il a peut-être mené en représailles à la mort d'Assadullah Orakzai, un haut-responsable de l'organisation djihadiste abattu quelques jours plus tôt par les services de renseignement afghan[113].
  • Burkina Faso : le marché aux bestiaux du village de Fada N'Gourma est attaqué le 7 août par des hommes armés non-identifiés, une vingtaine de personnes sont tués, l'attentat n'est pas revendiqué[114].
  • Somalie : le 8 août, un minivan piégé explose dans le camps militaire de la 27e brigade à Mogadiscio juste après avoir passé le checkpoint, selon les secours 8 personnes sont tuées et 14 blessées, les Shebabs revendiquent l'attentat.
  • Niger : le 9 août, 8 personnes - 2 Nigériens et 6 humanitaires français d'ACTED - sont tués par des hommes à moto dans la zone naturelle environnant Kouré, qui est pourtant la zone la moins dangereuse du Niger[115].
  • Afghanistan : le 9 août, 7 policiers sont tués et 15 blessés par l'explosion d'une voiture de police devant un poste de police de Ghazni, l'attentat n'est pas revendiqué[116].
  • Somalie : le 10 août dans la prison centrale de Mogadiscio, quatre détenus shebabs (dont trois condamnés à perpétuité) s'emparent des armes de leurs gardiens et tuent au moins 4 personnes[117].
  • Pakistan : le 10 août, l'explosion d'une moto-piégée contre un véhicule de la police anti-drogue à Chaman - ville où les terroristes indépendantistes baloutches du Front de libération du Baloutchistan sont très actifs - provoque 5 morts et 20 blessés[118].
  • Burkina Faso : le 11 août, Souaibou Cissé, grand imam de Djibo, un important imam modéré qui avait déjà survécu à plusieurs tentatives d'assassinat, est enlevé par un groupe armé alors qu'il était dans un bus qui faisait la liaison entre Ouagadougou et Djibo, son corps sera retrouvé non loin du lieu de l'enlèvement le 15 août[119].
  • Mozambique : La ville de Mocímboa da Praia est prise par Ansar al-Sunna affilié à l’État Islamique le 12 août, au terme de cinq jours d’affrontements dans les localités environnantes[120].
  • Inde : le 13 août, le lendemain du premier anniversaire de la révocation de l'autonomie constitutionnelle du Cachemire et deux jours avant le Jour de l'Indépendance, des islamistes attaquent par balles une patrouille de police à Srinagar (Jammu-et-Cachemire) puis s'enfuient, 2 policiers sont tués et 1 blessé, le chef de la police du Cachemire Vijay Kumar a annoncé que les responsables avaient été identifiés et qu'ils étaient recherchés pour être "neutralisés"[121].
  • Afghanistan :
    • le 13 août, l'explosion d'une mine sur une route rurale de la province de Kandahar tue 4 civils et en blesse 6 autres[122].
    • le 14 août, Fawzia Kooffi, militante des droits des femmes et députée afghane qui participe aux négociations de paix avec les Talibans, est blessée par balles sur l'autoroute Parwan-Kaboul et doit être hospitalisée, la tentative d'assassinat n'est pas revendiquée et les Talibans nient toute responsabilité[123], Kooffi maintient sa participation aux négociations[124].
  • Somalie :
    • le 16 août, une voiture piégée explose contre l'hôtel Elite situé sur la plage Lido à Mogadiscio, puis un commando armé attaque l'intérieur de l'hôtel, provoquant 16 morts (dont un haut fonctionnaire du ministère de l'information Abdirasak Abdi) et 43 blessés, les Shebabs revendiquent l'attentat[117]'[125] ;
    • le 17 août, un kamikaze percute le portail d'une caserne militaire de la région de Goofgaduud (sud-ouest), permettant à d'autres Shebabs d'entrer pour y déposer une bombe dissimulée sous un cadavre, l'attaque fait 5 morts selon Mohamed Aden l'officier de Baidoa, et 8 morts dont le commandant de la base selon le porte-parole de Shebabs Abdiasis Abu Musab[125].
  • Afghanistan : le 18 août pour le 101e anniversaire du Jour de l'Indépendance, des rockets sont tirées depuis un véhicule sur le palais présidentiel où se tenait la cérémonie de commémoration et des maisons à côté, ce qui fait 10 ou 16 blessés, l'attaque n'est pas revendiquée[126]
  • Irak : le 19 août, la militante féministe et leader des manifestants anti-gouvernement à Bassorah en 2017 Riham Yacoub est assassinée dans cette ville à bout portant par deux individus qui s'enfuient ensuite en moto, la piste d'un assassinat par une milice pro-Iran en raison des liens de Yacoub avec le consulat américain de Bassorah est privilégiée, le chef de la police de la ville est limogé par le premier ministre Moustafa al-Kazimi après cet événement[127].
  • Philippines : le 24 août, un double-attentat dans la ville de Jolo (île de Jolo province de Sulu), l'explosion d'une moto-piégée devant un supermarché puis l'explosion d'une kamikaze contre un policier qui tentait de la contrôler durant l'évacuation des blessés, provoque 15 morts (dont au moins 5 militaires, 1 policier et 4 civils) et 75 blessés (dont au moins 16 militaires et 20 civils), les autorités militaires philippines suspectent le groupe djihadistes Abou Sayyaf et émettent l'hypothèse qu'il aurait agit en représailles à l'arrestation d'un de ses chefs Abduljihad Susukan quelques semaines plus tôt[128] ; l'utilisation d'une kamikaze inquiète les spécialistes du terrorisme aux Philippines car ceci ne correspond pas au mode opératoire habituel d'Abou Sayyaf[129].
  • Afghanistan : le 25 août, un camion-piégé explosé contre des commandos de l'Armée nationale afghane provoquant 3 morts (dont 2 militaires) et 41 blessés (dont 6 militaires), les Talibans revendiquent l'attentat[130].
  • États-Unis : dans la nuit du 25 au 26 août, Kyle Rittenhouse, un adolescent suprémaciste blanc[131] sympathisant des Kenosha Guards, une milice armée que la police du Wisconsin avait laissé prendre place face aux manifestants de Black Lives Matter à Kenosha, assassine un manifestant avec un fusil automatique, puis dans sa fuite alors qu'il est poursuivi par d'autres manifestants qui veulent l'arrêter il en tue un autre et blesse gravement encore un, ce qui amène à un bilan de 2 morts et 1 blessé grave, il sera arrêté quelques heures plus tard[132]'[133].
  • Afghanistan : le 28 août, deux explosions visant des véhicules qui se rendaient à un mariage à Spin Boldak tuent 13 civils et en blessent 2[134].
  • Haïti : dans la nuit du 28 au 29 août, le bâtonnier de Port-au-Prince, maître Monferrier Dorval, est assassiné par balle à son domicile, selon l'enquête il s'agit d'un acte terroriste[135]'[136].

Septembre[modifier | modifier le code]

  • Afghanistan : le 1er septembre, une unité des forces de sécurité est visée par l'explosion d'une voiture piégée puis attaquée par balles par plusieurs tireurs à Gardêz, 3 policiers sont tués et 5 sont blessés, 2 assaillants sont tués, les Talibans revendiquent l'attaque[137].
  • Cameroun : le 2 septembre, au moins 7 personnes sont tuées et 14 blessées dans un attentat-suicide à Goldavi, un village dans l'Extrême-Nord du pays qui accueille de nombreux réfugiés[138].
  • Afghanistan : le 3 septembre, 3 civils sont tués et 1 gravement blessé dans l'explosion de leur véhicule sur une mine artisanale posée sur une route du district de Pacheragam (province de Nangarhar), l'attentat n'est pas revendiqué[139]
  • Mali :
    • le 4 septembre, des djihadistes tendent une embuscade avec des mines et des armes à feu contre les Forces armées maliennes près de Nara, l'attaque fait 10 morts et plusieurs blessés chez les militaires[140] ;
    • le 5 septembre, 2 militaires français sont tués et 1 blessé par l'explosion d'une bombe artisanale contre leur véhicule dans le Cercle de Tessalit, l'attentat est revendiqué par un groupe lié à Al-Qaïda[141].
  • Tunisie : trois homme attaquent des agents de la Garde nationale avec une voiture-bélier puis au couteau à Sousse, tuant 1 gendarme et blessant gravement 1 autre, les 3 assaillants sont abattus, 7 personnes sont arrêtées le lendemain, l'État islamique revendique l'attentat via Amaq[142].
  • Afghanistan :
    • le 6 septembre, les Talibans tendent une embuscade aux forces de sécurité afghanes dans le district de Shah Wali Kot, l'attaque est repoussée et 10 Talibans sont tués, aucun mort parmi les militaires[143] ;
    • le 7 septembre, une moto explose sur une mine sur une route du district de Zharai (province de Kandahar), tuant 1 civil et en blessant 1 autre, la police accuse les Talibans[144] ;
    • le 9 septembre, à Kaboul une charrette-piégée explose sur le convoi du vice-président Amrullah Saleh, provoquant également l'explosion d'un magasin de bouteille de gaz qui se trouvait à côté, Saleh lui-même n'est que légèrement blessé à la main, mais l'attentat fait au moins 10 morts et plus de 30 blessés (gardes du corps et civils confondus)[145] ; bien que Saleh soit sur la liste talibanne de personnes à tuer et qu'ils aient déjà tenté plusieurs fois de l'assassiner, à la fois en tant que membre du gouvernement et combattant anti-Talibans dans les années 1990 (il était l'aide du Commandant Massoud), dans ce cas précis le groupe nie être à l'origine de cette attaque, alors que des négociations de paix entre eux et le gouvernement sont sur le point de démarrer[145].
  • Mozambique : le 9 septembre, des djihadistes prennent le contrôle des îles de Metundo et Vamizi, au large de la Province de Cabo Delgado, expulsent leurs occupants - dont beaucoup étaient déjà des réfugiés de villages ou de la ville de Mocímboa da Praia qui avaient fuient les islamistes de Ansar al-Sunna en se rendant dans ces îles - en les forçant à retourner sur le continent et incendient leurs maisons, il n'y a cependant pas de blessé[146].
  • France : le 25 septembre à Paris vers 11h45, un individu armé d'un hachoir, agresse 2 employés de la société de production audiovisuelle Premières Lignes devant leur locaux, rue Nicolas-Appert (L'ancien emplacement du journal satirique Charlie Hebdo). Les 2 victimes sont évacuées dans un état grave, tandis que 2 suspects sont arrêtés quelques heures après les faits. L'agresseur présumé, arrêté près de l'Opéra Bastille, serait un demandeur d'asile pakistanais de 18 ans. L'attaque n'est, au soir du 26 septembre, pas revendiquée, mais le parquet anti terroriste s'est saisi de l'affaire. [147]

Octobre[modifier | modifier le code]

  • France : Le 16 octobre 2020, une attaque terroriste islamiste est commise à proximité d’un collège à Conflans-Saint-Honorine où un fonctionnaire de l’Education Nationale, professeur d’Histoire et Géographie est assassiné à l'arme blanche par un jeune russe d’origine tchétchène en représailles d’une récente leçon sur la liberté d’expression illustrée par des caricatures de Mahomet stigmatisée sur les réseaux sociaux[148].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « EN DIRECT - Attaque au couteau à Villejuif : la compagne de l'assaillant placée en garde à vue », sur LCI (consulté le 11 février 2020)
  2. « Attaque de Villejuif : le profil du tueur se précise », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 février 2020)
  3. Jé. M., « 14 civils, dont des élèves, tués dans une attaque au Burkina Faso », sur BFMTV, (consulté le 3 février 2020)
  4. (en) Maina Maina, « Bomb Explosion: Community leader confirms 38 killed in Gamboru Ngala », sur Daily Post Nigeria, (consulté le 3 février 2020)
  5. (en) « Nigeria hit by deadly bomb attack near Cameroon », sur Deutsche Welle, (consulté le 3 février 2020)
  6. (en) « 30 killed in northeast Nigeria bomb blast on crowded bridge », sur CBC Canada, (consulté le 3 février 2020)
  7. « Somalie : plusieurs morts dans une explosion tout près du Parlement à Mogadiscio », sur france24.com, (consulté le 15 juin 2020)
  8. « Pakistan: au moins 10 morts dans un attentat contre une mosquée », sur La Presse, (consulté le 14 janvier 2020)
  9. « 10 morts et 16 blessés dans un attentat contre une mosquée du sud-ouest du Pakistan », sur Maroc Diplomatique, (consulté le 14 janvier 2020)
  10. Nizam Rezahi, « Roadside bomb kills five government employees in southern Zabul province », sur Khaama, (consulté le 2 février 2020)
  11. (en-US) « Fresh Boko Haram attack kills five », sur Mimi Mefo Info (consulté le 11 février 2020)
  12. (en) « Afghan Officials Say Taliban Kill 6 Members of Same Family », sur The New York Times, (consulté le 2 février 2020)
  13. Lassaad Ben Ahmed, « Cameroun : cinq villageois tués par Boko Haram dans l'Extrême-Nord », sur AA.com.tr, (consulté le 2 février 2020)
  14. « Nouvel attentat mortel attribué à Boko Haram dans la province du lac Tchad », sur France 24, (consulté le 20 janvier 2020)
  15. Sophie Roussi, « Burkina Faso : des rescapés de l'attaque à Nagraogo témoignent », sur TV5 Monde, (consulté le 2 février 2020)
  16. « Burkina Faso : 36 civils tués dans une attaque terroriste dans le nord du pays », Le Monde, (consulté le 2 février 2020)
  17. (en) Nizam Rezahi, « Afghan forces suffer casualties in Taliban attacks », sur Khaama, (consulté le 2 février 2020)
  18. « Beni :6 personnes tuées dans une nouvelle attaque attribuée aux ADF ce mercredi à Maimoya. », sur Congo Actu, (consulté le 1er février 2020)
  19. « RDC : Au moins 9 morts, le bilan de l’attaque de Mayimoya par des « terroristes islamistes de l’ADF » s’alourdit », sur Actualite.CD, (consulté le 1er février 2020)
  20. « Cinq civils tués par Boko Haram », sur VOAafrique, (consulté le 1er février 2020)
  21. « Nord du Burkina: 39 morts dans l'attaque de Silgadji samedi », sur Atlantico, (consulté le 1er février 2020)
  22. Lassaad Ben Ahmed, « Cameroun : cinq pêcheurs tués dans une nouvelle attaque attribuée à Boko Haram », sur AA.com.tr, (consulté le 2 février 2020)
  23. « RDC : nouveau massacre à Beni après une brève accalmie », sur Jeune Afrique, (consulté le 1er février 2020)
  24. « Burkina Faso: une vingtaine de civils tués dans une attaque à Landamol », sur Radio France Internationale, (consulté le 3 février 2020)
  25. (en) « Streatham attacker had been released from jail », sur BBC News, (consulté le 3 février 2020)
  26. « Daesh revendique l'attaque au couteau à Londres », sur BFMTV, (consulté le 3 février 2020)
  27. « Israël: 12 soldats blessés dans une attaque à la voiture bélier », sur I24News, (consulté le 7 février 2020)
  28. « Israël: un policier blessé par balles près du mont du Temple, le terroriste a été neutralisé », sur i24News, (consulté le 7 février 2020)
  29. « France 24 s’exprime sur le drame de l’assassinat de Sadou Yehia », sur france24.com, (consulté le 13 février 2020)
  30. a et b « En Algérie, un soldat est tué dans un attentat près de la frontière malienne », sur France 24, (consulté le 10 février 2020)
  31. a b et c « Au Nigeria, une trentaine de civils tués et de nombreux autres enlevés lors d'une attaque », sur France 24, (consulté le 10 février 2020)
  32. a et b « Attaque meurtrière contre une église dans le nord du Burkina Faso », sur france24.com, (consulté le 17 février 2020)
  33. « Afghanistan: au moins 5 morts dans un attentat suicide à Kaboul », Le Point, (consulté le 11 février 2020)
  34. (en) Diane Jantet, « Brazil deploys national guard after senator shot in strike », sur news.yahoo.com, Associated Press via Yahoo ! News, (consulté le 19 février 2020)
  35. a et b (en-GB) Martin Farrer, « Eleven dead, including suspect, after Hanau attacks – as it happened », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 20 février 2020)
  36. a et b « Toronto: un ado accusé de terrorisme, inspiré par les «incels» », sur lapresse.ca, La Presse, (consulté le 19 mai 2020)
  37. « Attaque dans un salon érotique: un présumé misogyne accusé de terrorisme à Toronto », sur tvanouvelles.ca, (consulté le 19 mai 2020)
  38. a et b « Afghanistan : deux jours après l'accord historique avec Washington, les Taliban rompent la trêve », sur France 24, (consulté le 3 mars 2020)
  39. a b et c « Afghanistan : une trentaine de morts, dont des femmes et des enfants, dans un attentat lors d’un meeting politique », Le Monde, (consulté le 7 mars 2020)
  40. a b et c « Afghanistan : des dizaines de morts et de blessés dans un attentat à Kaboul », France 24, (consulté le 7 mars 2020)
  41. « Attentat près de l'ambassade des Etats-Unis en Tunisie : un policier tué, 4 de ses collègues et un civil blessés », sur France TV Info, (consulté le 7 mars 2020)
  42. Lilia Blaise, « Attentat-suicide près de l'ambassade américaine à Tunis, deux assaillants tués », sur France TV Info, (consulté le 7 mars 2020)
  43. « Le Premier ministre soudanais, Abdallah Hamdok, visé par un attentat », sur France 24, (consulté le 11 mars 2020)
  44. « Mali : le chef de l'opposition Soumaïla Cissé a été enlevé », France 24, (consulté le 27 mars 2020)
  45. « Le chef de l'opposition malienne Soumaïla Cissé, enlevé le 25 mars, va "bien" », sur france24.com, (consulté le 4 avril 2020)
  46. « Mali : les élections législatives sont maintenues malgré les violences jihadistes et le Covid-19 », sur france24.com, (consulté le 19 avril 2020)
  47. a et b (en) Christopher Mathias, « Man Arrested In Alleged White Supremacist Plot To Burn Down Jewish Nursing Home », sur huffpost.com, Huffington Post, (consulté le 14 mai 2020)
  48. Jérémie Pham-Lê et Geoffroy Tomasovitch, « Attaque au couteau de Romans-sur-Isère: l’état de santé des blessés est rassurant », sur leparisien.fr, (consulté le 26 avril 2020)
  49. (es) « Au Cameroun, sept civils tués par deux kamikazes de Boko Haram », sur france24.com, (consulté le 10 juin 2020)
  50. (en) Jason Burke, « Islamist group kills 52 in 'cruel and diabolical' Mozambique massacre », sur TheGuardian.com, (consulté le 2 mai 2020)
  51. « Au Mali, le second tour des législatives perturbé dans le Centre et le Nord », sur france24.com, (consulté le 20 avril 2020)
  52. « Policiers percutés à Colombes : l'automobiliste a fait allégeance à l'organisation État islamique », sur france24.com, (consulté le 28 avril 2020)
  53. « Syrie : plus de 45 morts dans un attentat au camion-citerne à Afrin », sur france24.com, (consulté le 29 avril 2020)
  54. (en) « Syrian Kurdish groups deny responsibility for bloody Afrin bombing », sur https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/04/syrian-kurdish-groups-deny-responsibility-afrin-bombing.html, al-monitor.com, (consulté le 8 mai 2020)
  55. (en) Rahim Faiez, « Afghan officials: Suicide bomber kills 3 civilians in Kabul », sur APnews.com, (consulté le 2 mai 2020)
  56. (en) « Taliban bomb kills 5 members of a family in Ghazni province », sur Khaama.com, (consulté le 2 mai 2020)
  57. a et b (en) « Pashtun Rights Activist Killed In Waziristan Gun Attack », sur gandhara.rferl.org, Gandhara, (consulté le 12 mai 2020)
  58. (en) Asad Hashim, « Pakistan: Five dead as Baloch separatist gunmen attack coal mine », sur aljazeera.com, (consulté le 20 mai 2020)
  59. a b et c « Pakistan : attaque de la bourse de Karachi, au moins 4 morts », sur france24.com, (consulté le 29 juin 2020)
  60. « Attaque d'hommes armés dans un hôtel de luxe dans le sud-ouest du Pakistan », sur france24.com, (consulté le 29 juin 2020)
  61. a et b « Afghanistan : reprise des hostilités avec les Taliban après deux attaques meurtrières », sur France 24, (consulté le 12 mai 2020)
  62. (en) « Afghan attack: Maternity ward death toll climbs to 24 », sur BBC.com, (consulté le 13 mai 2020)
  63. (en) Hamid Shalizi, Abdul Qadir Sediqi et Gibran Peshimam, « Afghans say Taliban behind bloodshed, reject U.S. blame of Islamic State », sur Reuters.com, (consulté le 17 mai 2020)
  64. a et b Laurence Alexandrowicz, « L'Etat islamique revendique le bain de sang en Afghanistan », sur euronews, (consulté le 12 mai 2020)
  65. (en) Sharif Hassan et Susannah George, « ‘There’s no humanity left’: A family buries a mother and her unborn child in Afghanistan », sur WashingtonPost.com, (consulté le 14 mai 2020)
  66. (en) Ahmad Sultan, Abdul Qadir Sediqi, « Truck bomb in eastern Afghan city kills five, Taliban claim responsibility », sur reuters.com, (consulté le 14 mai 2020)
  67. (en) Huaxia, « 6 family members killed by IS militants in Iraq », sur Xinhuanet.com, (consulté le 17 mai 2020)
  68. Elias Biryabarema, « Suicide bombing in Somalia kills governor, three others in Puntland - police », sur uk.reuters.com, Reuters, (consulté le 2 juin 2020)
  69. « Attentat meurtrier en Afghanistan », sur euronews.com, (consulté le 18 mai 2020)
  70. Jacques Deveaux, « Burkina Faso : qui sont les "Volontaires pour la défense de la patrie" ? », sur francetvinfo.fr, (consulté le 22 mai 2020)
  71. (en) « Gunmen attack Afghanistan mosque killing many worshippers », sur aljazeera.com, (consulté le 20 mai 2020)
  72. a et b (en) Asad Hashim, « Soldiers killed in two separate attacks in Pakistan's Balochistan », sur aljazeera.com, (consulté le 20 mai 2020)
  73. « Afghanistan : sept morts dans une attaque attribuée aux Taliban », sur france24.com, (consulté le 29 mai 2020)
  74. (en) Andrew Blankstein, Ben Collins, « Alleged 'Boogaloo' extremist charged in killing of federal officer during George Floyd protest », sur nbcnews.com, (consulté le 16 juin 2020)
  75. « Burkina Faso : plusieurs civils tués dans une attaque attribuée aux jihadistes », sur france24.com, (consulté le 31 mai 2020)
  76. « Burkina Faso : des dizaines de morts lors d'un week-end sanglant », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 2 juin 2020)
  77. a et b « Burkina Faso : attaques meurtrières sur un marché et contre un convoi humanitaire », sur france24.com, (consulté le 1er juin 2020)
  78. « Journal de l'Afrique - Burkina Faso : au moins 50 morts dans des attaques imputées aux jihadistes », sur France 24, (consulté le 1er juin 2020)
  79. « Niger : attaque meurtrière contre un site de réfugiés maliens », sur france24.com, (consulté le 1er juin 2020)
  80. (en) FAROUK ARNAZ, « Suspected IS Militants Attack Police Post, Kill Officer in South Kalimantan », sur jakartaglobe.id, Jakarta Globe, (consulté le 2 juin 2020)
  81. (en) « Deputy killed, 2 other officers injured after being ambushed in Santa Cruz County », sur abc7.com, (consulté le 16 juin 2020)
  82. « Nigeria : plus de soixante morts dans une attaque jihadiste dans le nord-est », sur france24.com, (consulté le 10 juin 2020)
  83. « Côte d'Ivoire : attaque jihadiste contre un poste-frontière avec le Burkina », sur france24.com, (consulté le 11 juin 2016)
  84. a b c et d « Nigeria : des dizaines de morts dans deux attaques jihadistes dans le nord-est », sur france24.com, (consulté le 14 juin 2020)
  85. « Royaume-Uni : une attaque "terroriste" dans un parc de Reading fait au moins trois morts », sur France 24, (consulté le 26 juin 2020)
  86. (en) « Pemex refinery in Guanajuato target of failed bomb attack », sur mexiconewsdaily.com, (consulté le 1er juillet 2020)
  87. (es) Carlos Arrieta, « Localizan explosivo afuera de una delegacion de la Policia en Leon, Guanajuato », sur eluniversal.com.mx, (consulté le 1er juillet 2020)
  88. a et b (es) « Cae “El Vaca” presunto autor intelectual del atentado contra Harfuch; hay 28 implicados », sur news.culturacolectiva.com, (consulté le 27 juin 2020)
  89. (es) Lau Almaraz, « 'Fuimos atacados por el CJNG', dice Omar García Harfuch tras atentado en su contra », sur news.culturacolectiva.com, (consulté le 26 juin 2020)
  90. « Royaume-Uni : attaque au couteau à Glasgow, plusieurs morts dont l'assaillant (médias) », sur France 24, (consulté le 26 juin 2020)
  91. « Etats-Unis : un homme tué par balles lors d'une manifestation contre le racisme à Louisville, dans le Kentucky », sur francetvinfo.fr, (consulté le 28 juin 2020)
  92. a et b « Total au Mozambique : une attaque attribuée aux islamistes tue huit ouvriers », sur francetvinfo.fr, (consulté le 6 juillet 2020)
  93. « En Afghanistan, plus d’une vingtaine de civils tués par des explosions dans un marché », sur lemonde.fr, (consulté le 25 juillet 2020)
  94. (en) Abdi Sheikh; Duncan Miriri; Clarence Fernandez, « Suicide car bomber hits checkpoint at Somalia's Mogadishu port », sur reuters.com, (consulté le 6 juillet 2020)
  95. a et b (en) « 5 killed, 10 injured in bomb attack in southwest Somalia », sur xinhuanet.com, (consulté le 6 juillet 2020)
  96. (en) « Al-Shabab Militants Abduct, Kill Somali Lawmaker », sur voanews.com, (consulté le 6 juillet 2020)
  97. a et b (en) Sayed Sarwar Amani, Abdul Qadir Sediqi, « Taliban suicide bomber kills three as violence rises despite peace push », sur reuters.com, (consulté le 21 juillet 2020)
  98. a et b (en) « Roadside bomb kills 6 Afghan civilians in east, says Ghazni province official », sur english.alarabiya.net, (consulté le 21 juillet 2020)
  99. a et b « Une "guerre de succession" au sein d'une église sud-africaine fait cinq morts », sur france24.com, (consulté le 12 juillet 2020)
  100. a b c et d (en) Abdul Qadir Sediqi, Abdul Matin Sahak, « Taliban attack on Afghan government compound kills 10, wounds dozens », sur reuters.com, (consulté le 21 juillet 2020)
  101. « Afghanistan : une adolescente abat deux talibans qui avaient tué ses parents », sur lexpress.fr, (consulté le 25 juillet 2020)
  102. « FLNC : un attentat revendiqué qui reste un mystère », sur corsematin.com, (consulté le 1er août 2020)
  103. « Ukraine: trois des 20 otages d'un bus ont été libérés », sur lepoint.fr, (consulté le 21 juillet 2020)
  104. « Prise d'otages dans un bus en Ukraine: tous les otages libérés », sur lepoint.fr, (consulté le 21 juillet 2020)
  105. « Ukraine : le président s'explique après avoir accepté l'étrange demande d'un preneur d'otage », sur lepoint.fr via msn.com, (consulté le 23 juillet 2020)
  106. « L'armée égyptienne affirme avoir déjoué une attaque "terroriste" dans le Sinaï », sur france24.com, (consulté le 22 juillet 2020)
  107. « Nigeria : cinq humanitaires tués par des djihadistes », sur leparisien.fr via msn.com, (consulté le 23 juillet 2020)
  108. (es) « Afganistán.- Muere el jefe adjunto de la Policía de la provincia afgana de Kapisa en una emboscada talibán », sur notimerica.com, (consulté le 25 juillet 2020)
  109. (es) « Afganistán: al menos 18 muertos en un atentado con un coche bomba », sur dw.com, (consulté le 2 août 2020)
  110. a et b (es) « Boko Haram ataca poblado en Camerún y mata a 18 personas », sur dw.com, (consulté le 2 août 2020)
  111. (es) « Cardenal Brenes califica de "acto terrorista" incendio en catedral de Managua », sur debate.com.mx, (consulté le 2 août 2020)
  112. (es) Antonio Huizar, « Explotan bombas en prisión afgana; combate ISIS vs policía », sur puentelibre.mx, (consulté le 2 août 2020)
  113. « Attaque d'une prison afghane par l'organisation État islamique, plus de 300 détenus en fuite », sur france24.com, (consulté le 3 août 2020)
  114. « Burkina Faso : plusieurs morts dans l'attaque d'un marché dans l'est du pays », sur France 24, (consulté le 8 août 2020)
  115. « Attaque meurtrière au Niger : "Il s'est passé l'inimaginable" dans "l'endroit le plus zen" du pays, selon l'avocat de l'ONG Acted », sur Franceinfo, (consulté le 10 août 2020)
  116. (en) « 7 Police Killed in Ghazni Car Bomb: Security Source », sur TOLOnew.com, (consulté le 16 août 2020)
  117. a et b « Somalie: les shebabs revendiquent l'attaque de l'hôtel Elite à Mogadiscio », sur rfi.fr, (consulté le 16 août 2020)
  118. (en) Syed Ali Shah, « At least 5 killed, 20 injured in powerful blast in Chaman », sur dawn.com, (consulté le 16 août 2020)
  119. « Burkina Faso : un important imam retrouvé mort après son enlèvement », sur france24.com, (consulté le 16 août 2020)
  120. Laurent Lagneau, « Mozambique : Un groupe armé affilié à l’EI s’empare du port stratégique de Mocimboa da Praia », sur OPEX360, (consulté le 13 août 2020).
  121. (en) Fayaz Bukhari, « Militants kill two police in Kashmir ahead of India's Independence Day », sur reuters.com, (consulté le 16 août 2020)
  122. (en) « Four Civilians Killed in Kandahar Roadside Mine Blast », sur TOLOnew.com, (consulté le 16 août 2020)
  123. « Afghanistan: la négociatrice et militante Fawzia Koofi blessée par balle à Kaboul », sur rfi.fr, (consulté le 16 août 2020)
  124. (en) « Attacked Female Negotiator Still Committed to Afghan Peace », sur TOLOnew.com, (consulté le 16 août 2020)
  125. a et b « Attaque dans un hôtel en Somalie : au moins 16 morts, selon un nouveau bilan », sur ouest-france.fr, (consulté le 18 août 2020)
  126. « Afghanistan. Tirs de roquettes sur Kaboul lors de l’anniversaire de l’indépendance », sur ouest-france.fr, (consulté le 18 août 2020)
  127. Hala Kodmani, « Irak : une militante féministe assassinée à Bassora », sur liberation.fr, (consulté le 22 août 2020)
  128. « Philippines : un double attentat fait au moins dix morts à Jolo », sur france24.com, (consulté le 24 août 2020)
  129. « Al menos 15 muertos y 75 heridos deja doble atentado en el sur de Filipinas », sur France 24, (consulté le 25 août 2020)
  130. (en) Abdul Qadir Sediqi, « Three killed, 41 wounded in Taliban truck bomb in Afghanistan », sur reuters.com, (consulté le 26 août 2020)
  131. « Manifestations après l’interpellation de Jacob Blake : deux morts, un jeune suprémaciste inculpé, Trump annonce des renforts », sur lemonde.fr, (consulté le 26 août 2020)
  132. A.Vahramian, A.Monange, L.Setyon, A.Croin, « VIDEO. Wisconsin : un adolescent de 17 ans arrêté après la fusillade meurtrière pendant une manifestation dans le Wisconsin », sur francetvinfo.fr, (consulté le 26 août 2020)
  133. « Un adolescent arrêté après la fusillade meurtrière à Kenosha dans le Wisconsin », sur france24.com, (consulté le 26 août 2020)
  134. (en) « Blasts in Kandahar Kill 13 Civilians: Official », sur tolonews.com, (consulté le 7 septembre 2020)
  135. Amélie Baron, « Haïti: le bâtonnier de Port-au-Prince assassiné par balle à son domicile », sur rfi.fr, (consulté le 31 août 2020)
  136. Amélie Baron, « Haïti: l'assassinat du bâtonnier est un «acte terroriste», selon le ministre de la Justice », sur rfi.fr, (consulté le 31 août 2020)
  137. (en) « 3 Security Force Members Killed in Taliban Attack in Paktia », sur tolonews.com, (consulté le 2 septembre 2020)
  138. Bate Felix (traduction: Camille Renaud), « Cameroun: Au moins sept morts lors d'un attentat suicide », sur Reuters via msn.com, (consulté le 2 septembre 2020)
  139. (en) « 3 Civilians Killed, 1 Wounded in Nangarhar IED Blast », sur tolonews.com, (consulté le 7 septembre 2020)
  140. « Mali : 10 soldats dont un sous-lieutenant tués dans une embuscade près de Nara », sur koaci.com, (consulté le 7 septembre 2020)
  141. S. Perez, T. Grosse, C. Rothea, M. Barrois, O. Combe, J. Cohen-Olivieri, « Mali : mort de deux soldats français », sur francetvinfo.fr, (consulté le 7 septembre 2020)
  142. « Tunisie : l'organisation État islamique revendique l'attaque de Sousse », sur france24.com, (consulté le 7 septembre 2020)
  143. (en) « 10 Taliban Killed in Kandahar: MoD », sur tolonews.com, (consulté le 7 septembre 2020)
  144. (en) « Civilian Killed in Kandahar Roadside Blast », sur tolonews.com, (consulté le 7 septembre 2020)
  145. a et b Luc Mathieu, « Afghanistan : le vice-président visé par un attentat, les négociations de paix sur le point de démarrer », sur liberation.fr, (consulté le 10 septembre 2020)
  146. « Mozambique. Des djihadistes s’emparent de deux îles proches d’un important projet gazier », sur ouest-france.fr, (consulté le 12 septembre 2020)
  147. « Paris : ce que l'on sait de l'attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de "Charlie Hebdo" », sur Franceinfo, (consulté le 25 septembre 2020)
  148. « EN DIRECT - Professeur décapité: Quinze personnes, dont quatre collégiens, ont été placées en garde à vue - L’hommage national à Samuel Paty aura lieu à la Sorbonne mercredi à 19h, annonce l'Elysée », sur www.jeanmarcmorandini.com (consulté le 19 octobre 2020)

Articles connexes[modifier | modifier le code]